Marc (pape)

Marc
Image illustrative de l’article Marc (pape)
Portrait imaginaire du pape Marc
Biographie
Nom de naissance Marcus
Naissance
Rome
Décès
Rome
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat
Fin du pontificat

Marc, mort à Rome le 7 octobre 336, est un évêque de Rome qui accède à l'épiscopat le 17 mai 352 pour un pontificat, mal connu, de quelques mois durant une période agitée par la crise arienne à laquelle il ne semble pas avoir pris part.

Selon le comput de la tradition catholique, qui le célèbre comme saint le 7 octobre, il est le 34e pape.

Éléments biographiques

Les quelques éléments biographiques concernant l'évêque Marc ou Marcus reposent essentiellement sur le Liber Pontificalis qui en fait un natif de Rome, fils d'un certain Priscus[1]. S'il s’agit du « Marc » mentionné par l’empereur Constantin dans une lettre à l’évêque de Rome Miltiade afin de convoquer un synode, ce devait être un personnage important du clergé romain[1].

Épiscopat

Marc succède à Sylvestre Ier, le 18 janvier 336 pour un pontificat bref d'à peine huit mois. Son règne coïncide avec la crise arienne, à un moment où des personnalités défendant de la foi nicéenne sont déposées, à l’instar de Marcel d’Ancyre, voire exilées, comme Athanase d’Alexandrie tandis qu’Arius lui-même meurt à Constantinople[1]. S'il existe une correspondance apocryphe entre Marc et Athanase d'Alexandrie présentée par des Fausses Décrétales datées du IXe siècle, rien n’indique cependant que l’évêque de Rome ait pris part aux débats du temps[1].

Selon le Liber Pontificalis[2], Marc aurait accordé le pallium — une bande blanche de laine d'agneau ornée de croix noires et rouges portée par l'évêque de Rome — aux évêques d'Ostie, décrétant que ces derniers sacreraient toujours leur homologue romain : effectivement, Augustin d'Hippone rapporte que l'évêque d'Ostie est bien le premier parmi les trois consécrateurs de celui de Rome. Marc aurait en outre également accordé ce pallium aux métropolitains mais l'information semble douteuse car il n'existe aucune trace d'une telle pratique à une époque aussi haute[1].

Il est possible que ce soit sous son règne que débutent la Depositio episcoporum et la Dispositio martyrum, deux compilations de listes d'anniversaires d'évêques et de martyrs[1].

Il décède le 7 octobre 336 date à laquelle il est célébré comme saint par l'Église catholique[1]. Initialement enterré dans la catacombe de Sainte-Balbine, ses reliques sont transférées dans la basilique San Marco Evangelista al Campidoglio à Rome[3].

Tombe du pape Marc à San Marco

Évergétisme

Marc semble avoir commandité l'élévation de deux églises romaines. La première est probablement sa maison particulière, un domus qu'il transforme en une église qui porte son nom avant d'être placée sous le patronage du second évangéliste : il s'agit d’une basilique iuxta Pallicinis, la basilique San Marco Evangelista al Campidoglio, aujourd'hui intégrée au palais de Venise. La seconde est une basilique funéraire, située sur la via Ardeatina au cimetière Sainte-Balbine, dont les ruines ont disparu au XVIIe siècle mais dont des éléments ont été mis au jour[4] puis identifiés au début des années 1990[5].

Références

  1. a b c d e f et g John Norman Davidson Kelly (trad. Colette Friedlander), Dictionnaire des Papes [« The Oxford Dictionary of Popes »], Brepols, coll. « Petits dictionnaires bleus », (ISBN 2-503-50377-2), p. 52-53
  2. Liber Pontificalis - vol.  1 - p.  202-204
  3. Sébastien Le Nain de Tillemont, Mémoires pour servir à l'histoire ecclésiastique des six premiers siècles, vol. 7 - p. 268-269 - Saint Jules Pape : Article II de Saint Marc Pape
  4. Jean Guyon, « L'Église de Rome du IVe siècle à Sixte III (312-432 », dans Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez, Marc Venard (dir.), Histoire du christianisme, vol. 2 : Naissance d'une chrétienté (250-430), Desclée, (ISBN 2-7189-0632-4), p. 776
  5. (en) Raymond Davis, The Book of Pontiffs (Liber Pontificalis): The Ancient Biographies of the First Ninety Roman Bishops to AD 715, Liverpool University Press, (ISBN 9780853235453, lire en ligne), p. XXXVI

Bibliographie

  • John Norman Davidson Kelly (trad. Colette Friedlander), Dictionnaire des Papes [« The Oxford Dictionary of Popes »], Brepols, coll. « Petits dictionnaires bleus », (ISBN 2-503-50377-2), p. 52-53
  • Richard Krautheimer, Wolfgang Frankl et Spencer Gorbett, Corpus Basilicarum Christianarum Romae, vol. II : The early Christian Basilicon of Rome (IV-IX Cent.), Rome, Piontificio Instituto di Archeologia Cristiana, , p. 218-249

Liens externes