Massacre d'Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar

(Redirigé depuis Massacre d'Uqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar)
Massacre d'Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar
Date
Lieu Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar
Victimes Civils
Type Attaque chimique
Morts 35 à 93[1]
Auteurs Drapeau de la Syrie Armée syrienne[1],[2]
Guerre Guerre civile syrienne
Coordonnées 35° 06′ 23″ nord, 37° 29′ 44″ est

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacre d'Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar

Géolocalisation sur la carte : Syrie

(Voir situation sur carte : Syrie)
Massacre d'Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar

Le massacre d'Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar résulte d'une attaque à l'arme chimique commise au cours de la guerre civile syrienne, le .

Massacre d'Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar

Sommaire

Déroulement

L'attaque est menée contre cinq villages situés à l'est du gouvernorat de Hama : Ouqayribat, Jrouh, Slaliyah, Al-Qastal et Hamadi Omar, alors contrôlés par l'État islamique[1]. Selon le « gouvernement intérimaire syrien » — une structure de l'opposition syrienne siégeant à Gaziantep, en Turquie — le Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR) et le Centre de documentation des violations en Syrie (VDC), des missiles sont tirés par des avions le , à 7 h 30 du matin[1]. Les ONG enquêtent difficilement à cause de la présence de djihadistes dans la région mais les témoignages des habitants ainsi que des photos montrent notamment des enfants inertes qui seraient morts dans leur sommeil[1]. Les témoignages recueillis évoquent aussi, selon Le Monde, « des cas de suffocation, de rétrécissement de la pupille, d'incontinence et de vomissements, autant d'éléments caractéristiques d'une exposition au gaz sarin »[1].

Enquêtes

L'attaque passe totalement inaperçue dans les médias occidentaux et ne provoque aucune réaction internationale[1]. La région est pauvre et isolée, peu de photos et de vidéos sont prises par les habitants qui craignent également des représailles de l'État islamique[1]. L'attention est également retenue par la bataille d'Alep, alors en train de s'achever[1]. Cependant l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) se déclare alors « sérieusement préoccupée » par les allégations d'attaques chimiques[1].

Human Rights Watch publie un rapport le dans lequel il impute l'attaque au régime syrien[2]. L'ONG affirme que « des avions de guerre du gouvernement semblent avoir largué des bombes munies d'agents neurotoxiques » dans les villages de Jrouh et Al-Slaliyah le 12 décembre 2016[2].

Bilan humain

Selon le Réseau syrien des droits de l'homme (SNHR), l'attaque fait au moins 35 morts[1]. Le Centre de documentation des violations en Syrie (VDC) chiffre pour sa part le nombre des victimes à 85 tués, tandis que le « gouvernement intérimaire » donne un bilan de 93 morts[1]. Selon Benjamin Barthe, journaliste du Monde : « La difficulté à réunir des éléments précis dans les zones sous le contrôle de l’EI, où les habitants rechignent à parler de peur des représailles des djihadistes, explique la disparité dans les bilans »[1].

Notes et références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Benjamin Barthe, A l’est de Hama, une attaque chimique oubliée, Le Monde, 20 avril 2017.
  2. a, b et c Syrie : De nouvelles preuves de recours systématique à des armes chimiques, Human Rights Watch, 1er mai 2017.