Marco Polo

Marco Polo
Description de cette image, également commentée ci-après
Mosaïque de Marco Polo par Salviati (1867), Gênes: Palais Grimaldi Doria-Tursi
Naissance
Venise
Décès (à 69 ans)
Venise
Nationalité Italien
Pays de résidence Venise
Profession
Marchand et explorateur
Famille
Niccolò et Matteo Polo, père et oncle

Marco Polo, quelquefois appelé Marco Paolo, Marco-Paolo ou anciennement francisé en Marc Pol, (né le à Venise et mort le à Venise) est un marchand italien, célèbre pour son voyage en Chine qu'il raconte dans un livre intitulé Le Devisement du monde ou Livre des merveilles ou encore Livre de Marco Polo.

À l'âge de 17 ans, Marco Polo part avec son père Niccolò et son oncle Matteo pour l’Asie où il se met, avec eux, au service de Kubilai Khan, l'empereur mongol. Après avoir exercé diverses missions officielles durant une vingtaine d'années, il entreprend son voyage de retour à l'occasion d'une mission diplomatique.

De retour en Italie en 1295, après un périple de 26 ans, il participe l'année suivante à une guerre navale entre Venise et Gênes au cours de laquelle il est fait prisonnier par les Génois. Durant son emprisonnement, il dicte à un compagnon de cellule Rustichello de Pise une description des États de Kubilaï et de l'Orient. Ce manuscrit ayant connu de nombreuses versions et traductions, il est pratiquement impossible d'en reconstruire l'état original. Il semble toutefois qu'il ait été d'abord rédigé en dialecte picard-champenois.

Marco Polo n’était pas le premier Européen à se rendre à la cour de l'empereur mongol, mais il est le premier à décrire des réalités chinoises, tel le papier monnaie. Il décrit aussi les lamaseries du Tibet et mentionne l'existence du Japon (Cipangu), jusqu'alors inconnu. Son récit a influencé Christophe Colomb et d'autres voyageurs. L'atlas catalan et la carte de Fra Mauro sont établis en partie sur son récit.

Marié, père de trois filles, il meurt en 1324 et est enterré dans l’église de San Lorenzo à Venise.

Biographie

Statue de Marco Polo à Hangzhou.

Marco Polo est né le 15 septembre 1254 dans la République de Venise, très probablement à Venise mais le lieu exact de sa naissance n'est pas connu avec précision et fait l'objet de discussion, surtout de la part de quelques historiens croates qui considèrent que l'île de Curzola est le lieu de naissance du Vénitien. Par ailleurs, même parmi les historiens croates, certains estiment que la naissance de Marco Polo à Curzola est simplement une invention[1].

Marco Polo passe son enfance en l'absence de son père Niccolò Polo, négociant vénitien spécialisé dans le grand commerce oriental, il est élevé par son grand-père Andréa Polo, lui aussi grand commerçant, cas typique du capitalisme familial. Son père et son oncle Niccolò et Maffeo Polo partent en effet en 1260 pour leur demeure dans le quartier vénitien de Constantinople où cette famille possède plusieurs comptoirs. Lorsque la capitale de l'empire latin de Constantinople est reprise en 1261 par les forces de l'empire de Nicée de Michel VIII Paléologue qui chassent les Latins de la ville, Niccolò et Matteo Polo cherchent d'autres débouchés commerciaux en Asie centrale en s'installant dans le petit comptoir de Soldaïa, sur les bords de la mer Noire, qui vient de s'ouvrir aux marchands occidentaux avec la quatrième croisade[2].

Marco Polo a quinze ans lorsque son père et son oncle reviennent en 1269 d'un long voyage en Asie centrale où ils ont rencontré le premier empereur mongol, de la dynastie Yuan Kubilai Khan en Chine, petit-fils de Gengis Khan, qui leur propose le monopole de toutes les transactions commerciales entre la Chine et la Chrétienté et demande en échange l'envoi d'une centaine de savants et artistes pouvant illustrer l'Empire des chrétiens. Ils sont porteurs d'un message de sympathie et de cette demande pour le pape, qui voit dans ces tribus (appelées alors tartares en Occident) depuis 1250 un possible allié dans la lutte contre l'Islam. Pendant deux années, les deux frères, Niccolò et Matteo, vont attendre l'élection d'un nouveau souverain pontife, Grégoire X, le conclave s'éternisant depuis la mort de Clément IV en 1268[3].

En 1271, à titre de commerçants mais aussi d'ambassadeurs, ils quittent à nouveau Venise pour retourner en Chine avec le jeune Marco. Ils sont accompagnés de deux dominicains menant une mission diplomatique au nom du pape, Nicolas de Vincenza et Guillaume de Tripoli, mais ceux-ci abandonneront l'expédition à Lajazzo par peur des rumeurs de guerre[4]. À partir du comptoir vénitien de l'Ayas, ils empruntent la plus septentrionale des routes de la soie. Après trois ans de voyage, Marco Polo est reçu avec ses parents à la très fastueuse cour mongole, peut-être à Cambaluc. D'abord, semble-t-il, envoyé en légation avec son oncle dans la ville frontière de Ganzhou, à l'extrémité ouest de la Grande Muraille, où il fait ses classes (apprenant probablement le ouïghour), il devient ensuite un enquêteur-messager du palais impérial suzerain de la Chine, de l'Iran et de la Russie. À ce titre il accomplira diverses missions pour le grand khan, tant en Chine que dans l'océan Indien (voir fonctions de M. Polo) : Corée, Birmanie, Sumatra, Cambodge, Viêt Nam (par contre il ne mentionne l'île de Cypango, le Japon, que par ouï-dire)[5].

Vers la fin du règne de Kubilai Khan, Marco Polo et ses parents obtiennent le droit de retourner dans leur pays contre un dernier service officiel : en 1291 ils embarquent à destination de l'Iran, où ils accompagnent la princesse Kokejin, promise par Kubilai Khan à l'ilkhan Arghoun d'Iran[n 1]. En 1292, il fait escale à Perlak dans le nord de l'île de Sumatra (dans l'actuelle Indonésie). À Trébizonde, plus ou moins sous l'influence des Génois, il est dépouillé d'une partie de sa fortune[6].

Rentrés à Venise en 1295, Marco et ses parents sont méconnaissables après un quart de siècle d'absence. La légende veut que, pour frapper l'imagination, ils aient offert à leurs parents et amis un grand banquet à l'issue duquel Marco se saisit des misérables vêtements tartares dont il était habillé et en défait les coutures pour en extraire des pierres précieuses en quantité[7].

En 1296, la guerre ayant éclaté entre Venise et Gênes, Marco Polo fait armer une galère pourvue d'une pierrière[n 2] afin de participer au combat. Il est fait prisonnier, probablement lors d'une escarmouche, en 1296, au large de la Turquie, entre Adana et le golfe d'Alexandrette[n 3]. Au cours de ses trois années de prison, devant l'intérêt que suscitent ses souvenirs d'Orient, il décide de les faire mettre par écrit par son compagnon de captivité, Rustichello de Pise. À cette fin, selon Ramusio, il aurait demandé à son père de lui faire parvenir les carnets de notes qu'il avait rapportés de son voyage[8]. Rustichello date son récit de 1298[6].

En 1299, avec la signature de la paix entre Gênes et Venise, Marco est libéré. Il épouse alors Donata Badoer, dont il aura trois filles. Sans doute fut-il, comme patricien, membre du Grand Conseil de Venise, mais on ignore quel rôle il joua dans la création en 1310 du Conseil des Dix (institution secrète peu ordinaire qui ressemble au Tchoû-mi-Yuan, le conseil de sécurité de Kubilai). M. Polo vit alors à Venise dans la Casa Polo (quartier de Cannaregio, maison familiale détruite par un incendie en 1598[9]) où il vit désormais comme un commerçant prospère mais prudent, bien loin de l'image du grand explorateur[10].

Tombé malade, il dicte son testament le 8 janvier 1324. Le texte, qui en a été conservé, précise notamment qu'il lègue 5 lires à chacun des couvents installés sur le Rialto et 4 lires à chacune des guildes dont il est membre. Il libère aussi Pierre, son « serviteur tartare », et veut qu'il lui soit payé 100 lires[n 4]. Il est enterré comme son père à l'église San Lorenzo mais sa tombe a disparu à la suite de différentes restaurations de l'édifice[11],[12]. Son testament permet d'estimer la fortune qu'il laisse, soit 10 000 ducats, ce qui ne le situe pas parmi les plus riches marchands de Venise[6].

Le Devisement du monde ou Livre de Marco Polo

Arrivée des Polo à Boukhara. Miniature illustrant Le livre des voyages de Marco Polo (chap. 2), traduit par Robert Frescher (1475-1525)
Article détaillé : Devisement du monde.

Les voyages du père de Marco Polo

Chasse au Porc-épic près de la ville de Cassem ; Le livre des merveilles de Marco Polo, Livre premier, enluminure conservée à la BNF (manuscrit 2810).

Partis de Venise avant la naissance de Marco, Niccolò et Matteo Polo achètent vers 1255 des pierres précieuses à Constantinople (alors sous administration vénitienne) et en Crimée (où résidait leur frère), puis vont les vendre à la cour du khan de Russie, sur la Volga, où ils restent un an. Ils poussent jusqu'à Boukhara (alors capitale perse d'Asie centrale) où ils restent trois ans. Un enquêteur-messager de Kubilai ou de l'ilkhan d'Iran les invite à se présenter au grand khan, en qualité d'Européens.

Compte tenu du contexte des croisades, l'historien Pierre Racine doute que le voyage des Polo ait été de simple nature commerciale :

« L’on doit alors s’interroger sur le but véritable des Polo lors de leur première expédition. Outre les intérêts commerciaux, n’y avait-il pas chez eux le désir d’approcher les Mongols à des fins politiques ? N’avait-il pas une sorte de mission à remplir ? Ils seraient en quelque sorte venus relayer des religieux qui, tels Jean de Plan Carpin, Guillaume de Rubrouck et André de Longjumeau, avaient été chargés de se renseigner sur ce peuple encore mal connu en Occident ? Le texte de Marco demeure fort silencieux à ce sujet. Ce qui transparaît cependant mérite d’être retenu. Les Occidentaux voulaient approcher les Mongols et nouer un accord avec eux, tout en constatant qu’il y avait chez ce peuple conquérant une culture à découvrir[13]. »

Ont-ils atteint Pékin quand ils rencontrent Kubilai en 1265 ou 1266 ? Il n'est pas nécessaire de le supposer, les affaires de l'ouest se traitaient souvent à sa résidence d'été en Mongolie, Shangdu aussi appelée Xanadu. Ils ne restent pas longtemps car ils sont chargés de plusieurs missions  :

  • Ambassade de l'Empire mongol auprès du pape. Quand ils regagnent la mer Méditerranée, le pape vient de mourir et il leur faut attendre trois ans pour qu'un nouveau pape soit élu (le plus long interrègne de l'histoire de la papauté, entre Clément IV et Grégoire X). Lorsqu'ils repartent vers l'Asie (avec Marco), à défaut des cent savants chrétiens que demandait Kubilai, ils emportent de l'huile sainte de Jérusalem qui tenait lieu de relique du Christ. On peut conjecturer que le jeune Marco portait sur lui cette huile. En tout cas, lorsque Kubilai « dépêcha des émissaires à leur rencontre, à bien quarante journées » (ch. 13), c'était peut-être pour honorer la chrétienté (de nombreux sujets de Kubilai étaient chrétiens syriaques, les femmes des descendants de Gengis khan l'étaient souvent).

Un parcours incertain

Principales étapes du parcours suivi par Marco Polo à l'aller et au retour.

Le parcours exact est difficile à établir pour plusieurs raisons. D'abord, l'objectif du récit n'est pas de donner un journal de voyage mais une description (« devisement ») des choses vues susceptibles d'intéresser le lecteur par leur étrangeté. Dans un texte rédigé plus de vingt ans après les événements, les imprécisions sont parfaitement compréhensibles. Enfin, nombre de villes traversées peuvent avoir disparu ou ont vu leur nom modifié, parfois plusieurs fois, comme c'est souvent le cas en Chine : Quinsai s'appelle aujourd'hui Hangzhou; Campision est devenu Kan-tcheou puis Zhangye; Sacion s'est appelée Shachou puis Dunhuang; Carcan est devenue Shache; Ciarciam est aujourd'hui Qiemo; Quengianfu s'est appelée King-tchao avant de devenir Xi'an[14].

Nous suivons la carte proposée d'abord par divers auteurs.

Un récit centré sur Kūbilaï Khān

Le Khan donne aux Polo une tablette en or de sauf-conduit.
Maître de la Mazarine (1410-1412).

Le Livre de Marco Polo pourrait s'intituler le Livre de Kūbilaï Khān car il décrit, non l'histoire de Marco, mais l'empire du plus puissant empereur de l'Histoire du monde. Quand le livre évoque la Russie, l'Asie centrale, l'Iran, l'Afghanistan, c'est parce que Kūbilaï était le suzerain de ces terres. Quand il parle du Japon (qu'il dénomme Cypango), du Viêt Nam, de la Birmanie, c'est parce que Kūbilaï Khān y envoyait des armées. Quand il présente le Sri Lanka, l'Inde du sud et jusqu'à Madagascar, c'est que Kūbilaï Khān y dépêchait des émissaires pour obtenir leur soumission. Quand il décrit les côtes de l'océan Indien, de l'Inde, de l'Arabie et de l'Afrique, c'est que les marchandises de la Chine y parvenaient.

Kūbilaï Khān est le sujet, le centre et l'unité du livre. Tout ce que M. Polo relate n'a de sens que par lui. Aussi est-il naturel que certains manuscrits aient donné pour titre à cet ouvrage Le livre du Grand Khan[16]. Ce livre est aussi un condensé des histoires que Marco lui racontait, car il avait su le séduire par ses talents d'observateur et de narrateur[n 6]. Certains historiens ont voulu y voir une encyclopédie, une géographie, d'autres une chronique du grand khaân, un miroir des princes, un livre de marchand[17],[18], mais il correspond plus exactement à un reportage[19].

Fonctions de Marco Polo en Chine

Marco Polo habillé en Tartare (peinture du XVIIIe siècle d'Hermanus van Grevenbroeck au Museo Correr de Venise).

Envoyé de l'empereur, ses déplacements étaient des missions, avec insignes du palais central et souvent escorte militaire. Au service de Kubilai, M. Polo ne dépendait pas du gouvernement ni de l'administration chinoise, mais directement du palais de l'empereur, le suzerain mongol, le khagan. Il n'était pas fonctionnaire mais homme de l'empereur. Les déplacements effectifs de Marco Polo entre 1271 et 1295 semblent les suivants :

  • 1re mission : à Ganzhou, l'actuelle Zhangye, à l'ouest (« bien un an »). Le khan met à l'épreuve les dons d'observation de Marco et l'envoie comme « messager à certaine importante affaire de rois dans une terre très lointaine, dans une cité nommée Caregian où il peine à y aller en six mois ». Il est « très attentif aux nouveautés », sans doute parce qu'il devra « faire un rapport circonstancié au Grand khan, et c’est ce rapport qui lui valut ensuite d’être appelé messire Marco Polo à la cour[20]. » (chap. 16)
  • 2e mission : en compagnie de son oncle, il séjourne durant un an à Campcio ou Capsion ou Ganzhou, l'actuelle Zhangye, ville frontière à l'extrémité ouest de la Grande Muraille (ch. 61).
  • 3e mission : à Yangiu (Yangzhou) où il séjourna trois ans, probablement en 1277. Dans cette ville récemment conquise par les Mongols, Marco remplace le baron gouverneur de la ville (chap. 143)[20].
  • 4e mission : contrôle financier au port de Quinsay (Hangzhou) pour vérifier si les trésoriers ne trompaient pas l'empereur (chap. 152)
  • 5e mission : en Inde. Mais Marco ne donne aucun détail sur le contenu de la mission.
  • Peut-être une mission au sud-est de la Chine vers le Yunnan.
  • Peut-être une mission au Tibet, dont il décrit les us et coutumes, les rites religieux, les lamas et les lamaseries
  • Ambassade vers le Viêt Nam, la Birmanie, puis les Indes, par voie de mer (deux ans).
  • Escorte d'une princesse en Iran, et charge de messages aux États d'Europe (chapitre 18). Ce voyage par bateau et par voie terrestre le ramène en Italie.

Outre qu'il est allé dans le Sichuan (ch. 115), aux confins de la Birmanie (ch. 120) et dans les vallées du Yunnan (ch. 117), Marco a aussi voyagé dans les régions méridionales : « Peu de régions de la Chine sont restées inconnues du voyageur, qu'il s'agisse des cités côtières grouillantes de vie, des steppes arides de la Chine du Nord-Ouest, des vallées reculées de la Chine centrale[21]. »

Transfert de technologie militaire ?

Selon Pierre Racine, il semble que, dans le ch. 145 sur le siège de Xiangfan, Marco cherche à tromper le lecteur et « entend donner le beau rôle à la famille en lui attribuant l’invention des trébuchets [ou pierrières], bien connus pourtant avant l’arrivée des Polo en Chine[22]. » Selon le récit, en 1271, deux spécialistes en pierrières recrutés au Moyen-Orient arrivent à Pékin[23]. En 1273, quand Xiangfan tombe aux mains des Mongols après un siège de cinq ans, c'est grâce à des pierrières : « Ensuite les pierrières furent utilisées dans chaque bataille avec un invariable succès[24] », notamment sur le fleuve Yangtze où la flotte Song fut anéantie. L'année suivante, l'empire Song se rend enfin aux Mongols. Selon Marco, ses parents auraient proposé les pierrières à Kubilai, fait réserver des madriers, et été les messagers dépêchés à l'ilkan Abaqa, lequel fit réquisitionner les ingénieurs[n 7].

Présence dans les annales chinoises

Carte de l'Inde dessinée par Cresques. Portion inférieure du cinquième feuillet de l'Atlas catalan de 1375.

Voici ce que disent les annales officielles de la dynastie Yuan :

  • En 1277, « Po-lo nommé Enquêteur-privé Envoyé-adjoint »[n 8]
  • En 1282, au lendemain de l'assassinat de son premier ministre Achmat , l'empereur « transporté de colère se rendit le même jour à Chang-tou (Shangdu, sa capitale de Mongolie) et ordonna à Po-lo, enquêteur privé et envoyé adjoint, à Horh-khono-sse, surintendant des études, au conseiller d'administration A-li, et autres, de prendre des chevaux de poste et de se rendre immédiatement à Pékin pour instruire l'affaire et juger les coupables ».
  • Un mois plus tard, Kubilai Khan étant rentré à Pékin : « Achmat mort, l'empereur encore totalement ignorant de ses turpitudes, consultant l'enquêteur-messager Po-lo, apprit alors toute l'ampleur de ses crimes » ; et réhabilita ses assassins chinois[25].

Il n'y a pas une preuve irréfutable que les deux idéogrammes chinois[26] qui se réfèrent phonétiquement à « Po-lo » correspondent vraiment à Marco Polo. En effet, des références à Po-lo existent bien avant l'arrivée de Polo en Chine. Ceci dit, les inscriptions ci-dessus correspondent exactement au livre :

  • Au chapitre 16, le calcul des dates place sa nomination comme Messire vers 1277, qui est la date de l'inscription chinoise.
  • Son récit de l'assassinat d'Achmat en 1282, qui est le plus long du livre, le plus précis et le mieux vérifié, prouve qu'il eut connaissance des pièces de la procédure puisque ces détails étaient secrets[n 9].
  • Ses récits évoquent souvent les relais des émissaires officiels, et toutes ses missions sont celles d'un enquêteur-messager : pour Kubilai Khan un ambassadeur n'était rien d'autre et la seigneurie de M. Polo sur Yangzhou implique seulement qu'il y était l'œil de l'empereur.

S'il amasse avec ses parents un trésor en pierres précieuses, il ne dit pas que ce fut par le commerce ; leurs émoluments et les cadeaux de Kubilai durent suffire à leur constituer une fortune. S'ils étaient désignés comme « marchands », les patriciens vénitiens étaient souvent aussi officiers d'active, diplomates, conseillers d'État.

Un observateur attentif

« Leurs dames et damoiselles œuvrent bien et moult subtilement de l'aiguille sur draps de soie ». Miniature illustrant le chap. 34 du Livre des voyages de Marco Polo, traduit par Robert Frescher (1475-1525)

Comme le note l'historien Pierre Racine, Marco est « Un homme d’une curiosité universelle, observateur attentif des mœurs et des coutumes des hommes[27] ». Dans ce qui est essentiellement un carnet de voyage, Marco accorde une attention particulière aux « affaires politiques et économiques du vaste empire mongol, la poste, la monnaie, le mécanisme des prix [...] Il ne manquait pas ainsi de souligner tout le profit que le Grand khan pouvait tirer des émissions monétaires fondées sur le billet de banque ; ce dernier faisait entrer des métaux précieux dans son trésor et les convertissait en billets. Il ordonnait également à ses sujets de porter à l’Hôtel des monnaies des pierres précieuses, de l'or et de l’argent qu’il payait en billets[28] ». Il décrit aussi « l’emploi du charbon, les procédés d’extraction de l’amiante, le culte des idoles, ou des pratiques plus spécifiques comme le respect des vaches en Inde[29] ».

Il porte un intérêt particulier aux pierres précieuses : « il remarque en Perse les splendides turquoises (ch. 34, 6), dans le nord de l'Afghanistan les lapis-lazulis à la couleur bleue intense (ch. 46, 30) et les rubis (ch. 46, 10) au rouge brillant. Ceylan est la terre par excellence des pierres précieuse. On y trouve rubis (ch. 168, 27), saphirs (ch. 168, 29), topazes (ch. 168, 29), améthystes (ch. 168, 29-30). En Inde autres merveilles : les perles (ch. 169, 11)[30]. »

En marchand avisé, il est aussi intéressé par les épices, mentionnant « tour à tour la cannelle (ch. 116, 68), le galanga (ch. 125, 13), la noix muscade (ch. 162, 10), le safran (ch. 154, 15), surtout les diverses sortes de poivre, poivre blanc, poivre noir, cubèbe (ch. 160, 44; ch. 174, 7; 162, 10), le gingembre (ch. 174, 7) et le clou de girofle (ch. 116, 64)[30]. » Il s'intéresse aussi aux divers types de tissus, qu'il désigne par les termes techniques locaux — cendal, bougueran, moselin, nach, nasich — et signale au passage les endroits où l'on fabrique les soieries épaisses lamées d’or[30].

On peut se demander avec Pierre Racine quel est son véritable visage : « marchand, ethnographe, homme d’État? » Selon Borlandi, ce serait d'abord un marchand qui écrit pour un public de marchands : « sur 234 chapitres, dont 19 pour le prologue, 67 sont consacrés à des légendes ou des faits historiques, 39 n’entrent dans aucune catégorie, mais 109, donc près de la moitié, décrivent une ville ou une région, avec un schéma rigide [...] : nombre de journées de marche ou de milles d’une ville ou d’une région à l’autre, les productions naturelles et artisanales, surtout les produits de luxe (soie et soieries, épices diverses, pierres précieuses), les monnaies, avec de temps à autre leur valeur par rapport à celles en cours à Venise. Toutes les fois qu’il aborde un chapitre concernant une ville, il tente d’informer ses lecteurs/ auditeurs sur le nombre d’habitants et sur les revenus et les taxes[31]. »

Une attitude positive

Marco Polo relate les légendes entourant des merveilles naturelles, tel L'Arbre sec (chap. 39). « Il est grans et gros, et […] vide dedans. Il est jaunes comme bois et moult fort; et n'a nul arbre près » (Chap. 39). C'est à cet endroit qu'aurait eu lieu la bataille d'Alexandre contre Darius.

À travers son récit, Marco Polo fait preuve d'une grande sensibilité à la diversité des sociétés et « ne porte presque jamais de jugement négatif[32] ». Loin d'opposer sa culture à celles qu'il découvre, il « décrit un monde pluriel fait de différences démultipliées, qui interdisent au Vénitien et à ses lecteurs de se tenir pour le centre du monde et de se targuer d’une identité irréductible[33]. »

Il marque volontiers son émerveillement devant la richesse de l'empereur, l'intense activité des ports, l'usage exclusif du papier monnaie, l'empereur ayant seul le droit d'accumuler or et argent[34].

Ce livre illustre également le monde de légendes que constitue l'Extrême-Orient chez les chrétiens : Marco Polo a pensé que Gog et Magog étaient les Mongols cruels. L'arbre sec marque la limite entre l'Orient et l'Occident, la « Barrière d'Alexandre » que constitue le Caucase est une frontière dangereuse à franchir, il imagine le Royaume du prêtre Jean en Inde, etc.[6]

« Qui ne l'a pas vu ne pourrait le croire » est un leitmotiv de son livre. « Incroyable mais vrai » est sa recette. Cependant il est douteux qu'il ait été accueilli avec scepticisme à son retour par les patriciens de Venise : la République avait les moyens de savoir qu'il n'affabulait pas. De même les Génois qui lui firent rédiger son mémoire (dont ils avaient besoin pour leurs expéditions), et le frère du roi de France qui dépêcha pour en obtenir copie.

Marco Polo émaille son reportage de faits divers, de mythes, de légendes, mais ses récits de miracles sont peu nombreux, souvent symboliques, et séparés des autres narrations. Il démystifie plutôt les légendes (Arbre sec, Gog et Magog, prêtre Jean, salamandre). Les bourdes sont rares : hommes à queue de Sumatra, jambes de boas dans le Yunnan (mais l'histoire naturelle référence des boas ayant des traces de pattes), enfin l'obscurité en plein jour dont il témoigne en Iran[n 10]. L'histoire racontée par Ramusio[35], selon laquelle Marco Polo et ses parents se seraient présentés en habits de mendiants, avec une doublure pleine de rubis et joyaux qu'ils montrèrent au cours d'un dîner pour se faire reconnaître, est un enjolivement tardif (1559).

Impact sur la cartographie

Reconstruction hypothétique de la carte du monde que se faisait Marco Polo. Extrait de Henry Yule[36].
Notes de Christophe Colomb sur son édition latine du Devisement du Monde.

Paru en 1298, le livre de reportage qui a rendu Marco Polo célèbre est l'un des premiers ouvrages importants en langue vulgaire[n 11]. Le Devisement du monde[37], que l'on trouve aussi sous d'autres dénominations comme Il Milione ou Le livre des merveilles, est un des rares ouvrages manuscrits, avec La Légende dorée de Jacques de Voragine et Le Roman de la Rose (Guillaume de Lorris et Jean de Meung), à connaître un succès considérable avant même sa première impression à Nuremberg en 1477. Ce succès est en partie dû à sa rédaction initiale en français, langue de communication en vigueur à l'époque, que maîtrisait Rustichello de Pise, l'écrivain qui a transcrit les mémoires de Marco Polo alors qu'il était son compagnon de détention durant les guerres opposant Venise à Gènes en 1298.

En dépit du succès rencontré, l'ouvrage était surtout lu comme un récit fantaisiste et ce n'est que cinquante ans après la mort de Marco que son livre commencera à avoir quelque influence sur la cartographie[38]. L'atlas catalan de 1375 intègre les informations données par Marco Polo pour dessiner la carte de l'Asie centrale et de l'extrême Orient, ainsi que, partiellement, pour l'Inde : même si les noms sont déformés, Cathay est bien situé à la place de la Chine[39].

De même, la mappemonde de Fra Mauro détaille la Via mongolica, voie de Mongolie des épices et de la soie[n 12]. Cet ouvrage servira de référence pour les explorateurs ultérieurs. Au XIVe, il inspire Andalò da Savignone, auteur de quatre voyages (1330, 1334, 1336 et 1339), Galeotto Adorno  et Gabriele Basso[40]. Au siècle suivant, il inspire Vasco de Gama et Christophe Colomb. Ce dernier, lors de son troisième voyage, avait emporté le Devisement et l'avait scrupuleusement annoté (son exemplaire en latin compte 366 notes de sa main)[41].

Marco Polo n'a pas laissé de carte de ses voyages. Toutefois, au milieu du XXe siècle, Marcian Rossi, Américain d'ascendance italienne, a présenté une douzaine de parchemins contenant des cartes et de courts textes en prose censés avoir été réalisés par les trois filles de Marco Polo : Moreta, Fantina et Bellela. Le professeur Benjamin Olshin a décrit ces documents dans un ouvrage intitulé The Mysteries of the Marco Polo Maps (2014). Après analyse, toutefois, il est clair que ces documents sont tous largement postérieurs à Marco Polo, datant sans doute du XVIIIe siècle, comme le prouvent à la fois la datation au carbone 14, l'étude paléographique des textes en italien et les anachronismes flagrants en matière géographique et codicologique. Dans le compte rendu de cet ouvrage, Suzanne Conklin Akbari démonte l'argumentation d'Olshin comme étant entachée d'illogismes récurrents et visant à créer un pseudo-mystère en misant sur l'attrait que continue à exercer le nom de l'explorateur sur l'imaginaire contemporain[42].

Débat sur la véracité du récit

La caravane de Marco Polo voyageant vers les Indes. Illustration d'Abraham Cresques, Atlas catalan

Dès sa publication, le récit de Marco Polo suscite énormément d'intérêt et il est souvent recopié. Beaucoup le voient toutefois comme un récit inventé. Ce récit, qui témoigne de l’âge des premières explorations géographiques, décrit de façon émerveillée les richesses des traditions et coutumes asiatiques. Un passage célèbre consacré à la description enchanteresse de la résidence d’été du grand khan à Ciandu (maintenant Shangdu) en est un bon exemple. Ses récits au sujet de la richesse du Cathay (la Chine) sont d'abord accueillis avec scepticisme par les Vénitiens. Pourtant, plus d'un siècle plus tard, en 1430, un voyageur raconte que la ville de Venise avait installé un exemplaire de ce livre attaché par une chaîne dans un lieu public pour que chacun puisse le lire[43].

Son contemporain, le philosophe et médecin Pietro d'Abano décrit Marco Polo comme « le plus grand voyageur de tous les temps[44] ». Il signale des curiosités dont le voyageur lui a fait part, notamment « une étoile d'une forme particulière dotée d'une grande queue visible dans l'hémisphère austral » et raconte qu'il a rapporté de son voyage « du camphre, du bois d'aloès et un bois rouge nommé verzinus dans le texte latin (italien verzino), bois de brésil[45] ».

Même s'il a révélé l'existence du Japon (Cipangu), servi de base à des cartographes et inspiré l'expédition de Christophe Colomb[44], l'ouvrage continuera longtemps à être controversé, notamment en raison d'omissions marquantes (rien sur la Grande muraille ni sur le bandage des pieds des femmes) ou d'exagérations. Il connaît un regain d'intérêt au XIXe siècle, grâce aux récits de voyageurs britanniques. Baudelaire disait que « les récits de Marco Polo, dont on s'est à tort moqué, comme de quelques autres voyageurs anciens, ont été vérifiés par les savants et méritent notre créance[46] ».

À la fin du XIXe siècle, Henry Yule, grand connaisseur de l'Asie et ancien haut fonctionnaire en Inde, a retracé le parcours suivi par Marco Polo, ne laissant aucun doute sur l'authenticité de ce voyage. Il a produit une édition abondamment commentée du Devisement du monde[47]. En 1997, le voyageur Michael Yamashita a entrepris à son tour de reprendre la route de Marco Polo au cours d'un voyage qui a donné lieu à un reportage du National Geographic en mai 2001, suivi d'un livre en 2004. Au terme de cette expédition qui a duré quatre ans, il conclut : « Durant tout ce voyage, nous fûmes surpris de constater à quel point Marco avait été un témoin digne de foi [48] ».

Pour l'historien Jacques Heers, toutefois, cet ouvrage n'est pas un récit de voyage, mais un traité encyclopédique fait de souvenirs de « conversations avec les officiers de l'empire mongol [et] de lectures d'ouvrages inconnus en Occident[49]. » La question de la véracité est encore soulevée en 1995 par Frances Wood avec son livre Did Marco Polo go to China? et Paul Pelliot, qui tentent de démontrer que Marco Polo affabule. Mais leur démonstration est assez faible et a été réfutée par Rachewiltz[50].

En 2012, évoquant la controverse sur la véracité du récit, l'historien Pierre Racine, tout en reconnaissant en Marco Polo certains traits de crédulité propres à un esprit médiéval, voit en lui « Un homme d’une curiosité universelle, observateur attentif des mœurs et des coutumes des hommes » dont le récit « prend la forme d’un carnet de voyage[27]. » Pour cet historien, « Le reportage qu’a laissé Marco Polo de son expédition en Chine demeure de première importance pour l’histoire de l’empire mongol, un témoignage qu’aucun historien occidental ou oriental ne saurait négliger[51]. »

Cette même année, le sinologue Hans Ulrich Vogel, de l'université de Tübingen, établit qu'on ne peut trouver dans aucune autre source de l'époque — occidentale, arabe ou persane — des renseignements aussi précis que ceux que donne Marco Polo, par exemple sur le format et la dimension du papier, l'utilisation des sceaux, les dénominations du papier monnaie (fabriqué à partir d'écorce de mûrier) ou l'utilisation des coquillages au Yunnan[52]. Pour Mark Elvin, professeur à Oxford, les recherches de Vogel établissent que « dans la très grande majorité des cas, Polo a décrit avec précision des objets matériels, tels les billets de papier monnaie imprimés par la dynastie mongole, qui n'ont que tout récemment été découverts par les archéologues[53]. » En conclusion, note Philippe Ménard, professeur à la Sorbonne, il appert, à l'examen du Devisement, que Marco Polo « est parfaitement informé », au point que l'on peut supposer qu'il a été « inspecteur et contrôleur […] pour le commerce du sel, des épices et de la soie. Nul ne peut inventer des chiffres pour étayer ses dires, sans avoir eu, au préalable, les comptes financiers sous les yeux[54]. »

Postérité

En hommage à leur plus célèbre concitoyen, les Vénitiens ont baptisé de son nom leur aéroport international (Aéroport de Venise - Marco Polo), et les billets italiens de 1 000 lires ont longtemps porté son effigie. Le mouton de Marco Polo , appelé aussi mouflon de Marco Polo, est une sous-espèce d’Ovis aries. Le personnage de Marco Polo est le héros de nombreux livres et films, il apparaît notamment comme un grand explorateur dans le jeu vidéo Civilization Revolution en 2008[55].

Cinéma

Télévision

Adaptations

  • En 1989 Jean Louis Foulquier a adapté la vie de Marco Polo en version 'théâtrale' à Gennevilliers.

Notes et références

Notes

  1. L'ilkhan, qui par lettre conservée aux Archives de France avait donné rendez-vous au roi Philippe le Bel en février 1291 devant Damas : « Si tu tiens ta parole et envoies tes troupes à l'époque fixée, et que dieu nous favorise, lorsqu'à ce peuple nous aurons pris Jérusalem, nous te la donnerons » (le roi de France n'envoya pas d'armée ; l'ilkhan Argun est assassiné en mars 1291)
  2. Voir la gravure de la galère de M. Polo équipée d'une pierrière dans Yule, The Travels of Marco Polo, Londres, 1870, réédité par Dover, New York, 1983).
  3. Selon fr. Jacopo d'Aqui, Chronica libri imaginis mundi. Ce n'est pas lors de la bataille sur mer de Curzola sur la côte dalmate comme l'écrit Ramusio dans sa préface (citée dans Moule & Pelliot, p. 586), car celle-ci a eu lieu en septembre 1298 et le récit est daté de cette même année.
  4. Selon l'interprétation proposée par Pauthier, le « serviteur tartare » était un esclave mongol qu'il avait ramené de ses voyages. Il semble toutefois que le terme « tartare » désignait alors à Venise la plupart des esclaves, ainsi que le précise Yule-Cordier 1903, p. 72 (203).
  5. De gueules, à la bande d'or, chargée de trois corneilles de sable becquetées et onglées du champ.
  6. M. Polo « savait que l'empereur, qui envoyait ses messagers en différentes parties du monde, voyant qu'au retour ils ne savaient rien lui raconter d'autre que ce pourquoi ils étaient partis, les tenait tous pour légers et incapables. Il leur disait : « J'aimerais mieux entendre des nouvelles et les coutumes des diverses régions, que l'objet de ta mission. » Car il se complaisait beaucoup à écouter les choses étranges. Aussi, pour cela, à l'aller comme au retour, Marco Polo mit toute son attention à apprendre les diverses choses, selon les régions, afin de pouvoir à son retour les dire au grand khaân » (ch. 15).
  7. Le texte simplifie, résume en deux phrases, concentre préparatifs et réalisation à la troisième année du siège (comme le Yuan sse), mais en aucune façon n'affirme que les Polo se trouvaient en personne à Xiangfan, seulement qu'ils ont 1)  proposé et 2) « fait faire » des pierrières, et 3)  que les techniciens étaient « de leur suite (mesgnie) ». Les dates concordent exactement, ils sont dans le Moyen-Orient quand l'ilkan reçoit la demande d'ingénieurs en pierrières (ils pourraient même avoir accompagné le général A-Chu qui opère autour de Xiangfan dès septembre 1267). Quant à la mention de Marco (impossible, il était à Venise, avait 12 ans), c'est une erreur de Rusticello qui disparaît dans l'édition corrigée de 1307.
  8. Yuan sse (9/17). Textuellement : « Œil discret bouche adjointe ». Les idéogrammes évoquent un cadre sans uniforme qui, s'il montre sa carte, passe au-dessus de tous. Ce qu'on appelle un Œil de l'empereur. Éventuellement, comme dit Wieger, s.j., mouchard de confiance.
  9. La concordance saisissante entre son texte et les annales suggère que ces dernières compilent entre autres des rapports qu'il a dictés. Plus fluide, sa narration n'atténue ni la gravité des faits ni la répression ; elle seule établit la part de responsabilité de Kubilai Khan.
  10. Mais Chardin : « On observe encore deux choses singulières dans ces régions chaudes durant l'été : l'une c'est que les champs sont brûlés, comme si le feu y avait passé ; l'autre, c'est qu'il s'y élève, surtout le soir et le matin, de certaines vapeurs excitées par l'inflammation de la terre, qui en couvre la face de telle sorte qu'on ne découvre pas à cinquante pas de soi, et qu'on croit voir la mer ou quelque grand étang » (Journal du voyage du chevalier Chardin, Amsterdam, 1711).
  11. Ouvrages importants avant Marco Polo : Villehardouin, La conquête de Constantinople, 1213 ; Brunetto Latini, Le livre du trésor, 1265. Mais la Vie de saint Louis de Joinville, 1309, est postérieure, comme les Chroniques de Froissart, 1380. La Grande Chronique de France tenue à l'abbaye de Saint-Denis n'est traduite en français qu'à partir de 1274 et restera rédigée en latin jusqu'en 1340. Quant aux « romans » courtois, c'étaient des épopées en vers et non en prose.
  12. L'achat en grande quantité de soie en Chine revenait moins cher que celle importée par des intermédiaires arabes et hindous.

Références

  1. Olga Orlić (Institute for Anthropological Research, Zagreb, Croatia), The curious case of Marco Polo from Korčula: An example of invented tradition, Journal of Marine and Island Cultures, Volume 2, Issue 1, June 2013, Pages 20–28
  2. (en) The New Encyclopædia Britannica Macropedia, Marco Polo, Britannica Editors, (ISBN 9780852297872), p. 571
  3. (en) John Parker, Marco Polo, The World Book Encyclopedia, (ISBN 9780716601043), p. 648-649
  4. Yamashita 2004, p. 46.
  5. Pierre Racine, Marco Polo et ses voyages, Perrin, , 456 p. (ISBN 9782262031329)
  6. a, b, c et d Pierre Racine, Marco Polo et ses voyages, Perrin, , 456 p. (ISBN 9782262031329)
  7. Moule & Pelliot, p. 583-584.
  8. Moule & Pelliot, p. 586.
  9. Le théâtre Malibran a été construit en 1677 sur ses fondations
  10. Olivier Germain-Thomas, Marco Polo, Gallimard, (ISBN 978-2-07-030747-0)
  11. Marco Polo - De retour à Venise
  12. (en) J. Polo Marco Masefoeld, Travels of Marco Polo, the Venetian (1260-1295), Asian Educational Services, (lire en ligne), p. 8
  13. Racine 2011, p. 21.
  14. Ménard 2005, p. 433.
  15. a et b Yamashita 2004, p. 38-39.
  16. Ménard 2001, p. 96.
  17. U. Tucci, Venezia e l'Oriente, Firenze, 1987, p. 323-337
  18. F. Borlandi, Studi in onore dei Amintore Fanfani, Milan, 1962, p. 107-142
  19. Racine 2011.
  20. a et b Racine 2011, p. 30.
  21. Ménard 2001, p. 97-98.
  22. Racine 2011, p. 29.
  23. Annales Yuan : « En réponse au khaân, l'ilkhan Abaqa envoya Alaowating et Isemayin avec leur famille jusqu'à Pékin, où une première pierrière fut montée devant les Cinq Portes et essayée ».
  24. Yuan see (203/4-5, 128/3, 7/8, etc.).
  25. Yüan sse (12/7, 205/3 et 78), Soûh thoûng kian kang mouh (23/8), Li-taï ki sse (98/6), Kang-kian-i-tchi (90/16), Foung-tcheou-Kang-kian hoeï tswan (15/9).
  26. Demetrius Charles Boulger et E. H. Parker, The Imperial and Asiatic Quarterly Review : Some New facts about Marco Polo's book, East & West - Publisher, , p. 128
  27. a et b Racine 2011, p. 39.
  28. Racine 2011, p. 35.
  29. Racine 2011, p. 38.
  30. a, b et c Ménard 2012, p. 40.
  31. Racine 2011, 6.
  32. Ménard 2001, p. 90.
  33. Beck 2014, p. 331.
  34. Vogel 2012, p. xi.
  35. Ramusio, Navigazioni e viaggi, 1559, première édition imprimée à Venise, qui rend publique la narration du coup d'État de Chinois contre les Mongols en 1282.
  36. Yule-Cordier, p. 109.
  37. Devisement signifie « description » en vieux français.
  38. Marsden, p. X.
  39. Yule-Cordier, p. 134.
  40. Robert S. Lopez, « Nouveaux documents sur les marchands italiens en Chine à l'époque mongole », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 121, no 2,‎ , p. 445-458
  41. Jean-Louis Tremblais, « Sur les traces de Marco Polo », sur lefigaro.fr,
  42. Conklin 2016.
  43. Gadrat 2010.
  44. a et b Guadalupi 2004, p. 23.
  45. Ménard 2001, p. 97.
  46. « Qu’est-ce que le haschisch ? », Les Paradis artificiels, Charles Baudelaire, 1860.
  47. Yule-Cordier.
  48. Yamashita 2004, p. 10.
  49. Heers 1984, p. 135.
  50. Rachewiltz
  51. Racine 2011, p. 40.
  52. Vogel 2012.
  53. Vogel 2012, Préface, p. xviii.
  54. Vogel 2012, Préface, p. xxii.
  55. (en)Civilization Revolution: Great People

Voir aussi

Articles connexes

Autres Européens ayant rencontré le Khan au XIIIe siècle, mais sans aller jusqu'en Chine :

Bibliographie

Éditions

  • Pierre-Yves Badel, Marco Polo, La Description du Monde, Édition, traduction et présentation, Le livre de Poche, « Lettres gothiques », 1998.
  • Philippe Ménard, Jeanne-Marie Boivin, Laurence Harf-Lancner, Laurence Mathey-Maille, Jean-Claude Faucon, Danielle Quéruel, Monique Santucci, Joël Blanchard, Michel Quereuil, Marie-Luce Chênerie et Michèle Guéret-Laferté, Marco Polo, Le Devisement Du Monde : (6 volumes), Genève, Droz, 2001-2008 (lire en ligne)
  • M. G. Pauthier, Le livre de Marco Polo : citoyen de Venise, conseiller privé et commissaire impérial de Khoubilaï-Khaân : rédigé en français sous sa dictée en 1298 par Rusticien de Pise, Paris, Firmin Didot, (lire en ligne)
  • (en) Henry Yule et Henri Cordier, The Book of Ser Marco Polo, Londres, John Murray, (lire en ligne)

Ouvrages cités

  • Jonathan Beck, « Simon Gaunt, Le Devisement du Monde. Narrative Voice, Language and Diversity, Cambridge, D.S. Brewer, 2013 : Compte rendu », Le Moyen Age, t. CXX, no 2,‎ , p. 331-334
  • Suzanne Conklin Akbari, « Benjamin B. Olshin, The Mysteries of the Marco Polo Maps. Chicago, University of Chicago Press, 2014 : (Compte rendu) », Journal of Historical Geography, no 53,‎ , p. 107-108
  • Christine Gadrat, « Le Livre de Marco Polo et les géographes de l’Europe du nord au xve siècle », dans Henri Bresc et Emmanuelle Tixier du Mesnil, Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, (ISBN 9782840160663, lire en ligne), p. 147-162
  • (es) Gianni Guadalupi, « Viajes y aventuras de Messer Milione », dans Michael Yamashita, La ruta de Marco Polo. Viaje de Venecia a Pekín, Barcelone, Art Blume, , p. 16-39
  • Jacques Heers, Marco Polo, Fayard, 1990, 371 p., (ISBN 978-2-213-01344-2)
  • Jacques Heers, « De Marco Polo à Christophe Colomb: comment lire le Devisement du monde? », Journal of Medieval History, vol. 10, no 2,‎
  • J. P. Drège, Marco Polo et la Route de la Soie, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 53), 1989, 192 p., (ISBN 978-2-07-053076-2)
  • Alain Grandbois, Les voyages de Marco Polo, Bernard Valliquette, 1941, 229p.
  • (en) William Marsden, The Travels of Marco Polo The Venitian, Londres, (lire en ligne)
  • Philippe Ménard, « Marco Polo à la découverte de l’Extrême-Orient », Académie Stanislas, Nancy,‎ , p. 22-47 (lire en ligne [PDF])
  • Pierre Racine, « Marco Polo, marchand ou reporter ? », Le Moyen Age, vol. cxvii, no 2,‎ , p. 315-344 (lire en ligne)
  • Pierre Racine, Marco Polo et ses voyages, Paris, Perrin, 2012.
  • (en) A. C. Moule et Paul Pelliot, Marco Polo. The Description of the world, Londres, Routledge, (lire en ligne)
  • Hans Ulrich Vogel, Marco Polo Was in China: New Evidence from Currencies, Salts and Revenues, BRILL, (ISBN 978-9004231931, lire en ligne)
  • Olivier Weber, Le grand festin de l’Orient; Robert Laffont, 2004
  • Olivier Weber, Sur les routes de la soie (avec Reza), Hoëbeke, 2007

Liens externes