Mathieu Barathier

Mathieu Barathier
Naissance
Décès
(à 82 ans)
Narbonne
Activité
Peintre, graveur et lithographe
Maître

Mathieu Barathier est un peintre, graveur et lithographe français, né à Narbonne le et mort le dans la même ville[1].

Biographie

Il fut élève de Jacques Gamelin puis de Jacques-Louis David. Il renonce à l'influence du maître du néo-classicisme pour se tourner vers le romantisme, avec une prédilection pour l'art d'outre manche[2].

Après plusieurs décennies passées à Paris, il se retira dans les années 1850 à Carcassonne puis Narbonne, où il fit partie de la Commission archéologique et littéraire. Il légua sa collection de livres, gravures, objets d'arts, céramiques, tableaux et dessins au musée d'art et d'histoire de Narbonne. Parmi ces derniers, des œuvres de Füssli, Bonington, François Boucher, Fragonard, Hubert Robert, Lajoue, Greuze, Bouchardon ou encore Nicolas Lagneau et Raymond Lafage[3]. Sa collection, qui va des armes anciennes aux ébauches d'artistes romantiques témoigne de l'étendue de sa curiosité. Un de ses centres d'intérêt récurrent, tant dans son activité de collectionneur que dans ses propres travaux, est le monde du spectacle et du ballet, qu'il a abondamment illustré[4].

Le musée d'art et d'histoire de Narbonne, avec plusieurs centaines de dessins de sa main ainsi que des archives, conserve le corpus le plus significatif de l'artiste.

Galerie

Œuvres

A Narbonne au musée d'art et d'histoire :

  • Bayadère dansant devant un prince oriental, tableau, 1849.
  • Les Délices du harem, tableau.
  • Psyché offrant des présents à ses sœurs, estampe d'après Alexandre-Évariste Fragonard.

Ce musée conserve un portrait de Barathier par Pascal Barthe.

Notes et références

  1. Jean Lepage, Le mirage oriental: la peinture orientaliste dans les collections du Musée d'art et d'histoire de Narbonne, Musées de Narbonne, , 159 p. (ISBN 9782905677167, présentation en ligne)
  2. L'artiste s'est rendu en Angleterre, et a possédé des centaines de gravure anglaises, en particulier d'après Füssli, conservées au Musée d'art et d'histoire de Narbonne.
  3. « www.musees-narbonne.com », sur Musées de Narbonne
  4. « Joconde portail des collections des musées de France », sur Ministère de la culture et de la communication

Lien externe