Manuel Fraga

Manuel Fraga
Manuel Fraga, en 2007.
Manuel Fraga, en 2007.
Fonctions
Président fondateur du Parti populaire

(21 ans, 9 mois et 14 jours)
Président José María Aznar
Mariano Rajoy
Président de la Junte de Galice

(15 ans, 5 mois et 28 jours)
Législature IIIe, IVe, Ve et VIe
Coalition Parti populaire
Prédécesseur Fernando González Laxe
Successeur Emilio Pérez Touriño
Président du Parti populaire

(1 an, 2 mois et 12 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur José María Aznar
Président de l'Alliance populaire

(7 ans, 1 mois et 24 jours)
Prédécesseur Félix Pastor
Successeur Antonio Hernández Mancha
Porte-parole du groupe AP
au Congrès des députés

(9 ans, 7 mois et 2 jours)
Législature Constituante, Ire, IIe et IIIe
Prédécesseur Aucun
Successeur Juan Ramón Calero
Secrétaire général de l'Alliance populaire

(2 ans, 9 mois et 9 jours)
Président Federico Silva Muñoz
Félix Pastor
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Jorge Verstrynge
Deuxième vice-président du gouvernement
Ministre de l'Intérieur

(6 mois et 23 jours)
Monarque Juan Carlos Ier
Président du gouvernement Carlos Arias Navarro
Prédécesseur Rafael Cabello de Alba (2e VP)
José García Hernández (Intérieur)
Successeur Alfonso Osorio (2e VP)
Rodolfo Martín Villa (Intérieur)
Ministre de l'Information et du Tourisme

(7 ans, 3 mois et 19 jours)
Chef de l'État Francisco Franco
Président du gouvernement Francisco Franco
Prédécesseur Gabriel Arias-Salgado
Successeur Alfredo Sánchez Bella
Biographie
Nom de naissance Manuel Fraga Iribarne
Date de naissance
Lieu de naissance Vilalba (Espagne)
Date de décès (à 89 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Parti politique AP, puis PP

Escudo de España (1977-1981).svg COA Spain 1945 1977.svg Escudo de Galicia.svg
Ministres espagnols de l'Intérieur
Présidents de la Junte de Galice

Manuel Fraga Iribarne, né le à Villalba et mort le à Madrid, est un homme politique espagnol.

Ministre du Tourisme et de l'Information du général Franco entre 1962 et 1969, il est brièvement ministre de l'Intérieur de 1975 à 1976, après l'accession au trône de Juan Carlos Ier.

Cette même année 1976, il fonde le parti Réforme démocratique (RD), avec des modérés du franquisme, qui participe à la création de l'Alliance populaire (AP) peu de temps après. Il devient secrétaire général de l'AP en 1977 et participe à la rédaction de la nouvelle Constitution, dont il fait partie des « pères ». Ayant été désigné président de l'AP en 1979, il fait du parti la première force de l'opposition aux élections générales de 1982.

Bien qu'il ait démissionné de la direction de l'AP en 1986, il y revient en 1989 en fondant le Parti populaire (PP), qui rassemble toutes les forces du centre droit. En 1990, alors qu'il est devenu président de la Junte de Galice, il cède la présidence du PP à José María Aznar et en est élu « président fondateur ».

Il passe quinze années à la tête du gouvernement régional galicien, abandonnant le pouvoir au socialiste Emilio Pérez Touriño après avoir échoué à conquérir un cinquième mandat en 2005. En 2006, il est élu au Sénat, auquel il ne se représente pas en 2011. Il meurt l'année suivante.

Biographie

Enfance et formation

Il apprend le français dans son enfance, grâce à sa mère basque française. Son père, Manuel Fraga, est maire de Villalba sous la dictature de Primo de Rivera. Après des études de droit, science politique et économie, il devient avocat aux Cortes (letrado de las Cortes) en et professeur des universités en .

Période franquiste

Il est nommé en secrétaire général de l'Institut de la culture hispanique, fonction qu'il conserve jusqu'en . Il débute alors une carrière au ministère de l'Éducation nationale, d'abord comme secrétaire du Conseil de l'éducation, puis secrétaire général technique en . L'année d'après, il est choisi pour occuper le poste de directeur de l'Institut des études politiques. Il devient en délégué national aux Associations du secrétariat général du Movimiento.

Il intègre en le gouvernement de Francisco Franco en tant que ministre de l'Information et du Tourisme. À ce poste, Fraga est le précurseur du marketing politique espagnol[réf. nécessaire]. Il est l'auteur du slogan « L'Espagne est différente », justifiant à demi-mot le maintien du régime politique franquiste au sein d'une Europe occidentale majoritairement démocratique.

Alors que la classe moyenne européenne se développe et vient passer ses vacances en Espagne sur la Costa Brava ou la Costa del Sol, il fait transformer d’anciens monuments historiques en hôtels de luxe (les « paradores ») pour répondre à une demande en infrastructure touristique de plus en plus forte et diversifiée[1]. L'argent produit par le tourisme, associé à l'envoi d'argent par les émigrés et aux investissements étrangers dans le pays, permettent à l'économie espagnole de se développer fortement jusqu'au début des années 1970.

Membre du conseil des ministres qui refuse la grâce à Julián Grimau, un dirigeant du Parti communiste d'Espagne, arrêté, torturé, défenestré, condamné à mort et exécuté en 1963, c'est en tant que ministre de l'Information que Manuel Fraga qualifie alors Grimau de criminel et justifie son exécution[2].

En 1964, il se baigne à Palomares sur la côte d'Almería à l'endroit où un avion militaire américain a perdu accidentellement quatre bombes H, pour y démontrer que les eaux n'y sont pas polluées par la radioactivité. Le ministre de l'Information veille pourtant, au nom de l'atlantisme, à une censure extrême sur cette bavure[réf. nécessaire] qui est le plus grave incident nucléaire jamais survenu en Espagne.

Il introduit également une nouvelle législation sur la presse (loi Fraga) et supprime la censure préalable, ce qui favorise une certaine liberté de presse, cependant toute relative et soumise à l'autocensure. En 1966-1967, il entreprend une série d'initiatives aboutissant au rétablissement des relations diplomatiques entre l'Espagne et Israël. En particulier, il abroge symboliquement le décret d'expulsion des Juifs d'Espagne, le décret de l'Alhambra, datant de 1492.

En 1969, il quitte le gouvernement. Il est ambassadeur au Royaume-Uni entre et .

Transition démocratique

Pendant la transition démocratique espagnole, il est ministre de l'Intérieur dans le premier gouvernement post-franquiste sous la présidence de Carlos Arias Navarro (décembre 1975 - juillet 1976). Peu après,en 1976, il a prononcé la phrase La calle es mía (La rue est à moi), après un incident dans lequel plusieurs personnes perdirent la vie à la suite de l'intervention des forces de sécurité lors d'une manifestation à Vitoria[réf. nécessaire].

Il fonde l'Alianza Popular, qui accueille un grand nombre d'hommes politiques actifs durant la dictature. AP est d'ailleurs mal perçue les premières années mais a gagné en popularité après que l'UCD, parti de centre-droite de l'ancien chef de gouvernement Adolfo Suárez, fut dissous. Fraga préside AP jusqu'en 1986 avant de le confier à José María Aznar qui la rebaptise Parti populaire (PP) en 1989.

Présidence de la Xunta de Galice

De 1989 à 2005, il est élu puis réélu à trois reprises en tant que président de la Communauté autonome de Galice (Xunta de Galicia), une des régions les plus pauvres d'Espagne.

À la présidence de la Communauté autonome de Galice, il améliore les infrastructures, avec de nouvelles routes et d'autres travaux publics, essentiellement financés par des fonds européens[réf. nécessaire]. En 2002, il sous-estime la gravité de la catastrophe du pétrolier Prestige qui s’abîme sur les côtes de sa province alors que l’Europe se mobilise pour nettoyer les plages souillées. Néanmoins, son parti remporte par la suite les élections municipales dans une bonne partie des communes touchées par la catastrophe[réf. nécessaire].

Âgé de 82 ans, il se représente pour un cinquième mandat aux élections du .

Au soir des élections, Fraga manque d'un siège sa cinquième majorité absolue consécutive en récoltant 44,9 % des suffrages et 37 des 75 députés du Parlement de Galice (Parlamento de Galicia) (4 élus de moins qu'en 2001) contre une coalition alliant la branche régionale des socialistes du PSOE (32,5 % des voix et 8 sièges de plus) et le Bloc galicien (19,6 % des votes et 4 sièges de moins), un parti régionaliste de gauche.

Il récolte encore 50 % des votes des électeurs galiciens de l'étranger mais ceux-ci seront insuffisants pour lui faire gagner le siège manquant pour avoir la majorité absolue. Dans l'impossibilité de réunir une majorité, il doit abandonner le pouvoir à la nouvelle coalition de gauche à la présidence de la région, après une domination de près de 20 ans sur la Galice.

En janvier 2006, âgé de 83 ans, il renonce à diriger le Parti populaire de Galice (PPdeG) et retourne à Madrid pour siéger au Sénat.

Il meurt le à Madrid, à l’âge de 89 ans. Son épouse est décédée en 1996.

Œuvres

  • La acción declarativa (1944)
  • Así se gobierna España (1949)
  • El Congreso y la política exterior de los Estados Unidos (1952)
  • Las Constituciones de Puerto Rico, Santiago de Compostela (1953)
  • Las Constituciones de Puerto Rico (1953)
  • La educación en una sociedad de masas (1954)
  • El Gabinete inglés (1954)
  • Balmes, fundador de la sociología positiva en España (1955)
  • Don Diego de Saavedra y Fajardo y la diplomacia de su época (1955)
  • La familia española ante la segunda mitad del siglo XX (problemas y soluciones)(1959)
  • La familia y la educación en una sociedad de masas y máquinas (1960)
  • Estructura política de España: la vida social y política en el siglo XX (1961)
  • Horizonte español (1965)
  • El desarrollo político (1972)
  • El Estado y la Iglesia en España (1972)
  • Cánovas, Maeztu y otros discursos de la segunda restauración (1976)
  • Alianza Popular (1977)
  • Los fundamentos de la diplomacia (1977)
  • La Constitución y otras cuestiones fundamentales (1978)
  • La crisis del Estado Español (1978)
  • Después de la Constitución y hacia los años 80(1979)
  • El debate nacional (1981)
  • España, entre dos modelos de sociedad (1982)
  • El cañón giratorio: conversaciones con Eduardo Chamorro (1982)
  • El cambio que fracasó (1986)
  • España bloqueada (1986)
  • De Santiago a Filipinas, pasando por Europa (1988)
  • Galicia ayer, hoy, mañana (1989)
  • Galicia en España y en Europa (1990)
  • La cultura gallega, pasado, presente y futuro (1990)
  • Álvaro Cunqueiro: dos discursos (1991)
  • Galicia en el concierto regional europeo (1991)
  • A Galiza e Portugal no marcó europeu (1991)
  • De Galicia a Europa (1991)
  • La Galicia del año 2000 (1993)
  • Administración única: una propuesta desde Galicia (1993)
  • Da acción ó pensamento (1993)
  • Ética pública y derecho (1993)
  • El futuro del estado autonómico (1996)
  • Galicia fin de milenio (1997)
  • Cánovas del Castillo, cien años después (1897-1997) (1997)
  • Ciencia y tecnología: desafío político y administrativo (2000)
  • Las claves demográficas del futuro de España (2001)
  • Final en Fisterra (2006)
  • Sociedad y valores (2006)

Notes et références

  1. Le dernier franquiste tire sa révérence, article de RFI (juin 2005)
  2. Fraga vota en el Senado contra la rehabilitación de Julián Grimau

Voir aussi

Liens externes