Maxime Legendre

Maxime Legendre
Fonctions
Député de l'Eure
Biographie
Lieu de naissance Paris
Lieu de décès Les Préaux
Parti politique Action libérale

Alexandre-Maxime Legendre, né le à Paris 2e[1] et mort aux Préaux, est un avocat et homme politique français.

Biographie

Fils d'Alexandre Gustave[1], magistrat à la Cour de cassation et conseiller général de l'Eure, et petit-fils du député Alexandre-Joseph Legendre, député, il épouse Madeleine Marc, fille de Paul Marc, directeur de la Compagnie des chantiers et ateliers de l'Océan - Penhoët à Rouen et d'une compagnie d'assurance (fils d'Amédée Marc, directeur général et administrateur délégué de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et conseiller général de l'Orne, et de Françoise Homberg) .

Président de la Conférence Olivaint de 1883 à 1885 et docteur en droit de la faculté de droit de Paris, il devient avocat à la cour d'appel de Paris, puis avocat au Conseil d’État et à la Cour de cassation. Il devient membre du Conseil de l'Ordre.

En 1892, il entre au conseil municipal des Préaux, commune de son château, puis, en 1903, devient membre du Conseil général de l'Eure. Il se présente aux élections de 1910 dans la circonscription de Pont-Audemer avec le soutien de l'Action libérale, et est élu député de l'Eure au premier tour, le 24 avril 1910 face à Loriot, député sortant.

À la Chambre, il est nommé secrétaire de la commission d'assurance et de prévoyance sociale. Il prend part à la discussion du budget de l'exercice 1911. Legendre intervient également dans la discussion de la proposition de loi Siegfried, concernant l'établissement d'une seconde voie ferrée du Havre à Paris. Lorsque la loi de finances est examinée, il dépose une motion tendant à la disjonction de l'article 106 relatif au régime financier des colonies.

Il décède à l'âge de cinquante ans, le 13 mai 1911.

Il a été membre du conseil général des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul.

Publications

  • De l'action exercitoria: son influence sur la théorie du mandat (Dr. rom.) ; Des principes d'indemnité en matière d'assurances sur marchandises, 1884
  • De la réparation des erreurs judiciaires, 1892
  • Adrien de Tourville : notice, 1904
  • Répertoire pratique de la législation et de la jurisprudence coloniales: formant les tables générales des treize années, 1898-1910, 1912 (avec Pierre Dareste, G. Appert, L. Rotureau-Launay, A. Marcille)

Sources

  • Jean Joly, Dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940,
  • Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn, Pierre Ardaillou, Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie sous la Troisième République, 1871-1940, 1940

Notes et références

  1. a et b Archives numérisées de l'état civil de Paris, acte de naissance no 2/109/1861 (consulté le 20 mai 2012)