Maréchal, nous voilà !

Maréchal, nous voilà ! est une chanson française à la gloire du maréchal Pétain[1]. Les paroles sont d'André Montagard, également cosignataire, avec Charles Courtioux, de la musique[2],[3],[4] en réalité plagiée sur l'air d'opérette La Margoton du bataillon, de Casimir Oberfeld[5].

Histoire

Création

La chanson est créée en 1941 et éditée par les éditions musicales du Ver Luisant[6]. Cette maison d'édition, dirigée à l'époque par Rolf Marbot (d'origine allemande, de son vrai nom Albrecht Marcuse), produit d'autres chansons à la gloire de Philippe Pétain, comme La France de demain ou La Marche des jeunes[5]. Charles Courtioux était l'imprimeur des partitions musicales du Ver Luisant[5].

Au moment de la déclaration de la chanson à la SACEM, celle-ci décèle une « parenté évidente[2] » avec une composition de Casimir Oberfeld, La Margoton du bataillon, et met en garde Charles Courtioux sur cette « étrange similitude[2] » par une note[7]. Juif, Casimir Oberfeld, qui a été l'un des premiers ayants droit de la SACEM à la veille de l'occupation allemande[5], perd sous le régime de Vichy le droit d'y déposer des œuvres et la possibilité de toucher ses droits d'auteur[8]. Déporté à Auschwitz en 1943[9], il meurt lors d'une « marche de la mort » en 1945[8].

La musique de Maréchal, nous voilà ! présente aussi une « ressemblance frappante[2] » avec une chanson intitulée La Fleur au guidon, de Frédo Gardoni, dédiée au Tour de France 1937[2]. Celle-ci ainsi que le Chant de l'avenir, chanson des Amicales socialistes de 1938 (composée par Michel Emer et G. Aubry[10]), sont apparemment d'autres exemples d'influence ou de plagiat de La Margoton du bataillon[11],[8].

Statut sous le régime de Vichy

Pendant la Seconde Guerre mondiale, durant l'Occupation, cette chanson est interprétée, entre autres, par Andrex et André Dassary[2] (enregistrement Pathé, accompagné par l'orchestre de Marcel Cariven[12]).

La Marseillaise reste l'hymne principal de la France durant cette période[13],[14] et tient une place prépondérante, illustrant la volonté du régime de ne pas abandonner les symboles nationaux à la Résistance[15]. Mais elle n'est pas officiellement désignée par écrit comme l'hymne national[16]. Elle est souvent suivie, dans la zone Sud — l'occupant interdisant La Marseillaise en zone Nord[17] — de Maréchal, nous voilà !, qui devient l'hymne officieux de l'État français. Maréchal, nous voilà ! est régulièrement diffusée sur les ondes de Radio-Paris et de la Radio nationale[5]. Elle est jouée dans l'ensemble des territoires de la France et de l'Empire ; c'est le cas en particulier dans la plupart des écoles mais aussi dans les chantiers de jeunesse[18], les casernes et les meetings de la Milice française[5].

Sans vouloir donner, ici, la totalité du texte, le refrain seulement montre combien il participe largement au culte de la personnalité créé autour de Pétain dès 1940[19] : « Maréchal, nous voilà ! / Devant toi le sauveur de la France / Nous jurons, nous les gars / De servir et de suivre tes pas / Maréchal nous voilà ! / Tu nous a redonné l’espérance / La Patrie renaîtra Maréchal, Maréchal / Nous voilà ! ».

Parodies

Le chant Maréchal, nous voilà ! étant un élément majeur de la propagande de Vichy, il a été l'objet d'un pamphlet contre Pétain, Maréchal vous voilà, et de parodies de la part de la Résistance comme Général, nous voilà ![20] ou Maréchal, les voilà ! de Julien Clément.

Documentaire

Au cinéma

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Notes et références

  1. « Le maréchal Pétain quitte Vichy », France Actualités, 12 mai 1944, sur le site ina.fr, les archives de l'INA, consulté le 17 janvier 2009.
  2. a, b, c, d, e et f Dompnier 2001, p. 71.
  3. Dompnier 2001, p. 84–86.
  4. Voir la partition (présentée également dans Dompnier 2001, p. 85–86) : page 1 et page 2.
  5. a, b, c, d, e et f Abdi Nidam, « La Sacem pas regardante sur ses prix », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 17 juillet 2013).
  6. Dompnier 2001, p. 84–85.
  7. Dompnier 2001, « [...] Informer également M. Courtioux que dans cette même œuvre notre Conseil a trouvé une réminiscence de La Margoton du bataillon d'Oberfeld. La déclaration a été enregistrée sous l'entière responsabilité de M. Courtioux », p. 71–72 (note 5).
  8. a, b et c Guéno 2018, introduction.
  9. Bertrand Dicale, Dictionnaire amoureux de la chanson française, Plon, , 582 p. (ISBN 9782259250900, lire en ligne), « Occupation », p. 297
  10. Un enregistrement datant de 1938 de cette chanson figure dans le coffret de CD Anthologie sonore du socialisme édité chez Frémeaux et Associés en 1998.
  11. Dicale 2011, p. 182.
  12. Disque Pathé no PA 2009, enregistré le 26 juin 1941 et publié en août 1941.
  13. « Entrevue Pétain-Franco », Les Actualités mondiales, 14 mars 1941, sur le site ina.fr, les archives de l'INA, consulté le 17 janvier 2009.
  14. Dompnier 2001, p. 76–83.
  15. Dompnier 2001, p. 79.
  16. Dompnier 2001, ce ne sera le cas qu'en 1958, dans la Constitution de la Ve République, en son Article 2., p. 70.
  17. Dompnier 2001, p. 70 (note 3).
  18. Dompnier 2001, p. 73–74.
  19. « Musée de la résistance en ligne », sur museedelaresistanceenligne.org (consulté le 25 avril 2018)
  20. En hommage au général de Gaulle, publiée dans Le Franc-Tireur no 2 de mars 1942, voir Dompnier 2001, p. 74.
  21. « Maréchal, nous voilà ? – La propagande de Vichy », sur phares-balises.fr, Compagnie des phares et balises (consulté le 26 mars 2010).
  22. « Maréchal, nous voilà ? – La propagande de Vichy », sur videotheque.cnrs.fr, CNRS (consulté le 26 mars 2010).
  23. Marie Cailletet, « Maréchal, nous voilà ? », sur television.telerama.fr, Télérama, (consulté le 26 mars 2010).

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bertrand Dicale, Les chansons qui ont tout changé, Fayard, , 360 p. (ISBN 9782213665368, lire en ligne), « Maréchal, nous voilà ! », p. 182 et suivantesDocument utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Nathalie Dompnier, « Entre La Marseillaise et Maréchal, nous voilà ! quel hymne pour le régime de Vichy ? », dans Myriam Chimènes (dir.), La vie musicale sous Vichy, Éditions Complexe – IRPMF-CNRS, coll. « Histoire du temps présent », , 420 p. (ISBN 2870278640, lire en ligne), p. 69–88Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • Jean-Pierre Guéno, La Mélodie volée du Maréchal : L'incroyable histoire de Casimir Oberfeld, compositeur (malgré lui) de l'hymne pétainiste, Éditions de l'Archipel, , 200 p. (ISBN 9782809823820, lire en ligne)Document utilisé pour la rédaction de l’article.