Mark Hamill

Mark Hamill
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance Mark Richard Hamill
Naissance (66 ans)
Oakland (Californie, États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Profession Acteur
Films notables Star Wars (saga)
Au-delà de la gloire
Le Village des damnés
Séries notables Batman (doublage)

Mark Hamill est un acteur américain, né le à Oakland (Californie). Il est célèbre pour tenir le rôle de Luke Skywalker dans la première trilogie de la saga Star Wars et, trois décennies plus tard, dans la troisième trilogie. Il est aussi connu pour avoir doublé le Joker dans les films et séries d'animations consacrés à Batman, à de nombreuses occasions.

Biographie

Mark Richard Hamill est le fils d'un ancien capitaine de la US Navy, William Thomas Hamill (né en 1927) et de Virginie Suzanne (née Johnson ; 1927-1998), dans une famille de sept enfants, dont ses deux frères Will et Patrick, et ses quatre sœurs Terry, Jan, Jeanie et Kim[2]. Son père est d'ascendances anglaise, écossaise, galloise et irlandaise, et sa mère était de descendances suédoise et anglaise[3],[4]. Il a été élevé dans une famille catholique.

Après avoir grandi en Californie et au Japon, Mark Hamill fait des études d'art dramatique avant d'obtenir ses premiers rôles à la télévision. Il cite son inspiration à devenir acteur par le fait de regarder Laurel et Hardy lorsqu'il est enfant. Déjà avant l'adolescence, il sait que « le showbiz, c'était ma voie »[5]. Il à un travail mineur à l'Associated Press qu'il cite comme une anecdote[5].

Mark Hamill lors de la première de F.I.S.T en 1978.

Souhaitant être acteur et fan du film American Graffiti, il veut travailler avec George Lucas. Il vit alors avec Robert Englund qui lui recommande de faire le casting du prochain projet de Lucas[5]. Pour cette séance, il joue une scène un peu improvisée, sans indication du metteur en scène[5]. C'est finalement Marcia Lucas qui prend la décision de l'embaucher pour le rôle de Luke Skywalker, sans lui préciser que c'est le rôle principal et que « tout le film reposait sur [lui] »[5]. Durant le tournage, il est payé « au minimum du minimum »[6], mais il acquiert un statut de star en 1977 avec ce rôle.

Un accident de voiture, peu avant le tournage de L'Empire contre-attaque, en janvier 1977, entraîne une paralysie faciale qui limite son jeu d'acteur[7]. Dans le téléfilm Star Wars Holiday Special, les lésions sur le visage de Hamill sont visibles car cela fait quelques semaines seulement qu'il a eu son accident[8],[9],[10]. Aujourd'hui encore, l'assertion selon laquelle Lucas et Irvin Kershner adoptent l'idée d'introduire le personnage d'Hamill dans L'Empire contre-attaque à travers une scène où ce dernier se fait attaquer et capturer par une créature dans le but de crédibiliser ses cicatrices, est remise en question[9],[10],[11].

Mark Hamill dans les années 1980

Mark Hamill est remarqué dans la comédie Corvette Summer en 1978, dans lequel il incarne le rôle principal de Kenneth, un jeune étudiant en carrosserie et mécanique automobile, qui ne vit que pour les voitures de luxe notamment les Corvettes (également nommé Stingray), reconnues dans les années 1970 aux États-Unis. Il se fait également remarquer en 1980 pour son rôle du soldat Griff dans Au-delà de la gloire de Samuel Fuller. La notoriété de son personnage de héros galactique bride sa carrière, son nom étant perpétuellement associé à son personnage de héros galactique[12] : il « n'a jamais réussi à se défaire de son image de Jedi » écrit la presse[13]. Après quelques petits films, Mark Hamill disparaît de la scène cinématographique pendant toutes les années 1980 pour se consacrer au théâtre. Il précise plus tard que « Partout où j'allais, on voyait le personnage, pas l'acteur […] Après le premier « Star Wars », on ne me proposait plus rien, et je me suis tourné vers le théâtre […] La critique a été cruelle[14]. » Il joue notamment la pièce Amadeus et Elephant Man[14]. Il ne revient sur les écrans qu'avec le film de science-fiction Slipstream : Le Souffle du futur en 1989.

Au début des années 1990, il fait de nombreuses apparitions dans des séries B, ainsi que dans Le Village des damnés de John Carpenter[15], avant de trouver une nouvelle carrière dans le doublage de dessins animés et de jeux vidéo. Au-delà du cinéma à la filmographie finalement peu consistante, il effectue un nombre important de doublages, ce qu'il appelle sa « nouvelle carrière »[14]. Il est aujourd'hui l'une « voix » recherchée en Amérique. Il réalise notablement[13] la voix du Joker dans l'adaptation animée de Batman et ce, pendant plusieurs décennies, mais fait également du doublage dans Spider-Man, Hulk, The Simpsons et même dans des jeux vidéo[14].

Connu dans son entourage pour être fan de comics, il coécrit une série de livres The Black Pearl entre 1996 et 1997, avec son cousin Eric Johnson. Il réalise également un film documentaire parodique Comic Book : The Movie en 2004 dans lequel il joue le rôle principal d'un fan de bande-dessinées nommé Donald Swan. Ce film contient plusieurs caméos d'acteurs ayant joué aux côtés de Hamill dans la trilogie Star Wars dont David Prowse (Dark Vador), Jeremy Bulloch (Boba Fett), Peter Mayhew (Chewbacca), etc.

Presque absent sur les écrans dans les années 2000, Mark Hamill obtient néanmoins des petits rôles dans plusieurs films voire des séries la décennie suivante, comme dans l'épisode final de la saison 8 de Esprits Criminels en 2013[17]. En 2015, il apparaît brièvement dans le film Kingsman : Services secrets[18], aux côtés de Samuel L. Jackson, Colin Firth, Taron Egerton et Mark Strong, dans lequel il joue le rôle du Professeur James Arnold.

Le Mark Hamill accepte la proposition de Disney de retourner dans la saga[13] : il est officialisé dans Le Réveil de la Force, tout comme Harrison Ford, Carrie Fisher, Peter Mayhew, Anthony Daniels et Kenny Baker de la première trilogie Star Wars. Il fait un régime, du sport, perd 24 kg : « Tout ça pour quoi ? Pour deux secondes à l'écran, juste le temps d'enlever une capuche ! » dit-il[13]. Effectivement, bien qu'il soit le sujet central de ce nouveau film (Luke Skywalker a disparu, le Premier Ordre et la Résistance fouillent la galaxie pour le retrouver), il n'y apparait que dans la toute dernière minute, juste avant le générique. Malgré tout, il conserve auprès des fans une véritable vénération[13]. Il est en revanche un des acteurs centraux du film suivant Les Derniers Jedi à la fin duquel son personnage, Luke Skywalker, meurt, disparaissant dans la Force. Au final, il considère que « c'est parfois un peu pesant ce rôle »[14], même si il assume totalement les obligations liées à la promotion du film, entre autres auprès des fans[13].

Vie personnelle

Le , Hamill épouse une hygiéniste dentaire Marilou York dans un mariage civil privé[20] ; de cette union naissent trois enfants : Nathan (né le ), Griffin (né le ), et Chelsea Elizabeth (née le )[21]. Par ailleurs, Nathan Hamill est né au cours de la production de L'Empire contre-attaque ; il apparaît dans un caméo dans le premier épisode de la prélogie Star Wars La Menace fantôme, en jouant l'un des gardes royaux de Naboo[22].

Filmographie

Cinéma

Mark Hamill au Comic-Con de San Diego en 2015.

Télévision

Jeux vidéo

Distinctions

Récompenses

Nominations

Voix françaises

En France, Dominique Collignon-Maurin, est la voix française la plus régulière de Mark Hamill depuis la saga Star Wars. Il y a aussi Pierre Hatet qui se substitue généralement à lui en VF pour la voix du Joker dans les séries d'animation ou jeux vidéo. Philippe Peythieu, Roland Timsit, Guy Chapelier, Pascal Renwick, Patrick Préjean, Marc Saez et Xavier Fagnon l'ont également doublé à deux reprises chacun. Mais en revanche, il n'a pas de dialogues dans Star Wars VII.

Notes et références

  1. (en) Robbie Collin, « Mark Hamill: a force to be reckoned with », sur telegraph.co.uk, The Telegraph, (consulté le 22 mars 2016) : « ...he and his six siblings »
  2. (en) Just The Best : Sienn's Mark Hamill Page : Interviews 1990. Stars.handshake.de (May 1, 1997). Retrieved on July 24, 2013.
  3. (en) « Pedigree of Hamill's paternal family » (consulté le 3 janvier 2016)
  4. a, b, c, d et e Forestier 2017, p. 99.
  5. Forestier 2017, p. 100.
  6. (en) « Just The Best : Sienn's Mark Hamill Page : Interviews 1970 », Stars.handshake.de (consulté le 9 janvier 2015)
  7. Rinzler, J.W., The Making of Star Wars, p. 249–250
  8. a et b (en) « Face/Off? The squirrely legend of Mark Hamill’s car crash », seanmunger.com, (consulté le 9 janvier 2015)
  9. a et b (en) « Was 'Empire's' Wampa Attack Written to Explain Hamill's Facial Injuries? », Spinoff Online, (consulté le 9 janvier 2015)
  10. (en) « This scene from 'The Empire Strikes Back' led to a huge mystery that 'Star Wars' fans haven't been able to solve for 35 years », Spinoff Online, (consulté le 14 mai 2016)
  11. Forestier 2017, p. 98 et 100.
  12. a, b, c, d, e et f Mathilde Cesbron, « Mark Hamill : « La façon dont Star Wars 8 a utilisé Luke m'a choqué » », sur lepoint.fr, (consulté le 18 février 2018)
  13. a, b, c, d et e Forestier 2017, p. 98.
  14. (en) Michelle Smith, « 20 Year Later and 'Village of the Damned' Still Features the Creepiest Children to Date », sur moviepilot.com., Movie Pilot, (consulté le 18 avril 2016)
  15. « Mark Hamill, le Jedi de Star Wars, joue les méchants dans Esprits criminels (TF1) », Programme TV, (consulté le 17 juin 2016)
  16. (en) « Mark Hamill Talks 'Star Wars,' Prepares For 'Secret Service' Role » », sur sursplashpage.mtv.com (consulté le 4 septembre 2014)
  17. (en) « Hamill weds hygienist », The Spokesman-Review,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  18. (en) « Biography », Markhamill.com (consulté le 22 mars 2012)
  19. (en) Sander de Lange, « Star Wars, a Family Affair », sur StarWars.com, (consulté le 14 mai 2016)

Source

  • François Forestier, « Comment je suis devenu Luke Skywalker », L'Obs, no 2770,‎ du 7 au 13 décembre 2017, p. 97 à 101 (ISSN 0029-4713) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi

Article connexe

Liens externes