Missile mer-sol balistique stratégique

Un missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) - en anglais SLBM : Submarine Launched Ballistic Missile - est un missile balistique dont l'ogive contient une ou plusieurs têtes nucléaires, et qui est lancé depuis un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) en plongée. Ce type de missiles arme les forces nucléaires stratégiques ; il constitue, dans les doctrines de dissuasion nucléaire, l'arme de seconde frappe ou de rétorsion.

Lancement d'un missile balistique par sous-marin

Construire un missile balistique est complexe. Le lancer sous l’eau ajoute une autre complexité[1].

À l’évidence le missile balistique ne s’allume pas au départ du tube dans lequel il été placé : il détruirait le sous-marin. Il en est donc éjecté par un forte pression de gaz à la façon d’une cartouche de fusil de chasse qui propulse ses plombs (le missile balistique) hors du canon (le tube). La partie propulsive de la « cartouche » est appelée « générateur de gaz ».

Écoulements et houle

L’immersion du sous-marin à laquelle il va lancer en allumant le générateur de gaz est définie par deux contraintes :

a/ tiré verticalement, le missile balistique subit de plein fouet l’écoulement transversal de l’eau le long du sous-marin (schéma ci-contre). Pour que l'écoulement soit le plus faible possible le sous-marin doit avoir une vitesse presque nulle. Or un sous-marin à vitesse très faible se pilote difficilement. D’autant plus difficilement qu’il est proche de la surface où les effets de la houle sont perturbateurs et importants. Le sous marin a donc intérêt à naviguer à une immersion la plus éloignée possible de la surface de la mer.

b/ mais plus il est tiré loin de la surface, plus le missile balistique dont la vitesse verticale est faible même avec un générateur de gaz très puissant est perturbé dans son parcours sous marin. L’écoulement de l’eau, même très faible, commence à le faire pencher. Sous l’effet de la houle il perd son équilibre et va sortir de l’eau avec une forte inclinaison. Corriger cette inclinaison doit se faire dès que possible. Il faudra avoir allumé le premier étage pour provoquer le redressement avec un très grand débattement de la tuyère. La consommation de propergol pour redresser le missile balistique ne pourra pas servir pour porter plus loin.. On souhaite donc que le redressement ne soit pas trop important. Il faut allumer le premier étage le plus tôt possible.

On peut procéder de la façon suivante.

Le tube est obturé par un membrane en caoutchouc, prédécoupée pour être convenablement déchirée par le missile balistique quand il sortira du tube.

La porte étanche vient fermer par dessus. Elle est résistante à la pression de la mer (schéma ci-contre, a).

Tube lance missile balistique

Avant le lancement : on met en pression en même temps :

  • avec un gaz neutre la partie du tube située sous la membrane (et donc le missile balistique) ;
  • avec l’eau de la mer, la partie supérieure de la membrane.

Ces deux pressions (schéma b) sont calculées pour être égales et correspondent à la pression de la mer à l’immersion où se situe le sous-marin. La membrane est donc équilibrée (pression de la mer au-dessus, pression de gaz égale en dessous). Elle interdit à l’eau de mer d’envahir le missile.

Au moment du lancement, sous la pression des gaz du générateur de gaz, le missile balistique monte et déchire la membrane. Il quitte le tube et va vers la surface.

La mise à feu du premier étage se fait sous la mer après avoir vérifié que la tuyère débat correctement et, surtout, que le missile balistique s’est suffisamment éloigné du sous-marin, ce que calcule sa centrale à inertie. Ainsi peut-on corriger la verticalité du missile balistique vers la fin du parcours sous-marin [note 1]

Missiles par pays

France

Missiles M45 et M51 dans des coques de SNLE (classe Le Redoutable, à gauche) et de SNLE-NG (classe Le Triomphant, à droite)

Plusieurs générations de missiles stratégiques se sont depuis succédé, ils équipent les sous-marin nucléaires lanceurs d’engins (classe Le Redoutable puis classe Le Triomphant) de la Force océanique stratégique :

  • Le M-1 est le premier missile de ce type construit en France. Sa réalisation est décidée par le gouvernement français en 1963; il entre en service en 1971.
  • le M-2 de portée accrue à partir de 1974
  • le M-20 doté d'une charge mégatonnique entre 1976 et 1985
  • le M-4 plus volumineux, à trois étages au lieu de deux et porteur de têtes multiples, en service entre 1987 et 2005[2].
  • le M-45 en service depuis 1997[2]
  • Le M-51, opérationnel depuis 2010[2]

États-Unis et Grande-Bretagne

Départ d’un Trident.

URSS puis Russie

L'URSS eu un maximum de 940 de ces missiles en service dans la marine soviétique durant la guerre froide. En 2011, la marine russe en déploie 160.

  • R-11FM (code OTAN : SS-1C Scud)
  • R-13  (SS-N-4 Sark)
  • R-21  (SS-N-5 Sark)
  • R-27U Zyb (SS-N-6 Serb)
  • R-29 Vysota  (SS-N-8 Sawfly)
  • R-31  (SS-N-17 Snipe)
  • R-29R Volna  (SS-N-18 Stingray)
  • R-29RM Shtil (SS-N-23 Skiff)
  • R-39 Taifun (SS-N-20 Sturgeon)
  • R-39M Grom (SS-N-28)
  • R-30 Boulava (SS-N-30)

République populaire de Chine

Article connexe : Arsenal nucléaire de la Chine.

Inde

Corée du Nord

Liste des missiles

nom local nom O.T.A.N. pays dépl. ogives charge masse propulsion portée Précision tir
UGM-27 Polaris USA et G.-B. 1960 1 600 kt 13 t sol. et sol. 1 850 km 1 800 m submergé
R-13  SS-N-4 Sark URSS 1961 1 1 Mt 14 t hyp. 600 km 1 800 m surface
R-21  SS-N-5 Sark URSS 1963 1 1 Mt 19 t hyp. 1 400 km 1 800 m surface
R-27 SS-N-6 Serb URSS 1969 1 1 Mt 14 t hyp. 2 400 km 1 100 m submergé
M-1 France 1971 1 1 Mt 20 t sol. et sol. 3 000 km n/d submergé
UGM-73 Poseidon USA 1972 10 50 kt 30 t sol. et sol. 4 600 km 550 m submergé
R-29 SS-N-8 Sawfly URSS 1974 1 1–1.5 Mt 33 t hyp. et hyp. 7 800 km 900 m submergé
M-20 France 1977 1 1.2 Mt 20 t sol. et sol. 3 000 km 1 000 m submergé
UGM-96 Trident I USA 1979 8 100 kt 33 t sol., sol. et sol. 7 400 km 380 m submergé
R-29R SS-N-18 Stingray URSS 1979 7 100 kt 35 t hyp. et hyp. 6 500 km 900 m submergé
R-39 SS-N-20 Sturgeon URSS 1983 10 100 kt 90 t hyp., hyp. et hyp. 8 250 km 500 m submergé
M-4 France 1985 6 150 kt 35 t sol., sol. et sol. 4 000 km 500 m submergé
R-29RM SS-N-23 Skiff URSS 1986 4 100 kt 40 t hyp. et hyp. 8 300 km 500 m submergé
JL-1 CSS-N-3 Chine 1988 1 200–300 kt 15 t sol. et sol. 1 700 km 300 m submergé
UGM-133 Trident II USA et G.-B. 1990 6 300475 kt 59 t sol., sol. et sol. 11 000 km 120 m submergé
M-45 France 1997 6 110 kt 35 t sol., sol. et sol. 6 000 km 350 m submergé
M-51 France 2010 10 100 kt 56 t sol., sol. et sol. 10 000 km 200 m submergé

Notes et références

Notes

  1. Pour aller encore plus loin, les missiles américains utilisent un propergol composite (la Nitralane) dont la probabilité — extrêmement faible mais non nulle — qu’il explose l’a fait interdire en France. Aussi leurs missiles balistiques ne s’allument-ils pas sous l’eau car une explosion à ce moment là détruirait le sous-marin. Conséquence: ils sortent de l’eau assez couchés et utilisent une importante quantité de propergol à la seule fin de se redresser [1], une quantité qui ne servira pas à augmenter la vitesse et donc la portée. Mais la Nitralane étant particulièrement énergétique, ils peuvent se permettre d’en «perdre» un peu. Ce qui n’est pas le cas de la France dont le propergol est un peu moins énergétique. Voilà deux réponses différentes à un même problème (aller le plus vite possible) de la part des ingénieurs français et américains.

Références

  1. L'Encyclopédie de sous-marins français, Tome 6, détaille le parcours sous-marin des missile balistiques français. Toutes les informations contenues de ce paragraphe proviennent de cet ouvrage.
  2. a, b et c « Missiles balistiques stratégiques (MSBS) », sur www.defense.gouv.fr/marine, (consulté le 16 août 2016)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Shirley Compard, « Des "Pierres précieuses" au M5 : l'optimisation des vecteurs », dans Revue aerospatiale, N° hors série 20 ans d'Aerospatiale, janvier 1990
  • Roger Chevalier, « À bord du Gymnote », dans Revue aérospatiale, N° hors série 20 ans d'Aérospatiale, janvier 1990
  • Jean-Rémy Hugues, « Tout inventer... », dans Revue aérospatiale, N° hors série 20 ans d'Aérospatiale, janvier 1990