Manuel Pinto da Costa

Manuel Pinto da Costa
Illustration.
Manuel Pinto da Costa en 1986.
Fonctions
Président de la République démocratique
de Sao Tomé-et-Principe

(5 ans)
Élection
Premier ministre Patrice Trovoada
Gabriel Costa
Patrice Trovoada
Gouvernement XIVe
XVe
XVIe
Prédécesseur Fradique de Menezes
Successeur Evaristo Carvalho

(15 ans, 7 mois et 20 jours)
Élection
Réélection
Premier ministre Miguel Trovoada
Celestino Rocha da Costa
Daniel Daio
Prédécesseur António Elísio Capelo Pires Veloso (haut-commandeur du territoire portugais)
Nouvelle fonction
Successeur Leonel Mário d'Alva (intérim)
Miguel Trovoada
Ministre des Affaires étrangères
de Sao Tomé-et-Principe
Président Lui-même
Premier ministre Poste aboli
Prédécesseur Maria do Nascimento da Graça Amorim
Successeur Fradique de Menezes
Biographie
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance District d'Água Grande
(Sao Tomé-et-Principe)
Nationalité santoméene
Parti politique MLSTP
SE
Profession Économiste

Manuel Pinto da Costa
Présidents de la République démocratique de
Sao Tomé-et-Principe

Manuel Pinto da Costa, né le dans le district d'Água Grande à Sao Tomé-et-Principe, est un homme politique santoméen. Il exerce les fonctions de président de la République de son pays du au et entre le et le .

Par ailleurs, de 1975 à 1991 et de 1995 à 2003, il est fondateur et secrétaire général du Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe (MLSTP)[1].

Carrière

Premier président de la République

Économiste, titulaire d'un doctorat, il participe à la mobilisation pour l'indépendance de Sao Tomé-et-Principe. Il est nommé secrétaire général du Mouvement pour la libération de Sao Tomé-et-Principe (MLSTP) en juillet 1972 au congrès de Santa Isabel, en Guinée-Équatoriale. Il réalise le drapeau du parti, qui servira de base au drapeau national[2].

Le 12 juillet 1975, le jour de l'indépendance de Sao Tomé-et-Principe, il est élu président de la République par l’Assemblée constituante, puis il est réélu le 14 mai 1980 et le 30 septembre 1985 par l'Assemblée populaire nationale. Pendant les 15 années de régime à parti unique, il assumera ponctuellement la direction de divers ministères et, à la suite de la destitution de Miguel Trovoada, il sera aussi le chef du gouvernement. Face aux difficultés économiques, dès 1985 il engage des réformes tant sur le plan politique qu'économique. Son pays sera le premier à organiser une conférence nationale en 1989 qui débouchera sur l'ouverture au multipartisme et à l'économie de marché.

Retrait temporaire et échecs présidentiels

Lorsqu’il quitte le pouvoir il laisse à son pays une nouvelle Constitution, qui garantit les droits de l’homme ainsi qu’une démocratie multipartite. Elle limite le nombre de mandats présidentiels de cinq ans à 2 consécutifs maximum. Après la victoire de Miguel Trovoada en 1991, il démissionne de la présidence et se retire de la vie politique une première fois avant de reprendre la tête du parti en 1996.

Lors de l’élection présidentielle de 1996, il est battu au second tour par Miguel Trovoada (ADI), 47,26 % contre 52,74 %. Le 29 juillet 2001, il est battu dès le premier tour de l’élection présidentielle par Fradique de Menezes (ADI), 55,18 %. Second avec 39,98 %, il arrive très largement devant les petits candidats Carlos Tinyl (3,26 %), Victor Monteiro (0,87 %) et Francisco Fortunato Pires (0,71 %).

Passage au second plan

En 2002, son bureau au siège du MLSTP est la cible d'une attaque par des hommes armés, non revendiquée.

Toujours membre du bureau politique de son parti, il refuse en 2006 d'en redevenir le leader et s'abstient d'appuyer officiellement l'un des candidats pressentis pour la fonction de secrétaire général.

Élections présidentielles

À l'élection présidentielle du 18 juillet 2011, il obtient 35,8 % des suffrages au premier tour, face à l'ancien Premier ministre et président de l'Assemblée nationale, Evaristo Carvalho (ADI) qui réunit 21,8 % des voix[3],[4]. Le 7 août, il remporte le second tour avec 52,9 % des voix contre 47,2 % à son rival[5]. Il prend ses fonctions le 3 septembre suivant.

Candidat pour un nouveau mandat à l'élection présidentielle du 17 juillet 2016, il termine à la deuxième place, avec 24,8 % des voix, loin derrière le vainqueur Evaristo Carvalho qui recueille 50,1 %.

Notes et références

  1. (es) « Biographie » (consulté le 18 juillet 2011)
  2. (en) Antonio Martins, « São Tomé and Príncipe political flags », sur fotw.fivestarflags.com, (consulté le 26 juin 2018).
  3. Résultats sur rulers.org
  4. « Manuel Pinto da Costa et Evaristo de Carvalho qualifiés pour le second tour de la présidentielle à Sao Tomé et Principe », RFI, 18 juillet 2011
  5. « Sao Tomé: Pinto da Costa, l'ex-homme fort, élu président », lexpress.fr, 8 août 2011

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes