Macrocéphalie urbaine

Macrocéphalie urbaine
L'aire urbaine de Paris, qui regroupe 19 % de la population française, est 7 fois plus peuplée que la seconde aire urbaine la plus peuplée.

En géographie, le concept de macrocéphalie s'applique de façon figurée à la configuration d'un espace largement dominé par un pôle unique concentrant population, activités et fonctions au point de freiner voire d'empêcher l'affirmation de pôles secondaires.

Le poids de la métropole parisienne à l'échelle de la France est un exemple typique de macrocéphalie, la France étant un des rares pays d'Europe occidentale dont le système urbain est macrocéphale. L'ouvrage de Jean-François Gravier Paris et le désert français a largement repris cette idée. Dans les cas de macrocéphalie particulièrement prononcée, on parle parfois de mégacéphalie ou d’hypercéphalie. C'est le cas de Mexico, qui concentre à elle seule un tiers de la population du Mexique.

En France, on parle parfois de macrocéphalie à l'échelle régionale, pour certaines villes qui concentrent une part très majoritaire de la population du territoire qu'elles dirigent, en particulier Toulouse vis-à-vis de Midi-Pyrénées[1],[2], Limoges vis-à-vis du Limousin[3], voire Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Ajaccio.

Notes et références

Liens