Maussac

Maussac
Église de Maussac - façade sud-ouest - 2000.
Église de Maussac - façade sud-ouest - 2000.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Ussel
Canton Plateau de Millevaches
Intercommunalité Communauté de communes Ussel - Meymac - Haute-Corrèze
Maire
Mandat
Nelly Simandoux
2014-2020
Code postal 19250
Code commune 19130
Démographie
Gentilé Maussacois
Population
municipale
428 hab. (2014 en augmentation de 8,08 % par rapport à 2009)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 28′ 23″ nord, 2° 08′ 38″ est
Altitude Min. 555 m
Max. 685 m
Superficie 13,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maussac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maussac
Liens
Site web http://mairiemaussac.wixsite.com/accueil

Maussac est une commune française située dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie

La commune est traversée par la Luzège.

Commune traversée dans le sens est-ouest par la ligne de chemin de fer (ex PO) de Clermont-Ferrand à Brive (transversale sud de Lyon-Bordeaux) et l'autoroute A89. La RN 89 la borde au sud.

Outre des hameaux comportant des exploitations agricoles, la commune se répartit en trois pôles :

  • le bourg lui-même avec l'église, la mairie-école, la place de l'Église et le cimetière,
  • à 500 m au sud, le Poteau de Maussac, au carrefour de la RN 89 et de la route D 36 de Meymac avec une zone artisanale et un hôtel,
  • à 2 km au nord, Lapleau-Maussac, hameau regroupé autour de la gare, de l'ancienne mine, de la Poste, d'une école et de quelques commerces.

Économie

Histoire

Période de l'Âge du Fer

Un tumulus marque le point de jonction des communes de Maussac, Meymac et Davignac[1].

Près du hameau de la Forêt, plusieurs amas de pierres évoquent des structures écroulées. Le site a livré une hache polie. Quelques tessons de céramique commune, non tournés, peuvent dater de la fin du second Age-du-Fer où même de l'époque d'Auguste. Des scories, associés à des fonds de creusets en céramique, se rapportent à une activité métallurgique[2].

Période gallo-romaine

Plusieurs gisements gallo-romains son connus sur la commune.

La voie romaine Clermont - Périgueux passait la Luzège au sud des Chaussades, puis se dirigeait vers la Bole-Grande par les Marteaux[1].

Un ancien chemin venant d'Ussel se dirigeait vers Saint-Yrieix-le-Déjalat par le Sirieix[1].

Au bourg, des vestiges antiques sont signalés près de l'église[3]. Ils marquent l'emplacement d'une structure gallo-romaine, peut-être un sanctuaire.

À l'ouest de la gare de Lapleau, des tegulæ et des débris de céramique commune et sigillée indiquent la présence d'une construction gallo-romaine[1].

Près du hameau des Marteaux, la présence de tegulæ correspond à l'emplacement d'une structure antique[4].

Non loin de là, à 200 m à l'ouest de la ferme de la Varaze, une sépulture à incinération en coffre funéraire fut mise au jour fin 1965. Le socle et son couvercle ne s'assemblaient pas par un système de bourrelet et de feuillure comme c'est généralement le cas. Le coffre funéraire grossier, de forme quadrangulaire, renfermait une urne en verre munie de deux anses massives en forme de M., brisée lors de la découverte.

Une minuscule lamelle d'or (1 cm2) se trouvait parmi les  cendres et débris d'ossements, vraisemblablement en remplacement de la traditionnelle monnaie (obole à Charon) destinée à payer le franchissement du fleuve des enfers. Le mobilier céramique était pratiquement inexistant[5].

Héraldique

Blason de Maussac Blason De gueules au chevron d'or accompagné de trois palmes de même, au franc-canton échiqueté de gueules et d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 en cours Nelly Simandoux UMP-LR Conseillère départementale du canton du Plateau de Millevaches

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2014, la commune comptait 428 habitants[Note 1], en augmentation de 8,08 % par rapport à 2009 (Corrèze : -0,83 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270 319 351 368 441 570 545 582 627
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
657 698 684 680 670 643 619 641 632
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666 639 771 555 555 526 514 560 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
531 513 483 461 397 385 391 392 392
2013 2014 - - - - - - -
423 428 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

  • petite église paroissiale appartenant à l'origine au prieuré de Bonnesaigne avec parties du XIIe siècle, remaniée au XVe siècle et restaurée au XIXe siècle :
    • clocher-tour au flanc sud de la nef établi en 1880 ;
    • couverture originale en ardoises épaisses d'Allassac. D'après la municipalité, ces ardoises sont parties il y a quelques années sur le château de Bity à Sarran et ont été remplacées par de petites ardoises mécaniques ordinaires.
  • mines de charbon de Lapleau : uniques dans le Limousin. Première concession d'exploitation accordée en 1809. Mines exploitées jusqu'en 1943. Elles donnaient un charbon de forge gras (30 tonnes par jour) qui alimentait la manufacture d'armes de Tulle.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sources

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références

  1. a, b, c et d VAZEILLES (M.), La très vieille histoire locale. Archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine de la montagne limousine, fasc. 2, Bourges, imp. ouvrière du Centre, , p. 57.
  2. LINTZ (G.), « Trouvailles de surface à La Forêt, commune de Maussac (19) », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, no 75,‎ , p. 110-113
  3. VAZEILLES (M.), Histoire de Meymac (Préhistoire, protohistoire et histoire), Cahiers archéologiques, 1er fasc., Ussel, Eyboulet, , 64 p., p. 25
  4. VAZEILLES (M.), « Vestiges de constructions gallo-romaines en Haute et Moyenne Corrèze (suite) », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, no 64,‎ , p. 73
  5. LINTZ (G.), « Sépulture gallo-romaine des Marteaux, (commune de Maussac) », Bulletin de la Société des lettres, sciences et arts de la Corrèze, no 72,‎ , p. 10-113
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.