Meurthe-et-Moselle

Meurthe-et-Moselle
Blason de Meurthe-et-Moselle
Meurthe-et-Moselle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est Logo vectoriel.svg Grand Est
Création du département
Chef-lieu
(Préfecture)
Nancy
Sous-préfectures Lunéville
Toul
Briey
Président du
conseil départemental
Valérie Beausert-Leick[1] (PS)
Préfet Éric Freysselinard[2]
Code Insee 54
Code ISO 3166-2 FR-54
Code Eurostat NUTS-3 FR411
Démographie
Gentilé Meurthe-et-Mosellans,
Meurthois
Population 733 481 hab. (2017)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Superficie 5 246 km2
Subdivisions
Arrondissements 4
Circonscriptions législatives 6
Cantons 23
Intercommunalités 18
Communes 591
Liens
Site web meurthe-et-moselle.fr

La Meurthe-et-Moselle (/mœʁ.te.mo.zɛl/[Note 1] Écouter) est un département français. Il fait partie de la région historique et culturelle de Lorraine et fait aujourd'hui partie de la région administrative Grand Est. La préfecture du département est Nancy. L'Insee et La Poste lui attribuent le code 54.

Histoire

Carte du nord-est de la France montrant la frontière de l'Empire germanique séparant le Haut-Rhin de l'actuel Territoire-de-Belfort, rajoutant deux cantons vosgiens au Bas-Rhin, coupant l'ancien département de la Meurthe en son tiers nord-est et l'ancien département de la Moselle en son quart ouest. Les deux territoires nord-est ont formé le département actuel de la Moselle et ceux du sud-ouest l'actuel département de Meurthe-et-Moselle.
Redécoupage des frontières départementales du fait du traité de Francfort de 1871.

Le département de Meurthe-et-Moselle fut créé le , à partir des territoires des départements de la Meurthe et de la Moselle que le traité de Francfort avait laissés à la France.

Les arrondissements de la Meurthe (Lunéville, Nancy et Toul), restés français comme celui de Briey en Moselle, furent associés pour constituer le nouveau département de Meurthe-et-Moselle. Les autres arrondissements de la Meurthe, ceux de Château-Salins et de Sarrebourg, de même que le reste de la Moselle, furent quant à eux rattachés à l'Empire allemand jusqu'en 1918[3].

La limite actuelle entre les départements de Meurthe-et-Moselle et de la Moselle correspond précisément à la frontière franco-allemande entre 1871 et 1919. Cette limite servit à nouveau de frontière après l'annexion de fait des départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin par le régime nazi entre 1940 et 1944.

La seule modification intervenue dans les limites du département fut le rattachement en 1997, pour des raisons de gestion administrative, de la petite commune de Han-devant-Pierrepont, qui appartenait auparavant à la Meuse.

Héraldique et logotype

Héraldique

Blason Blasonnement :
D'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, accostée de deux cotices ondées d'azur.
Commentaires : Armoiries proposées par Robert Louis, jamais adoptées. On y retrouve le blason de l'ancien duché de Lorraine. Seules deux cotices ondées d'azur ont été ajoutées de part et d'autre de la bande. Elles représentent la Meurthe et la Moselle.

Géographie

Le département de Meurthe-et-Moselle est situé au centre de la Lorraine. Il est entouré par les départements de la Meuse, des Vosges, du Bas-Rhin et de la Moselle et sa frontière nord jouxte le Luxembourg et la Belgique.

Remodelé par les guerres franco-allemandes, le département a une forme inhabituelle : ses dimensions sont de 130 kilomètres du nord au sud, et entre 7 et 103 kilomètres d'est en ouest. Cette forme, dont la partie nord correspond à un corridor géographique[4], est parfois comparée à celle d'une oie[5],[6]. Une autre particularité du découpage de ce département est le fait qu'une de ses communes, Othe, est enclavée dans un autre département, la Meuse[7].

La forêt recouvre 32 % du département. Elle a été fortement endommagée par la tempête de 1999[8].

La ville principale du département est sa préfecture, Nancy. Parmi les autres pôles urbains importants on peut citer Val-de-Briey, Longwy, Lunéville, Pont-à-Mousson, Toul et Villerupt.

Le département doit son nom aux deux principaux cours d'eau qui le traversent : la Moselle et la Meurthe. Parmi les autres rivières : la Chiers, la Crusnes, l'Orne, la Seille, le Madon, la Mortagne et la Vezouze. Le relief est modelé par les vastes plaines que ces cours d'eau ont creusé dans le plateau lorrain. Il cède sa place au massif des Vosges dans le sud-est.

Le point culminant est le Roc du Taurupt (731 mètres), entre Bionville et Raon-sur-Plaine. Un autre relief historiquement important est la colline de Sion. Le point le plus bas est situé à Arnaville (171 mètres).

Climat

Le climat meurthe-et-mosellan subit des influences océanique et continentale. Cela implique des températures très contrastées entre les saisons (gelées – canicules). Les précipitations sont cependant modérées et rarement violentes et les vents généralement faibles sans direction dominante. [données ?]

Économie

L'économie départementale a longtemps été liée à l'extraction minière (fer, sel et calcaire). Prospère jusque dans les années 1960, elle a commencé à souffrir de la crise de la sidérurgie à partir des années 1970, ce qui l'a contrainte à reconvertir son économie.

Au nord de Val-de-Briey, le Pays Haut est la région qui a le plus souffert de cette crise. Le taux de chômage y reste élevé et l'emploi transfrontalier vers la Belgique et le Luxembourg très développé. À titre d'exemple, 50 % de la population active de l'ancienne ville sidérurgique de Longwy travaille au Grand-Duché. La région de Lunéville est également un territoire en difficulté. Au contraire, l'agglomération nancéienne est très dynamique avec une forte implication dans les services, la recherche et l'enseignement supérieur. Dans le Sud du département, le Saintois (le verger des Ducs de Lorraine) est resté, quant à lui, très rural.

En 2008, sur l'emprise d'une partie de l'ancienne base aérienne américaine de Chambley-Bussières est lancée l'installation d'un important pôle aéronautique pour la production de l'avion Skylander SK-105 (groupe GECI International) mais cette société ayant été mise en liquidation en 2013, le projet est arrêté puis définitivement abandonné.

La centrale photovoltaïque de Toul-Rosières, mise en service en 2012, est la plus importante de France.

Démographie

En 2017, le département comptait 733 481 habitants[Note 2], en augmentation de 0,03 % par rapport à 2012 (France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1791 1801 1806 1821 1826 1831 1836 1841 1846
-338 115365 810--415 568424 366444 603-
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
450 423424 373428 643428 387365 137404 609419 317431 693444 150
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
466 417484 722517 508564 730503 810552 087592 632576 041528 805
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
607 022678 078705 413722 588716 846711 822713 779725 302733 124
2016 2017 - - - - - - -
733 821733 481-------
(Sources : SPLAF - population totale du département depuis sa création jusqu'en 1962 − puis base Insee − population sans doubles comptes de 1968 à 2006[10] puis population municipale à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Communes les plus peuplées

Liste des 15 communes les plus peuplées du département
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Nancy 54395 Métropole du Grand Nancy 15,10 104 286 (2017) 6 906
Vandœuvre-lès-Nancy 54547 Métropole du Grand Nancy 9,46 30 002 (2017) 3 171
Lunéville 54329 CC du Territoire de Lunéville à Baccarat 16,34 18 287 (2017) 1 119
Toul 54528 CC Terres Touloises 30,59 15 832 (2017) 518
Laxou 54304 Métropole du Grand Nancy 15,94 14 444 (2017) 906
Villers-lès-Nancy 54578 Métropole du Grand Nancy 9,95 14 415 (2017) 1 449
Longwy 54323 CA de Longwy 5,34 14 378 (2017) 2 693
Pont-à-Mousson 54431 CC du bassin de Pont-à-Mousson 21,60 14 228 (2017) 659
Maxéville 54357 Métropole du Grand Nancy 5,63 9 814 (2017) 1 743
Saint-Max 54482 Métropole du Grand Nancy 1,85 9 965 (2017) 5 386
Dombasle-sur-Meurthe 54159 CC des Pays du Sel et du Vermois 11,21 9 734 (2017) 868
Villerupt 54580 CC du Pays-Haut Val d'Alzette 6,56 9 737 (2017) 1 484
Jarville-la-Malgrange 54274 Métropole du Grand Nancy 2,43 9 264 (2017) 3 812
Tomblaine 54526 Métropole du Grand Nancy 5,55 8 887 (2017) 1 601
Essey-lès-Nancy 54184 Métropole du Grand Nancy 5,75 8 823 (2017) 1 534

Tourisme

Les résidences secondaires

Selon le recensement général de la population du , 1,6 % des logements disponibles dans le département étaient des résidences secondaires.

Ce tableau indique les principales communes de Meurthe-et-Moselle dont les résidences secondaires et occasionnelles dépassent 10 % des logements totaux en 2008. Il est à noter que le nombre de résidences secondaires à Pagny-sur-Moselle était dû à la présence de la base-vie pour la construction de la LGV Est européenne.

Commune Population SDC Nombre de logements Rés. secondaires % Rés. secondaires
Messein 0 01 708 0 0 0835 0 0 0127 15,27 %
Pagny-sur-Moselle[12] 0 04 123 0 02 042 0 0 0251 12,30 %

Sources : Insee, chiffres au 01/01/2008.

Culture

La place Stanislas à Nancy, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.
Les remparts à Longwy, inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre du Réseau des sites majeurs de Vauban.

Issue de la guerre de 1870, la limite actuelle entre Meurthe-et-Moselle et Moselle ne marque pas une réelle frontière culturelle et les habitants des deux départements, hormis quelques enjeux d'aménagement du territoire, ou bien lors de rencontres sportives, se reconnaissent comme parties du même ensemble.

Près de Longwy, l'ancien bassin industriel du Pays Haut reste par exemple culturellement plus proche de la région de Thionville en Moselle que du sud du département[13].

Arts, littérature, cinéma

  • Dans sa chanson Les petits patelins, Marie-Paule Belle prétend « quand on s'amuse en Meurthe-et-Moselle, on en revient rarement pucelle ».

Politique

Le siège du conseil général de Meurthe-et-Moselle à Nancy.

Compte tenu de la manière dont le département a vu le jour (assemblage historique accidentel de deux morceaux d'anciens départements de l'époque de la Révolution française), les comportements politiques sont relativement différents selon que l'on se situe dans la partie nord ou la partie sud, selon qu'on est dans une ville industrielle ou dans la ville centre d'un pays rural.

Dans les faits, et jusqu'à aujourd'hui, l'arrondissement de Briey (Meurthe-et-Moselle nord) est acquis à la Gauche, dont l'influence provient en grande partie du monde ouvrier, dans la diversité de ses origines et de ses immigrations, dans celle de ses activités. Mineurs ou sidérurgistes, ouvriers du bâtiment ou de la chimie, les habitants du nord choisissent le plus souvent leurs représentants parmi les partis de gauche.

L'agglomération de Nancy, où les activités industrielles ont eu un certain poids, est plus partagée, même si elle penche de plus en plus à gauche, à l'exemple de la ville préfecture.

La partie sud du département apparaît plus conservatrice (longtemps influencée par l'Église, accueillant des unités militaires d'importance, plus marquée par les activités rurales) et la Droite y a bénéficié d'une forme d'hégémonie durant de longues décennies. Dans les villages du Sud de Meurthe-et-Moselle, le Front national fait de très bons scores, notamment aux élections présidentielles.

Cette situation évolue toutefois, faisant du département de Meurthe-et-Moselle celui des départements lorrains le plus orienté à gauche et le seul dont le Conseil général est d'ailleurs présidé par la Gauche.

Personnalités liées au département

Notes et références

Notes

  1. Prononciation en français de France standardisé retranscrite phonémiquement selon la norme API.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Valérie Beausert-Leick élue à la tête du Département, L'Est Républicain, 13 juillet 2020
  2. « Départ du préfet de Meurthe-et-Moselle, Philippe Mahé », estrepublicain.fr, (consulté le 11 décembre 2017)
  3. Après la signature du traité, reconnu de jure par les autres Nations, il ne fut juridiquement plus question de parler d'annexion pour ces territoires qui devinrent alors Terre d'Empire (Reichsland).
  4. André Guilcher, « Chronique océanographique », Norois, vol. 5, no 17,‎ , p. 96.
  5. « La Meurthe-et-Moselle : Géographie », sur le site du Conseil général de Meurthe-et-Moselle.
  6. Henrik Lindell, « Toul monde en parle », Témoignage chrétien,‎ (lire en ligne).
  7. Alphonse Schmitt, « La population du département de la Meuse depuis le début du XIXe siècle : Étude de géographie humaine », Annales de l'Est, Berger-Levrault, vol. 42-43,‎ 1928-1929, p. 9.
  8. Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) : Les publications de L'Insee en Lorraine.
  9. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  10. Fiches Insee - Populations légales du département pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017
  11. au recensement de 1999 Pagny-sur-Moselle comptait seulement 10 résidences secondaires.
  12. Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) : Les publications de L'Insee en Lorraine : Économie Lorraine, Transfrontalier.

Voir aussi

Bibliographie

  • Henri Lepage, Annuaire administratif, statistique, historique, judiciaire et commercial du département de Meurthe-et-Moselle, Librairie N. Grosjean, de 1871 à 1888.
  • Michel Hérold et Françoise Gatouillat, Les vitraux de Lorraine et d'Alsace, Paris, CNRS Editions, , 329 p. (ISBN 2-271-05154-1)
    Corpus vitrearum, Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, Recensement des vitraux anciens de la France, Volume V, pp. 37 à 79 Les vitraux de Meurthe-et-Moselle
  • Département de Meurthe-et-Moselle en 1939-1945

Articles connexes

Liens externes