Marc-Guillaume-Alexis Vadier

Marc-Guillaume-Alexis Vadier
Illustration.
Vadier par Edme Quenedey.
Fonctions
Président de la Convention nationale
Député à la Convention nationale
Élection septembre 1792
Groupe politique Montagne
Député à l'Assemblée constituante de 1789
Groupe politique Tiers état
Député aux États généraux de 1789
Élection
Groupe politique Tiers état
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pamiers
Date de décès (à 92 ans)
Lieu de décès Bruxelles
Nationalité Français
Parti politique Club des jacobins
Profession Militaire, puis Politique
Résidence France, puis exil en Belgique

Signature de

Marc-Guillaume-Alexis Vadier, né le à Pamiers et mort le à Bruxelles, surnommé « le grand inquisiteur », est un homme politique français, dont l'activité s'exerça pendant la période de la Révolution.

Biographie

Enfance et formation

Marc Guillaume Alexis Vadier[a] est né le , au domicile de ses parents rue des Nobles à Pamiers. L'enfant étant chétif, le chanoine et curé Marast l'ondoie[2]. Il est baptisé le à la collégiale Notre-Dame-du-Camp, son parrain est son oncle Lefèvre, avocat au parlement et sa marraine sa tante Catherine Vadier. Son père, Guillaume[b] Vadier, est bourgeois et receveur des décimes du clergé de la ville, et sa mère, prénommée « Philippe », est née de Massot[3]. La famille Vadier est originaire de Montières[c], près d'Amiens, en Picardie. C'est son grand-père Pierre Vadier qui, avec son frère Guillaume, est venu à Pamiers en accompagnant leur employeur François de Camps nommé dans cette ville. Pierre Vadier s'est marié le avec Anne de Traversier, d'une famille de petite noblesse sans grande fortune. À la mort de son oncle Guillaume, son père hérite de ses biens et notamment de la maison, dite Peyroulet, située à Montaut, qu'il avait acquise pour 12 600 livres le [4].

Après avoir appris à lire et compter à la « petite école »[5], c'est en 1745 à 9 ans, qu'il entre au collège Jésuites de Pamiers[6]. C'est également avant ses 10 ans que son père décède[7]. Dans cet établissement, seul le latin est utilisé, le français et le gascon sont interdits[8]. Il a tout juste 13 ans lorsqu'il termine ses humanités et reçoit le prix de métrique latine. L'ouvrage offert porte une dédicace du père Arnald Puyjalon : « (...) c'était un enfant remarquable, sous tous rapports, de piété, d'intelligence, et de tempérament. En témoignage de ces qualités, je lui ai écrit cette dédicace signée de ma main et frappée du sceau du collège le 28 juillet 1749 »[9],[d].

Le jeune Vadier, a 13 ans, lorsqu'il est envoyé à Toulouse pour poursuivre ses études comme interne au collège de l’Esquile, tenu par des prêtres de la congrégation cléricale des doctrinaires, qui débute l'année scolaire le 18 octobre[9]. Il y poursuit ses études pendants trois ans. La première année est consacrée à la rhétorique et les deux suivantes à la philosophie, logique et physique. Cet éloignement alors qu'il y avait la possibilité de suivre ce niveau d'études à Pamiers ne peut venir que d'un choix de lui-même et, ou, de son entourage adulte[11],[e].

Militaire (1753-1757)

Peinture représentant la bataille de Rossbach.

Sans raisons connues[f] on retrouve, en 1753, le jeune Vadier engagé volontaire, sous le nom de « Marc Guillaume Vadier de Montfort »[13], au régiment de Piémont infanterie, qui à cette époque dispose d'une compagnie stationnée à Toulouse. Homme de troupe, il y a un comportement qui le fait remarquer par ses chefs[14].

En 1755, le comte d'Esparbès, lors de la création de la « compagnie dite du sieur de Tasque », fait une proposition par écrit pour qu'il en prenne la lieutenance : « Ce sujet est depuis deux ans volontaire au régiment. Il s'est très bien comporté et m'est fortement recommandé par Monsieur le prince de Tingry qui m'a fait l'honneur de m'en écrire et celui de m'en parler ». Vadier est promu, à 19 ans, lieutenant du régiment le [15].

En juillet 1756, Vadier est à Cherbourg avec son régiment[16]. Au printemps 1757, le régiment de Piémont fait partie de l'armée du prince de Soubise, qui rentre en Allemagne et remonte le Main pour rejoindre les troupes impériales[17]. Son régiment atteint Landau le 17 juillet, puis il passe à Gotha le 11 septembre avant de s'établir, lendemain, au « camp d'Hisenac ». Le le régiment est engagée dans la bataille de Rossbach près de la petite ville de Braunsbedra[18]. C'est une lourde défaite pour l'armée de Soubise, le régiment de Piémont est décimé, sans compter les prisonniers, il compte 475 morts et de nombreux fuyards[19]. Ensuite les restes de l'armée de Soubise prennent leur cantonnement d'hiver à Heiligenstadt, avant de se rapprocher de Cologne, Neuss et Düsseldorf fin décembre[13]. Quarante-neuf officiers du régiment de Piémont reçoivent des récompenses, une majorité d'entre-eux ont été blessés. Vadier, qui n'est ni blessé, ni récompensé « abandonne sa lieutenance à la fin de l'année 1757 »[20],[g].

Bourgeois et notable à Pamiers

Propriétaire terrien et famille

La collégiale Notre-Dame-du-Camp au 19e siècle.

Ayant démissionné de l'armée, en Allemagne, fin décembre 1757, on ne retrouve Vadier que le , à Pamiers. Il a 26 ans, lorsque sa mère lui donne ses biens en échange d'une pension alimentaire et l'usage d'une petite maison jouxtant la sienne[21].

Le , Vadier se marie avec Jeanne-Marie Lavigne dans la collégiale Notre-Dame de Camp de Pamiers. Jeanne-Marie est membre d'une famille bourgeoise originaire de Pamiers, elle apporte en dote 12 000 livres comme l'indique le contrat de mariage signé, à Pamiers, chez le notaire Conferon. De cette union vont naître huit enfants, six garçons et deux filles, mais seul quatre garçons vont survivre à l'âge de la petite enfance : Jacques-Roger, dit Carpe, Vadier ; Marc Vadier (?-1791)[h] ; Jean-Baptiste, dit Nicol, Vadier ; et Montaclar Vadier[21].

Le , il achète la seigneurie du Carla : composé d'un bourg, ancienne place fortifiée située sur un piton rocheux, et de terres dans la vallée. Cet achat ne doit pas le satisfaire car il l'échange, le , contre un domaine, dénommé Nicol, constitué uniquement de terres et situé en limite de sa propriété de Peyroutet[21]. La propriétaire est Rose-Victor Lavaise épouse de Laurent Angliviel de La Beaumelle[23]. La transaction, entre Vadier et Rose-Victor Lavaise, a lieu dans la propriété de celle-ci, dite métairie de Nogarède[21].

Vadier, fait défricher 15 ha sur ses domaines de Peyroutet et Nicol, entre le mois d'août 1766 et le mois de janvier 1768. L'ensemble des terres de ses domaines de Peyroutet, de Nicol et de Belpech, à la limite de l'Ariège et de l'Aude, forment un ensemble de 185 hectares, dont la valeur totale est estimée à 300 000 livres[24]. La surface de ses domaines place Vadier, après Cazes et Dardigna, à la troisième place des grands propriétaires résidant sur place.

Conseiller à la sénéchaussée et au présidial

Le Tribunal de Pamiers, vers 1900. Ce bâtiment date de 1777, époque de la reconstruction en plus grand de l'ancien présidial de 1665[25].

En 1768, la mort Jean-Baptiste Daliot de Lafage provoque la vacance d'une charge de conseiller à la sénéchaussée et au présidial de Pamiers. Vadier est intéressé mais il lui manque les titres. Il travaille en auditeur libre et il est reçu bachelier à l'université de Toulouse le . Il s'inscrit comme avocat et il rachète cette charge toujours vacantes à la famille du défunt[26].

Le Roi lui accorde les provisions de cette charge le [23]. Néanmoins son installation ne va pas se faire facilement, le premier avocat du roi, « François Darmaing »[27], s'oppose à la remise des arrêts la permettant. Ce refus plusieurs fois exprimé provoque une plainte, de la Chambre du conseil, auprès du Parlement de Toulouse. Celle-ci argumente sur le fait que l'exécution des ordres du Roi sont exécutoires et ne peuvent êtres retardés[28]. Après une mise en demeure du Parlement de Toulouse, la cérémonie d'enregistrement a lieu le [27].

Les affaires à traiter sont le plus souvent de petite importance. Vadier est aimable et attentif aux avis de ses collègues, il présente le sien mais accepte facilement d'en changer si les arguments présentés lui paraissent valables. Cette attitude fait qu'on le choisit souvent pour être syndic[29]. Néanmoins, il fait également attention au bon déroulement des procédures, lorsqu'en 1777 un greffier ajoute dans un jugement des notes pouvant contredire ses décisions, il porte plainte[30]. En 1778, il est choisi pour être l'un des accompagnateurs du juge-mage pour représenter le présidial pour exprimer des condoléances auprès du fils de François Armand d’Usson marquis de Bonnac qui vient de mourir[31].

En 1788, Vadier dispose d'une bonne popularité dans le comté de Foix du fait qu'il a, dans le cadre de sa fonction au présidial, défendu avec ardeur les déshérités et qu'il a avec la même force poursuivi les « prévaricateurs »[32].

États généraux de 1789

Élections à Pamiers

Le roi Louis XVI, accédant à la demande de Loménie de Brienne promet, le , de réunir les États généraux le [33]. Cette décision agite la population du Comté de Foix car la dernière réunion, de ces États, date de 1614 et le roi est populaire. Jean-Baptiste de Marquié-Cussol, président su présidial depuis le , et Vadier, qui partageait ses idées, adressent, au nom du présidial dont ce n'était pas la fonction, un mémoire au roi. Ils demandent que la représentation du comté ne soit pas du même ordre que celle des états de Foix argumentant sur le fait que le territoire de la sénéchaussée est différent de celui du comté. Puis ils ajoutent une nouvelle revendication qui est que le tiers doit avoir autant de représentants que ceux de la noblesse et du clergé réunis[34].

Après l'échec d'un coup de force de l'évêque de Pamiers, Joseph-Mathieu d’Agoult, qui voulait se faire nommer représentant aux états généraux avant la réunion des états généraux, celle des états de Foix ouvre à Pamiers le . Les échanges sont houleux et les discussions sur le mode de représentation se poursuivent jusqu'au 19 février, date de la décision de Louis XVI sur l'organisation électorale. Pour Pamiers l'avis de Marquié-Cussol et Vadier a été entendu, il faut élire quatre députés dont deux du tiers. Par ailleurs c'est Marquié-Cussol qui est mandaté pour organiser les élections[35].

Vadier est élu, à 53 ans le , député du tiers représentant de la sénéchaussée de Pamiers aux États généraux de 1789[36]. Le 10 avril, il prête serment, avec les trois autres députés, le deuxième représentant du tiers Georges Bergasse de Laziroules, le représentant du clergé : Jean Bernard Font et celui de la noblesse Mathieu Louis Armand d'Usson, devant plus de 800 délégués, dans l'église des Frêres-Prêcheurs[37]. Ce serment précise que ces députés doivent à leurs mandants « d'exécuter fidèlement leurs volontés consignées dans les cahiers, conformes au vœu général de la nation, pour la réforme des abus et l'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les branches de l'administration »[38].

Député aux États généraux à Versailles

Les députés Vadier et Bergasse-Laziroule rejoignent Versailles pour l'ouverture de la cession des états généraux le . Ils participent « avec enthousiasme à toute les résolutions énergiques des communes »[39].

Le , le procès verbal du Serment du Jeu de paume enregistre la présence des députés du Tiers-état de Pamiers Bergasse-Laziroule, qui signe « Laziroule »[40], et Vadier[41].

Député à l'Assemblée constituante (1789-1791)

Vadier, par Edme Quenedey.
Vadier, par Le Vachez.

Premières actions

Après la création de l'Assemblée constituante de 1789, on retrouve, les députés du Tiers, Vadier et Bergasse-Laziroule, dans la nuit du 4 août 1789, lorsqu'ils votent l'abandon des privilèges de leur province et des communautés[42]. Ce vote allant à l'encontre des avis du cahier de leurs mandants[43], ils envoient une lettre-circulaire pour en demander l'approbation aux communautés du territoire. Le « conseil politique de Foix », réunit le 17 août, approuve ce vote. Il est suivi par la majorité des communautés du comté de Foix, seuls quelques villes ne répondent pas. Les « patriotes » créent un comité pour relancer les retardataires. La ville d'Ax approuve le 17 octobre mais le conseil politique de Pamiers demande des avis et fait des démarches qui repoussent sa réponse[44].

Les décisions prisent par l'assemblée ont immédiatement des répercussions sur les territoires et notamment celui du comté de Foix. Les députés Vadier et Bergasse-Larizoule, qui ont voté favorablement ces textes, interviennent localement, notamment le 23 août ils conseillent à la municipalité de Pamiers de remplacer l'octroi sur le vin, qui est supprimé, par « un impôt sur tous les contribuables »[45].

Création du département de l'Ariège

Vadier va particulièrement s'impliquer lors de la discussion sur la division de la France en départements qui s'ouvre le . Il s'oppose aux représentants, du Languedoc, du Roussillon, du Comminges et du Couserans qui veulent se partager le territoire du comté de Foix, en proposant la création d'un département de l'Ariège en y ajoutant Mirepoix et le Couserans et en cédant un chef-lieu de district au dépend du territoire de Pamiers. Cela permet au pays de Foix de devenir le centre du nouveau département et à la ville de Foix d'en être le chef-lieu[46]. Le 13 décembre, Vadier et Bergasse-Larizoule écrivent « Pamiers et Foix doivent se réunir sans perdre de temps pour faire les démarches convenables auprès des villes de Saint-Girons et de Mirepoix et autres pour la formation du département »[47].

Le découpage proposé par Vadier est retenu et devient comme une référence pour les discussions encore en cours pour les autres départements. Le , Vadier, Bergasse-Larizoule et Jean Bernard Font signent, à Paris, l'accord définitif de la création du département de l'Ariège[48].

Affaire de Pamiers

Le , Vadier va, pour la première fois prendre la parole à la tribune de l'assemblée, son intervention est inscrite à la séance du soir. Il s'agit d'une affaire dont il n'a eu connaissance que bien après les faits : le 22 août, Jean-François Darmaing est devenu maire de Pamiers et s'est opposé à Marquié-Cussol, qui est à la tête de la Garde nationale. Leur conflit a provoqué des affrontements violents entre leurs partisans. Darmaing, lâché par sa municipalité, à l'instigation de Marquié-Cussol, s'enfuit et se cache à Foix avec quelques proches. À la tribune, Vadier demande la destitution de Darmaing de sa fonction, l'annulation de ses arrêtés et la mise en place d'une instruction pour « abus et extensions de pouvoir » : l'assemblée est favorable à ces mesures[49].

Cette « affaire », importante en Ariège mais insignifiante à Paris va prendre une certaine importance du fait de réactions violentes, dans la presse, contre le député. L'abbé Royou, dans le numéro du 11 décembre de son journal L'Ami du roi, ironise avec férocité sur l'homme : « Une scène du plus haut comique (...) Un homme fort long, fort sec, qui a l'air d'être perché sur des échasses, ou monté sur des tréteaux, déclame en allongeant de grands bras et d'une voie enrhumée des phrases décousues ; les uns disent qu'il parle iroquoi, les autres wisigotois (...) Le nom de cet immortel doit être conservé d'autant plus précisément que c'est la première et probablement la dernière foix qu'on l'entend : il s'appelle Vatier ». Jacques Mallet du Pan dans le Mercure de France, fait de même : « (...) Ce singulier orateur qui se démenait dans la tribune en finissant chaque ligne par une imprécation contre les aristocrates se nomme M. Vatier ». Vadier est profondément outragé mais l'affaire en restera la, car Camille Desmoulins ne publie pas la réponse qu'il lui a envoyé[50].

Contre la fonction royale

Retour de Varennes,
arrivée du roi à Paris, le .
Par Jean Duplessis-Bertaux.

Ce n'est qu'après les évènements de Varennes que Vadier va prendre pour la première fois la parole sur une question d'ordre générale, le [51]. L'assemblée se questionne au sujet de « l'inviolabilité royale » : sept orateurs sont contre : Pétion, Pétraink, Vadier, Robespierre, Prieur, Grégoire et Buzot ; et six sont pour : La Roche-foucault-Liancourt, Prugnon, Duport, Goupil, Salles et Barnave[52]. Vadier est le plus virulent des opposants à ce principe :

« Il est selon moi une question préliminaire à celle de l'inviolabilité : c'est celle de savoir si un roi parjure, qui déserte son poste, qui emmène avec lui l'héritier présomptif de la couronne, qui se jette dans les bras d'un général perfide, qui veut assassiner la patrie, qui répand un manifeste où il déchire la Constitution ; si, dis-je, un tel homme peut être qualifié de Roi des Français ? L'inviolabilité ne réside plus sur sa tête depuis qu'il a abjuré sa couronne. Aucun de nous a-t-il pu entendre qu'un brigand couronné pût impunément massacrer, incendier, appeler dans le royaume des satellites étrangers? Une telle monstruosité enfanterait bientôt des Néron et des Caligula...[53]. »

Vadier, à la même tribune, se rétracte dès le lendemain. Il fait vœu d'obéir et de respecter la décision de l'Assemblée en faveur de l'inviolabilité, invoquant malgré tout sa liberté de représentant ; ce qui provoquera la colère de Marat dans le numéro de L'Ami du peuple du [52].

Député à la Convention Nationale

Élu par 235 suffrages sur 313 votants à la Convention en 1792, il proposa que Foix, Pamiers et Saint-Girons soient chef-lieu alternativement. Il fit partie de la Montagne et vota la mort de Louis XVI sans appel ni sursis.

Président du Comité de sûreté générale

Vadier, par David d'Angers.

À partir de septembre 1793, il devient, président et doyen du Comité de sûreté générale, organe policier et répressif de la Terreur. En nivôse an II (janvier 1794), avec Amar, il dénonce les malversations de Fabre d'Églantine, Chabot et de leurs complices, à l'origine du procès des Dantonistes. Il est à l'origine de la mise à mort de Camille Desmoulins qui l'a mis en cause avec son ami Bertrand Barère dans le Vieux Cordelier.

Après le 22 prairial an II (10 juin 1794), les débats publics étant supprimés au Tribunal révolutionnaire, il fait traduire ceux dont il veut se venger : à peine la loi votée, plusieurs habitants de Montaut et précisément ceux qui se sont opposés à l'érection de ses terres en seigneurie [54], également son ancien avocat Darmaing, sont renvoyés au tribunal révolutionnaire et exécutés[55]. Selon le comte de Folmont, il est à l'origine du grand procès des membres du Parlement de Toulouse[56].

En germinal an II (avril 1794), il se montre partisan de la répression de prétendues mutineries de prisonniers qui reposent sur des témoignages de condamnés à mort en sursis, tel Valagnos à Bicêtre. Il appuie le projet de Barère de faire fusiller tous les prisonniers de guerre[réf. souhaitée].

Le 26 prairial an II-, Élie Lacoste présente son rapport sur la prétendue conspiration de Batz, qui aboutit à l'exécution de cinquante-quatre personnes. Vadier lit encore à la Convention le dossier à charge, constitué de fausses preuves, contre Catherine Théot, ridiculisant le mysticisme de Robespierre. Il participe à la chute de Robespierre en prenant la parole contre lui, les 8 et 9 thermidor, à la Convention.

Vadier, par Bonneville.

Après la chute de Robespierre, il est accusé par Lecointre, Courtois, Fréron, Darmaing fils (Jean-Baptiste), d'avoir couvert les exactions de la Terreur.

« Et toi, Vadier, toi que les malins nomment le grand inquisiteur sous la tyrannie de Robespierre ; toi, que tous ceux que tu appelles crapaux du marais, accusent de la plus noire perfidie ; toi qui, pendant toute la dernière tyrannie, venais les caresser, qui faisais éclater parmi eux, à chaque occasion, ta sainte indignation contre les raisonneurs de cette montagne que tu veux aujourd'hui, faire ébouler pour ensevelir les témoins de ta turpitude, parle clair, écris, publie. Je te défie d'arracher de mon front la cocarde du patriotisme qui brûle dans mon cœur![57] »

François Xavier Lanthenas (extrait discours du )[57].

Le 15 frimaire an III (5 décembre 1794), une enquête est diligentée au nom de la Convention contre les « Quatre » du Comité de l'an II, Barère, Collot d'Herbois, Billaud-Varenne, et lui-même[58]. À la suite de l’insurrection de germinal an III, il est condamné à la déportation avec les « Quatre », mais il parvient à s’enfuir et à se cacher jusqu’à l’amnistie votée à la séparation de la Convention.

Après la Révolution

Sous le Directoire, il apporte son soutien à la Conjuration des Égaux de Babeuf, mais est acquitté par la Haute-Cour de Vendôme. Il demeure toutefois en prison, à l'île Pelée près de Cherbourg[59] jusqu’en l’an VIII (1799), puis libéré par Cambacérés, il se fait oublier à Chartres.

Député pendant les Cent-Jours, au cours desquels il vote l'Acte additionnel, il est exilé comme régicide en 1816.

Exil et mort en Belgique

C'est à plus de 92 ans, que Marc-Guillaume-Alexis Vadier meurt, le dimanche à 18 heure, dans la petite maison, qu'il habitait au numéro 1251, de la rue des Douze Apôtres à Bruxelles[60]. Son décès est déclaré le seize, par l'avocat Jean-François-Hippolyte Tussau, son gendre, et Adrien-Alexandre Cadot, négociant[61]. Il est alors inhumé dans l'ancien cimetière de Bruxelles à Saint-Josse-ten-Noode, où sa fille et son gendre font réaliser un monument à côté de celui de Jacques-Louis David[62].

Publications

  • Opinion du citoyen Vadier Concernant Louis XVI, Paris, Convention nationale, , 12 p. (lire en ligne).
  • Seconde opinion du citoyen Vadier, député du département de l'Arriège, sur Louis Capet., Paris, Convention nationale, , 12 p. (lire en ligne).
  • Rapport et projet de décret présentés au nom du comité des secours publics : Sur l'administration & distribution des revenus des pauvres des quarante-huit sections de Paris, Paris, Convention nationale, avant 1790, 11 p. (lire en ligne).
  • Réponse de Vadier a la dernière caricature de Darmaing, Paris, Convention nationale, , 16 p. (lire en ligne).

Vadier vu par des artistes

  • Edme Quenedey, Mr Vadier député du pays de Foix à l'Assemblée nationale de 1789 (Portrait : Physionotrace, eau-forte), Paris, (présentation en ligne).
  • Jean Baptiste Ponce Lambert, Mr Vadier : député de Pamiers (Portrait : dessin crayon noir), Paris, (présentation en ligne).
  • Charles Toussaint Labadye, Marc Guillaume Vadier : né à Pamiers l7j. et 1736 député du comté de Foix à l'Assemblée nationale de 1789 (Illustration Portrait : estampe, eau-forte, burin), Paris, Dejabin, (présentation en ligne).
  • Charles Toussaint Labadye, Marc Guillaume Alexis Vadier citoyen de Pamiers : député du comté de Foix à l'Assemblée nationale de 1789 né le 17 juillet 1736 (Portrait : dessin crayon noir), (présentation en ligne).
  • Nicolas-François Le Vachez, Vadiers conseiller au présidial de Pamiers : député de la sénéchaussée du comté de Foix (Estampe, illustration, eau-forte), Paris, Nicolas-François Le Vachez, coll. « de Vinck », (lire en ligne).
  • François Bonneville, Vadier : député du département de l'Ariège à la Convention nationale, condamné à la déportation le 12 germinal l'an 3 de la République française (Portrait : estampe, burin), Paris, F. Bonneville, coll. « de Vinck », 1795-1799 (présentation en ligne).

Films et spectacle

Notes et références

Notes

  1. Lors de sa naissance le prénom Alexis n'est pas indiqué sur l'acte ce n'est qu'en 1770 qu'il obtient la correction de cette erreur le 16 juillet 1770[1].
  2. Ce prénom lui est donné en reconnaissance à son oncle Guillaume Vadier qui a aidé financièrement son père[3].
  3. Depuis, le village de Montière a été intégré dans la ville d'Amiens.
  4. Cette citation est cité dans sa transcription d'origine, en Latin, par Tournier. Celui-ci indique également qu'elle a été publiée par L'Intermédiaire des chercheurs et curieux en 1865 et que cela souligne que Vadier n'avait pas fait des études médiocres comme indiqué dans la Biographie universelle de Michaud[10].
  5. Dussert écrit que ce choix semble du à un « projet ecclésiastique » car le collège de l'Esquile s'apparentait à un petit séminaire[11].
  6. Dussert, comme d'autres auteurs, fait des suppositions argumentées sur des pratiques de l'époque. Mais il précise qu'il n'y a pas d'explication données par Vadier ou l'un de ses proches[12].
  7. Cette décision, de quitter l'armée, prise par Vadier « sur un coup de tête - il agira toujours de même- » n'a pas eu d'explication de sa part mais il évoquera cette défaite à de nombreuses reprise durant toute sa vie[20]
  8. Son fils Marc, meurt de maladie le 28 janvier 1791, il était homme de loi et lieutenant des grenadiers des troupes nationales[22].

Références

  1. Labrousse 2004, p. 257.
  2. Dussert 1989, p. 23.
  3. a et b Dussert 1989, p. 22.
  4. Dussert 1989, p. 21-22.
  5. Dussert 1989, p. 27.
  6. Archontology.org, 2013, Fiche.
  7. Dussert 1989, Chapitre 2.
  8. Ricard 2017, article.
  9. a et b Dussert 1989, p. 31.
  10. Tournier 1896, p. 38.
  11. a et b Dussert 1989, p. 32.
  12. Dussert 1989, p. 32-33.
  13. a et b Tournier 1896, p. 41.
  14. Dussert 1989, p. 35.
  15. Dussert 1989, p. 35-36.
  16. Dussert 1989, p. 36.
  17. Dussert 1989, p. 38.
  18. Dussert 1989, p. 39.
  19. Dussert 1989, p. 40.
  20. a et b Dussert 1989, p. 41.
  21. a b c et d Dussert 1989, p. 45.
  22. Dussert 1989, p. 92.
  23. a et b Tournier 1896, p. 42.
  24. Baby 1981, p. 289.
  25. OT Pamiers, 2015, p. 9.
  26. Dussert 1989, Chapitre IV.
  27. a et b Baby 1981, p. 325.
  28. Tournier 1896, p. 43.
  29. Tournier 1896, p. 45.
  30. Tournier 1896, p. 46.
  31. Tournier 1896, p. 47.
  32. Tournier 1896, p. 49.
  33. Dussert 1989, p. 66.
  34. Dussert 1989, p. 69.
  35. Dussert 1989, p. 70.
  36. Assemblée Nationale, 2018, Fiche.
  37. Arnaud 1904, p. 71.
  38. Tournier 1896, p. 52.
  39. de Casteras 1876, p. 113.
  40. Mavidal et Laurent 1875, p. 660.
  41. Mavidal et Laurent 1875, p. 659.
  42. de Casteras 1876, p. 126.
  43. Arnaud 1904, p. 78 et 124.
  44. Arnaud 1904, p. 124 et 127.
  45. Arnaud 1904, p. 138.
  46. Dussert 1989, p. 85.
  47. Arnaud 1904, p. 144.
  48. Dussert 1989, p. 86.
  49. Dussert 1989, p. 90.
  50. Dussert 1989, p. 91-93.
  51. Dussert 1989, p. 94.
  52. a et b Tournier 1896, p. 69.
  53. Tournier 1896, p. 66-68.
  54. AN,F/7/4435/II,7
  55. les papiers de l'affaire Darmaing: AN, F/7/1,II, 34-46 et W/560/7
  56. Rouzet-Folmont, Histoire du duc d'Orléans, vol.IV, p. 325.
  57. a et b Lanthenas, 1794, p. 33-34.
  58. Legoff 2013, § 29.
  59. Roger Caratini, Dictionnaire des personnages de la Révolution
  60. de Bartier 1908, p. 827.
  61. de Bartier 1908, p. 827-828.
  62. de Bartier 1908, p. 831.

Voir aussi

Bibliographie

Au XVIIIe siècle

  • François Xavier Lanthenas, Écrits et discours : composés pour la Convention Nationale, Paris, , 56 p. (lire en ligne), p. 33-34.
  • Jean-Baptiste Darmaing, Dénonciation contre un des anciens membres du Comité de sureté générale : ou pétition à la Convention Nationale, Paris, Imprimerie de Pain, , 40 p. (lire en ligne).
  • Jean-Baptiste Darmaing, Supplément au Tableau des crimes de Vadier, en réponse au Résumé de sa défense, Paris, Imprimerie de Pain, , 15 p. (lire en ligne).

Au XIXe siècle

  • Alphonse de Beauchamp et al., « Vadier », dans Biographie moderne, ou Dictionnaire biographique, de tous les hommes morts et vivants qui ont marqué à la fin du 18e siècle et au commencement de celui-ci, par leurs écrits, leur rang, leurs emplois ... : P-Z, t. 4, Leipzig, Paul-Jacques Besson, , 2e éd. (lire en ligne), p. 428-429.
  • Émile Campardon, Le Tribunal révolutionnaire de Paris : Première partie : le tribunal sous la terreur (du 10 mars 1793 au 1er août 1794), t. Premier (ouvrage composé d'après les documents originaux conservés aux archives de l'Empire suivi de la liste complète des personnes qui ont comparu devant la Tribunal et enrichi d'une gravure et de Fac-simile), Paris, Henri Plon, , 560 p. (lire en ligne).
  • Émile Campardon, Le Tribunal révolutionnaire de Paris : Deuxième partie : Le tribunal après la terreur, t. Deuxième (ouvrage composé d'après les documents originaux conservés aux archives de l'Empire suivi de la liste complète des personnes qui ont comparu devant la Tribunal et enrichi d'une gravure et de Fac-simile), Paris, Henri Plon, , 552 p. (lire en ligne).
  • Louis Rozès, « Les intrigues du 9 thermidor : Vadier », Revue d'Aquitaine et du Languedoc, Bordeaux, série Nouvelle série, vol. 1 « Quatorzième Année »,‎ , p. 416-422 (lire en ligne).
  • Philarète Chasles, « Vadier le Voltairien », dans Mémoires, t. premier, Paris, G. Charpentier, (lire en ligne), p. 46-51.
  • Paul de Casteras, Histoire de la révolution française dans le pays de Foix et dans l'Ariége, Paris, Ernest Thorin, libraire-Éditeur, coll. « La Révolution en Province », , 424 p. (lire en ligne).
  • « Marc-Guillaume-Alexis Vadier », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Albert Tournier (préf. Jules Claretie), Vadier, président du Comité de sûreté générale sous la Terreur d'après des documents inédits (Biographie de Vadier), Paris, Ernest Flammarion, , 348 p. (présentation en ligne, lire en ligne).
  • Paul de Castéras, « Le Conventionnel Vadier », Revue des Pyrénées et de la France méridionale : organe de l'Association pyrénéenne et de l'Union des sociétés savantes du Midi, t. 9,‎ , p. 322-344 (lire en ligne).

Au XXe siècle

  • G. Arnaud, Histoire de la Révolution dans le département de l'Ariège (1789-1795) (Thèse présentée à a Faculté des lettres de l'Université de Paris), Toulouse, Librairie Édouard Privat, , 670 p. (présentation en ligne, lire en ligne).
  • Paul Robiquet, « Les déportés babouvistes au fort National », La Révolution française : revue historique, no 1,‎ , p. 481-509 (lire en ligne).
  • Jacques de Bartier, « La maison mortuaire de Vadier : d'après des notes inédites », L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, vol. LVII, no 1185,‎ , p. 827-831 (lire en ligne).
  • Albert Mathiez, « Le rôle de Barère et de Vadier au 9 thermidor jugé par Buonarroti », Annales révolutionnaires, t. 4, no 1,‎ , p. 96-102 (lire en ligne).
  • P. Caron, Archives du Comité de sûreté générale : Répertoire numérique (AF/II/*/224-AF/II/*/254-AF/II/*/301,F/7/1-F/7/2210,F/7/4386-F/7/4807,D/XLIII/1), Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (France), , 176 p. (lire en ligne).
  • Suzanne Grézaud, « Vadier à Montaut (Ariège) en 1793 », Annales historiques de la Révolution française, no 217,‎ , p. 420-425 (lire en ligne).
  • (en) Martyn Lyons, « M.-G.-A.- Vadier (1736-1828) : The Formation of the Jacobin Mentality », French Historical Studies, vol. 10, no 1,‎ , p. 74-100 (lire en ligne).
  • François Baby, Histoire de Pamiers, Pamiers, Syndicat d'Initiatives de Pamiers - Basse-Ariège, , 631 p. (lire en ligne).
  • Olivier de Marliave, « Un oublié de la Révolution : L'ariégeois Alexis Vadier », dans Société des amis du Musée pyrénéen, Pyrénées, Société des amis du Musée pyrénéen, (lire en ligne), p. 223-224.
  • Gilles Dussert, Vadier, le grand inquisiteur (1736-1828) (Biographie de Vadier), Paris, Imprimerie nationale, en collaboration avec l'Université de Paris 3, coll. « Personnages » (no 7), , 274 p. (ISBN 2-11-080951-5, lire en ligne).

Au XXIe siècle

Webographie

  • « Marc, Guillaume, Albert Vadier », sur Assemblée Nationale (consulté le 31 octobre 2018).
  • (en) « Marc-Guillaume-Alexis Vadier », sur archontology.org, (consulté le 4 novembre 2018).

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • WorldCat