Michael Matthews (cyclisme)

Michael Matthews
Michael Matthews 2015TOA.jpg

Michael Matthews au Tour d'Alberta 2015

Informations
Surnom
Bling
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialités
Équipes amateurs
02.2009-06.2009[n 1] AIS
07.2009-12.2009[n 2] Jayco-AIS
2010 Jayco-Skins
Équipes professionnelles
2011-2012 Rabobank
01.2013-06.2016[n 3] Orica-GreenEDGE
07.2016-12.2016[n 4] Orica-BikeExchange
2017- Sunweb
Principales victoires

Michael Matthews, né le à Canberra, est un coureur cycliste australien, membre de l'équipe Sunweb. En 2010, il devient champion du monde sur route espoirs[1]. Il a également remporté des étapes sur les trois grands tours.

Biographie

Débuts en Australie

Michael Matthews se fait connaître en Australie en remportant le championnat d'Australie sur route cadets en 2006. En 2008, alors qu'il court en juniors, il remporte deux étapes du Tre Ciclistica Bresciana, une étape du Grand Prix Général Patton qu'il termine à la deuxième place du classement général et une étape du Tour of the Murray River. Il confirme en 2009 en remportant en février la médaille d'argent aux championnats d'Océanie espoirs. Il rejoint alors l'équipe AIS. Il part courir en Europe, où il termine notamment 2e du Gran Premio della Liberazione derrière Sacha Modolo. À son retour en Australie, il participe à l'édition suivante des championnats d'Océanie, et remporte le titre de la course en ligne professionnel et espoir et du contre-la-montre espoirs.

Ces succès lui permettent de participer dans l'équipe d'Australie au Tour Down Under 2010, qu'il termine 82e. Il profite néanmoins de sa bonne forme pour remporter une étape du Tour de Wellington[2], qu'il termine cinquième, puis pour remporter deux étapes du Tour de Langkawi, début mars[3]. En 2010, il espère briller sur les courses de la Coupe des Nations espoirs et au championnat du monde en Australie[2]. Au cours du mois de mai, il remporte la première étape du Tour du Japon, disputée contre-la-montre. Il prend la huitième place du Tour de l'Avenir, sans pouvoir remporter d'étape. Il fait figure de favoris pour les championnats du monde espoirs organisé chez lui, en Australie qu'il remporte au sprint[1]. De ce fait, il s'assure la victoire de la sixième édition de l'UCI Oceania Tour.

2011-2012 : chez Rabobank

Entre 2011 et 2012, il évolue au sein de l'équipe Rabobank[4] où il passe professionnel[5],[6]. Il s'illustre d'abord en Australie sur le Tour Down Under en remportant la troisième étape de l'épreuve[7]. Il prend la quatrième place du classement général. Au Tour de l'Algarve, il se classe trois fois parmi les cinq premiers sur des arrivées massives. Il renoue au mois de mars avec la victoire sur le Tour de Murcie[5] avant de s'imposer, encore une fois au sprint, sur le Tour de Cologne, fin avril.

En 2012, après avoir terminé à la neuvième place de la première course UCI World Tour de l'année, le Tour Down Under, il remporte la Clásica de Almería devant le Slovène Borut Božič de la formation Astana. Le jeune Australien, s'aligne ensuite sur le Tour de l'Utah où il remporte la troisième étape et termine au pied du podium de la suivante. Michael Matthews signe dans la formation australienne Orica-GreenEDGE pour l'année 2013.

2013-2016 : chez Orica

2013 : victoires d'étapes sur le Tour d'Espagne

2014 : maillot rose du Tour d'Italie

Au Tour d'Italie 2014, Matthews gagne les 1re (contre-la-montre par équipes) et 6e étapes et a le maillot rose pendant six jours. Il chute durant la neuvième étape et décide d'abandonner à l'issue de la dixième[8]. Il est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde[9].

2015 : Médaille d'argent au championnat du monde

2016 : victoire d'étape sur le Tour de France

Il commence sa saison 2016 lors de Paris-Nice, où il remporte tout d'abord le prologue. Initialement dominé par Nacer Bouhanni lors de la deuxième étape, le Français est déclassé pour sprint irrégulier ce qui permet à Matthews de remporter l'étape[10]. En août il signe un contrat de trois ans avec la formation Sunweb[11].

2017- : chez Sunweb

Il remporte la première étape du Tour du Pays basque au sprint devant ses compatriotes Jay McCarthy et Simon Gerrans. Il participe ensuite à la campagne des classiques ardennaises avec notamment une 10e place sur l'Amstel Gold Race et une quatrième sur Liège-Bastogne-Liège. Le 15 juillet il remporte la 14e étape du Tour de France.

Palmarès et classements mondiaux

Palmarès en amateur

Palmarès professionnel

Podium de l'édition 2015 de la Flèche brabançonne : Michael Matthews (2e), Ben Hermans (1er) et Philippe Gilbert (3e).

Résultats sur les grands tours

Tour de France

3 participations

Tour d'Italie

2 participations

  • 2014 : non-partant (11e étape), vainqueur des 1re (contre-la-montre par équipes) et 6e étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant 6 jours
  • 2015 : non-partant (14e étape), vainqueur des 1re (contre-la-montre par équipes) et 3e étapes, Jersey pink.svg maillot rose pendant 2 jours

Tour d'Espagne

2 participations

  • 2013 : 110e, vainqueur des 5e et 21e étapes
  • 2014 : 75e, vainqueur de la 3e étape, Jersey red.svg maillot rouge pendant 3 jours

Classements mondiaux

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
UCI World Tour 63e[12] 135e[13] 89e[14] 73e[15] 20e[16] 21e[17]
UCI Asia Tour nc[18] 18e[19] 11e[20]
UCI Europe Tour 502e[21] 99e[22] 76e[23]
UCI Oceania Tour 39e[24] 1er[25]
Légende : nc = non classé

Notes et références

Notes

  1. Du 23 février 2009 au 30 juin 2009
  2. Du 1er juillet 2009 au 31 décembre 2009
  3. Du 1er janvier 2013 au 30 juin 2016
  4. Du 1er juillet 2016 au 31 décembre 2016
  5. a, b et c Championnats disputés en novembre
  6. Championnat disputé en février

Références

  1. a et b Cyclisme - championnats du monde moins de 23 ans : Matthews en or sur lequipe.fr
  2. a et b (en) Greg Johnson, « Jayco-Skins’ Matthews hoping for successful year abroad », sur cyclingnews.com, (consulté le 2 mars 2010)
  3. (en) Les Clarke, « Matthews shines in the shimmering heat », sur cyclingnews.com, (consulté le 2 mars 2010)
  4. « Rabobank fait signer Michael Matthews », sur Velochrono.fr,
  5. a et b « Matthews gagne à Murcie », sur rtbf.be,
  6. (en) Chris Graetz, « Matthews moves into overall lead with win », sur cyclingnews.com,
  7. Alexandre Philippon, « Tour Down Under #3 : Bling maître de Stirling », sur velochrono.fr,
  8. « Matthews withdraws from the Giro d'Italia », sur cyclingnews.com,
  9. (en) « Australian squad for 2014 World Championships announced », sur cyclingnews.com,
  10. « Nacer Bouhanni franchit la ligne d'arrivée en vainqueur, mais est déclassé pour s'être accroché avec Michael Matthews », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  11. « Le journal des transferts », sur velo101.com, (consulté le 4 août 2016)
  12. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  14. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  15. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  16. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  18. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  19. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  20. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  21. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  22. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  23. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  24. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  25. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes