Malle-poste

Une malle-poste du duché de Wurtemberg.

La malle-poste[1],[2],[3],[4] était une voiture hippomobile destinée à l'origine au transport des dépêches et du courrier en général, apparue en France vers 1800. C'est l'équivalent du mail coach britannique.

Histoire

La malle-poste succède à la malle-charrette, véhicule affecté au même usage à l'époque de Louis XV et de Louis XVI. La malle-charrette, comme son nom l'indique, était une charrette non suspendue, à deux roues, couverte, tirée ordinairement par trois chevaux : un fort limonier, un deuxième cheval en galère (renfort), et un troisième, le porteur, monté par un postillon. Les forts cahots auxquels la malle-charrette était soumise lui valurent le nom de « panier à salade », bien avant le sens moderne donné à un autre type de voiture bien particulier, les voitures de police.

La malle-poste peut transporter, en plus du courrier, des passagers. C'est donc une voiture plus lourde, fermée, à quatre roues, suspendue sur des ressorts, tirée par quatre ou cinq chevaux. La partie avant, le cabriolet, reçoit le cocher et un passager à côté de lui. Dans la partie centrale, le coupé, prennent place trois voyageurs. La partie arrière est la malle réservée au courrier.

Les malles-poste étaient plus rapides que les diligences. Celles-ci, plus lourdes, transportant plus de passagers, devinrent prédominantes au cours du XIXe siècle. En France, sous la Restauration, les malles-poste étaient peintes en jaune, puis, sous Louis-Philippe, en gris puce.

La malle-poste possède seule le « privilège du galop »[5],[6], confirmé par l'ordonnance du [5],[7].

La dernière malle-poste, qui reliait Toulouse à Montpellier, cesse son service le [8],[9],[10],[11].

Philatélie

Un timbre-poste représentant une malle-poste est émis pour la Journée du timbre [12].

Notes et références

  1. Entrée « Malle-poste » dans le Dictionnaire de l'Académie française, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 22 mai 2016).
  2. Définitions lexicographiques et étymologiques de « malle-poste » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 22 mai 2016).
  3. Entrée « malle » [html] (sens 2) [lire en ligne (page consultée le 22 mai 2016)].
  4. Entrée « malle-poste » [html], sur Dictionnaires de français (en ligne), Larousse (consulté le 22 mai 2016).
  5. a et b Roche et Reytier 2000, p. 253.
  6. Studeny 2005, p. 117.
  7. Ord. du , art. 10, al. 5, p. 108.
  8. Devauges 1997, p. 34.
  9. Galoin 2006, Interprétation.
  10. Marchand 2006, p. 141.
  11. Marchand, p. 5-6.
  12. Dicotimbre, s.v. Journée du timbre .

Voir aussi

Textes officiels

  • [Ord. du ] Ordonnance du 4 février 1820 contenant des mesures de police relatives aux propriétaires ou entrepreneurs de diligences, de messageries ou autres voitures publiques, dans Bulletin des lois du royaume de France, 7e série, t. X : 1er semestre 1820, Paris, Imprimerie royale, , 1 vol., XXXVI-1042 p., in-8o (ISSN 1272-6397, lire en ligne), bulletin no 344 du , texte no 8218, p. 105-110.

Bibliographie

  • [Charbon 1979] Paul Charbon, Au temps des malles-poste et des diligences : histoire des transports publics et de poste du XVIIe au XIXe siècle, Strasbourg, J.-P. Gyss, , 1re éd., 1 vol., 171-[16] p., 30 cm (ISBN 2-902912-02-1, EAN 9782902912025, OCLC 461665611, notice BnF no FRBNF34670172, SUDOC 006273858).
  • [Devauges 1997] Jean-Denys Devauges, Le voyage en France : du maître de poste au chef de gare, -, Paris, Réunion des musées nationaux, , 1 vol., 175 p., 24 cm (ISBN 2-7118-3431-X, EAN 9782711834310, OCLC 465648725, notice BnF no FRBNF36167923, SUDOC 004158881, lire en ligne).
  • Joseph Jobé, Au temps des cochers, Lausanne, Edita-Lazarus, 1976. (ISBN 2-88001-019-5)
  • [Marchand 2006] Patrick Marchand (préf. de Daniel Roche), Le maître de poste et le messager : une histoire du transport public en France au temps du cheval, -, Paris, Belin, coll. « Histoire et société », , 1re éd., 24 cm (ISBN 2-70114-259-8, EAN 9782701142593, OCLC 421276814, notice BnF no FRBNF40167509, SUDOC 103891706, présentation en ligne, lire en ligne).
  • [Roche et Reytier 2000] Daniel Roche et Daniel Reytier (dir.), Voitures, chevaux et attelages du XVIe au XIXe siècle, Association pour l'Académie d'art équestre de Versailles et Établissement public du musée et du domaine national de Versailles, , 1re éd., 1 vol., 366 p., 30 cm (ISBN 2-913018-01-7, OCLC 46664840, notice BnF no FRBNF37207219, SUDOC 053302206, lire en ligne).
  • [Studeny 2005] Christophe Studeny, « Une histoire de la vitesse : le temps du voyage », dans Mobilités et temporalités (actes du colloque tenu à Bruxelles en , dans le cadre des travaux du groupe de travail Mobilités spatiales et fluidités sociales de l'Association internationale des sociologues de langue française), Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, coll. « Travaux et recherches » (no 51), , 1re éd., 1 vol., 226 p., 23 cm (ISBN 2-8028-0166-X, EAN 9782802801665, OCLC 276990905, SUDOC 107964090, lire en ligne), 3e partie « (Organisation des modes de transport »), p. 113-128.

Articles connexes

Liens externes