Maxime Saada

Maxime Saada
Maxime Saada
Fonctions
Président-directeur général (en)
Chairman
Board Member ()
Biographie
Naissance
(48 ans)
Paris
Nationalité
Formation
Autres informations
A travaillé pour

Maxime Saada, né le à Paris[1], est Président du Directoire du Groupe Canal Plus, Président-Directeur Général de Dailymotion, Président de Studiocanal, membre du Conseil d'Administration de Gameloft.

Biographie

Maxime Saada est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1992) et titulaire d’un MBA de HEC (1994)[2],[3].

Maxime Saada commence sa carrière en 1994 au sein de l’antenne nord-américaine de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), chargée de la promotion, de la prospection et de l’accueil des investissements américains en France. Il intègre ensuite, en juin 1999, le cabinet de conseil McKinsey & Company où il conduit notamment des missions dans les domaines des télécoms et de la distribution auprès de directions générales.

En mai 2004, Maxime Saada quitte le conseil pour devenir directeur de la stratégie du Groupe Canal+, dont il devient par la suite membre du comité de direction et responsable des études consommateurs pour l’ensemble du groupe.

Après sa contribution au rapprochement entre les actionnaires de TPS et le Groupe Canal+, Maxime Saada est devenu directeur de Canalsat en juin 2007, puis directeur commercial du Groupe Canal+ en octobre 2009.

Il est nommé directeur général adjoint du Groupe Canal+, chargé de la distribution au début de 2011.

En novembre 2012, nouvelle promotion : Maxime Saada entre au directoire de Canal+ France[4],[5].

En avril 2013, il est nommé directeur général adjoint du Groupe Canal+, chargé de l’édition des chaines payantes. À ce titre, il prend la responsabilité des chaînes Canal+ et de l’ensemble des unités de programmes (cinéma, sport, création originale, flux…). Il est également responsable des chaines thématiques payantes du groupe Canal+ (Ciné+, Comédie+, Planète+… soit plus d’une vingtaine de chaines).

Outre ses fonctions de DGA du Groupe Canal+ et à la suite du départ de Cyril Linette, il assure depuis mars 2015 l'intérim de la direction des sports jusqu’à la nomination d’un nouveau directeur des sports qui lui sera rattaché.

Maxime Saada a été par ailleurs maître de conférence associé à Sciences Po Paris, dans le cadre du Master Finance et Stratégie. Il a également fait partie du conseil de direction de Sciences Po de 2006 à 2013.

Le , il est nommé Directeur Général du Groupe Canal+ par la maison mère Vivendi[6] suite au départ de Rodolphe Belmer.

Le , il est nommé Président-Directeur Général de Dailymotion en remplacement de Cédric Tournay[7].

Le , il est nommé au Conseil d'Administration de Gameloft[8].

Le , il est nommé Président de Studiocanal. De plus, l’ensemble des acquisitions de Contenus Stratégiques en matière de droits Sports, Cinéma, Séries et Chaînes tierces pour le Groupe CANAL+ est placé directement sous son autorité[9].

Le , il est nommé Président du Directoire de Groupe Canal Plus[10].

Notes et références

  1. Maxime SAADA.
  2. « VIVENDI : Saada devient président du Directoire de Canal+, Bolloré lâche le Conseil de surveillance », Capital.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Zone Bourse, « VIVENDI : Saada devient président du Directoire de Canal+, Bolloré lâche le Conseil de surveillance », Zone bourse,‎ (lire en ligne)
  4. « Maxime Saada, nouveau directeur général du groupe Canal+, qui pourrait supprimer "Le Grand Journal" », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  5. « Maxime Saada, le DG de Canal+ programmé par Bolloré », Challenges,‎ (lire en ligne)
  6. Vivendi conserve « Les Guignols » mais renvoie le numéro 2 de Canal+, Le Monde, 3 juillet 2015.
  7. « Maxime Saada prend la tête de Dailymotion - Stratégies », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  8. « Vivendi recompose le Conseil d’administration de Gameloft »
  9. CB News, « Le groupe Canal+ se réorganise en 3 pôles », CB News,‎ (lire en ligne)
  10. « Maxime Saada (Canal +) sur les droits TV de la Ligue 1: "A ces prix-là, c'était complètement déraisonnable" », Europe 1,‎ (lire en ligne)