Lunery

Lunery
Mairie de Lunery.
Mairie de Lunery.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement de Bourges
Canton de Chârost
Intercommunalité Communauté de communes Fercher - Pays florentais
Maire
Mandat
Bruno Didelot
2014-2020
Code postal 18400
Code commune 18133
Démographie
Population
municipale
1 467 hab. (2014 en augmentation de 1,24 % par rapport à 2009)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 56′ 10″ nord, 2° 16′ 19″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 173 m
Superficie 32,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lunery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lunery

Lunery est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Géographie

Lunery se trouve dans une région industrielle par la présence de la métallurgie mais également agricole.

La commune fait partie du canton de Chârost, même après le redécoupage des cantons en 2015[1],[2].

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée de pays de la Champagne berrichonne

Localisation

Voies de communication et transports

Axes ferroviaires

Article détaillé : Gare de Lunery.

La commune possède une gare SNCF sur la ligne de Bourges à Miécaze.

Axes routiers

La commune est située au sud-ouest du département du Cher sur la RD 27

Histoire

Antiquité

Domaine d'un riche Gallo-Romain nommé Lunarius, Lunarii-acum est devenu un lieu de détente pour les Romains installés dans la riche capitale d'Avaricum (Bourges).

De nombreux vestiges datant de l'époque gallo-romaine ont été retrouvés en différents endroits sur la commune de Lunery. En 1872, à La Vergne,des tuiles romaines, des fûts de colonnes et une épée antique. En 1886, dans le bourg, près de l'église, une mosaïque de plus de 20 m2 provenant certainement d'une riche habitation ou de thermes. Elle est exposée au musée du Berry à Bourges. En 1891, sous le dallage de l'église, des fouilles mirent au jour une monnaie en billon à l'effigie d'un empereur romain de l'année 258. Le Château de CHAMPROY dut être une villa romaine à la suite de la découverte d'un carrelage romain et de monnaies d'Auguste de Crispus et Maxence.

Ancien Régime

Rosières, en 1102 s'appelait Rosarie, (dérivé du latin qui voulait dire lieu planté de rosiers) du nom du seigneur des lieux Normannus de Rosarie.

La communauté de Lunery est touchée par la crise démographique du début du XVIIIe siècle, puisqu’elle passe de 98 feux en 1709 à 83 en 1726[3]. L’hiver de 1709-1710 notamment cause de nombreuses pertes, ainsi que la grande canicule de 1719 (qui tua beaucoup par dysenterie)[4].

XIXe siècle

Article connexe : Rosières (Électroménager).

Rosières est un village né de l'industrie métallurgique au milieu du XIXe siècle, il est renommé pour ses appareils électroménagers.

Les usines de Rosières sont créées en 1836 : le comte de Boissy, propriétaire de l’antique moulin de Rosières, fit construire à sa place des forges comprenant 2 hauts-fourneaux, une fonderie avec 6 feux de forge et un laminoir. En 1844, il y ajoute un 3e haut-fourneau. De 1852 à 1856, Rosières est vendue successivement à MM. Gouin, Violette et Gallicher. En 1858, le marquis de Vogüe en fit l’acquisition, puis par suite des traités de libre-échange, il fut obligé de fermer l’usine. Rosières reprit son activité en 1869 lorsque M. Jules Roussel, maître de forges de la Mayenne, en devint propriétaire. Il transforma l’établissement en fonderie. À la mort de Jules Roussel, une société anonyme est alors créée par ses héritiers et ses ingénieurs. En 1909, Henri Magdelénat développe les moyens de production, réorganise et agrandit la fonderie, le montage, l'entretien et le magasin d'expédition.

De 1869 à 1914, on observe dans la région de Rosières, la création ex nihilo d’une agglomération réservée aux travailleurs de l’entreprise[5].

À partir de la Première Guerre mondiale, les usines de Rosières rencontrèrent des difficultés à recruter de la main d’œuvre en France pour le travail de la fonderie en raison de la pénibilité de ces métiers. Les dirigeants de l’entreprise choisissent donc d’employer des ouvriers étrangers[6].

De 1922 à 1930, beaucoup de Polonais arrivent pour travailler à Rosières. Le recensement de 1931 montre qu’un tiers des habitants de Lunery est de nationalité étrangère[7],[8],[9].

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
février 1939 octobre 1939 Georges Jacques PCF  
octobre 1944 juillet 1948 Georges Jacques PCF Conseiller général du canton de Chârost (1945-1949)
novembre 1948 novembre 1969 René Mariat PCF Député (1956-1958)
novembre 1969 mars 1983 Gérard Jamet PCF  
mars 1989 février 1996 Yves Lacelle PCF  
mars 1996 mars 2001 Josette Lacelle PCF  
mars 2001 mars 2014 Claude Foutiau DVG  
2014 en cours
(au 27 septembre 2014)
Bruno Didelot[1] SE Retraité

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2014, la commune comptait 1 467 habitants[Note 1], en augmentation de 1,24 % par rapport à 2009 (Cher : -0,24 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
668 663 679 752 727 674 886 1 181 1 029
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 044 925 970 1 064 1 266 1 381 1 403 1 509 1 583
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 511 1 724 1 881 1 707 2 480 2 779 2 410 2 237 2 506
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 392 2 329 2 440 2 021 1 665 1 536 1 487 1 477 1 467
2014 - - - - - - - -
1 467 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

  • L'église de Lunery, Saint Privé (elle est placée sous la titulature de Privatus, évêque de Mende, martyrisé au IIIe siècle), XIe, XIIIe et XIXe siècles. L'église est bâtie sur une structure gallo-romaine. La tour carrée du clocher date du XIIIe siècle[14].
  • L'église de Rosières
  • Les ruines du moulin du Rosiau
  • La maison du Grand Bayet
  • Les pelouses calcicoles du Patouillet et sa flore protégée. Ce site est un espace protégé et géré par le conservatoire du patrimoine naturel de la région Centre. On y trouve 20 espèces d’orchidées et quelques hybrides. Un parcours de 1,5 km permet de découvrir ce milieu (livret-guide disponible au conservatoire).

Personnalités liées à la commune

  • Georges Valbon (1924-2009), homme politique y est né.
  • Philippe Mahut (né le 4 mars 1956 à Rosières -commune de Lunery-), footballeur sélectionné 9 fois en équipe de France, a participé à la coupe du Monde en 1982

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références

  1. a et b Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 27 septembre 2014).
  2. Décret no 2014-206 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Cher
  3. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (n° 114), p. 169
  4. Zeller, op. cit., p. 145 et 153
  5. L. Cartier de Saint-René, Saint-Florent-sur-Cher et ses environs, Res Universis, collection « Monographies des villes et villages de France » (1911-1912 réédition de 1991)
  6. http://barthes.ens.fr/clio/revues/AHI/articles/volumes/co.html
  7. http://www.genealogie-en-champagne-berrichonne.com/dossiers/dossiers.php?val=52_les+usines+rosieres+lunery+7
  8. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/13/00/78/PDF/polberry.pdf
  9. L'usine et le village: Rosières (1869-1914), by Michel Pigenet © 1982 Association Le Mouvement Social. editions l’Atelier
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  14. Le patrimoine des communes du Cher, collaboration rédactionnelle et photographie par canton, Floric éditions T1 et T2.

Liens externes

  • Lunery sur le site de l'Institut géographique national