Marco Simone

Marco Simone
Image illustrative de l'article Marco Simone
Marco Simone en 2010
Biographie
Nationalité Drapeau : Italie Italien
Naissance (48 ans)
Lieu Castellanza (Italie)
Taille 1,70 m (5 7)
Période pro. 1987-2006
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1987-1989 Drapeau : Italie Calcio Côme 036 0(6)
1987-1988 Drapeau : Italie Virescit Boccaleone 033 (15)
1989-1997 Drapeau : Italie AC Milan 244 (74)
1997-1999 Drapeau : France Paris Saint-Germain 080 (32)
1999-2003 Drapeau : France AS Monaco 099 (44)
2001-2002 Drapeau : Italie AC Milan 015 0(1)
2004 Drapeau : France OGC Nice 007 0(0)
2005-2006 Drapeau : Italie AC Legnano 011 0(1)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1988-1990 Drapeau : Italie Italie espoirs 016 0(7)
1992-1996 Drapeau : Italie Italie 004 0(0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2011-2012 Drapeau : France AS Monaco 15v 9n 11d
2014-2015 Drapeau : Suisse FC Lausanne-Sport
2015-2016 Drapeau : France Tours FC 12v 11n 8d
2016-2017 Drapeau : France Stade lavallois
2017- Drapeau : Tunisie Club africain 3v 2n 4d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 11 avril 2017

Marco Simone, né le à Castellanza (Lombardie), est un footballeur international italien reconverti en entraîneur.

Biographie

Joueur

Début en Italie (avant 1989)

Révélation au Milan AC (1989-1997)

Même s’il n’a pas une grande carrière internationale (quatre sélections), Marco Simone acquiert une solide réputation, ses 49 buts en championnat et ses 17 buts en coupe d’Europe sous le maillot de l'AC Milan faisant de lui un joueur d’envergure. Au moment de rejoindre le PSG, Simone est trois fois champion d’Italie et deux fois vice-champion, deux fois vainqueur de la Supercoupe d’Europe, vainqueur de la Coupe intercontinentale, finaliste de la Ligue des Champions. Il est également élu meilleur joueur du championnat d’Italie en 1995 et troisième meilleur buteur italien de l’histoire en Coupes d’Europe[1].

Paris Saint-Germain (1997-1999)

Marco Simone lors de son passage au PSG.

Marco Simone est la star du mercato 1997 du Paris Saint-Germain. International italien, fort d’une solide réputation en Serie A avec le Milan AC, il a tout du joueur d’envergure que recherche le PSG. Mais ce recrutement onéreux pose problème aux finances parisiennes : pour payer le salaire de sa nouvelle recrue, Michel Denisot se voit contraint de vendre sa recrue phare de l’année précédente, Leonardo au Milan AC. Ce volet extra-sportif est vite étouffé par les prestations du joueur et son duo avec Florian Maurice fait des merveilles[2].

Acheté pour 36 millions de francs d'indemnité et environ 15 MF par année de salaire sur quatre ans, Simone marque tout de suite. En tour préliminaire de Ligue des champions, fin août 1997, il inscrit l'un des cinq buts parisiens face au FC Steaua Bucarest, son seizième en Coupe d'Europe lui permettant d'égaler le record de Sandro Mazzola[3]. Début septembre, il affiche le total de sept buts marqués en autant de matches. Sur la scène européenne, il n’est pas en reste, inscrivant quatre buts en C1. Le PSG commence bien sa saison 1997-1998, et Simone en est le principal artisan[2]. Mais Simone se blesse au jubilé de Franco Baresi fin octobre, participant au match de gala sans faire le moindre échauffement. Il est éloigné des terrains durant un mois et demi. Durant cela, les performances du PSG se détériorent considérablement : Paris s’incline trois fois en six matches. Très attendu, son retour à la compétition ne change rien. Simone ne peut endiguer la chute du PSG au classement. Il ne marque que six buts lors de la phase retour — portant son total final à treize. Même si Simone brille moins, il réalise de temps à autre des matches d’anthologie. Il est également l’un des grands artisans des deux succès du PSG en coupes. En demi-finale de la Coupe de la Ligue, il réussit un doublé face au RC Lens (2-1). Il marque aussi dans chacune des deux finales : en Coupe de la Ligue face à Bordeaux (2-2 tab 4-2) et en Coupe de France, à nouveau contre Lens (2-1). Malgré une saison en dents de scie, Marco Simone marque les esprits et c’est sans discussion qu’il se voit attribuer le titre de meilleur joueur de Division 1 pour la saison 1997-1998[2],[3].

En 1998, la révolution Charles Biétry a lieu et l’effectif est quasiment complètement remodelé. L’ancien patron des sports à Canal+ annonce vouloir bâtir son équipe autour du joueur italien, base toute sa campagne d’abonnement là-dessus et, à grand coup de conférence de presse, annonce la prolongation du contrat du joueur jusqu’en 2002. Mais à la reprise, Simone se rue vers les journalistes pour dire qu’il n’a pas eu de nouvelle de ce fameux contrat, et qu’il est prêt à partir. Le feuilleton dure pendant toute la préparation estivale, et Simone finit par accepter de rester contre une clause de départ[2].

Sur le terrain, le néo-capitaine du PSG, pris dans ses problèmes personnels, n’arrive pas à rassembler ses troupes. Il peine à s’entendre sur le terrain avec les nouvelles recrues et son rayonnement est moindre que l’année précédente, malgré trois buts marqués lors des quatre premières rencontres. Il ne peut empêcher le licenciement d’Alain Giresse au bout de huit journées, ratant un penalty face au RC Lens alors que le score était vierge. Le RCL marquera dans la foulée, et Giresse est débarqué. Simone voit donc arriver Artur Jorge et ses méthodes défensives. L’Italien se retrouve parfois à être le seul joueur offensif sur le terrain, épaulé de temps à autre par Yann Lachuer, Jay-Jay Okocha ou Jérôme Leroy. Toutefois, le fait de ne pas partager l’espace offensif avec un autre joueur ne lui déplaît pas forcément. Le PSG n’obtient pas de bons résultats, mais Simone arrive à la trêve avec le score honorable de sept buts marqués. Durant la deuxième partie de saison, Simone n’inscrit que deux buts pour le Paris Saint-Germain. C’est quantitativement très peu, mais l’un de ces buts est rentré dans l’histoire du club : celui marqué lors de la victoire du PSG face à l’Olympique de Marseille, au Parc des Princes, alors que Paris était mené 0-1. Une frappe limpide, soudaine, déclenchée à l’entrée de la surface, qui permet au PSG de remporter son premier succès contre Marseille depuis près de dix ans. C'est le dernier coup d’éclat de Simone à Paris[2].

On apprend plus tard que le capitaine du PSG a en fait entériné son départ dès le début de la saison. La fameuse clause signée en catimini était une clause de départ à 6 M€ dont 3 M€ allant dans la poche de Simone et de son agent[2].

En mars 2016, Marco Simone déclare qu'il aurait souhaité finir sa carrière au PSG, mais que ses relations avec Charles Bietry l'ont poussé à partir[4].

AS Monaco (1999-2003)

L'AS Monaco et son jeune entraîneur Claude Puel se portent donc acquéreur du joueur à l’été 1999. Pour Simone, tout se passe bien : il trouve avec David Trezeguet son parfait compère d’attaque, et il affole les statistiques. L’Italien inscrit 21 buts — quand Trezeguet en marque 22 — et réalise 12 passes décisives, faisant de lui le meilleur passeur du championnat. Il obtient même le titre de champion de France qu’il n’a pas eu avec Paris. C’est le point culminant de sa carrière[2].

La suite est en revanche un long déclin. Les saisons de l’ASM sont moins accomplies, il se brouille avec le nouvel entraîneur Didier Deschamps en 2001/2002, et part en prêt une demi-saison au Milan AC. Dans son pays natal, il ne convainc pas plus, et doit retourner sur le Rocher. Deschamps ne le fait pas jouer davantage, et Simone finit par résilier son contrat à l’amiable[2].

Fin à Nice et Legnano (2004-2006)

Après six mois de chômage, il tente le challenge niçois. Après sept matches avec l’OGC Nice sans marquer le moindre but, il finit par résilier à nouveau son contrat, arguant que le club n’est pas à la hauteur de ses espérances. Une rupture qui sonne la fin de la carrière à haut niveau du joueur[2].

Après une année sabbatique, en 2005-2006, il acquiert la majorité des parts du club de Serie C2 de l'AC Legnano[2] et son frère en devient président jusqu'en 2007. Il prend part à onze matchs de championnat comme joueur et inscrit un but lors de la première saison[5]. Il intervient dans l'arrivée d'Elia Legati à Legnano.

Carrière internationale (1988-1996)

Consultant (2010-2011)

Il devient consultant télévisuel[2], en France, dans l'émission Match Retour sur L'Equipe TV, ainsi que pour France télévision dans l'émission Côté match sur France 2 le samedi matin. Il participe aussi à l'émission du Canal Football Club durant la Coupe du monde de football de 2010.

Entre 2010 et septembre 2011, il est consultant à Canal+ et intervient dans le Canal Football Club.

Entraîneur (depuis 2011)

Il affirme, en avril 2009, vouloir un jour devenir entraîneur de l'AS Monaco[6].

Son rêve de devenir entraîneur de l'AS Monaco devient réalité en septembre 2011. En effet, il remplace Laurent Banide après un mauvais début de championnat de l'équipe monégasque[7].

Le , il fait son retour à l'AS Monaco en remplaçant Laurent Banide en tant qu'entraîneur suite aux mauvais résultats de celui-ci. Pour sa première expérience sur un banc, il est épaulé par Jean Petit[8]. Les résultats du club continuent d'être mauvais et, alors que l'AS Monaco est classé à la 18e place (sur 20) au moment de l'arrivée de Simone[9], l'équipe s'enfonce au classement et pointe dernier du classement à la fin de l'année 2011. Après l'arrivée du milliardaire Dmitry Rybolovlev, les résultats s'améliorent et c'est une série de 10 matchs sans défaites (24 points sur 30 possibles) qui est réalisée, grâce notamment à un flamboyant Ibrahima Touré, auteur de 8 buts et une défense menée par l'impressionnant Gary Kagelmacher.

L'ASM termine finalement à la 8e place de Ligue 2 mais les dirigeants du club monégasque décident de licencier Simone et son staff le [10],[11],[12].

Le , il rejoint le FC Lausanne-Sport en qualité de directeur technique (en l'absence de diplôme d'entraîneur reconnu en Suisse)[13], pour tenter de sauver l'équipe qui réalise le plus mauvais début de championnat dans l'histoire du Championnat de Suisse de football avec 4 points en 14 journées. En mai 2014, le club est relégué et Marco Simone démissionne de son poste[14].

En octobre 2014, il redevient entraîneur de Lausanne (en D2), succédant à Francesco Gabriele[15].

Le 25 juin 2015, il est nommé à la tête du Tours FC[16].

Le vendredi 13 mai 2016, à l'issue du dernier match de championnat perdu 5 à 2 à domicile contre l'AS Nançy Lorraine, il annonce son départ ainsi que celui de son staff (entraîneur adjoint, préparateur physique et entraîneur des gardiens).

La presse spécialisée l'annonce en contacts avancés avec le club de ligue 2 de Valenciennes, mais le coach Faruk Hadžibegić est reconduit dans ses fonctions.

Le , il devient le nouvel entraîneur du Stade lavallois à la place de Denis Zanko alors que le club est dix-huitième de Ligue 2. Malgré son esprit offensif lors de sa carrière comme joueur, Marco Simone est un entraîneur qui laisse jouer un football particulièrement défensif, souvent dans un schéma tactique de 5-4-1 - même si son prédécesseur Denis Zanko a laissé jouer d'une manière encore plus défensive. Cette tactique contribue à une défense lavalloise solide, mais aussi à une offense faible, avec la deuxième pire offensive de la Ligue 2 en 2016/2017[17]. Il est limogé le 11 avril 2017 alors que l'équipe est dernière du championnat[18].

Marco Simone devient le 1er juillet 2017 le nouvel entraîneur du Club Africain

Style de jeu

Marco Simone est un attaquant décrit comme virevoltant, spontané et très explosif. Il tente et réussit des gestes de « grande classe », se muant aussi bien en passeur qu’en buteur.

Statistiques

En tant que joueur

Générales

Statistiques de Marco Simone au 31 août 2004[19]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Supercoupe UEFA Coupe intercontinentale Drapeau : Italie Italie Total
Division M B M B M B M B C M B M B M B M B M B
1986-1987 Drapeau de l'Italie Calcio Côme Serie A 2 0 - - - - - - - - - - - - - - - 2 0
1987-1988 Drapeau de l'Italie Virescit Boccaleone (prêt) Serie C1 33 15 - - - - - - - - - - - - - - - 33 15
1988-1989 Drapeau de l'Italie Calcio Côme Serie A 34 6 - - - - - - - - - - - - - - - 34 6
Sous-total 69 21 - - - - - - - - - - - - - - - 69 21
1989-1990 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 21 1 3 1 - - - - C1 4 1 2 0 1 0 - - 31 3
1990-1991 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 13 4 6 2 - - - - C1 2 0 - - - - - - 21 6
1991-1992 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 15 7 4 1 - - - - - - - - - - - - - 19 8
1992-1993 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 13 5 4 0 - - - - C1 8 4 - - - - 1 0 26 9
1993-1994 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 25 3 1 1 - - 1 1 C1 6 2 1 0 - - - - 34 7
1994-1995 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 30 17 3 0 - - 1 0 C1 9 4 - - 1 0 - - 44 21
1995-1996 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 27 8 3 1 - - - - C3 5 2 - - - - 2 0 37 11
1996-1997 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 23 4 3 2 - - 1 0 C1 6 4 - - - - 1 0 34 10
Sous-total 167 49 27 7 - - 3 1 - 40 17 3 0 2 0 4 0 246 74
1997-1998 Drapeau de la France Paris Saint-Germain D1 28 13 5 2 4 3 - - C1 6 4 - - - - - - 43 22
1998-1999 Drapeau de la France Paris Saint-Germain D1 31 9 1 0 2 0 1 0 C2 2 1 - - - - - - 37 10
Sous-total 59 22 6 2 6 3 1 0 - 8 5 - - - - - - 80 32
1999-2000 Drapeau de la France AS Monaco FC D1 34 21 3 1 2 0 - - C3 7 6 - - - - - - 46 28
2000-2001 Drapeau de la France AS Monaco FC D1 30 7 1 0 5 3 1 0 C1 6 6 - - - - - - 43 16
2001 Drapeau de la France AS Monaco FC D1 5 0 - - - - - - - - - - - - - - - 5 0
2001-2002 Drapeau de l'Italie AC Milan (prêt) Serie A 9 0 3 1 - - - - C3 3 0 - - - - - - 15 1
2002-2003 Drapeau de la France AS Monaco FC Ligue 1 5 0 - - - - - - - - - - - - - - - 5 0
Sous-total 83 28 7 2 7 3 1 0 - 16 12 - - - - - - 114 45
2004 Drapeau de la France OGC Nice Ligue 1 7 0 - - - - - - - - - - - - - - - 7 0
Sous-total 7 0 - - - - - - - - - - - - - - - 7 0
Total sur la carrière 385 120 40 11 13 6 5 1 - 64 34 3 0 2 0 4 0 516 172

En sélection

Sélections en équipe d'Italie[5]
# Lieu Compétition Date Match Score
1 Ta' Qali qualif. Mondial 1994 19 décembre 1992 Malte Drapeau : Malte - Drapeau : Italie Italie 1-2
2 Bari qualif. Euro 1996 11 novembre 1995 Italie Drapeau : Italie - Drapeau : Ukraine Ukraine 3-1
3 Reggio d'Émilie qualif. Euro 1996 15 novembre 1995 Italie Drapeau : Italie - Drapeau : Lituanie Lituanie 4-0
4 Sarajevo Match amical 6 novembre 1996 Bosnie-Herzégovine Drapeau : Bosnie-Herzégovine - Drapeau : Italie Italie 2-1

En tant qu'entraîneur

Équipe Championnat du au Statistiques
J V N D % de v.
AS Monaco Drapeau : France Ligue 2 35 15 9 11 42,86 %
FC Lausanne-Sport Drapeau : SuisseChampionnat de Suisse 36 7 4 25 28 %
Tours FC Drapeau : France Ligue 2 31 12 11 8 38,70 %
Stade lavallois Drapeau : France Ligue 2 11 avril 2017 18 3 6 9 16,67 %

Dernière mise à jour : 07 novembre 2016

Palmarès

En tant que joueur

Drapeau : Italie AC Milan
Drapeau : France Paris SG
Drapeau : France AS Monaco

Distinctions personnelles

Engagement personnel

Marco Simone membre du club des Champions de la Paix, un collectif de 54 athlètes de haut niveau créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco et œuvrant pour la construction d'une paix durable grâce au sport.

Notes et références

  1. « Marco Simone au PSG, le capitaine individualiste », sur psgmag.net, (consulté le 6 août 2015)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Portraits d’anciens du PSG : Simone, Martel, Debbah », sur psgmag.net, (consulté le 6 août 2015)
  3. a et b Thierry Hubac, « Joueur de la saison : Marco Simone », Onze Mondial, no Spécial bilan 1997-1998,‎ , p. 41 (ISSN 0995-6921)
  4. Simone : «Biétry a brisé mon rêve de finir ma carrière au PSG»
  5. a et b « Statistiche Lilla - Speciale Marco Simone », sur statistichelilla.it (consulté le 6 août 2015)
  6. Partie 2/3 : Marco Simone : « Entraîner Monaco un jour est un rêve »
  7. Christophe Remise (Sport24.com), « Simone au chevet de l'ASM », Le Figaro, 12 septembre 2011.
  8. Communiqué de presse, site Internet officiel de l'AS Monaco.
  9. Classement de Ligue 2 après la 6e journée de championnat 2011-2012, lfp.fr.
  10. Foot : Marco Simone quitte l'AS Monaco, Le Figaro, 19 mai 2012.
  11. Au revoir, Simone !, francefootball.fr, 19 mai 2012.
  12. AS Monaco, « Communiqué officiel », sur asm-fc.com,
  13. Marco Simone à Lausanne, www.lequipe.fr, 8 novembre 2013.
  14. Marco Simone, relégué et démissionnaire, www.toutlemondesenfoot.fr, 12 mai 2014.
  15. Foot: le nouvel entraîneur du Lausanne-Sport est Marco Simone, www.rts.ch, 13 octobre 2014.
  16. « Marco Simone nouvel entraîneur de Tours » (consulté le 25 juin 2015)
  17. « Résumé - Ligue 2 » (consulté le 10 avril 2017)
  18. « Laval : Marco Simone limogé », sur lequipe.fr, (consulté le 11 avril 2017)
  19. « Statistiques de Marco Simone », sur footballdatabase.eu