Melocactus intortus

Melocactus intortus
Description de l'image Melocactus intortus.jpg.
Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Noyau des Dicotylédones vraies
Ordre Caryophyllales
Famille Cactaceae
Genre Melocactus

Nom binominal

Melocactus intortus
(Mill.) Urb., 1919

Synonymes

  • Cactus antonii Britton[1]
  • Cactus communis (W.T.Aiton) Steud.[1]
  • Cactus intortus Mill.[1] [2]
  • Cactus melocactus Aiton[2]
  • Echinocactus intortus (Mill.) DC.[1]
  • Melocactus amoenus Hoffmanns.[1]
  • Melocactus communis (Aiton) Link & Otto[1] [2]

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITESAnnexe II , Date de révision inconnue

Melocactus intortus, aussi appelée cactus tête à l'anglais ou encore siège de belle-mère, est une espèce végétale appartenant au genre des Melocactus. Originaire des Caraïbes, c'est une espèce encore abondante localement, mais la dégradation de son habitat naturel provoque le déclin des populations et justifie des mesures de protection.

Description

Comme tous les autres Melocactus, cette plante doit son nom à sa forme particulière, rappelant celle d'un melon. Une fois arrivé à l'âge adulte, approximativement à l'âge de quinze ans, ce cactus développe un cephalium qui grandit à une vitesse comprise entre cinq et dix millimètres par an. On estime qu'un individu peut vivre jusqu'à trois cents ans[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Écologie

Cette plante est une espèce endémique des petites îles des Antilles comme la Désirade, les îles des Saintes ou encore celles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin[3].

Cette espèce, et plus généralement l'ensemble des Melocactus, est en déclin. Elle est en effet fréquemment consommée par le bétail à la recherche d'eau durant les périodes de sécheresses et est, en outre, victime d'arrachages sauvages.

Classification

Cette espèce a d'abord été décrite en 1768 par le botaniste d'origine écossaise Philip Miller (1691-1771), sous le basionyme de Cactus intortus Mill., puis recombinée en 1919 dans le genre Melocactus par le spécialiste allemand de la flore des Antilles Ignaz Urban (1848-1931). L'épithète spécifique intortus signifie « tordu »[4].

Liste des sous-espèces

Selon Catalogue of Life (12 septembre 2017)[5] :

  • sous-espèce Melocactus intortus subsp. domingensis
  • sous-espèce Melocactus intortus subsp. intortus

Statut de protection

Son commerce est règlementé par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction et elle figure depuis 2013 dans la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature, au niveau de préoccupation mineur[6],[7]. Elle fait aussi l'objet d'initiatives locales visant sa préservation et sa réintroduction[3].

Aspects culturels

Le Melocactus intortus est connu sous les noms vernaculaires de « tête à l'anglais » et de « siège de belle-mère »[3].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e et f The Plant List, consulté le 12 septembre 2017
  2. a, b et c GRIN, consulté le 12 septembre 2017
  3. a, b, c et d Fabienne Keller, « Sauvons le cactus « Tête à l'anglais » », sur France-Antilles, Groupe Hersant Média, (consulté le 14 mai 2013)
  4. Lorraine Harrison, Le latin du jardinier. Editions Marabout, 2012.
  5. Catalogue of Life, consulté le 12 septembre 2017
  6. UICN, consulté le 11 septembre 2017
  7. CITES, consulté le 11 septembre 2017

Annexes

Voir aussi

Liens externes