Merkit

Merkit
L'Asie vers 1200, montrant la tribu des Merkit et ses voisins
Christianisme syriaque en Asie

Les Merkit (mongol : ᠮᠡᠷᠬᠢᠳ, VPMC : Merqidcyrillique : Мэргид, MNSMergid) sont les membres d'une tribu turco-mongole présente en Mongolie centrale avant la formation de l'empire Mongol.

La mère de Gengis Khan, Hö'elün, est issue de la tribu des Onggirat, mais certains pense que Gengis Khan pourrait être issu de cette tribu, sa mère ayant été élevé par les Merkit vers la période de sa conception.

Les Merkits sont une des tribus turcs mongolisées où le christianisme syriaque était pratiqué.

Différentes khatun de l'Empire mongol étaient issues de cette tribu. On peut citer, Qoruqchin Khatun, fille de l'influent khan merkit Qutuqu et épouse de Kubilai Khan, avec qui elle eu Qoridai[1]. Ce dernier conquis le Tibet en 1252-1253 sous le règne de Möngke[2],[3].

Notes et références

  1. (en) Rashid Al-Din (trad. du persan par John Andrew Boyle), The Successors of Genghis Khan, Université de Colombia, coll. « UNESCO Collection of Representative Works » (lire en ligne)
  2. (en) Luciano Petech, Tibetan Relations with Sung China and with the Mongols, p. 173-203, in China among Equals. The Middle Kingdom and its neighbours, 10th-14th centuries, Morris Rassaki (ed.), University of California Press, Berkeley, Los Angeles, London 1983, p. 182.
  3. Hugues-Jean de Dianous, « Le Tibet et ses relations avec la Chine », Politique étrangère, p.45 : « En 1253, l'empereur Mongkou (Hien Tsong) de la dynastie impériale mongole des Yuan, qui régnait alors sur la Chine, envoya une armée au Tibet, qui fut incorporée à l'empire Yuan. Ainsi qu'on l'a vu, il y avait eu antérieurement des rois au Tibet ; mais à partir de 1275, le pouvoir politique et l'autorité suprême religieuse ne firent plus qu'un dans ce pays, quand l'empereur mongol Koubilaï eut reconnu le chef de la secte bouddhiste sa-skay-pa, Phagspa, comme chef du Tibet ».