Mademoiselle (film, 2016)

Mademoiselle
Titre original 아가씨
Réalisation Park Chan-wook
Scénario Jeong Seo-kyeong
Park Chan-wook
Acteurs principaux
Sociétés de production Moho Film
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Genre Thriller psychologico-érotique
Durée 144 minutes
Sortie 2016

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mademoiselle (hangeul : 아가씨 ; RR : ah-ga-ssi, littéralement « mademoiselle ») est un thriller psychologico-érotique sud-coréen coécrit, produit et réalisé par Park Chan-wook, sorti en 2016. Il s'agit d'une adaptation d'un roman, Du bout des doigts (Fingersmith) de Sarah Waters, paru en 2002.

Le film a été en compétition pour la Palme d'or du Festival de Cannes 2016[1].

Synopsis

Partie 1

En Corée occupée par les Japonais, un escroc opérant sous le nom du « comte Fujiwara » projette de séduire une héritière japonaise nommée Mademoiselle Hideko, puis de l'épouser et de l'enfermer dans un asile pour lui voler son héritage. Il engage une voleuse nommée Sook-hee vivant dans une famille d'escrocs afin qu'elle devienne la camériste de Hideko et sa confidente pour encourager cette dernière à épouser le « comte ».

Hideko vit avec son oncle autoritaire Kouzuki. Celui-ci gagne de l'argent en vendant des livres rares. Sook-hee et Hideko se rapprochent, et Hideko permet à Sook-hee de porter ses robes et ses bijoux. Quand Hideko demande à Sook-hee à quoi ressemblera la vie conjugale, Sook-hee lui fait un amour passionné, lui promettant les mêmes plaisirs avec son nouveau mari. Sook-hee commence à exprimer sa réticence vis-à-vis du plan, mais lorsque Hideko elle-même sent qu'elle n'est pas prête pour ce mariage, Sook-hee insiste pour qu'elle le fasse, provoquant la colère de Hideko qui la gifle.

Quand Kouzuki part en affaires pendant une semaine, Hideko et Fujiwara s'enfuient. Après avoir encaissé l'héritage de Hideko, il est ensuite révélé que Hideko et Fujiwara ont doublé Sook-hee. À l'asile où il se rendent tous les trois, c'est Sook-hee qui est internée sous l'identité de Hideko.

Partie 2

Une série de flashbacks montre que Kouzuki était violent envers Hideko et sa tante. Les livres qu'il vend sont de la pornographie sadique, il entraîne et oblige sa femme à lire les livres lors d'enchères privées, une pratique qu'il enseigne également à Hideko pendant son enfance. La tante de Hideko est finalement retrouvée pendue à un cerisier dans le jardin. Lorsque Hideko soupçonne que la mort n'était pas un suicide, Kouzuki emmène Hideko dans son sous-sol, où il implique fortement qu'il a assassiné sa tante après qu'elle a tenté de s'enfuir.

Dans un passé plus récent, Hideko a grandi et Fujiwara a l'intention de la séduire pour lui voler son héritage. Il trouve cela impossible parce que Hideko est désensibilisée aux actes sexuels et ne peut pas être séduite, et il préfère conclure un marché avec elle : s'ils se marient, il la sauvera de son oncle en échange de la moitié de son héritage. Hideko est d'accord à la condition que quand ils se marient, il lui donne une fiole de poison garantissant de la tuer rapidement au cas où elle serait rattrapée par son oncle. Hideko propose en outre d'engager une femme de chambre afin de l'interner à sa place quand l'affaire sera conclue.

Hideko tombe soudainement amoureuse de Sook-hee. Sachant que la femme qu'elle aimait avait l'intention de la trahir, Hideko essaie de se pendre. Sook-hee la sauve, et avoue sa culpabilité consistant à compromettre Hideko et à voler son héritage. Hideko avoue de son côté son plan, et les deux jurent de se venger à la fois de Kouzuki et de Fujiwara. Hideko montre à Sook-hee la collection d'ouvrages licencieux de son oncle, et Sook-hee détruit la collection sous la colère. Hideko finit par la rejoindre, appelant Sook-hee « son sauveur » de l'abus de son oncle.

Partie 3

Sook-hee parvient à s'évader de l'asile à la faveur d'un incendie. Pendant ce temps, Hideko empoisonne le vin de Fujiwara, il perd connaissance, Hideko récupère l'argent et s'enfuit. Sook-hee et Hideko se retrouvent et fuient ensemble, Hideko étant travestie en homme pour éviter d'être repérée.

Kouzuki capture Fujiwara à la réception d'une lettre de Hideko détaillant la filouterie de Fujiwara. Il torture Fujiwara dans sa cave avec ses outils de reliage et le presse de lui raconter des détails sexuels sur sa nièce. Fujiwara invente une histoire au sujet de leur nuit de noces, mais un flash-back montre que Hideko s'était coupée la main sur un couteau pour tacher ses draps, afin de donner le change car refusant de consommer le mariage. Quand Kouzuki presse son prisonnier pour avoir davantage de détails, Fujiwara convainc Kouzuki de lui donner une de ses cigarettes qu'il a dans sa poche. Après avoir fumé pendant un moment, Fujiwara se tait et Kouzuki remarque que les cigarettes produisent de la fumée bleue. Fujiwara révèle que ses cigarettes contiennent du mercure dégageant un gaz mortel qui les tue tous les deux.

Sur un ferry pour Shanghai, en Chine, Sook-hee et Hideko célèbrent leur liberté retrouvée en faisant l'amour une fois de plus.

Fiche technique

Distribution

  • Kim Min-hee (VF : Amélie Gonin) : Hideko, la demoiselle
  • Kim Tae-ri (VF : Célia Asencio) : Sook-hee, la servante
  • Ha Jeong-woo (VF : Tanguy Goasdoué) : le comte
  • Jo Jin-woong (VF : Gabriel Le Doze) : Kouzuki, l'oncle
  • Kim Hae-sook : la femme de M. Sasaki
  • Lee Yong-nyeo : Bok-soon
  • Yoo Min-chae : Kkeut-dan-i
  • Lee Dong-hwi : M. Gu
  • Rina Takagi : la tante de Hideko
  • Han Ha-na : Junko
  • Lee Kyu-jung : la bonne
  • Moon So-ri : la tante
  • Jo Eun-hyung (VF : Lucille Boudonnat) : Hideko, jeune
 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage

Production

Développement

Park Chan-wook adapte le roman britannique Du bout des doigts (Fingersmith, 2002) de Sarah Waters, qu'il transpose l'histoire de l'Angleterre victorienne à la colonisation japonaise en Corée dans les années 1930[4].

Distribution de rôles

Tournage

Le réalisateur Park Chan-wook et l'équipe de tournage commencent à filmer en à Kuwana dans la préfecture de Mie au Japon jusqu'en [2]

Accueil

Sorties internationales

Au cours de la conférence de presse du Festival de Cannes, le à Paris, ce film fait partie de la liste de la sélection officielle en compétition pour la palme d'or[5]. La sortie nationale en France, initialement annoncée pour le , a lieu le .

En Corée du Sud, il sort plus tôt que prévu le avec 4 700 entrées avant sa sortie officialisée le [6].

Accueil critique

L'accueil critique est globalement très positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,9/5, et des critiques spectateurs à 4,4/5. Le site américain Rotten Tomatoes décerne une note moyenne de 8.2/10, avec 95 % de bonnes critiques sur un total de 131[8].

Dans la revue Positif, Hubert Niogret encense un film où « Tout n’est que mise en scène et le grand ordonnateur suprême et magnifique n’est pas le Comte mais Park Chan-wook ». Dans les colonnes de Paris Match, Alain Spira décrit « Cru mais raffiné, cruel mais jubilatoire, tragique mais saupoudré de subtiles pincées d'humour, ce grand beau long et imprévisible film mérite une récompense ». Pour L'Humanité, Jean Roy vante « Outre les diaprures somptueuses des décors qui nous ont véritablement envoûtés, on remarquera l’interprétation de Kim Min-hee dans le rôle de lady Hideko, celle de Ha Jung-woo, et celle, tant elle nous a semblé convaincante, de Kim Tae-ri, qui fait ses débuts à l’écran dans le rôle de la servante ». Etienne Sorin du Figaro approuve : « Cette maison de poupées peuplée d'imposteurs est un décor idéal pour Park Chan-wook, virtuose dans l'art de faire tomber les masques et de retourner le récit comme un gant. Il a le bon goût de ne pas jouer à la poupée avec ses personnages ». Dans Le Monde, Mathieu Macheret déclare « On peut aimer un film tout spécialement pour sa destination, c’est-à-dire la note sur laquelle il nous laisse : ici, un tintement très évocateur, résumant à lui seul le délicat équilibre de somptueuse cérémonie et de trivialité goguenarde qui caractérise l’ensemble ». Dans le même journal, Isabelle Regnier estime que « cette épopée érotico-féministe en trois actes, située entre la Corée et le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale, aura vite fait de balayer nos préventions, et ces 2 h 25 furent de fait assez savoureuses »[10]. Dans Télérama, Guillemette Odicino raconte « Le cinéaste prend un malin plaisir à nous balader dans un conte en trois actes qui se contredisent et s'enrichissent, où chaque personnage, tout à tour manipulateur et manipulé, avance vers sa vérité ».

Parmi les critiques plus nuancées, Serge Kaganski des Inrocks dit de ce film que « vingt minutes de grâce érotico-cinématographique éparpillées dans 2h40 à regarder les diaprures du décor et le lent débouclage d’un scénar qui peine à passionner, c’est un peu frustrant. Décidément, un vrai sadique ce Park Chan-wook »[11] ; dans le même journal, Théo Ribeton tempérait cependant : « L'artisanat de Park Chan-wook atteint un degré inédit de sophistication visuelle et technique (...) et les filouteries narratives et esthétiques du cinéaste se sont muées en quelques choses d'enfin plus léger et facétieux. (...) Mademoiselle est cousu de fil blanc, et s'offre au spectateur comme un objet en premier lieu ludique et amusant, un film d'escroc et de faux-semblants parcouru d'érotisme ». Quant à Pierre Murat de Télérama, il comparerait le film avec « un film à la même esthétique agressive, à la même sensualité équivoque, à la même ironie devant l'inutilité des hommes face au pouvoir des femmes. Ce film, c'est Bound (1996), des frères Wachowski. Plane sur Mademoiselle une sensualité trouble qui ajoute au charme de ce thriller efficace et intelligent »[4].

Parmi les critiques les plus négatives, on note Gaspard Nectoux des Cahiers du cinéma : « Le dynamisme du film aurait gagné à un peu de dépouillement, jouant ses meilleures cartes au lieu de passer son temps à en faire un château m’as-tu-vu », ou encore Olivier Lamm de Libération : « L’ingéniosité du récit, qui jongle avec les effets de surprise permis par une triple duperie entre arnaqueurs éprouvés, doit d’ailleurs beaucoup au roman, auquel il n’apporte finalement pas grand-chose à part quelques rengaines «park chan-wookiennes» et un fétichisme formel terminal, dont on peine décidément à percevoir l’objet - et le sens ».

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 4 282 388 entrées[12] 8
Drapeau de la France France 300 504 entrées[13] en cours en cours

4 700 spectateurs sud-coréens assistent en avant-première à ce film dès le [6]. Pour le tout premier week-end d'entre 3 et , après de bonnes critiques au Festival de Cannes, il se trouve très successivement au premier rang du box-office comptant 1,2 million curieux dans 1 167 salles obscures, ce qui fait 1,8 million au total[14]. Malheureusement, avec l'arrivée des deux films américains Le Livre de la jungle (The Jungle Book) de Jon Favreau et Warcraft : Le Commencement (Warcraft) de Duncan Jones, il descend au troisième rang avec 527 000 spectateurs, ce qui totalise 3,13 millions en deux week-ends[15].

Distinctions et sélections

Récompenses

Nominations

Notes et références

  1. a b et c « La Sélection officielle 2016 », sur Festival de Cannes, (consulté le 15 avril 2016).
  2. a et b (en) Rumy Doo, « Major Korean directors set for comeback », sur K-Pop Herald, (consulté le 21 mai 2016).
  3. a et b Pierre Murat, « « Mademoiselle » : avec son thriller érotique, Park Chan-wook ne baisse pas la garde », sur Télérama, (consulté le 1er juin 2016).
  4. « Espace presse : Conférence de presse », sur Festival de Cannes, (consulté le 15 avril 2016).
  5. a et b (en) « [HanCinema's Box Office Review] 2016.05.27 ~ 2016.05.29 », sur HanCinema, (consulté le 1er juin 2016).
  6. (en) « The Handmaiden », sur www.rottentomatoes.com.
  7. Isabelle Regnier, « « Mademoiselle » : un jeu de massacre ludique et érotique », sur Le Monde, (consulté le 15 avril 2016).
  8. Serge Kaganski, « « Mademoiselle » : Park Chan-wook signe un thriller lesbien inégal », sur Inrockuptibles, (consulté le 15 avril 2016).
  9. (en) « Korean Box Office for the Weekend 2016.07.22 ~ 2016.07.24 », sur HanCinema, (consulté le 25 juillet 2016).
  10. « JP-Boxoffice.com ; page du film Mademoiselle (2016) », sur www.jpbox-office.com (consulté le 21 février 2017).
  11. (en) « [HanCinema's Box Office Review] 2016.06.03 ~ 2016.06.05 », sur HanCinema, (consulté le 25 juin 2016).
  12. (en) « [HanCinema's Box Office Review] 2016.06.10 ~ 2016.06.12 », sur HanCinema, (consulté le 15 juin 2016).

Articles connexes

Liens externes