Masque N95

Masque N95

Le masque N95 est un masque de protection anti-particules avec un filtre qui répond à la classification de filtration de l'air de l'agence américaine NIOSH (National Institute for Occupational Safety and Health), ce qui signifie qu'il filtre au moins 95% des particules en suspension dans l'air mais n'est pas résistant à l'huile, tout comme le FFP2 européen qui filtre au moins 94 % des particules. Aux États-Unis, le N95 est le plus courant masque filtrant contre les particules[1]. Ce type de masque protège contre les particules, mais pas contre les gaz ni les vapeurs[2].

Le masque N95 est considéré comme fonctionnellement équivalent à certains masques réglementés par différentes juridictions, tels que le masque FFP2 de l' Union européenne et les masque KN95 de Chine. Cependant, des critères légèrement différents sont utilisés pour certifier leurs performances, tels que l'efficacité du filtre, l'agent de test et le débit, et la chute de pression admissible[3],[4].

Le masque N95 nécessite un maillage fin de fibres de polymère synthétique produites par un processus hautement technique appelé « fusion-soufflage » qui forme la couche de filtration interne qui filtre les particules dangereuses[5].

Utilisation

Infographie en anglais avec trois paramètres requis pour qu'un masque soit efficace
Conseils en anglais pour effectuer une vérification de l'étanchéité par l'utilisateur, qui est nécessaire chaque fois qu'un masque est mis

Aux États-Unis, l'OSHA (Occupational Safety and Health Administration) exige que les professionnels de la santé effectuant un acte de soin avec une personne ayant une infection suspectée ou confirmée du coronavirus SARS-CoV-2, utilisent une protection respiratoire, tel que le masque N95.

Il est important de noter que le masque chirurgical est différent des masques respiratoires, et n'est pas conçu ni approuvé pour fournir une protection contre les particules en suspension dans l'air car il ne forme pas un joint adéquat sur le visage du porteur sur lequel se fier pour la protection respiratoire[6].

Le test d'ajustement est un élément essentiel d'un programme de protection respiratoire lorsque les professionnels utilisent des masques bien ajustés.

L'OSHA exige un test initial d'ajustement du masque pour identifier le bon modèle, le style et la taille du masque pour chaque professionnel, ainsi que des tests d'ajustement annuels. De plus, les masques bien ajustés, y compris les N95, nécessitent une vérification de l'étanchéité par l'utilisateur chaque fois qu'il est mis en place[6].

Utilisation en cas de pénurie

En cas d'épidémie grave dans laquelle les fournitures de masques sont sévèrement limitées, les professionnels devraient travailler avec leur employeur pour choisir le masque qui convient le mieux, car, même sans test d'ajustement, un masque offrira une meilleure protection qu'un masque chirurgical ou qu'aucun masque.

Dans ce cas, les meilleures pratiques consistent à essayer différents modèles ou tailles pour obtenir un bon joint facial, à vérifier les vidéos et la documentation de formation du fabricant sur l'enfilage et le retrait appropriés, à effectuer plusieurs fois une vérification de l'étanchéité par l'utilisateur et à vérifier l'ajustement dans un miroir ou à demander à un collègue de vérifier que le masque touche le visage sans trous[6].

Pendant les situations de crise où il y a une pénurie de masque N95, comme lors de la pandémie de coronavirus de 2020, les CDC (Centers for Disease Control and Prevention) des États-Unis ont recommandé des stratégies pour optimiser leur utilisation dans les établissements de santé[4].

Les masques N95 peuvent être utilisés au-delà de la durée de conservation indiquée par le fabricant, bien que des composants tels que les sangles et le pont nasal puissent se dégrader, ce qui peut affecter la qualité de l'ajustement et de l'étanchéité, et qui rend particulièrement important que le porteur effectue la vérification d'étanchéité attendue [7].

D'autres types de masques d'autres pays similaires aux masques N95 peuvent être utilisés si ils correspondent aux normes de la NIOSH, tels que les masques FFP2 et FFP3 réglementés par l'Union européenne .

Les masques N95 peuvent être réutilisés un nombre limité de fois après avoir été retirés, tant qu'ils n'ont pas été utilisés pendant des activités générant des aérosols et ne sont pas contaminés par les fluides corporels des patients, bien que cela augmente le risque de contamination de la surface par des agents pathogènes.

Le fabricant du masque peut recommander un nombre maximum d'enfilements ou d'utilisations; si aucune directive du fabricant n'est disponible, les données préliminaires suggèrent de limiter à cinq utilisations par appareil pour garantir une marge de sécurité adéquate [8].

Lorsqu'il n'y a pas assez de masque N95 disponibles pour prendre en charge un patient COVID-19, les masques N95 doivent être prioritairement remis aux professionnels effectuant des actes de soins à moins d'un mètre d'une personne symptomatique non masquée générant des excrétions d'aérosols viraux.

Dans ces conditions, le masquage des patients symptomatiques avec un masque chirurgical et le maintien de la distance avec le patient sont particulièrement importants pour réduire le risque de transmission.

Lorsque plus masque n'est disponible, les professionnels qui se sont rétablis cliniquement de la COVID-19 peuvent être préférés pour prendre en charge des patients covidiens à la place d'un professionnel qui a un risque de contracter la maladie.

Des ventilateurs portables avec filtres HEPA peuvent également être utilisés pour augmenter la ventilation dans les chambres d'isolement lorsque des masques chirurgicaux sont utilisés à la place des masques N95.

Si il n'y a plus de masques N95 et ni de masques chirurgicaux de disponibles, en dernier recours, il peut être nécessaire pour les établissements de santé d'utiliser des masques qui n'ont jamais été évalués ou approuvés par le NIOSH ou des masques faits maison; il faut faire preuve de prudence lors de l'examen de cette option [4].

Étant donné que l'approvisionnement mondial en EPI (équipements de protection individuelle) est insuffisant pendant la pandémie, l'Organisation mondiale de la santé recommande de minimiser le besoin d'EPI grâce à la télémédecine, des barrières physiques telles que des fenêtres transparentes, permettant uniquement aux personnes impliquées dans les soins directs d'entrer dans une pièce avec un patient covidien, en utilisant uniquement l'EPI nécessaire à la tâche spécifique, en continuant d'utiliser le même masque sans le retirer tout en soignant plusieurs patients avec le même diagnostic, en surveillant et en coordonnant la chaîne d'approvisionnement en EPI et en décourageant l'utilisation de masques pour individus asymptomatiques [9].

Des efforts ont été déployés pour évaluer les méthodes de nettoyage des masques en cas de pénurie d'urgence, même si l'on craint que cela puisse réduire les performances du filtre ou affecter l'ajustement du masque en le déformant [10],[11],[12] . L'OSHA n'a actuellement aucune norme pour la désinfection des masques N95 .

Des chercheurs de l'Université Duke ont publié une méthode pour nettoyer les masques N95 sans les endommager en utilisant du peroxyde d'hydrogène vaporisé pour permettre une réutilisation pendant un nombre limité de fois [13],[14] .

Le NIOSH recommande qu'en cas de pénurie, les masques N95 doivent être utilisés jusqu'à cinq fois sans les nettoyer, tant que les masques ne sont pas contaminés par des excrétions d'aérosols viraux et des fluides corporels émis par des patients covidiens.

La contamination peut être réduite en portant un écran facial nettoyable sur un masque N95, ainsi qu'en utilisant des gants propres lors de l'enfilage et de la vérification de l'étanchéité d'un masque N95 usagé et en jetant les gants immédiatement après [8].

Différence N95 versus masque chirurgical

A table listing the attributes of surgical masks and N95 respirators in eight categories
Une infographie en anglais sur la différence entre les masques chirurgicaux et les masques N95

Un masque chirurgical est un masque jetable et ajusté qui crée une barrière physique entre la bouche et le nez du porteur et les contaminants potentiels dans l'environnement immédiat.

S'il est porté correctement, un masque chirurgical est censé aider à bloquer les gouttelettes à grosses particules, les éclaboussures, les pulvérisations ou les éclaboussures qui peuvent contenir des virus et des bactéries. Le masque chirurgical peut réduire l'excrétion de salive et d'aérosol respiratoire du porteur vers les autres personnes[15].

Un masque chirurgical, de par sa conception, ne filtre et ne bloque pas les très petites particules dans l'air qui peuvent être transmises par la toux, les éternuements ou certains actes médicaux.

Le masque chirurgical ne fournit pas non plus une protection complète contre les germes et autres contaminants en raison de l'ajustement lâche entre la surface du masque facial et le visage [15].

L'efficacité des filtres d'un masque chirurgical peut varier de moins de 10% à près de 90% selon les différents fabricants lorsqu'elle est mesurée à l'aide des paramètres de test pour la certification NIOSH.

Cependant, une étude a révélé que même pour les masques chirurgicaux avec de « bons » filtres, 80 à 100% des sujets ont échoué à un test d'ajustement qualitatif accepté par l'OSHA, et un test quantitatif a montré une fuite de 12 à 25% [16].

Les CDC (centres américains de contrôle et de prévention des maladies) recommandent des masques chirurgicaux dans les procédures où il peut y avoir une génération d'aérosols par le porteur, si de petits aérosols peuvent provoquer une maladie chez le patient [17].

Le CDC recommande l'utilisation de masques avec au moins la certification N95 pour protéger le porteur contre l'inhalation de particules infectieuses, y compris le mycobacterium tuberculosis, la grippe aviaire, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), la grippe pandémique et l'Ebola [18] .

Certains masques N95 ont également été approuvés par la Food and Drug Administration des États-Unis, car les produits chirurgicaux sont étiquetés « Surgical N95 » et offrent également une protection respiratoire au porteur [19].

Histoire

Le prédécesseur du N95 a été conçu par le docteur Lien-teh Wu qui travaillait pour la cour impériale chinoise à l'automne 1910, et a été le premier à protéger les utilisateurs des bactéries lors de tests empiriques.

Les modèles de masques suivants étaient réutilisables mais encombrants et inconfortables.

Dans les années 1970, le Bureau des mines des USA et le NIOSH ont élaboré des normes pour les masques à usage unique, et le premier masque N95 a été développé par 3M et approuvé en 1972.

Bien que conçu pour un usage industriel, il a été de plus en plus utilisé dans les établissements de santé dans les années 1990 [20] .

De nombreuses entreprises américaines ont cessé de produire des masques N95 dans les années 2000 en raison des frais de contentieux et de la concurrence étrangère [21].

Pandémie de coronavirus 2020

Les masques sont rares et en forte demande pendant la pandémie actuelle de coronavirus 2020 [22] . La production de masques N95 a été limitée en raison de contraintes sur l'approvisionnement en tissu polypropylène non tissé (qui est utilisé comme filtre principal) ainsi que l'arrêt des exportations de la Chine [23],[24] .

La Chine contrôle 50 % de la production mondiale de masques et, confrontée à sa propre épidémie de coronavirus, a consacré toute sa production à un usage domestique, autorisant uniquement les exportations via l'aide humanitaire allouée par le gouvernement.

Références

  1. (en-US) « NIOSH-Approved N95 Particulate Filtering Facepiece Respirators - A Suppliers List », U.S. National Institute for Occupational Safety and Health, (consulté le 27 mars 2020)
  2. (en-US) « Respirator Trusted-Source: Selection FAQs », U.S. National Institute for Occupational Safety and Health, (consulté le 28 mars 2020)
  3. « Comparison of FFP2, KN95, and N95 and Other Filtering Facepiece Respirator Classes », 3M Technical Data Bulletin, (consulté le 28 mars 2020)
  4. a b et c (en-US) « Strategies for Optimizing the Supply of N95 Respirators: Crisis/Alternate Strategies », U.S. Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 28 mars 2020) Modèle:PD-inline
  5. Emily Feng, « COVID-19 Has Caused A Shortage Of Face Masks. But They're Surprisingly Hard To Make », NPR,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c (en-US) D’Alessandro et Cichowicz, « Proper N95 Respirator Use for Respiratory Protection Preparedness », NIOSH Science Blog, (consulté le 27 mars 2020) Modèle:PD-inline
  7. (en-US) « Release of Stockpiled N95 Filtering Facepiece Respirators Beyond the Manufacturer-Designated Shelf Life: Considerations for the COVID-19 Response », U.S. Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 28 mars 2020)
  8. a et b (en-US) « Recommended Guidance for Extended Use and Limited Reuse of N95 Filtering Facepiece Respirators in Healthcare Settings », U.S. National Institute for Occupational Safety and Health, (consulté le 28 mars 2020)
  9. « Rational use of personal protective equipment for coronavirus disease 2019 (COVID-19) », World Health Organization, (consulté le 21 mars 2020)
  10. Viscusi, Bergman, Eimer et Shaffer, « Evaluation of Five Decontamination Methods for Filtering Facepiece Respirators », Annals of Occupational Hygiene, vol. 53, no 8,‎ , p. 815–827 (ISSN 0003-4878, PMID 19805391, PMCID 2781738, DOI 10.1093/annhyg/mep070, lire en ligne)
  11. « Addressing COVID-19 Face Mask Shortages », Stanford University School of Medicine, (consulté le 27 mars 2020)
  12. (en) March 2020, « Doctors scramble for best practices on reusing medical masks during shortage », livescience.com (consulté le 27 mars 2020)
  13. Antony Schwartz, Matthew Stiegel, Nicole Greeson, Andrea Vogel, Wayne Thomann, Monte Brown, Gregory D. Sempowski, Thomas Scott Alderman, James Patrick Condreay, James Burch, Cameron Wolfe, Becky Smith, and Sarah Lewis, « Decontamination and Reuse of N95 Respirators with Hydrogen Peroxide Vapor to Address Worldwide Personal Protective Equipment Shortages During the SARS‐CoV‐2 (COVID‐19) Pandemic », Duke University (consulté le 28 mars 2020)
  14. (en-US) Billman, « Duke Researchers Find Way to Decontaminate and Reuse N95 Masks, Possibly Alleviating Critical Shortfall », INDY Week, (consulté le 27 mars 2020)
  15. a et b (en) « N95 Respirators and Surgical Masks (Face Masks) », U.S. Food and Drug Administration, (consulté le 28 mars 2020) Modèle:PD-inline
  16. (en-US) Brosseau et Ann, « N95 Respirators and Surgical Masks », NIOSH Science Blog, (consulté le 28 mars 2020) Modèle:PD-inline
  17. « Isolation Precautions », U.S. Centers for Disease Control and Prevention, (consulté le 9 février 2020)
  18. 2007 Guideline for Isolation Precautions: Preventing Transmission of Infectious Agents in Healthcare Settings, U.S. Centers for Disease Control and Prevention (réimpr. July 2019), 55-56 p. (lire en ligne)
  19. « Respirator Trusted-Source Information: Ancillary Respirator Information », U.S. National Institute for Occupational Safety and Health, (consulté le 12 février 2020)
  20. (en-US) Wilson, « The untold origin story of the N95 mask », Fast Company, (consulté le 27 mars 2020)
  21. Smith, « Six Respirator Manufacturers Warn President of Shortage of Masks », EHS Today,
  22. Johnson, « Feds have 1.5 million expired N95 masks in storage despite CDC clearing them for use on COVID-19: report », TheHill,
  23. John Zie, « World Depends on China for Face Masks But Can Country Deliver? », Voice of America,‎ (lire en ligne)
  24. Melanie Evan, « Critical Component of Protective Masks in Short Supply - The epidemic has driven up demand for material in N95 filters; ‘everyone thinks there is this magic factory somewhere’ », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes