Maurice Fayolle

Maurice Fayolle
Naissance 8 mars 1909
Paris
Décès 30 septembre 1970
Paris
Origine français
Cause défendue libertaire

Maurice Fayolle, né le 8 mars 1909 à Paris et mort le 30 septembre 1970 à Paris, est un électricien et militant communiste libertaire.

En 1967, il est l'inspirateur de la création de l'Organisation révolutionnaire anarchiste[1].

Fédération anarchiste

Après avoir fréquenté la bibliothèque de l'Union coopérative d'Amiens (fondée par des libertaires au début de 1900), il commence à militer au sein du groupe d'Amiens de l'Union Anarchiste (UA).

Il collabore au journal Le Libertaire avec une rubrique régulière intitulée « Réflexe du passant ».

Après la Seconde Guerre mondiale, il participe à la reconstitution du Mouvement libertaire qui donne naissance à la Fédération anarchiste (FA) où il assure, de 1945 à 1952, le secrétariat aux relations intérieures puis aux relations extérieures.

En désaccord avec Georges Fontenis et sa prise de pouvoir au sein de la FA, il est exclu de la FA début 1953.

Il participe ensuite avec Maurice Joyeux à la création de la nouvelle FA et de son journal Le Monde libertaire[2].

Délégué à la plupart des congrès, il y développe la thèse de l’anarchisme ouvrier organisé.

Pendant la guerre d’Algérie, il prend de nombreuses fois position pour la lutte anticolonialiste tout en mettant en garde contre une « révolution nationaliste » et l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle bourgeoisie[3].

Organisation révolutionnaire anarchiste

Constatant la stagnation de l’anarchisme, due selon lui à « son inaptitude à l’organisation », il propose d’adopter un fonctionnement plus structuré et d’actualiser la doctrine en fonction des données économiques et sociales de l’époque.

À partir de 1956, il demande à modifier les statuts de la FA pour « créer une organisation anarchiste sur des bases sérieuses et solides, ne rassemblant que des hommes résolus à s’évader des paroles stériles ». En 1965, il rassemble ses thèses et textes sous le titre « Réflexions sur l’anarchisme »[4].

Il tente sans succès, d'en convaincre les militants de la FA dans le bulletin intérieur et lors des congrès.

Sa volonté de changement structurel se heurte aux craintes de déviations autoritaires de nombreux militants individualistes et à leur conception d’une organisation réduite au minimum.

En 1967, sur ces bases de rénovation, il crée une tendance, l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA)[5] qui publie à partir de janvier 1968 un bulletin, L'Organisation libertaire.

Les évènements de Mai 68 donnent un élan à l'ORA qui s'émancipe de la FA, notamment lors du congrès international de Carrare où l'ORA se voit confier le secrétariat de l’Internationale des fédérations anarchistes (IFA).

L'ORA devient indépendante fin mars 1970, optant clairement pour une organisation de type plateformiste[6].

Maurice Fayolle est élu à son comité national provisoire mais, atteint d'un cancer au poumon, il est hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière en mai et meurt le 30 septembre 1970.

Œuvres

Réflexions sur l'anarchisme, Maurice Fayolle, Volonté Anarchiste, no 1, 1977.
  • Textes de Maurice Fayolle, Paris, Front Libertaire, 1974[9].
  • De l’organisation anarchiste, Paris, Noir et Rouge, 1979[10].

Articles

  • Fabrice Magnone, Le Libertaire (1917-1956) Autopsie d'un organe anarchiste, doctorat en histoire, 1998, Université de Nice, 1998, Maurice Fayolle.
  • Les auteurs du Monde libertaire, Maurice Fayolle.

Bibliographie

  • Maurice Laisant, Maurice Fayolle, Le Monde libertaire, novembre 1970, lire en ligne.
  • Roland Biard, Histoire du mouvement anarchiste en France (1945-1975), Éditions Galilée, 1976, (ISBN 2-7186-0045-4), lire en ligne.
  • Guillaume Davranche et Grégoire Mariman, Dossier 68 : Rolf Dupuy et Guy Malouvier : « Chacun de ces mots comptait : organisation ; révolutionnaire ; anarchiste », 6 septembre 2007, Alternative libertaire no 173, mai 2008, texte intégral.
  • Cédric Guérin, Anarchisme français de 1950 à 1970, Mémoire de Maitrise en Histoire contemporaine sous la direction de Mr Vandenbussche, Villeneuve d’Ascq, Université Lille III, 2000, texte intégral, pdf.
  • Sylvain Boulouque, Les anarchistes français face aux guerres coloniales (1945-1962), Atelier de création libertaire, 2003, (ISBN 978-2-905691-82-8), lire en ligne.
  • Jean Préposiet, Histoire de l'anarchisme, Tallandier, 2005.
  • (en) Robert Graham, Anarchism : A Documentary History of Libertarian Ideas, Volume Two - The Emergence of the New Anarchism (1939 to 1977), Montréal/New-York/London, Black Rose Book, 2009, page 160.
  • (en) David Porter, French Anarchists and Algeria, Miami University Libraries, 2011, lire en ligne.
  • (en) Mark Bray, Translating Anarchy : The Anarchism of Occupy Wall Street, Zero Books, 2013, page 296.

Notices

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Jean Maitron, Le mouvement anarchiste en France, de 1914 à nos jours, tome 2, Paris, Gallimard, 1975, page 104.
  2. Roland Bosdeveix, Maurice Joyeux, Éditions du Monde libertaire, 2006, (ISBN 978-2903013943), page 34.
  3. Sylvain Pattieu, Mohamed Harbi, Les Camarades des frères : trotskistes et libertaires dans la guerre d'Algérie, Syllepse, 2002, 2018 (ISBN 2-913165-82-6), lire en ligne.
  4. (it) Jean Préposiet, Storia dell'anarchismo, Dedalo, 2006, page 56.
  5. Domenico Pucciarelli, L'imaginaire des libertaires aujourd'hui, préface d'Alain Pessin, Lyon, Atelier de création libertaire, Lyon, 1999, page 125.
  6. Georges Fontenis, Changer le monde : Histoire du mouvement communiste libertaire, 1945-1997, Toulouse, Le Coquelicot, 2000, "Maurice+Fayolle" page 28.
  7. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : notice.
  8. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : notice.
  9. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : notice.
  10. Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones : notice.