Manu Militari (rappeur)

Manu Militari
Surnom Grande Plume, Bon Prince, Joe Pesci-Baudelaire, M-A-N-U
Naissance (41 ans)
Québec, Québec, Canada
Activité principale Rappeur, parolier[1], auteur-compositeur[2]
Genre musical Hip-hop, rap québécois
Instruments Voix
Années actives Depuis 2002
Labels Productions Grande Plume, Disques 7ième Ciel

Manu Militari, né le à Québec, au Québec, est un rappeur, parolier et auteur-compositeur québécois. Il poursuit une carrière solo, après avoir fait partie du groupe Rime Organisé, en publiant un premier maxi intitulé Manu Drastic. Il suit d'un premier album studio intitulé Voix de fait en 2006.

Biographie

Débuts et reconnaissance

La carrière musicale de Manu Militari commence en 2002 avec son premier maxi intitulé Manu Drastic[3]. Deux ans plus tard, en 2004, il publie avec Rime Organisé l'album Règlements de compte[3]. Son nom de scène signifie « avec des moyens militaires »[3].

Manu publie son premier album studio, Voix de fait, le [3]. Sans presque aucune promotion, l’album s’écoule à plus de 13 000 exemplaires. En , Manu est nommé au Gala de l’ADISQ dans deux catégories, « album hip-hop de l’année » et « auteur-compositeur de l’année »[2],[4]. En 2007 au Gala M-U, il remporte les trois prix suivants : album de l’année, artiste de l’année et vidéoclip de l’année pour la chanson L’empreinte. En 2007 au Gala Soba, il remporte le prix de la « révélation francophone de l’année », et en 2008 au Gala Soba encore une fois, il remporte le prix du « vidéoclip francophone de l’année » avec la chanson La traversée du lac Nasser, tourné au Caire, en Égypte.

Crime d’honneur est publié le . L'album compte 7 000 exemplaires écoulé en [1]. Manu reçoit le Félix pour l’« album hip-hop de l’année » au Gala de l’ADISQ en [5],[6]. Il parcourt ensuite la province pour une série de spectacles dont plusieurs festivals, et recevra le prix Miroir au Festival d’été de Québec en . Entre-temps, il est approché par la Fondation du CHU Sainte-Justine pour participer au projet Défi-jeunesse 1 km. Il en résultera la chanson Marche vitale qui figurera sur son prochain album, Marée humaine.

Marée humaine (2012–2014)

Marée humaine, son album suivant, est inspiré entre autres par la révolution égyptienne dans laquelle Manu se retrouve alors qu’il est au Caire pour l’écriture de l'album. L'album est publié le [7], après une longue controverse à la suite du vidéoclip L’Attente dans lequel Manu personnifie un insurgé afghan qui lutte pour sa liberté. La chanson est finalement retirée de l’album[3]. Néanmoins, Marée humaine entre 3e au top album, et s’écoule à 5 000 exemplaires dès la première semaine pour atteindre plus de 21 000. Manu s’illustre aussi sur scène où il est d’ailleurs invité à jouer la chanson Je me souviens, une personnification de l’histoire du Québec, lors de la Fête nationale du Québec le à Montréal.

La chanson Grande plume de Manu Militari s'inspire pour son refrain de la musique de la flûte de pan de M.Tumnus, incluse dans le film Le Monde de Narnia[réf. nécessaire].

Océan (depuis 2015)

Le quatrième album de Manu Militari, Océan est publié le . Il s'écoule à 3 000 exemplaires en trois jours (selon la page Facebook officielle du rappeur).

L'artiste s'est inspiré lors d'un voyage au Costa Rica, d'ailleurs : « C'est là que la pièce Mami Chula est née, témoignant du fait que Manu Militari était bel et bien rendu ailleurs dans son inspiration et ses sonorités, flirtant autant avec les rythmes latins que les ambiances cinématographiques.» [8]

Controverse

Manu Militari a créé la polémique avec la chanson L'attente qui devait au départ être publiée sur son album Marée Humaine. Le vidéoclip de la chanson qui montre une attaque contre un convoi de l'armée canadienne en Afghanistan, a été très mal perçu par des militaires et surtout par le gouvernement conservateur. Ils ont été notamment choqués par la scène finale qui montre un afghan s’apprêtant à exécuter un soldat canadien blessé.

Discographie

Albums studio

EP

Singles

  • 2011 : Marche vitale
  • 2012 : Je me souviens
  • 2012 : L'Attente

Notes et références

  1. a et b « Manu Militari, entre rimes et réalité », sur Le Reflet du lac, (consulté le 4 juin 2016).
  2. a et b « Auteur ou compositeur de l'année » (version du 27 septembre 2007 sur l'Internet Archive), sur ADISQ, Gala de l'ADISQ 2006, .
  3. a b c d et e « ACTUALITE RAP FRANCAIS - Qui est ce rappeur Québécois ? », sur HipHopCorner (consulté le 4 juin 2016).
  4. « Album de l'année - hip-hop » (version du 27 septembre 2007 sur l'Internet Archive), sur ADISQ, Gala de l'ADISQ 2006, .
  5. Benoit Poirier, « Les lauréats de l'Autre gala de l'ADISQ », sur bandeapart.fm, (consulté le 4 juin 2016).
  6. « Manu Militari: toujours cinglant, le rappeur », sur La Presse canadienne, (consulté le 4 juin 2016).
  7. Philippe Papineau, « Disque - Manu Militari, Marée humaine », sur Le devoir, (consulté le 4 juin 2016).
  8. La Presse+, « Moi et l'Autre », sur Eureka, (consulté le 18 décembre 2020)

Liens externes