Martin Desjardins

Martin Desjardins
Desjardins, Martin.jpg

Portrait de Martin Desjardins. Par Hyacinthe Rigaud. Paris, Musée du Louvre.

Naissance
Décès
Activités

Martin van den Bogaert dit Martin Desjardins, né en 1637 à Bréda aux Pays-Bas et mort le à Paris, est un sculpteur français d'origine néerlandaise.

Biographie

Il reçoit sa formation artistique à Anvers et vers sa vingtième année, il s'établit en France où il se marie et francise son nom en Desjardins. Il mènera sa carrière de sculpteur essentiellement en France. Ses premiers travaux remarquables seront effectués sur commande royale pour Versailles, notamment une Diane chasseresse, inspirée de l'antique, en 1680, dont de nombreuses copies seront exécutées.

Il est l'auteur de la statue pédestre de Louis XIV place des Victoires à Paris qui fut fondue sous la Révolution française et des statues des quatre nations captives (l'Espagne, l'Empire, le Brandebourg et la Hollande) en bronze doré qui en ornaient le socle (1682-1685, Musée du Louvre). Une copie en marbre de la statue de Louis XIV est visible à l'orangerie de Versailles.

Il est également l'auteur d'une statue équestre de Louis XIV, installée en 1713 sur la place Bellecour à Lyon. Elle sera, elle aussi, détruite par les révolutionnaires. Seul un modèle réduit exécuté par un élève est conservé au Louvre. Sur son socle, des bas-reliefs représentaient le Rhône et la Saône ; sauvés de la destruction et longtemps conservés à l'Hôtel de Ville de Lyon, ils ont été replacés dans les années 1950 sur la place autour de la nouvelle statue de Louis XIV réalisée au XIXe siècle par Lemot.

Ami du peintre Pierre Mignard, il en sculpta le buste en marbre.

Œuvres

  • Pierre Mignard, buste, marbre, Paris, musée du Louvre
  • Portrait d'Édouard Colbert, marquis de Villacerf (1629 - 1699), buste, marbre, Paris, musée du Louvre

Iconographie

  • Hyacinthe Rigaud, Portrait de Martin van den Bogaert, dit Desjardins (1692), huile sur toile, h. 1,41 m ; l. 1,06 m, Paris, Musée du Louvre

Galerie

Famille

Il a eu un fils, Jacques Desjardins, contrôleur des bâtiments des châteaux royaux de Marly et de Noisy, anobli en mai 1704, marié avec Marie-Julie Hardouin, fille de Michel Hardouin, nièce de Jules Hardouin-Mansart[1]

Notes et références

  1. Louis de Grandmaison, Essai d'armorial des artistes français. Lettres de noblesse. Preuves pour l'Ordre de Saint-Michel, p. 307-308, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1903, 27e session (lire en ligne)

Annexes

Liens externes