Manasseh Sogavare

Manasseh Sogavare
Manasseh Sogavare
Manasseh Sogavare 2014.jpg

Manasseh Sogavare en décembre 2014.

Fonctions
Premier ministre des îles Salomon
depuis le
Premier ministre des îles Salomon
-
Premier ministre des îles Salomon
-
Membre du parlemand national des îles Salomon
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Religion
Parti politique
Solomon Islands Social Credit Party (en)

Manasseh Sogavare (né le 17 janvier 1955 dans la province de Choiseul) est Premier Ministre des Îles Salomon de juin 2000 à décembre 2001, puis de mai 2006 à décembre 2007, puis à nouveau depuis le 9 décembre 2014.

Il fait son entrée au Parlement et au gouvernement en 1997, devenant Ministre des Finances. En 1998, à la suite d'une brouille avec le Premier Ministre Bartholomew Ulufa'alu (Solomon Islands Liberal Party), Sogavare rejoint l'Opposition (People's Progressive Party), qu'il dirige à partir de 2000, après la mort de Solomon Mamaloni.

En juin 2000, le Premier Ministre Ulufa'alu est enlevé par une milice armée, la Malaita Eagle Force, qui l'accuse de ne pas assez défendre les intérêts de sa propre communauté ethnique, les personnes originaires de l'île de Malaita. Ulufa'alu doit démissionner pour être libéré, et le Parlement élit Sogavare au poste de Premier Ministre (23 voix contre 21). Aux élections de 2001, Sogavare conserve son siège de député, mais son parti n'obtient pas assez de sièges pour rester au pouvoir.

En 2006, le Premier Ministre Snyder Rini démissionne au bout de huit jours à la suite d'émeutes déclenchées par son élection; les émeutiers l'accusent d'être sous l'influence des hommes d'affaires de la communauté chinoise des Îles Salomon. Le Parlement désigne Sogavare (à la tête maintenant du Solomon Islands Social Credit Party) pour lui succéder.

En octobre 2006, Sogavare doit faire face à une motion de censure au Parlement. En effet, certains députés s'inquiètent de la détérioration des relations entre les Îles Salomon et l'Australie. Sogavare a expulsé le Haut-commissaire australien, et refuse d'extrader le ministre public Julian Moti, soupçonné par l'Australie de viol sur mineure. La motion de censure échoue (17 voix contre 28). Les relations entre les deux pays empirent lorsque Sogavare accuse l'Australie de « néo-colonialisme » et menace d'expulser les soldats australiens présents aux Îles Salomon dans le cadre de l'Opération RAMSI [1]. Les soldats australiens fouillent ensuite les bureaux du Premier Ministre (en son absence), à la recherche d'éléments qui pourraient servir de preuves contre Moti [2].

Le 13 décembre 2007, Sogavare est renversé par une motion de censure du Parlement (23 voix contre 21) [3], due en grande partie à « l'affaire Moti » [4].

Le 20 décembre 2007, Derek Sikua, ancien ministre du gouvernement Sogavare devenu candidat de l'Opposition, lui succède[1].

Sogavare revient au pouvoir à la suite des élections législatives de 2014, obtenant le soutien de 31 députés sur 50[2]. Il se montre désormais favorable à la mission RAMSI, qui prend fin en juin 2017, durant son mandat[3].

Références

  1. (en) « New Prime Minister for Solomon Islands », Nina Tuhaika, Solomon Times, 20 décembre 2007
  2. (en) "Sogavare Elected Prime Minister", Solomon Times, 9 décembre 2014
  3. (en) "Solomon Islands at a crossroads as Australian-led assistance mission bids farewell", Australian Broadcasting Corporation, 29 juin 2017