Massacres de Khan Cheikhoun de février 2017

Massacres de Khan Cheikhoun de février 2017
Massacres de Khan Cheikhoun
Date 9 -
Lieu Khan Cheikhoun
Victimes Prisonniers rebelles syriens :
Morts 172 à 250[1],[2],[3]
Auteurs Flag of Jund al-Aqsa.svg Liwa al-Aqsa
Guerre Guerre civile syrienne
Coordonnées 35° 26′ 43″ nord, 36° 39′ 06″ est

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacres de Khan Cheikhoun de février 2017

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Massacres de Khan Cheikhoun de février 2017

Les massacres de Khan Cheikhoun ont lieu en février 2017, au cours de la guerre civile syrienne.

Contexte

Ces tueries ont lieu a une période de grands bouleversements pour les groupes rebelles du nord de la Syrie. En octobre 2016, au sud du gouvernorat d'Idleb et au nord du gouvernorat de Hama, un premier conflit éclate entre Ahrar al-Cham et Jound al-Aqsa[4]. Ahrar al-Cham reçoit aussitôt le soutien de la plupart des autres groupes rebelles de la région qui accusent Jound al-Aqsa d'être lié à l'État islamique[5],[6],[7],[8]. Après quelques jours de combats, Jound al-Aqsa prête alors allégeance au Front Fatah al-Cham — l'ex-Front al-Nosra — le 9 octobre 2016, afin d'obtenir sa protection[9].

En janvier 2017, dans le gouvernorat d'Idleb et l'ouest du gouvernorat d'Alep, un nouveau conflit éclate entre d'un côté le Front Fatah al-Cham et de l'autre Ahrar al-Cham, Suqour al-Cham et des groupes de l'Armée syrienne libre. Le , plusieurs groupes rebelles fusionnent au sein d'Ahrar al-Cham, afin d'obtenir sa protection[10],[11],[12],[13]. Trois jours plus tard, le Front Fatah al-Cham fusionne à son tour avec plusieurs autres groupes rebelles pour former un nouveau mouvement : Hayat Tahrir al-Cham[12].

Le , après de nouveaux combats avec Ahrar al-Cham, le Front Fatah al-Cham annonce finalement qu'il rejette Jound al-Aqsa[14],[15],[16].

Déroulement et bilan humain

Quelques jours plus tard, de nouveaux combats éclatent. Le 8 février 2017, Jound al-Aqsa — qui vient de se rebaptiser Liwa al-Aqsa — affronte d'abord l'Armée syrienne libre, puis le 12 février Hayat Tahrir al-Cham. Le 13 février, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) fait état d'au moins 69 morts dans les combats et fait mention d'exécutions de prisonniers.[17],[18],[16]

Selon Abdoul Hakim al-Rahmon, chef de l'aile politique de Jaych al-Nasr, un groupe de l'Armée syrienne libre, un massacre a lieu le 9 février à Khan Cheikhoun, dans le sud du gouvernorat d'Idleb[3]. Selon lui, 200 rebelles faits prisonniers sont exécutés par les hommes de Jound al-Aqsa, parmi les victimes figurent selon lui 160 hommes de l'Armée syrienne libre — dont 70 de Jaych al-Nasr — et 43 combattants de Hayat Tahrir al-Cham[3]. Le SITE Intelligence Group rapporte de son côté la mort de 150 rebelles, dont 70 de Jaych al-Nasr[3].

L'OSDH rapporte également un massacre à Khan Cheikhoun à la date du 13 février contre 41 prisonniers de Hayat Tahrir al-Cham[2],[19]. L'ONG fait également état de craintes sur le sort de 180 autres prisonniers tombés aux mains du groupe djihadiste.[20]. Elle indique que 150 captifs ont été exécutés d'après les témoignages de deux rebelles ayant fuis la zone d'al-Khazzanat, à Khan Cheikhoun[19].

Le 23 février, l'OSDH rapporte qu'en plus de 41 morts déjà recensés, 131 cadavres de rebelles ont été découverts la veille dans deux autres fosses communes près de Khan Cheikhoun[21],[1]. Pour l'OSDH, le bilan passe alors à au moins 172 morts[22] ; parmi ces derniers 41 appartenaient à Hayat Tahrir al-Cham[2],[19], les autres venaient de Jaych al-Nasr, Faylaq al-Cham, Al-Forqat al-Wasti et quelques autres groupes[22]. Une source de la Défense civile syrienne affirme quant à elle au journal Le Monde que 128 corps ont été exhumés[1]. Mohammad Rachid, porte-parole de Jaych al-Nasr, déclare également que sur ces 128 corps figurent 71 combattants de son mouvement, dont 11 commandants, et trois journalistes citoyens[1].

Mi-février, un accord est conclu entre le Liwa al-Aqsa et les rebelles. Le Liwa al-Aqsa doit évacuer le gouvernorat de Hama pour rejoindre l'État islamique à Raqqa, toutefois une partie de ses combattants — au nombre de 600 selon l'OSDH — préfèrent rallier le Parti islamique du Turkestan qui est intervenu comme force d'interposition[23],[19]. L'OSDH affirme que selon une des conditions de cet accord, le Liwa al-Aqsa a accepté de remettre au Parti islamique du Turkestan les corps d'au moins 186 rebelles[24],[25].

Notes et références

  1. a, b, c et d Syrie : de nombreux corps de rebelles découverts dans des fosses communes, Le Monde avec AFP, 23 février 2017.
  2. a, b et c Syrie : plus de 40 djihadistes exécutés dans des affrontements entre bandes rivales, Le Parisien avec AFP, 17 février 2017.
  3. a, b, c et d Un massacre signalé dans l'ouest de la Syrie, Reuters, 16 février 2017.
  4. Violent clashes in Kafrsajna at the southern countryside of Idlib continue between Jund al-Aqsa and Ahrar al-Sham, OSDH, 7 octobre 2016.
  5. Several factions announce a military and security standing with the Islamic movement of Ahrar al-Sham against the “aggressor” Jund al-Aqsa, OSDH, 7 octobre 2016.
  6. Romain Caillet, #Syrie : Ahrar ash-Sham accuse Jund al-Aqsa d'abriter plusieurs cellules secrètes de l'#EI et de professer des positions "takfiristes", twitter, 7 octobre 2016.
  7. Hasan Mustafa, 16 FSA groups release statement announcing their support for Ahrar al Sham against Jund al Aqsa aggression., twitter, 7 octobre 2016.
  8. Hassan Hassan, As rebel factions fracture, hardliners seek to prosper, The National, 10 octobre 2016.
  9. Syrie: deux groupes jihadistes annoncent leur rapprochement, AFP, 9 octobre 2016.
  10. Lisa Barrington et Tom Perry, Regroupement de factions rebelles syriennes face au Front Fateh al Cham, Reuters, 26 janvier 2017.
  11. Caroline Hayek, En Syrie, une trêve aux accents de guerre intestine rebelle, OLJ, 27 janvier 2017.
  12. a et b Romain Caillet, Jihadistes proches d’al-Qaïda et rebelles radicaux s’unissent pour former l’Organisation de Libération du Sham, Jihadologie, 29 janvier 2017.
  13. Syrie : combats entre Fateh el-Cham et des rebelles dans la province d'Idleb, AFP, 24 janvier 2017.
  14. Wassim Nasr, #Syrie #JFS rejette Jound alAqsa (qui lui avait voué allégeance twt plus haut) suite aux confrontations avec #AhrarAlCham #Idleb, twitter, 23 janvier 2017.
  15. Kyle Orton, Analysis: ‘Al-Qaeda Reshapes the Insurgency in Northern Syria’, Henry Jackson Society, 6 février 2017.
  16. a et b Syrie: près de 70 morts dans des affrontements entre jihadistes, AFP, 14 février 2017.
  17. (en) « Finnaly after 3 months of waiting. New group, "Liwa Aqsa" now storming the north Hama region & expeling FSA from all major towns », sur twitter.com, (consulté le 8 février 2017)
  18. Syrie: des combats entre islamistes font 69 morts, Le Figaro avec Reuters, 14 février 2017.
  19. a, b, c et d Death toll of the fighting between Hayyaat Tahrir al-Sham and Jund al-Aqsa rises to more than 125 fighters including 40 executed by the last mentioned, and the Turkestan Party spreads in the countryside of Idlib and Hama, OSDH, 17 février 2017.
  20. Fears prevail the countryside of Idlib and Hama with the continued mystery about the fate of 180 fighters, OSDH, 17 février 2017.
  21. Syrie: 130 corps dans des fosses communes, Le Figaro avec AFP, 23 février 2017.
  22. a et b The bodies of 172 of the factions’ fighters were recovered and found, they were executed by Jund al-Aqsa organization in the countryside of Idlib and Hama, OSDH, 23 février 2017.
  23. Wassim Nasr, #Syrie les jihadistes de Liwa alAqsa vont quitter #Hama vers #Raqqa pr rejoindre l'#EI avec armes & bagages sauf chars =, twitter, 17 février 2017.
  24. After denying their existence… Jund al-Aqsa announces condition to hand over about 190 bodies of fighters and prisoners it has and sources confirm executing most of them, OSDH, 19 février 2017.
  25. Starting of opening the graves of more than 186 fighters who were killed, slaughtered and executed by Jund al-Aqsa organization after completing the exit of their members and families, OSDH, 22 février 2017.