Márcos Baghdatís

Márcos Baghdatís
Image illustrative de l'article Márcos Baghdatís
Márcos Baghdatís à Roland-Garros 2015.
Carrière professionnelle
2003
Nationalité Drapeau de Chypre Chypre
Naissance (32 ans)
Drapeau : Chypre Limassol
Taille / poids 1,78 m (5 10) / 82 kg (180 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Guillaume Peyre
Gains en tournois 8 147 973 $
Palmarès
En simple
Titres 4
Finales perdues 10
Meilleur classement 8e (21/08/2006)
En double
Titres 1
Finales perdues 2
Meilleur classement 93e (07/01/2008)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple F(1) 1/8 1/2 1/8
Double 1/8 1/32 1/32 1/16

Márcos Baghdatís (en grec : Μάρκος Παγδατής / Márkos Pagdatís), né le à Limassol (Chypre), est un joueur de tennis chypriote, professionnel depuis 2003.

Il a atteint la finale de l'Open d'Australie 2006 au cours de laquelle il s'est incliné face à Roger Federer.

Jeunesse

Márcos Baghdatís est né d'un père libanais (Christos) et d'une mère chypriote (Androula). Les parents Baghdatís possèdent un magasin de vêtements à Paramytha, un petit village près de Limassol (Paramytha signifie « conte de fées » en grec). Baghdatís embrasse fréquemment un crucifix en or qu'il porte à son cou et se signe avant chaque jeu[1]. Il a une sœur plus jeune, Zena, qui a été adoptée à l'âge d'un mois, et deux frères aînés, Marinos et Petros, qui ont aussi joué la Coupe Davis pour leur pays. Márcos Baghdatís a commencé à jouer au tennis à l'âge de cinq ans avec son père et ses frères. Il aime jouer et regarder le football, il est supporter du club Apollon Limassol[réf. nécessaire]. Márcos Baghdatís est arrivé en France en 1998 à l'âge de treize ans pour s'entraîner à l'Académie de tennis de Mouratoglou à Paris grâce à une bourse. Il devient champion du monde junior en 2003 et commence sa carrière professionnelle en 2004. Il réside en Île-de-France.

Carrière

Débuts

Márcos Baghdatís dispute son premier tournoi Future en 1999 et n'obtient pas de résultats probants durant ses jeunes années sur le circuit. Il se montre néanmoins à son avantage chez les juniors, dominant sa génération à partir de 2002, année qui le voit atteindre la finale de l'US Open (battu par Richard Gasquet). Devenu numéro 1 mondial, il continue sur sa lancée en s'octroyant l'Open d'Australie (contre Florin Mergea) puis l'Orange Bowl (face à Gaël Monfils) et atteint une nouvelle finale à l'US Open (battu par Jo-Wilfried Tsonga) en 2003. Cette année marque également ses premiers succès sur le circuit professionnel. Il remporte en effet quatre tournois Future et atteint la finale du Challenger de Boukhara où il est défait difficilement par Marc-Kevin Goellner. À la fin de la saison, il est 200e au classement ATP.

Se concentrant désormais sur les tournois Challenger, Márcos Baghdatís déçoit un peu en 2004 mais se reprend à la fin de l'année en s'offrant deux tournois, à Bolton et à Bratislava. Il prend part aux Jeux olympiques à Athènes où il passe un tour et participe à son premier tournoi du Grand Chelem sénior à l'US Open. Son expérience new-yorkaise s'achève au second tour face au numéro 1 mondial et futur lauréat de l'épreuve Roger Federer. Il est le seul joueur avec Andre Agassi à lui avoir ravi un set cette année-là.

Márcos Baghdatís se hisse en 2005 en 1/8 de finale de l'Open d'Australie. Il se défait sur son parcours d'Ivan Ljubičić et de Tommy Robredo avant de perdre contre Roger Federer. Il est ensuite opéré pour une blessure au coude droit qui le tient éloigné des courts durant trois mois[réf. nécessaire]. À son retour sur le circuit, il remporte le Challenger de Cordoue et dispute sa première finale sur le grand circuit à Bâle (battu par Fernando González).

2006 : la révélation

En janvier, Márcos Baghdatís atteint à la surprise générale la finale de l'Open d'Australie face à Roger Federer après notamment des victoires sur Radek Štěpánek, Andy Roddick, Ivan Ljubičić et David Nalbandian face auquel il remonte un déficit de deux sets. Il remporte la première manche et fait jeu égal dans la seconde, avant de s'écrouler complètement dans les deux derniers sets (5-7, 7-5, 6-0, 6-2). Il confirme sa belle épopée par un quart de finale à Indian Wells et une demi-finale à Wimbledon s'offrant au passage une victoire de prestige face à l'ex-numéro 1 mondial et ancien vainqueur du tournoi Lleyton Hewitt. Opposé dès le second tour de l'US Open au vétéran Andre Agassi qui dispute à l'occasion le dernier tournoi de sa carrière, il passe tout près de la victoire. Mené deux sets à rien puis 4-0 dans la quatrième manche, il revient au score mais est victime de crampes à 4-4, ne pouvant défendre pleinement ses chances et s'inclinant sur le score de 6-4, 6-4, 3-6, 5-7, 7-5. Cette rencontre, par son scénario et aussi parce qu'elle constitue la dernière victoire d'Agassi sur le circuit, restera comme l'une des plus marquantes de l'histoire du tournoi[2]. Moins d'un mois plus tard, Baghdatís s'offre son premier titre à Pékin en se défaisant de Mario Ančić en finale (6-4, 6-0). Il termine son exceptionnelle saison au 12e rang.

2007-2008

Márcos Baghdatís marque un peu le pas en 2007 même s'il se fait une place parmi les valeurs sûres du circuit. Il est vaincu dès le second tour de l'Open d'Australie par Gaël Monfils. Il se reprend peu de temps après en s'octroyant un second trophée à Zagreb contre le tenant du titre Ivan Ljubičić (7-6, 4-6, 6-4) et se hisse en finale du tournoi de Marseille (battu par Gilles Simon 6-4, 7-6). Décevant sur la tournée américaine, il revient en forme à l'entame de la saison sur terre battue (demi-finale à Munich et 1/8 de finale à Roland-Garros) et atteint la finale du tournoi sur gazon de Halle (finale perdue contre Tomáš Berdych). Il s'incline en quart de finale de Wimbledon contre Novak Djokovic après cinq heures de jeu (7-6, 7-6, 6-7, 4-6, 7-5).

Au second tour de l'Open d'Australie 2008, Márcos Baghdatís dispute une nouvelle fois un match mémorable contre Lleyton Hewitt qui s'achève à 4 h 34, heure locale (jamais une rencontre du circuit ATP ne s'est terminée aussi tard). Touché par une entorse à la cheville droite au début du troisième set, Márcos Baghdatís n'abdique pas malgré une gêne dans ses déplacements. Alors que Lleyton mène deux sets à un et 5-1, Márcos Baghdatís entame une remontée inespérée, sauve une balle de match et remporte la manche au tie-break. Il s'incline néanmoins en cinq sets au bout d'un combat de près de cinq heures (4-6, 7-5, 7-5, 6-7, 6-3)[3]. Il atteint la demi-finale à Marseille mais restera absent des courts pendant deux mois après le Masters d'Indian Wells en raison d'une blessure au poignet. Il effectue son retour pour Roland-Garros mais est battu d'entrée par Simone Bolelli. À Wimbledon, il réussit un beau parcours sur une surface qu'il apprécie en atteignant les huitièmes de finale battu par Feliciano López en cinq manches. Baghdatís est absent des courts une nouvelle fois pendant deux mois. Il est de retour pour le Challenger d'Orléans où il s'incline en demi-finale sur abandon. Il finit sa saison par le Masters de Paris-Bercy avec une défaite au premier tour face à Sam Querrey 7-5, 6-75, 3-2, abandon, à cause d'une hernie discale.

2009

Après de bons matchs lors du tournoi exhibition de Kooyong, Márcos Baghdatís débute l'Open d'Australie. Au 1er tour, il élimine en 4 sets le Français Julien Benneteau. Au second tour, il bat la tête de série no 16 Robin Söderling (3-6, 7-5, 6-3, 6-3). Il s'incline par la suite en huitièmes de finale face au tenant du titre, Novak Djokovic (6-2, 7-6, 6-7, 6-4). À Roland-Garros, il échoue au premier tour face à Juan Mónaco (6-3, 6-2, 6-4). À Bois-le-Duc lors de son match contre Raemon Sluiter, il fait une mauvaise chute et est évacué sur civière, accompagné par son adversaire, d'un fair-play remarquable. Il souffre d'une distension du ligament latéral interne du genou droit. Il reprend la compétition un mois plus tard au Classic d'Indianapolis mais s'incline en trois sets au premier tour face à Wayne Odesnik. En octobre, à Stockholm, il remporte aisément trois matchs d'affilée contre Juan Carlos Ferrero, puis face à Robert Kendrick et finalement contre Arnaud Clément en quarts. Il atteint la finale sans jouer à la suite du forfait de Robin Söderling en demies. Il s'agit de sa première finale depuis plus de deux ans, face au Belge Olivier Rochus, qu'il remporte en deux sets (6-1, 7-5).

2010

Il commence bien l'année en remportant le tournoi de Sydney aux dépens de Richard Gasquet sur le score de 6-4, 7-62[4]. Cela lui permet de réintégrer le top 40, juste avant l'Open d'Australie où il s'incline néanmoins au troisième tour face à Lleyton Hewitt. En mars, à l'occasion des Masters d'Indian Wells, il réalise la surprise du tournoi et confirme une fois de plus son retour au plus haut niveau en battant le no 1 mondial, le Suisse Roger Federer après avoir sauvé trois balles de match (5-7, 7-5, 7-64).

En août, lors des Masters de Cincinnati, il réalise un excellent parcours en battant successivement Marin Čilić (6-4, 7-5), Thomaz Bellucci (7-66, 7-5), Tomáš Berdych (7-5, 6-4), Rafael Nadal (6-4, 4-6, 6-4) avant de s'incliner en demi-finale contre Roger Federer (6-4, 6-3). Il est un des rares joueurs cette saison à avoir battu Federer et Nadal alors qu'ils étaient à chaque fois no 1 mondiaux.

Il s'incline dès le 1er tour de l'US Open face à Arnaud Clément.

2011

Après avoir déclaré forfait pour le tournoi de Sydney, où il a été vainqueur l'année précédente, il débute l'Open d'Australie, où il passe les 2 premiers tours mais s'incline tout comme l'année précédente au 3e tour, cette fois-ci face à Jürgen Melzer. À Indian Wells, il s'incline au 2e tour face à Somdev Devvarman avant de se faire également éliminer au 2e tour de Miami face à Olivier Rochus. S'ensuit le Masters de Monte-Carlo, où il se fait sortir dès le 1er tour face à Radek Štěpánek. Il est aussi éliminé dès le 1er tour de Rome face au Français Jo-Wilfried Tsonga. À Madrid, il est éliminé au 2e tour par le numéro 1 mondial Rafael Nadal. Lors du 2e Grand Chelem de l'année, Roland-Garros, il est sorti au 2e tour par l'Argentin Leonardo Mayer. Lors de l'édition 2011 de Wimbledon, il bat au 1er tour James Blake dans un match marathon (6-4, 6-2, 6-7, 4-6, 6-4), puis il affronte Andreas Seppi au 2e tour, qu'il bat en 3 sets (6-4, 7-6, 7-5). Au 3e tour, il s'incline en 4 sets (6-4, 4-6, 6-3, 6-4) face au Serbe no 2 mondial Novak Djokovic. Après s'être incliné face à John Isner en quart de finale du Winston-Salem, il chute à nouveau contre l'Américain en 4 manches (6-7, 6-7, 6-2, 4-6) dès le premier tour de l'US Open.

2012

Le 18 janvier 2012, alors qu'il rencontre le Suisse Stanislas Wawrinka lors de l'Open d'Australie et qu'il se trouve en mauvaise posture, il se fait remarquer en fracassant 4 raquettes d'affilée, assis pendant la pause sur le banc central[5]. Il perd finalement le match et écope d'une amende de 625 euros.

2016

Fin février, il se qualifie pour la finale de l'ATP 500 de Dubaï, en battant sur son parcours trois têtes de série : Viktor Troicki au premier tour (7-62, 6-2), Roberto Bautista-Agut en quart (7-5, 6-0) et Feliciano López en demi-finale (3-6, 7-61, 6-1) en renversant le match à partir du deuxième set[6]. Le Suisse Stanislas Wawrinka, 4e mondial, arrête le beau parcours du Chypriote au terme d'une finale âprement disputée surtout dans la seconde manche (6-4, 7-613). Au terme d'1 h 45 de match, Baghdatís rend les armes[7].

Le 3 mars, il remporte son 34e match consécutif en simple en Coupe Davis, battant le record de Björn Borg[8].

Palmarès

En simple messieurs

En double messieurs

Parcours dans les tournois du Grand Chelem

En simple

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2004 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse Roger Federer
2005 1/8 de finale Drapeau : Suisse Roger Federer 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine David Nalbandian 1er tour (1/64) Drapeau : Russie Mikhail Youzhny 1er tour (1/64) Drapeau : Russie D. Toursounov
2006 Finale Drapeau : Suisse Roger Federer 2e tour (1/32) Drapeau : France Julien Benneteau 1/2 finale Drapeau : Espagne Rafael Nadal 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis Andre Agassi
2007 2e tour (1/32) Drapeau : France Gaël Monfils 1/8 de finale Drapeau : Russie Igor Andreev 1/4 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
2008 3e tour (1/16) Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 1er tour (1/64) Drapeau : Italie Simone Bolelli 1/8 de finale Drapeau : Espagne Feliciano López
2009 1/8 de finale Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine Juan Mónaco
2010 3e tour (1/16) Drapeau : Australie Lleyton Hewitt 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 1er tour (1/64) Drapeau : Slovaquie Lukáš Lacko 1er tour (1/64) Drapeau : France Arnaud Clément
2011 3e tour (1/16) Drapeau : Autriche Jürgen Melzer 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine Leonardo Mayer 3e tour (1/16) Drapeau : Serbie Novak Djokovic 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis John Isner
2012 2e tour (1/32) Drapeau : Suisse S. Wawrinka 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne Nicolás Almagro 3e tour (1/16) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray 2e tour (1/32) Drapeau : Ukraine A. Dolgopolov
2013 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne David Ferrer 1er tour (1/64) Drapeau : France Benoît Paire 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie Marin Čilić 3e tour (1/16) Drapeau : Suisse S. Wawrinka
2014 1er tour (1/64) Drapeau : Ouzbékistan Denis Istomin 2e tour (1/32) Drapeau : Argentine Leonardo Mayer 1er tour (1/64) Drapeau : Croatie Marin Čilić
2015 3e tour (1/16) Drapeau : Bulgarie Grigor Dimitrov 2e tour (1/32) Drapeau : Bosnie-Herzégovine Damir Džumhur 3e tour (1/16) Drapeau : Belgique David Goffin 1er tour (1/64) Drapeau : Belgique Steve Darcis
2016 1er tour (1/64) Drapeau : France J-W. Tsonga 2e tour (1/32) Drapeau : France J-W. Tsonga 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis John Isner 1/8 de finale Drapeau : France Gaël Monfils
2017 2e tour (1/32) Drapeau : Espagne Rafael Nadal 1er tour (1/64) Drapeau : Espagne Nicolás Almagro 2e tour (1/32) Drapeau : Bulgarie Grigor Dimitrov 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis Taylor Fritz
  • À droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2006 1er tour (1/32)
Drapeau : République tchèque D. Škoch
Drapeau : Argentine J.I. Chela
Drapeau : Argentine G. Gaudio
2007 2e tour (1/16)
Drapeau : Grèce K. Iconomídis
Drapeau : Afrique du Sud J. Coetzee
Drapeau : Pays-Bas R. Wassen
1er tour (1/32)
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
Drapeau : États-Unis A. Delić
Drapeau : États-Unis B. Reynolds
2008
2009
2010
2011
2012
2013 1/8 de finale
Drapeau : Bulgarie G. Dimitrov
Drapeau : Colombie J.S. Cabal
Drapeau : Colombie R. Farah
2014
2015 1er tour (1/32)
Drapeau : Australie M. Matosevic
Drapeau : Inde R. Bopanna
Drapeau : Canada D. Nestor
2016 1er tour (1/32)
Drapeau : Russie D. Toursounov
Drapeau : États-Unis B. Baker
Drapeau : Nouvelle-Zélande M. Daniell
1er tour (1/32)
Drapeau : Russie M. Youzhny
Drapeau : France S. Robert
Drapeau : Israël Dudi Sela
2e tour (1/16)
Drapeau : Luxembourg G. Müller
Drapeau : Espagne F. López
Drapeau : Espagne Marc López
2017 2e tour (1/16)
Drapeau : Luxembourg G. Müller
Drapeau : Finlande H. Kontinen
Drapeau : Australie John Peers
1er tour (1/32)
Drapeau : Tunisie Malek Jaziri
Drapeau : Serbie Ilija Bozoljac
Drapeau : Italie Flavio Cipolla
  • Sous le résultat, le nom du (de la) partenaire ; à droite, les noms des ultimes adversaires.

En double mixte

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2006 1er tour (1/16)
Drapeau : France P. Parmentier
Drapeau : Argentine Gisela Dulko
Drapeau : Chili F. González
  • Sous le résultat, le nom du (de la) partenaire ; à droite, les noms des ultimes adversaires.

Parcours dans les Masters 1000

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Rome Hambourg puis Madrid[9] Canada Cincinnati Madrid puis Shanghai[10] Paris
2006 1/4 de finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
3e tour
Drapeau : Russie N. Davydenko
2e tour
Drapeau : États-Unis A. Roddick
1er tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
1er tour
Drapeau : France J. Benneteau
1/8 de finale
Drapeau : Espagne D. Ferrer
2e tour
Drapeau : Russie Marat Safin
2007 2e tour
Drapeau : Espagne G. García
2e tour
Drapeau : Argentine J.M. del Potro
1er tour
Drapeau : Biélorussie Max Mirnyi
1/8 de finale
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Allemagne Kohlschreiber
1/8 de finale
Drapeau : États-Unis A. Roddick
1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
1/2 finale
Drapeau : Espagne R. Nadal
2008 3e tour
Drapeau : Suisse S. Wawrinka
1er tour
Drapeau : États-Unis Sam Querrey
2009 2e tour
Drapeau : France P-H. Mathieu
2010 1/8 de finale
Drapeau : Espagne T. Robredo
3e tour
Drapeau : Croatie Marin Čilić
1er tour
Drapeau : Espagne A. Montañés
1er tour
Drapeau : Lettonie E. Gulbis
2e tour
Drapeau : Espagne D. Ferrer
1er tour
Drapeau : France J. Chardy
1/2 finale
Drapeau : Suisse R. Federer
1er tour
Drapeau : France J. Chardy
2011 2e tour
Drapeau : Inde S. Devvarman
2e tour
Drapeau : Belgique O. Rochus
1er tour
Drapeau : République tchèque R. Štěpánek
1er tour
Drapeau : France J-W. Tsonga
2e tour
Drapeau : Espagne R. Nadal
1er tour
Drapeau : États-Unis John Isner
1er tour
Drapeau : États-Unis James Blake
2012 3e tour
Drapeau : Ukraine A. Dolgopolov
2e tour
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Italie F. Fognini
1er tour
Drapeau : Espagne G. García
2e tour
Drapeau : Croatie Marin Čilić
2e tour
Drapeau : Canada M. Raonic
1/8 de finale
Drapeau : France J-W. Tsonga
1er tour
Drapeau : France G. Simon
2013 1er tour
Drapeau : Allemagne D. Brands
1er tour
Drapeau : Bulgarie G. Dimitrov
1er tour
Drapeau : Espagne T. Robredo
1er tour
Drapeau : Italie F. Fognini
1er tour
Drapeau : France J. Benneteau
2014 3e tour
Drapeau : France J-W. Tsonga
2015 2e tour
Drapeau : Serbie N. Djokovic
1er tour
Drapeau : Italie S. Bolelli
2016 2e tour
Drapeau : Australie N. Kyrgios
1er tour
Drapeau : France G. Simon
2e tour
Drapeau : France G. Monfils
2e tour
Drapeau : Bulgarie G. Dimitrov
2017 1er tour
Drapeau : Australie N. Kyrgios
  • Sous le résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Victoires sur le top 10

Toutes ses victoires sur des joueurs classés dans le top 10 de l'ATP lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# M.B. Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 81 Drapeau : Japon Tokyo 2005 Dur Drapeau : Argentine Mariano Puerta no 10 1/8 6-2, 611-7, 7-5
2 no 85 Drapeau : Suisse Bâle 2005 Moquette (int.) Drapeau : Argentine David Nalbandian no 10 1/2 6-2, 7-63
3 no 54 Drapeau : Australie Open d'Australie 2006 Dur Drapeau : États-Unis Andy Roddick no 3 1/8 6-4, 1-6, 6-3, 6-4
4 Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić no 8 1/4 6-4, 6-2, 4-6, 3-6, 6-3
5 Drapeau : Argentine David Nalbandian no 4 1/2 3-6, 5-7, 6-3, 6-4, 6-4
6 no 27 Drapeau : États-Unis Indian Wells 2006 Dur Drapeau : Argentine Gastón Gaudio no 8 1/16 65-7, 6-3, 6-2
7 no 16 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2006 Gazon Drapeau : Australie Lleyton Hewitt no 9 1/4 6-1, 5-7, 7-65, 6-2
8 no 21 Drapeau : Croatie Zagreb 2007 Moquette (int.) Drapeau : Croatie Ivan Ljubičić no 8 Finale 7-64, 4-6, 6-4
9 no 16 Drapeau : Royaume-Uni Wimbledon 2007 Gazon Drapeau : Russie Nikolay Davydenko no 4 1/8 7-65, 7-65, 6-3
10 no 22 Drapeau : France Paris-Bercy 2007 Dur (int.) Drapeau : Russie Nikolay Davydenko no 4 1/8 6-2, 6-2
11 Drapeau : Espagne Tommy Robredo no 8 1/4 6-4, 6-4
12 no 17 Drapeau : France Marseille 2008 Dur (int.) Drapeau : Russie Mikhail Youzhny no 8 1/4 7-62, 6-3
13 no 33 Drapeau : États-Unis Indian Wells 2010 Dur Drapeau : Suisse Roger Federer no 1 1/16 5-7, 7-5, 7-64
14 no 25 Drapeau : États-Unis Washington 2010 Dur Drapeau : Espagne Fernando Verdasco no 10 1/4 7-63, 6-4
15 no 20 Drapeau : États-Unis Cincinnati 2010 Dur Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych no 7 1/8 7-5, 6-4
16 Drapeau : Espagne Rafael Nadal no 1 1/4 6-4, 4-6, 6-4
17 no 20 Drapeau : Pays-Bas Rotterdam 2011 Dur (int.) Drapeau : Royaume-Uni Andy Murray no 5 1/16 6-4, 6-1
18 no 46 Drapeau : Japon Tokyo 2012 Dur Drapeau : Argentine Juan Mónaco no 10 1/8 7-5, 1-6, 6-3
19 no 36 Drapeau : Pays-Bas Rotterdam 2013 Dur (int.) Drapeau : France Richard Gasquet no 10 1/8 6-4, 6-4
20 no 59 Drapeau : Royaume-Uni Nottingham 2015 Gazon Drapeau : Espagne David Ferrer no 7 1/16 6-2, 7-64
21 no 42 Drapeau : Allemagne Halle 2016 Gazon Drapeau : République tchèque Tomáš Berdych no 8 1/16 7-63, 7-64

Classements ATP en fin de saison

Classements à l'issue de chaque saison
Année 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Rang en simple 1182 en diminution 1379 en augmentation 1066 en augmentation 179 en augmentation 153 en augmentation 56 en augmentation 12 en diminution 16 en diminution 100 en augmentation 42 en augmentation 20 en diminution 44 en augmentation 36 en diminution 86 en augmentation 85 en augmentation 46 en augmentation 36
Rang en double - 1537 en augmentation 1360 en augmentation 493 en diminution 628 en diminution 807 en augmentation 390 en augmentation 106 en diminution 289 en diminution 837 en augmentation 508 en augmentation 272 en augmentation 213 en augmentation 167 - 854 en augmentation 426

Source : (en) Classements de Márcos Baghdatís sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Notes et références

  1. Biographie de Márcos Baghdatís sur le site fiches.lexpress.fr, consulté le 30 juillet 2013.
  2. Le Top 30 de Flushing: Sampras-Agassi, le chef-d'œuvre sur le site Eurosport, consulté le 30 juillet 2013.
  3. (en) Compte-rendu du match Baghdatís – Hewitt à l'Open d'Australie 2008.
  4. Match Richard Gasquet - Marcos Baghdatis : Finale - ATP Sydney 2010 sur le site Eurosport, consulté le 30 juillet 2013.
  5. Baghdatis fracasse quatre raquettes sur le site Europe 1, consulté le 30 juillet 2013.
  6. « Tournoi de Dubaï : Marcos Baghdatis rejoint Stan Wawrinka en finale », sur L'Équipe,
  7. « ATP 500 Dubaï : Stanislas Wawrinka remporte le titre en battant Marco Baghdatis en finale (6-4, 7-6) », sur Eurosport,
  8. (en) Baghdatis breaks Borg's record in Europe Zone Group III, daviscup.com
  9. L'ordre chronologique des Masters 1000 de Rome, de Hambourg (jusqu'en 2008) et de Madrid (depuis 2009) a changé au cours des ans.
  10. Les Masters 1000 de Madrid (2002-2008) et de Shanghai (depuis 2009) se sont succédé.

Voir aussi

Liens externes