Marco Bellocchio

Marco Bellocchio
Description de cette image, également commentée ci-après

Marco Bellocchio

Naissance (77 ans)
Bobbio, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Le Diable au corps
Buongiorno, Notte
Vincere

Marco Bellocchio est un réalisateur, scénariste et producteur italien, né le à Bobbio sur les collines de la province de Plaisance, Italie.

Biographie

Marco Bellocchio a fait ses études à l’Académie d’art dramatique de Milan et au Centre du Cinéma Expérimental (Centro sperimentale).

Dès son premier film, précurseur des mouvements sociaux de Mai 1968, Les Poings dans les poches (Pugni in tasca, 1965), les critiques cinématographiques le remarquent. S'écartant du cinéma néoréaliste, il s’attaque aux symboles conformistes italiens et esquisse une œuvre politiquement engagée. Les Poings dans les poches met en avant la révolte de la jeunesse. Il continue dans cette direction et dénonce le rôle de la religion dans Au nom du père (Nel nome del padre, 1971) et La Marche triomphale (Marcia trionfale, 1976). Grâce au Saut dans le vide (Salto nel vuoto, 1980), les acteurs français Michel Piccoli et Anouk Aimée gagnent respectivement, au 33e Festival de Cannes, les Prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice.

Après cette période, il change de registre et se tourne vers la réalisation de films plus subversifs. La projection du Diable au corps (Il diavolo in corpo, 1986), qui présente des scènes de sexe explicites, provoque un scandale à Cannes. Son adaptation littérale d’une œuvre de Luigi Pirandello, La Nourrice (La balia, 1999), déroute. Son film Le Sourire de ma mère (L'ora di religione: il sorriso di mia madre, 2002) gêne le Vatican. Il est aussi le premier à avoir mis en scène l’assassinat d’Aldo Moro dans le film Buongiorno, notte (2003), unanimement salué lors de sa projection à la Mostra de Venise[1]. Vincere, qui revient sur la vie d'Ida Dalser et de l'ascension au pouvoir de Benito Mussolini, fait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes 2009.

Il annonce ensuite son intention de faire un film inspiré de l'histoire d'Eluana Englaro[2]. En dépit des difficultés de production et de nombreux conflits avec la commission du film de la région Frioul-Vénétie julienne[3], le tournage débute en janvier 2012 à Cividale[4]. Le film, La Belle Endormie, est présenté en compétition lors de la Mostra de Venise 2012. Il traite du thème de l'euthanasie et de la difficulté d'avoir une loi sur la fin de vie dans un pays, l'Italie, où l'influence de l'Église catholique est majeure. L'œuvre se conçoit également comme une parabole de l'Italie du XXIe siècle et de ses multiples difficultés[5]. À la suite de la décision du jury de Venise de ne donner aucune récompense majeure au film et de ne le mentionner qu'à travers son jeune comédien Fabrizio Falco, Marco Bellocchio exprime de vives critiques envers le président Michael Mann et ses jurés qu'il accuse de ne pas connaître suffisamment ni de comprendre le cinéma italien dont les productions seraient systématiquement pénalisés dans les festivals internationaux[6].

Dans les années 1960, il a été militant d'extrême gauche, et a fait un temps partie de l'Union des communistes italiens (marxistes-léninistes), un groupe maoïste[7].

En 2006, le festival International du film Entrevues à Belfort lui consacre une rétrospective.

Une rétrospective lui est consacrée à la Cinémathèque française du au [8]

Liens de parenté

Marco Bellocchio est le frère cadet de Piergiorgio Bellocchio, écrivain et critique littéraire. Le fils de Marco Bellocchio, Pier Giorgio Bellocchio, né en 1974, est acteur.

Filmographie

Réalisateur

Cinéma

Courts et moyens métrages
  • 1961 : La colpa e la pena
  • 1962 : Ginepro fatto uomo
  • 1969 : Évangile 70 (Amore e rabbia) - segment Discutiamo, discutiamo
  • 1995 : Sogni infranti (documentaire)
  • 1997 : Elena
  • 2000 : L'affresco
Longs métrages

Télévision

  • 1977 : La Mouette (Il gabbiano)
  • 1979 : La macchina cinema
  • 1992 : L'uomo dal fiore in bocca
  • 1998 : La religione della storia (1 épisode)
  • 2002 : …Addio del passato…

Théâtre

Metteur en scène

Notes et références

  1. http://www.festival-cannes.com/fr/archives/artist/id/5838.html
  2. Je vais vous dire Eluana; Bellocchio: Un film sur l'amour pour la vie, La République, Août 22, 2009]
  3. Cinéma: Bellocchio voir projet de film d'Eluana Corriere della Sera, Novembre 21, 2009]
  4. [Messenger Veneto / Nouvelles / Film sur Eluana, se tourne maintenant dans une villa historique Cividale]
  5. Marco Bellocchio : « L'Italie est cynique et dépressive » par Aureliano Tonet dans Le Monde le 7 septembre 2012.
  6. news.php? newsid = 169171 Bellocchio furieux contre Italiens vaincus, mais n'appelez pas la province
  7. Marco Bellocchio, encyclopédie Treccani du cinéma
  8. Marco Bellocchio, du 7 décembre 2016 au 9 janvier 2017 sur le site de la Cinémathèque française

Liens externes