Drapeau en berne

(Redirigé depuis Mise en berne)
Drapeau argentin en berne après la mort du président Néstor Kirchner en 2010.

Un drapeau en berne est un drapeau maintenu à mi-hauteur de son mât dans des circonstances particulières, deuil national ou tragédie, à la suite de la décision d'un État ou d'une organisation s'occupant de commémoration. Le drapeau est d'abord hissé en haut de son mât puis abaissé à mi-hauteur ou juste hors d'atteinte. En principe, les autres drapeaux sont également mis en berne ou complètement retirés. Si cette hampe est trop petite pour baisser le drapeau de manière suffisante (le drapeau ne devant pas toucher le sol) ou si le mât n'est pas muni d'une drisse et de poulies, le drapeau peut être complété par un ruban[1] arborant la couleur du deuil (en général le noir) au sommet de la hampe, voire retiré et remplacé par un voile noir[2].

Exemples

Arabie saoudite

Le drapeau de l'Arabie saoudite n'est jamais mis en berne.

Le drapeau de l'Arabie saoudite est l'exception parmi les drapeaux nationaux puisqu'il n'est jamais mis en berne du fait qu'il porte la Chahada symbolisant l'unicité d'Allah : le drapeau reste en haut de son mât aux temps de deuil, même lors de la mort d'un roi d'Arabie saoudite[3].

Canada

Le drapeau du Canada est mis en berne dans les occasions suivantes :

États-Unis

Le drapeau américain en berne à l'extérieur du Capitole après la mort de Ronald Reagan en 2004.

Le drapeau des États-Unis peut être mis en berne sur décision du président en cas de décès des figures principales du gouvernement des États-Unis. Mais puisque selon le droit fédéral, les drapeaux des États, des cités, des localités et sociétés, ne sont jamais mis au-dessus du drapeau des États-Unis, ils sont tous mis en berne en même temps que lui.

Les gouverneurs des États ou des territoires des États-Unis sont autorisés par le droit fédéral à ordonner que tous les drapeaux nationaux et régionaux dans leur juridiction soient mis en berne en cas de mort d'un officiel (ancien ou actuel) ou d'un membre des forces armées.

Selon le droit fédéral, et par décision présidentielle, il est prévu que le drapeau des États-Unis soit mis en berne dans les circonstances suivantes[4] :

France

Drapeau français en berne à la préfecture de police de Paris le 8 janvier 2015, en hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo.

Les textes ne prévoient la mise en berne systématique du drapeau de la France que pour la mort d'un président de la République[5],[6]. Il peut être mis en berne par circulaire en d'autres occasions, notamment en cas de deuil national :

Mise en berne :

  • Sur mat : les couleurs sont mises à mi-mat,
  • Sur hampe sur support en pavoisement d'un bâtiment : le drapeau est attachée à mi-hampe par un ruban noir (cf photographie),
  • Drapeau de prestige (porte drapeau ou sur socle) : sous la lance est attaché une cravate noire de deuil.

Pays-Bas

Drapeau des Pays-Bas en berne le 4 mai 2007.

Aux Pays-Bas, le drapeau est mis en berne lors des événements suivants :

Royaume-Uni

Le drapeau du Royaume-Uni est mis en berne aux deux-tiers du mât, avec au moins la largeur du drapeau entre le haut du drapeau et le haut du mât, après décision du Département de la Culture, des Médias et du Sport et ordre du monarque. Le drapeau peut être mis en berne sur un bâtiment gouvernemental principalement les jours suivants :

Parce qu'il y a toujours un monarque au Royaume-Uni, le drapeau royal, le Royal Standard, n'est jamais mis en berne.

Notes et références

  1. Ce ruban de deuil ne doit en théorie pas empêcher le drapeau de flotter mais aucun texte officiel ne réglemente cette pratique, aussi arrive-t-il que le ruban noue le drapeau.
  2. Luc-Andre Biron, Le drapeau canadien, Éditions de l'homme, , p. 30.
  3. « Saudi King Fahd is laid to rest », BBC News,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « Flag Code - Position and Manner of Display », Legal Information Institute , Université Cornell (consulté le 17 avril 2014)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h et i Charles-Henry Groult, « Drapeaux en berne : un honneur rare pour une personnalité étrangère », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  6. Article 47 du décret no 89-655 du 13 septembre 1989 relatif aux cérémonies publiques, préséances, honneurs civils et militaires, JORF no 215 du 15 septembre 1989, p. 11648, NOR PRMX8900039D, sur Légifrance.
  7. Circulaire du 12 septembre 2001 relative au jour de deuil national en hommage aux victimes des attentats commis aux États-Unis d'Amérique le 11 septembre 2001, JORF no 212 du 13 septembre 2001, p. 14582, texte no 2, NOR PRMX0101920C, sur Légifrance.
  8. a et b « Crash du vol AH5017. Drapeaux en berne, mais pas de deuil national », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  9. « Marche silencieuse dans le village d'Hervé Gourdel », sur francetvinfo.fr, .
  10. Circulaire du 7 janvier 2015 relative au jour de deuil national en hommage aux victimes de l'attentat commis à Paris le 7 janvier 2015, JORF no 6 du 8 janvier 2015, p. 336, NOR PRMX1500467C, sur Légifrance.
  11. Circulaire du 9 janvier 2015 relative à la prolongation de la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments et édifices publics, JORF no 8 du 10 janvier 2015, p. 448, NOR PRMX1500678C, sur Légifrance.
  12. Circulaire du 14 novembre 2015 relative aux jours de deuil national en hommage aux victimes des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015, JORF no 265 du 15 novembre 2015, p. 21361, texte no 3, NOR PRMX1527636C, sur Légifrance.
  13. « En France, les drapeaux en berne pendant trois jours », Paris Match,‎ (lire en ligne).
  14. Circulaire du 15 juillet 2016 relative aux jours de deuil national en hommage aux victimes de l'attentat commis à Nice le 14 juillet 2016, JORF no 164 du 16 juillet 2016, texte no 9, NOR PRMX1620060C, sur Légifrance.
  15. Louis San, Fabien Magnenou, Vincent Matalon, « Attentat à Manchester : trois hommes soupçonnés d'être "en lien" avec l'attaque ont été arrêtés, selon la police », sur francetvinfo.fr, .
  16. (en) Nationaal Comité 4 en 5 mei, « Commemorating », sur 4en5mei.nl (consulté le 3 mai 2017).
  17. (en) Nick Groom, The Union Jack, The Story of the British Flag, Atlantic Books, (ISBN 978-1-84354-337-4), p. 329

Voir aussi