Marcoux (Loire)

Marcoux
Le château de Goutelas.
Le château de Goutelas.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Montbrison
Canton Boën-sur-Lignon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Loire Forez
Maire
Mandat
Pierre Verdier
2014-2020
Code postal 42130
Code commune 42136
Démographie
Gentilé Marcousats
Population
municipale
744 hab. (2015 en augmentation de 2,2 % par rapport à 2010)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 42″ nord, 4° 00′ 50″ est
Altitude Min. 394 m
Max. 777 m
Superficie 15,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Marcoux

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Marcoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcoux
Liens
Site web www.villagedemarcoux.fr

Marcoux /maʁ.ku/ est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. L'emblème de la commune est le milan.

Géographie

Marcoux fait partie du Forez.

Le bourg est situé dans le vignoble des côtes-du-forez, à 4 km au sud de Boën et à 15 km au nord de Montbrison. La majorité de la population habite dans les coteaux dominant la plaine.

Le climat, semi-continental, est un des plus secs de Rhône-Alpes, car Marcoux se situe juste au pied de la partie la plus haute des monts du Forez. Les nuages, bloqués par les crêtes, déversent une grande partie de leur eau sur le versant auvergnat, laissant Marcoux au sec (ce phénomène météorologique s'appelle l'effet de fœhn).

Le haut de la commune, tant par l'habitat en pierre que par le climat, se rattache aux monts du Forez.

À l'ouest, la commune est bordée par le Lignon du Forez au niveau du barrage de Vaux. Au nord se dresse le volcan de Montaubourg. Âgé de plus de 60 millions d'années, il serait l'un des plus vieux volcans d'Europe.

Produits Locaux

Urbanisme

Du POS au PLU :

La loi Alur met fin aux plans d’occupation des sols (POS) pour encourager les collectivités à se doter d’un plan local d’urbanisme (PLU)[1]. Depuis 2016, la commune a commencé la transition vers le PLU. Élément majeur dans la commune, car la surface constructible sera réduite à son plus strict nécessaire.

Histoire

Blasonnement

Blason ville fr Marcoux (Loire).svg

Les armoiries de Marcoux se blasonnent ainsi :

Écartelé: aux 1er et 4e de sinople à la pomme de pin d'or, chapé ployé parti à dextre d'azur chargé d’une tête de cheval d'argent et à senestre d'argent chargé d’un cep de vigne de sable, feuillé de sinople et fruité de gueules, les têtes de cheval affrontées, aux 2e et 3e de gueules au heaume de tournoi d'argent taré de profil ; sur le tout, un écusson de sable à la croix latine pattée et alésée d'argent.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1945 1953 Jean-Marie Guillot    
1953 mars 1977 Jean Duclos    
mars 1977 mars 1989 Jean-Célestin Duclos    
mars 1989 mars 2001 Joannès Laffay    
mars 2001 mars 2014 Jean-Bernard Roche    
mars 2014 en cours Pierre Verdier[2]    

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 744 habitants[Note 1], en augmentation de 2,2 % par rapport à 2010 (Loire : +1,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
627 642 613 652 664 718 738 767 887
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
893 867 836 764 784 882 885 858 774
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
729 716 673 614 625 580 577 530 541
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
500 451 464 482 522 564 654 728 744
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

  • Le château de Goutelas, qui domine la plaine du Forez, est une maison forte remaniée à la Renaissance. Le château est embelli par les architectes Michel-Ange Dal Gabbio puis Michel Dal'Gabbio (neveu du précédent) entre 1777 et 1779, sur demande de Philippe du Cros Papon de Montmars. La restauration en a été commencée en 1961 par Paul Bouchet ; le château a été ouvert à des manifestations culturelles. Duke Ellington s'est intéressé au château et y a joué ; depuis 1995, sa statue a été installée en face de la salle des devises, l'espace s'appelle « espace Duke-Ellington ». Une exposition de sa visite en Forez est ouverte au public dans la tour de Duke. D'autres artistes comme le mime Marceau ont fait une halte culturelle à Goutelas. C'est aussi un site majeur de l'Astrée, premier roman d'amour écrit par Honoré d'Urfé. Le château de Goutelas était la demeure du druide Adamas. Le château, actuellement propriété de la communauté de communes du Pays d'Astrée, est exploité par le Centre culturel de Goutelas (association) et offre la possibilité d'organiser des séminaires, des stages, fêtes de famille, restauration et hébergement assurés (30 chambres, salles de restaurant, cuisine du terroir). Concerts, soirées festives et conférences culturelles s'y déroulent au cours de l'année[7].
  • La zone artisanale de la Tuilerie, à l'est, témoigne de plus de deux siècles d'exploitation de l'argile. Seul le plus vieux bâtiment date de cette période, il porte le nom de tuilerie Pradelle.
  • La vingtaine de Croix disposées sur l'ensemble de la commune. Un chemin spécifique pour les découvrir a été créé, avec son explication sous forme de livret téléchargeable ici : http://marcoux42.weebly.com/uploads/2/9/1/5/29154857/les_croix.pdf

Personnalités liées à la commune

  • Jean Papon, écrivain français né en 1505, est décédé au château de Goutelas le 6 novembre 1590. Il fut appelé le Grand Juge et une salle du château porte ce nom.
  • Paul Bouchet, conseiller d'État honoraire, a lancé en 1961 la restauration du château de Goutelas.
  • Le jazzman Duke Ellington, émerveillé par l'histoire de cette restauration, y a donné un concert en 1966. Il a composé la symphonie Goutelas suite en 1971. Son fils Mercer est venu en 1994.

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. « Urbanisme : COS, POS, PLU... les nouvelles règles du jeu - Journal de l'Agence », Journal de l'Agence,‎ (lire en ligne)
  2. « MARCOUX », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 31 mai 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Site internet http://www.chateaudegoutelas.com

Voir aussi

Liens externes

  • Site officiel
  • Marcoux sur le site de l'Institut géographique national