Marc François (acteur)

Marc François
Biographie
Naissance
Décès
(à 58 ans)
Nationalité
Activités

Marc François, né le et mort le [1], est un acteur français spécialisé dans le doublage.

Biographie

De parents propriétaires d'un cinéma, Marc François entre au conservatoire du XIIe arrondissement de Paris à 14 ans puis joue dans quelques pièces. La mère de Maxime Le Forestier, un de ses compagnons du cours Florent, écrit les adaptations françaises de la série Les Incorruptibles et le fait entrer dans la société de doublage. Avec le western Le Grand Chaparral, il signe son premier rôle important.

Figure familière du doublage français des années 1970-1980, il devient dans les années 1980 la voix française de Mickey Mouse avant de déclarer forfait[1] lorsque le tabac l'empêchât de monter en voix de tête (voix aigüe forcée). Il a également été l'une des voix de Porky Pig. Dans l'anime japonais Les Chevaliers du Zodiaque, il double Hyoga et Shiryu ainsi que d'autres personnages en plus d'assurer la direction du doublage. D'ailleurs, lorsqu'il vit la série pour la première fois, Marc François pensa que le dessin animé ne serait pas diffusé en raison de sa violence. Malgré cela, il s'investit sérieusement dans le doublage des épisodes, ce qui a valu aux comédiens de doublage du dessin-animé d'avoir un vrai fan-club à l'époque[réf. nécessaire].

Il double aussi dans des films comme Platoon, SOS Fantômes, Y a-t-il un pilote dans l'avion ?, Retour vers le futur 2… Il a également fait du théâtre d'avant-garde, mis en scène le spectacle Les demoiselles de Rochechouard avec Maïk Darah et dirigé plusieurs plateaux de doublage à la SOFI[1].

Il s'intéressait aussi à l'écriture et tint une rubrique dans l'émission L'Oreille en coin.

C'est à la suite d'une longue maladie que Marc François nous quitte le 12 août 2009.

Filmographie

Doublage

Cinéma

Films

Films d'animation

Télévision

Téléfilms

Séries télévisées

Séries télévisées d'animation

Jeux vidéo

Notes et références

  1. a, b et c « Décès de Marc François », François Justamand, Objectif-cinema.com, 14 août 2009 (consulté le 29 décembre 2016).
  2. Doublé seulement en 1968.

Liens externes