Manille

Manille
Lungsod ng Maynila
Blason de Manille
Héraldique
Drapeau de Manille
Drapeau
Image illustrative de l'article Manille
Administration
Pays Drapeau des Philippines Philippines
Région Région de la Capitale Nationale
Province Metro Manila
Maire Joseph Estrada
Code postal de 0900 à 1096
Démographie
Gentilé Manillais ou Manilène[1]
Population 1 660 714 hab.
Densité 43 079 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 35′ nord, 120° 58′ est
Altitude 375 m
Superficie 3 855 ha = 38,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Philippines

Voir sur la carte administrative des Philippines
City locator 11.svg
Manille
Liens
Site web http://www.manila.gov.ph/

Manille, officiellement la Ville de Manille (en tagalog Lungsod ng Maynila ; en filipino Maynila ; en anglais City of Manila) est la capitale des Philippines, et l'une des 16 villes de l'aire métropolitaine de Manille, l'une des plus peuplées au monde. Cette dernière, qui se trouve sur la côte ouest de l'île de Luçon, constitue la Région Capitale Nationale (NCR ou Metro Manila), et ne fait partie d'aucune province du pays. Elle se trouve sur la rive orientale de la baie de Manille. Les villes voisines sont Navotas et Caloocan au nord, Quezon au nord-est, San Juan et Mandaluyong à l'est, Makati au sud-est et Pasay au sud.

Avec 1 660 714 habitants d'après le recensement de 2007, Manille est la deuxième ville la plus peuplée des Philippines après Quezon. Cette population, concentrée sur une superficie d'à peine 38,55 km2, fait de Manille, la ville la plus dense au monde[2]. La région métropolitaine de Manille est l'aire urbaine la plus peuplée des Philippines et la onzième au monde avec une population estimée à 16 300 000. La mégapole est la douzième plus grande au monde et sa population est estimée à 19 888 419 habitants[3].

La ville est divisée en six districts législatifs et seize districts géographiques: Binondo, Ermita, Intramuros, Malate, Paco, Pandacan, Port de Manille, Quiapo, Sampaloc, San Andres, San Miguel, San Nicolas, Santa Ana, Santa Cruz, Santa Mesa et Tondo. À l'intérieur de leurs quartiers on peut trouver des aires de commerces animés et la plupart des points historiques et culturels les plus importants comme le Palais de Malacañan résidence officielle du président des Philippines et le siège du Départements exécutifs des Philippines. C'est le siège d'institutions scientifiques et éducatives, mais aussi de nombreux équipements sportifs. Tout cela fait de la ville un centre politique, commercial, culturel, éducatif, religieux et des transports majeur des Philippines.

Étymologie

Le nom de Manille est l'adaptation en français d'un terme espagnol Manilad, lui-même issu de son nom en langue tagalog Maynila. Le préfixe may signifie, à peu près, « beaucoup » ou « caractérisé par », « pourvu de » et nila désigne une espèce de manguier[4].

Terminologie

La ville fut longtemps divisée en une ville coloniale, fortifiée et peuplée de colons européens, Manille à proprement parler, aujourd'hui désignée Intramuros et Binondo, la ville indigène, celle des Indios, plus peuplée. Dans le vocabulaire espagnol du XVIe siècle, le terme Indio désigne tout natif d'une des possessions espagnoles du Nouveau Monde et, par extension, des territoires colonisés après la découverte de l'Amérique, y compris en Asie.

Histoire

Chronologie

La rue commerciale principale, en 1899

Géographie

Manille est située sur la rive orientale de la baie de Manille, à environ 1 300 km de l'Asie continentale. La rivière Pasig coupe la ville en son milieu et permet aux eaux du Laguna de Bay, située au sud-est de Manille, de se déverser dans la baie.
La quasi-totalité de la ville se trouve sur un sol alluvionnaire déplacé par la rivière Pasig et gagné sur la baie de Manille. Ces terres ont cependant été substantiellement modifiées par l'homme, notamment le long du front de mer.
Certaines variations altimétriques ont aussi été égalisées par l'urbanisation de la ville.
La municipalité de Manille occupe une superficie de 38,55 km2 et est divisé en 897 barangays, la plus petite unité du gouvernement local des Philippines. Pour plus de commodités administratives, tous les barangays de Manille sont regroupés en 100 zones et qui sont ensuite regroupées en 16 districts, qui sont enfin regroupés dans les six circonscriptions électorales.

Climat

Relevé météorologique de Manille à 14.5 N, 121.0 E, altitude 15 m, période de 1961 à 1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 20,9 21,1 22,5 24 24,8 24,4 24,1 24 24 23,5 22,8 21,6 23,1
Température moyenne (°C) 25,6 26,1 27,6 29,1 29,5 28,4 27,7 27,4 27,6 27,3 26,9 26 27,4
Température maximale moyenne (°C) 30,2 31,1 32,8 34,3 34,2 32,4 31,3 31,8 31,1 31,2 31 30,3 31,8
Précipitations (mm) 6,3 3,3 7,1 9,3 113,4 272,7 341,2 398,3 326 230 120,4 48,8 2 201
Nombre de jours avec précipitations 1 1 1 1 7 14 16 19 17 13 9 5 104
Source : « Climatological Information for Manila », sur Hong Kong Observatory (consulté en mai 2014)

Démographie

Évolution démographique
Année Population Évolution
1903 219 928
1918 285 306 +29,7 %
1939 623 492 +118,5 %
1948 983 906 +57,8 %
1960 1 138 611 +15,7 %
1970 1 330 788 +16,9 %
1975 1 479 116 +12,5 %
1980 1 630 485 +8,9 %
1990 1 601 234 -1,8 %
1995 1 654 761 +3,3 %
2000 1 581 082 -4,5 %
2007 1 660 714 +5,0 %

La municipalité de Manille au sens propre compte 1 660 714 habitants sur 38,55 km2 d'après le recensement de 2007[8], avec donc une densité de population de 43 079 habitants au km². La municipalité est ainsi l'une des municipalités les plus denses de la planète, si ce n'est la plus dense. Elle n'est pourtant que la deuxième municipalité des Philippines, par la taille, après Quezon. La population de Manille est composée à 91,5 % de chrétiens, à 4 % de musulmans, à 1,5 % de Chinois et à 3 % d'origine ethnique diverses.

L'agglomération de Manille regroupe un grand nombre de quartiers suburbains dans l'entité de Metro Manila dont la population totale compte 11 100 000 habitants pour 636 km2, soit une densité de 17 300 hab/km2, l'agglomération étant considérée comme une ville mondiale avec un rang Beta+. En 2013 le taux de fécondité y était estimer à 2,30 enfants par femme.[9]

Selon la Banque mondiale, 40 % des habitants vivent dans l'un des 500 bidonvilles de la ville.

Lieux d’intérêt

La capitale présente un aspect très contrasté. Sur la rive sud du fleuve Pasig, s'étend l'ancien quartier colonial d'Intramuros, fondé en 1571 par les Espagnols, qui, dans une atmosphère paisible a conservé de surprenants exemples d'architecture du XVIIe siècle et Rizal Park, parc central de Manille où se trouve le monument au héros national José Rizal. Plus au sud, les quartiers d`Ermita et Malate, autour de son église baroque, accueillent de nombreux bars et restaurants. C’est aussi là qu'on peut admirer le coucher du soleil sur la baie de Manille.

Au nord du fleuve Pasig, le quartier de Quiapo est célèbre pour son église en acier, la basilique Saint-Sébastien, son marché et sa basilique du Nazaréen noir d'où part la procession du Nazaréen noir tous les 9 janvier et qui rassemble des millions de dévots. Un peu plus loin le quartier de Binondo abrite le très authentique Chinatown de la ville. Un fascinant cimetière chinois se trouve tout au nord de la ville.

Économie

Manille

Manille est le principal centre administratif, commercial, culturel et portuaire des Philippines. La rade de Manille abrite un important port maritime géré par International Container Terminal Services Inc. En 2005, le port s'est classé 35e des plus grands ports à conteneur du monde avec un transit de 2,943 millions d'EVP[10], mais le port est cependant moins bien classé en ce qui concerne la totalité des flux où il se situe à une 94e place avec un transit de 46 148 millions de tonnes de marchandises[10].

Manille appartient à l'ensemble Metro Manila (Metropolitan Manila Area), une conurbation créée en 1975 par la réunion de 14 villes. Son agglomération concentre plus de la moitié de l'activité industrielle du pays, diversifiée autour des fonderies de fer, des pressoirs (huile de noix de coco), des manufactures de riz, des raffineries de sucre, des manufactures de tabac fabriquant cigares et cigarettes, du contreplaqué, du travail du cuir, de l'industrie de la chaussure, des textiles et des dérivés du chanvre.

L'industrie agro-alimentaire est ainsi l'un des secteurs employant le plus de personnes dans la ville, mais le tourisme est aussi une activité importante. Manille est l'une des plus importantes destinations touristiques du pays avec près d'un million de visiteurs par an. La plupart des destinations touristiques sont situées dans le quartier Intramuros de Manille, c'est-à-dire la vieille ville. Dans Manille se trouvent plusieurs bidonvilles notamment à Tondo.

En décembre 2016, lors d'une série d'opérations anti-drogue, les autorités ont fait la saisie de méthamphétamine d'une valeur de 115 millions d'euros. Le ministre de la Justice Vitaliano Aguirre affirme que « C'est non seulement la plus grosse saisie de l'année, mais aussi la plus grosse dans l'histoire du pays »[11].

Transport

Plan du réseau ferré de Manille.
Article détaillé : Strong Republic Transit System.

Les rues de Manille souffrent de très nombreux embouteillages chroniques. Les jeepneys sont les principaux transports collectifs. Ce sont de vieilles Jeeps de l'armée américaine, laissées sur place après la Seconde Guerre mondiale, qui ont été transformées en minibus très colorés mais aussi très polluants. Les Philippins utilisent aussi pour les courtes distances de nombreux tricycles comme taxi pouvant accueillir jusqu'à 3 ou 7 personnes. La ville comprend aussi de nombreuses voitures taxi.

Depuis le début des années 1970 et l'administration de Ferdinand Marcos, Manille dispose d'un réseau de métro léger aérien, le LRT, qui suit souvent les axes principaux de la ville. C'est l'un des premiers systèmes de transports collectifs ferroviaires urbains d'Asie du Sud-Est. Long d'environ 29 km il comporte 29 stations, sur deux lignes : la LRT-1 (Ligne jaune), et la LRT-2 (Ligne violette). La ville possède aussi une ligne de métro principalement aérienne, la MRT-3 (Ligne bleue), et un service de ferry sur la rivière Pasig qui comporte 17 stations. La ville comporte 10 ponts sur la Pasig, 2 ponts ferroviaires et 8 ponts routiers (les ponts de Roxas, Jones, McArthur, Quezon, Ayala, Mabini, Padre Zamora et Lambingan)

L'Aéroport international Ninoy Aquino est situé à 8 km au sud-est du centre-ville. En octobre 1999, il a été équipé d'un second terminal et en août 2008, d'un troisième. Il est utilisé notamment par Philippine Airlines, Air Philippines, PAL Express, Cebu Pacific et KLM.

Jumelages

Manille est jumelée avec 35 villes internationales en 2010[12].

Notes et références

  1. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/no_106_janv-mars_2009_cle446315.pdf
  2. (en) forbes.com, le 20-12-2006, « World's Densest Cities »
  3. (en) « World: metropolitan areas », World Gazetteer (consulté le 22 janvier 2010)
  4. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  5. (es) Mariano Ardash Bonialian, China en la América colonial: bienes, mercados, comercio y cultura del consumo desde México hasta Buenos Aires, México, D.F. Buenos Aires, Instituto Mora CONACYT Editorial Biblos,
  6. (en) « The audiencia in the Spanish colonies as illustrated by the audiencia of Malina (1583-1800) by Cunningham, Charles Henry »
  7. Annick Tranvaux, « Colonisation et politique urbanistique espagnole aux îles Philippines », Travaux & Documents, université de La Réunion, no 28,‎ , p. 197-223.
  8. « http://www.census.gov.ph/data/sectordata/2007/municipality.pdf »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 29 mars 2013)
  9. Philippines : National Demographic and Health Survey 2013 sur Dhsprogram.com
  10. a et b « http://aapa.files.cms-plus.com/Statistics/WORLDPORTRANKINGS2007.xls »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?)
  11. « Saisie record de méthamphétamine aux Philippines », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  12. (en) « Existing sisters cities »(Archive • Wikiwix • Archive.is • Google • Que faire ?) (consulté le 29 mars 2013)
  13. (en) Sister Cities / Manila, Philippines
  14. (en) Sister Cities Council of Sacramento > Manila/Pasay City

Voir aussi

Bibliographie

  • Christian Brincourt et Gilles Lambert, Grandir à Manille : les 75 000 enfants du Père Tritz, Bayard-Centurion, Paris, 1995, 155 p. (ISBN 2-227-30406-5)
  • Catherine Guéguen, Les Chinois de Manille (ancrage et évolutions socio-spatiales), Université Paris-Sorbonne, 2007, 392 p. (thèse de doctorat de Géographie)
  • Xavier Huetz de Lemps, Manille au XIXe siècle : croissance et aménagement d'une ville coloniale : 1815-1898, Université de Bordeaux 3, 1994, 2 vol., 1 082 p. (thèse de doctorat d'Histoire). Historien devenu au fil du temps un des meilleurs spécialistes des Philippines.
  • Bernard Pot, Philippines. Bibliographie thématique en langue française, annotée et commentée, SevenOrients et Geuthner, Paris, 2003. L'auteur a compilé plus de 1700 références en français sur les Philippines. Cela va de la BD à la thèse de doctorat, en passant par les récits de voyages ou les descriptions ethnographiques. C'est la bibliographie de thèse de l'auteur.
  • Roland Neveu et Marc Mangin, Manille éternelle : portrait d'une ville au passé toujours présent, les Éditions d'Indochine, Paris, 1996?, 95 p. (ISBN 2-911589-04-1)

Articles connexes