Mauricio Kagel

Mauricio Kagel
Mauricio Kagel (1985).jpg

Mauricio Kagel au Holland Festival d'Amsterdam en mai 1985.

Biographie
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Cologne
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Genre artistique
Site web
www.mauricio-kagel.com/gb/biografy.html
Distinctions

Mauricio Kagel est un compositeur, chef d'orchestre et metteur en scène argentin né à Buenos Aires le et mort le à Cologne (Allemagne)[1] où il était installé depuis 1957. Il s'est principalement attaché au théâtre instrumental en renouvelant le matériau sonore (électroacoustique, sons divers). Mais il a également exploré les ressources dramatiques du langage musical contemporain dans des pièces radiophoniques, des films, des œuvres électroacoustiques, des formes anciennes.

Biographie

Né en 1931 à Buenos Aires, Mauricio Kagel suit des études de musique, d'histoire de la littérature et de philosophie, à l'Université de Buenos Aires et devient conseiller artistique de l'Agrupacion Nueva Musica à l'âge de 18 ans. Il commence à composer ses premières pièces instrumentales et électroacoustiques. De 1955 à 1957, il est directeur des réalisations culturelles à l'Université et des études à l'Opéra de Chambre, et chef d'orchestre au Teatro Colón. En 1957, il s'installe à Cologne, où il crée deux ans plus tard le Kölner Ensemble für Neue Musik, et entre 1969 et 1975, dirige les Cours de musique nouvelle à Cologne. Depuis 1974, il occupe la chaire de théâtre musical, ouverte pour lui à la Hochschule für Musik.

L'œuvre de Kagel est étendue et variée. Mauricio Kagel questionna, dès 1959, la problématique de la composition musicale et du théâtre[2]. Au début des années 1960, le compositeur a mis l'accent sur le théâtre instrumental, dont Sur Scène (1959) est la première manifestation et va faire de lui une autorité dans le paysage de la création musicale européenne. Par la suite, ses pièces instrumentales et scéniques se multiplient entrecoupées de symphonies de conception « ouverte », Hétérophonie et Diaphonies I, II et III. Dans les années 1970, il dirige son travail vers la grande tradition démontée (Bach, Beethoven, Brahms), à laquelle il intègre des formes de musique de variété.

En 1970, Ludwig van vient souligner, par le retentissement de sa version cinématographique, l'invention de Kagel dans les genres de la scène, du concert, du cinéma et de la radio. L'année suivante, Staatstheater précède de peu un retour à l'orchestre symphonique avec les Variationen ohne Fuge. Pièces instrumentales et pièces théâtrales continuent de s'imbriquer dans cette exploration des sons inouïs et des gestes « producteurs » de musique : de Charakterstück pour quatuor de cithares et Exotica pour instruments extra-européens (1972) aux deux opéras Die Erschöpfung der Welt (1980) et Aus Deutschland (1981).

À partir des années 1980, Kagel brise de plus en plus les conventions et les habitudes auditives, avec notamment : Rrrrrrr…, ensemble de 41 pièces (1980-1982) et le Troisième quatuor à cordes (1986-1987).

Mauricio Kagel est l'auteur de compositions pour orchestre, voix, piano et orchestre de chambre, de nombreuses œuvres scéniques, de dix-sept films et onze pièces radiophoniques. Il a reçu récemment le prix Erasmus.

Œuvres

  • Sonant (1960), pour harpe, guitare, contrebasse et percussions
  • Acustica (1970) électroacoustique
  • Ludwig van (1970) film
  • Guten Morgen ! (1971) pièce radiophonique
  • Staatstheater (1971) théâtre musical
  • Zwei-Mann-Orchester (1973) théâtre musical[3]
  • Mare Nostrum (1975) théâtre musical
  • Le Tribun ou Dix marches et neuf contretemps pour manquer la victoire (1978) théâtre musical[4]
  • Finale (1980/81) théâtre musical[4]
  • Aus Deutschland (1981) théâtre musical
  • Passion selon saint Bach (1985) forme à l'ancienne
  • La Trahison orale (1988) théâtre musical
  • Idées fixes (1989) théâtre musical
  • La Rose des Vents, cycle pour orchestre de salon (clarinette, deux violons, alto, violoncelle, contrebasse, piano, harmonium, percussion et flûte de pan) :
    1. Osten (1989)
    2. Süden (1989)
    3. Nordosten (1991)
    4. Nordwesten (1991)
    5. Südosten (1991)
    6. Südwesten (1992)
    7. Westen (1994)
    8. Norden (1994)

Filiation et postérité

Élèves : Carola Bauckholt , María de Alvear , Manos Tsangaris, David Sawer, Juan María Solare

Liens externes

Notes et références

  1. (fr) Le compositeur germano-argentin Mauricio Kagel est mort afp.google.com, 18 septembre 2008
  2. Dieter Schnebel: Mauricio Kagel. Musik, Theater, Film. Dumont Schauberg, Köln, 1970, (p. 338).
  3. https://www.youtube.com/watch?v=vB6jYjSdXzQ
  4. a et b http://www.canalcast.com/v1/wents/users/60579/docs/DP%20Le%20Tribun-Finale.pdf