Maury (Pyrénées-Orientales)

Maury
Maury vu depuis le sud
Maury vu depuis le sud
Blason de Maury
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades[1]
Canton La Vallée de l'Agly
Intercommunalité Communauté de communes Agly Fenouillèdes
Maire
Mandat
Charles Chivilo
2014-2020
Code postal 66460
Code commune 66107
Démographie
Population
municipale
821 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 48′ 44″ nord, 2° 35′ 41″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 880 m
Superficie 34,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Maury

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Maury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maury

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maury

Maury est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Maurinats.

Géographie

Localisation

Le village de Maury est situé dans une vallée du Fenouillèdes. Il est dominé au Nord par le grau de Maury qui fut contrôlé en son temps par le château de Quéribus.

Communes limitrophes

Géologie et relief

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[3].

Hydrographie

Voies de communication et transports

Toponymie

Le nom de la commune est Maurí en catalan et Maurin en occitan. Selon le linguiste catalan Joan Coromines, c'est un village de transition entre le catalan et l'occitan, c'est pourquoi plusieurs historiens l'incluent dans la Comarque du Roussillon (Comarca del Rosselló).

Histoire

En 842, Charles de Chauve donne à un certain Milon, le villar d'Amariolas ainsi que d'autres fiefs dans le territoire ou pagus du Fenouillèdes[4].

Maury a fait partie du VIIIe au XIIIe siècle du pagus et de la vicomté de Fenouillèdes[5].

Politique et administration

Administration municipale

Liste des maires

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1953 Damien Marquier    
1953 1959 Georges Olive    
1959 1960 Henry Gelly    
1960 1965 Roger Peille    
1965 1969 Gaston Armingaud    
1969 1979 Claude Flamand    
1979 1983 Jean-Louis Lafage    
1983 2001 Jean-Louis Véra    
2001 [6] Charles Chivilo[7],[8]'[9] PRG potier

Population et société

Démographie ancienne

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1693 1709 1720 1774 1788 1789
52 f 50 f 50 f 80 f 271 H 102 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 821 habitants, en diminution de -6,7 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
598 648 657 1 034 1 056 1 098 1 266 1 352 1 342
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 444 1 607 1 653 1 660 1 709 1 830 1 819 1 830 1 686
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 721 1 717 1 603 1 546 1 506 1 377 1 394 1 343 1 313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 405 1 298 1 059 982 916 850 901 840 821
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[14] 1975[14] 1982[14] 1990[14] 1999[14] 2006[15] 2009[16] 2013[17]
Rang de la commune dans le département 46 47 64 72 82 84 85 92
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement

Manifestations culturelles et festivités

  • Fête patronale et communale : 13 novembre[18] ;
  • Fête du vin : 1er dimanche de juillet[18] ;
  • Foire : 25 septembre[18] ;
  • Marché : tous les jours sauf dimanche et lundi[18].

Santé

Sports

Économie

Revenus de la population et fiscalité

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 17 088 €[19].

Emploi

Entreprises et commerces

Maury est une commune viticole aux crus réputés. Elle est connue pour son vin doux rouge, le maury qui ressemble à du Porto. Ce vin doux naturel est voisin du Banyuls.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • Chapelle Saint-Roch, de style roman, édifiée en 1854.
  • Église Saint-Brice, rare cas d'église de style moderne dans le département.
  • La cave coopérative des vignerons de Maury, achevée en 1911, réalisée par Pierre Paul, bénéficie du label « Patrimoine du XXe siècle » depuis 2013.
  • Nombreuses peintures murales en trompe-l'œil, notamment de Bernard Gout.

Personnalités liées à la commune

  • Georges Baillat (1896-1987) : médecin, résistant et homme politique né à Maury ;
  • Guy Flamand (1900-1970) : joueur de rugby à XV né à Maury, champion de France avec Quillan en 1929.

Héraldique

Blason de Maury Blason De gueules à trois fusées d'argent accolées en fasce.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Culture populaire

Littérature
  • Gérard Gavarry, Leucate Univers, Paris, P.O.L, , 265 p. (ISBN 978-2-8180-3981-6, notice BnF no FRBNF45013010), roman ayant essentiellement pour cadre Leucate à différentes époques, mais dont une partie de l'histoire se déroule à Maury[20].

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Maury sur le site de l'Institut géographique national

Notes et références

Notes

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références

  1. « Modification des limites territoriales des arrondissements », Préfet des Pyrénées-Orientales
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Plan séisme » (consulté le 29 mars 2017)
  4. « Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, , t. I, J.-B. Dumoulin, 1846, 252+103 p. 20 »
  5. (ca) Jordi Bolòs et Víctor Hurtado, Atles dels comtats de Rosselló, Conflent, Vallespir i Fenollet (759-991), Barcelone, Rafael Dalmau, , 151 p. (ISBN 978-84-232-0734-3)
  6. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  7. Charles Chivilo fit partie des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Christiane Taubira à l'élection présidentielle de 2002, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2002
  8. Charles Chivilo fit partie des 500 élus qui ont parrainé la candidature de Ségolène Royal à l'élection présidentielle de 2007, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 2007
  9. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. a, b, c et d Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  19. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  20. Jean-Didier Wagneur, « Univers parallèles : Une histoire de Leucate en trois temps par Gavarry », Libération,‎ , p. 46 (lire en ligne)