Marsha P. Johnson

Marsha P. Johnson
Marsha P. Johnson.jpg
Biographie
Naissance
Décès
(à 46 ans)
New York
Nationalité
Activités

Marsha P. Johnson, née le à Elizabeth (New Jersey), et morte le à New York (État de New York), est une femme transgenre et drag queen[1],[2],[3] américaine, militante du mouvement LGBT qui a participé aux émeutes de Stonewall, dont elle est reconnue comme l'une des initiatrices avec Stormé DeLarverie et Sylvia Rivera. Elle est une figure populaire de la scène LGBT et artistique de New York des années 1960 aux années 1990, ainsi qu'une activiste des droits des personnes séropositives via son engagement à ACT UP.

Militantisme

L'une des drag queens[1],[2] et street queen[1],[2], (bien qu'elle fut une femme transgenre, ce qui n'est pas à confondre), les plus connues de New York. Elle fait partie des premières personnes à avoir riposté contre la police lors des émeutes de Stonewall[4],[2]. Au début des années 1970, elle fonde avec Sylvia Rivera la Street Transvestite Action Revolutionaries  (STAR); elles participent à des marches de libération queer et d'autres formes d'action directe[1]. Elle poursuit son engagement dans les années 1980 en militant pour ACT UP. Avec Rivera, elles fondent la STAR House afin de fournir de la nourriture et des vêtements aux jeunes drag queens, femmes trans, et enfants de la rue vivant sur les docks de Christopher Street.

Art

Un jour, un juge lui demande la signification du P. dans son nom. Elle lui répond « Pay it no mind » (« n'y fais pas attention »), une phrase qui lui reste associée[1]. En 1974 Marsha P. Johnson est photographiée par Andy Warhol dans une série polaroïd intitulée ladies and gentlemen portant sur les drag queens[2]. Elle fait aussi partie de la troupe de performances LGBT Hot Peaches[6],[7].

Mort

Illustration de Marsha P. Johnson sur un stand de la Trans Pride de Brighton en 2014.

En , son cadavre est retrouvé, flottant dans l'Hudson River, peu de temps après la Marche des fiertés[1]. La police prétend qu'elle s'est suicidée[2]. Les personnes proches d'elle affirment qu'elle n'était pas suicidaire[8],[9] et qu'elle a été harcelée près de l'endroit où son corps a été retrouvé. Les démarches initiales visant à inciter la police à enquêter sur les causes de sa mort ont été un échec[1]. Toutefois, grâce au travail de lobbying de Mariah Lopez , la police de New York rouvre l'affaire en [10].

Plusieurs documentaristes ont également enquêté sur les causes de sa mort, Tourmaline avec Happy Birthday, Marsha! (2016) puis en 2017 David France[11] avec The Death and Life of Marsha P. Johnson.

Hommages

La chanteuse transgenre Anohni a choisi le nom de son groupe Antony and the Johnsons en sa mémoire[12].

La ville de Metz (Moselle, France), lui rendit hommage en renommant un square à son nom et à celui de Sylvia Rivera. L'inauguration des Jardins Marsha P. Johnson et Sylvia Rivera a eu lieu en février 2020[13].

Le maire de New York, Bill de Blasio, a annoncé, fin , vouloir ériger un monument aux deux activistes Sylvia Rivera et Marsha P. Johnson[14]. Le 1er février, Andrew Cuomo, gouverneur de New York déclare que l'East River State Park à Brooklyn sera renommé en Marsha P. Johnson pendant le gala de la Human Rights Campaign[15].

Le 30 juin 2020, Google lui rend hommage en la figurant sur sa page d'accueil.

Notes et références

  1. a b c d e f et g (en) « Feature Doc 'Pay It No Mind: The Life & Times of Marsha P. Johnson' Released Online. Watch It », Indiewire, (consulté le 17 février 2015).
  2. a b c d e et f (en) Leslie Feinberg, Transgender Warriors: Making History from Joan of Arc to Dennis Rodman, Boston, Beacon Press, , 131 p. (ISBN 0-8070-7941-3).
  3. Randy Wicker Interviews Sylvia Rivera on the Pier La scène se produit à 8:24..
  4. (en) David Carter, Stonewall: The Riots that Sparked the Gay Revolution, St. Martin's, (ISBN 0-312-20025-0).
  5. (en) « Feature Doc 'Pay It No Mind: The Life & Times of Marsha P. Johnson' Released Online. Watch It », sur blogs.indiewire.com, Indiewire, (consulté le 11 février 2015) 27:15
  6. (en) « NYC’s HOT PEACHES », sur www.hotpeachesnyc.com (consulté le 5 juillet 2019)
  7. Wicker, Randolfe (1992) (en)  "Bennie Toney 1992". Accessed July 26, 2015.
  8. Wicker, Randolfe (1992) (en)  "Marsha P Johnson - People's Memorial". Accessed July 26, 2015.
  9. (en) Shayna Jacobs, « DA reopens unsolved 1992 case involving the 'saint of gay life' », sur New York Daily News, (consulté le 15 juin 2015).
  10. Lucas Armati, « “Marsha P. Johnson : Histoire d’une légende”, à la mémoire des victimes transgenres », Télérama.fr,‎ , p. 77 (lire en ligne, consulté le 11 février 2018).
  11. (en) « Site officiel Antony and the Johnsons, page News au 23 janvier 2014 », sur antonyandthejohnsons.com, (consulté le 14 janvier 2015).
  12. « Metz : un jardin en hommage à des militantes LGBT vandalisé », sur France Bleu, (consulté le 23 avril 2020)
  13. Chloé Aeberhardt, « Des émeutes de 1969 à la Gay Pride, le Stonewall, un monument de fierté », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2019)
  14. « Un parc de New York renommé en l'honneur de l'icône trans Marsha P. Johnson », sur KOMITID, (consulté le 4 février 2020)

Voir aussi

Article connexe

Liens externes