Lukas Podolski

Lukas Podolski
Image illustrative de l’article Lukas Podolski
Podolski en 2014.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Japon Vissel Kobe
Numéro 10
Biographie
Nom Łukasz Józef Podolski[1]
Nationalité Drapeau : Allemagne Allemande
Drapeau : Pologne Polonaise
Nat. sportive Drapeau : Allemagne Allemand
Naissance (33 ans)
Lieu Gliwice (Pologne)
Taille 1,83 m (6 0)
Période pro. 2003-
Poste Milieu offensif / attaquant
Pied fort Gauche
Parcours junior
Saisons Club
1991-1995Drapeau : Allemagne FC Bergheim
1995-2003Drapeau : Allemagne FC Cologne
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
2003-2006Drapeau : Allemagne FC Cologne0850(51)
2006-2009Drapeau : Allemagne Bayern Munich1060(26)
2009-2012Drapeau : Allemagne FC Cologne0960(35)
2012-2015Drapeau : Angleterre Arsenal0820(31)
2015 Drapeau : Italie Inter Milan018 0(1)
2015-2017Drapeau : Turquie Galatasaray 0750(34)
2017-Drapeau : Japon Vissel Kobe0380(10)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2001-2002Drapeau : Allemagne Allemagne -17 ans006 0(2)
2002-2003Drapeau : Allemagne Allemagne -18 ans007 0(4)
2003Drapeau : Allemagne Allemagne -19 ans003 0(6)
2004Drapeau : Allemagne Allemagne espoirs005 0(0)
2004-2017Drapeau : Allemagne Allemagne130 0(49)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 2 octobre 2018

Łukasz Józef Podolski, né le à Gliwice (Pologne), est un footballeur germano-polonais et international allemand évoluant au club japonais de Vissel Kobe.

Avec l'équipe d'Allemagne, il est champion du monde en 2014 et est l'un des grands artisans des troisièmes places obtenues lors des Coupes du monde 2006 et 2010.

Il est le fils de l'ancien footballeur polonais Waldemar Podolski.

Biographie

En club

Formation

La famille de Lukas Podolski émigre en Allemagne, alors qu'il est âgé de deux ans pour s'établir dans la région de Cologne, plus précisément à Bergheim. Il a une sœur de cinq ans son aînée qui s'appelle Justyna. Il a pu obtenir la nationalité allemande, car ses grands-parents sont nés allemands.

Il débute le football dans le club de sa ville, le FC Bergheim 2000 e.V., où il évolue dans les catégories juniors jusqu'en 1995[2]. Il est ensuite repéré par les recruteurs du FC Cologne, où il arrive dès l'âge de 10 ans, afin de finir sa formation[3].

FC Cologne (2003-2006)

Podolski signe son premier contrat professionnel avec le FC Cologne, le 11 novembre 2003, et joue son premier match dans l'élite 11 jours plus tard. Il inscrit contre le Hansa Rostock son premier but puis enchaîne les réalisations jusque la fin de la saison: 10 buts en 19 matchs (record pour un joueur de 18 ans dans l'histoire de la Bundesliga). Le club est alors relégué en deuxième division. La saison suivante, il inscrit 24 buts, termine meilleur buteur du championnat et permet à son club de terminer champion et de retrouver ainsi la première division dès l'année suivante. Lors de la saison 2005-2006, il inscrit 12 buts qui ne permettent cependant pas à Cologne de se maintenir. Cette nouvelle relégation incite le jeune allemand à quitter son club formateur.

Bayern Munich (2006-2009)

Le , juste avant la Coupe du monde 2006, il est transféré au Bayern Munich pour 10 millions d'euros[4].

Durant sa première saison dans le club bavarois, il ne parvient pas à s'imposer du fait de nombreuses blessures et ne marque que 4 fois en 22 matches. La saison suivante n'est guère plus brillante. Concurrencé par son compatriote Miroslav Klose et l'Italien Luca Toni à la pointe de l'attaque, il recule en milieu de terrain où son rendement devant les buts s'en ressent (5 buts en 25 matchs). Souvent blessé, Podolski remporte néanmoins le championnat et la Coupe d'Allemagne et est régulièrement appelé en sélection nationale.

Dès le début de la Bundesliga 2008-2009, Podolski se plaint d'être à nouveau toujours sur le banc même avec l'arrivée de Jürgen Klinsmann, l'ancien sélectionneur d'Allemagne. Cette saison ressemble à la saison précédente et il alterne de bonnes prestations en équipe nationale tout en restant abonné au banc en club. Au cours du mercato hivernale son retour à Cologne est négocié pour la fin de la saison.

FC Cologne (2009-2012)

Le club du FC Cologne, soucieux de s'attacher les services de son ancien attaquant, lance début février une page internet destinée à réunir 10 pour cent de l'indemnité de transfert de l'international allemand, évaluée à dix millions d'euros. Elle propose aux fans d'acheter chaque pixel d'un portrait de Podolski. L'ancien champion du monde automobile Michael Schumacher aurait également fait un don de 875 euros[5]. Malgré l'intérêt porté par la Juventus et le Real Madrid, Poldi rejoint bien le 1. FC Cologne à l'issue de la saison 2008-2009. Toujours afin de financer ce transfert, un match de bienvenue, retransmis par la chaîne de télévision RTL, est organisé face au Bayern Munich[6].

Sa saison 2009-2010 n'est pas brillante. À l'issue de celle-ci, Podolski devient le détenteur d'un triste record : 1425 minutes sans marquer de but en Bundesliga[7].

Lors de la première partie de la saison 2010-2011, il se plaint du manque d'ambition de son club, et parle de promesses non tenues par ses dirigeants. Le , il est nommé capitaine du FC Cologne[8], hausse dès lors son niveau de jeu et les résultats de son équipe s'en ressentent. Il inscrit 13 buts en 32 apparitions et le club termine à la 10e place.

La saison suivante, alors qu'il est performant et marque entre autres 18 buts, qui lui permettent de finir 4e meilleur buteur de la Bundesliga, son club s'enfonce au classement. Une défaite 4-0 face au Bayern München lors de la dernière journée condammne le club et le joueur à une 3e descente.

Arsenal (2012-2015)

Podolski avec les Gunners

Le , il signe un contrat en faveur d'Arsenal. Le montant du transfert avoisinerait les 13 millions d'euros et prend effet à l'ouverture du marché le [9]. Podolski s'impose rapidement au poste de milieu gauche au début de cette saison 2012-2013 et marque son premier but avec les Gunners le durant le match comptant pour la 3e journée de Premier League face à Liverpool (0-2)[10]. Le maillot du joueur allemand fait alors recette en Angleterre[11].

Durant ses premiers mois au club, Lukas Podolski se signale par ses buts contre Southampton, Montpellier ou encore le Bayern Munich en Ligue des champions mais en début d'année 2013, il perd sa place dans le onze de départ à la suite du replacement de Santi Cazorla. Il finit la saison en ayant inscrit 17 buts en 42 matchs. Lors de la saison 2013-14, Poldi joue régulièrement sans être un vrai titulaire dans l'esprit d'Arsène Wenger mais sa bonne fin de saison avec les Gunners permet au club de terminer 4e du championnat. Il est titulaire lors de la finale de la FA Cup contre Hull City (3-2) et remporte son premier trophée avec Arsenal.

Des piges en Italie, Turquie et au Japon (depuis 2015)

Début 2015, Arsenal le prête jusqu'à la fin de la saison à l'Inter Milan[12]. Le 28 avril 2015, lors de la 33e journée de Série A, il marque son unique but avec l'Inter Milan face à l'Udinese (victoire 2-1).

À l'été 2015, il signe en faveur du club turc de Galatasaray[13]. Le 26 mai 2016 il inscrit l'unique but de la finale de la Coupe de Turquie[14].

En mars 2017, il signe pour le club japonais du Vissel Kobe[15]. Le 29 juillet, il réalise un doublé lors de son premier match au Japon contre le Omiya Ardija en championnat[16].

En sélection (2004-2017)

Podolski avec la Mannschaft

Lukas Podolski jour à partir de 2001 pour la sélection allemande des moins de 17 ans.

Après ses excellentes prestations, il fait une demande à la fédération polonaise football et à Paweł Janas, le sélectionneur, afin de jouer pour l'équipe de Pologne. Cette demande reste sans suite[17].

En mai 2004, il dispute le Championnat d'Europe espoirs 2004 en Allemagne. Sa vision, sa vivacité et son efficacité devant le but ne laissent pas insensible Rudi Völler, le sélectionneur de l'Allemagne, qui lui offre sa première cape quelques jours jours après la fin du tournoi. Il dispute son premier match contre la Hongrie, le à l'âge de 19 ans. Il est retenu pour l'Euro 2004. Il entre au cours du dernier match face à la République tchèque (1-2) mais ne peut empêcher l'élimination allemande au premier tour.

Lors d'une tournée en Asie, fin 2004, il est titularisé pour la première fois face au Japon et inscrit ses deux premiers buts internationaux le 21 décembre face à la Thaïlande.

Régulièrement appelé en sélection, il dispute la Coupe des confédérations 2005 au cours de laquelle, il inscrit trois buts. Peu après le tournoi, il inscrit son premier triplé face à lAfrique du Sud.

En 2006, il est retenu avec la sélection allemande pour la Coupe du monde. Titulaire, il forme avec Miroslav Klose (d'origine polonaise comme lui), un duo d'attaque très prolifique (8 buts à eux deux) qui permet à l'Allemagne d'accéder à la demi-finale contre l'Italie (défaite 2 - 0). Podolski inscrit 3 buts lors du tournoi (dont 2 en huitième de finale contre la Suède). Il est nommé meilleur jeune joueur de la compétition par la FIFA devant les futurs ballons d'or Lionel Messi et Cristiano Ronaldo[18].

Lors des éliminatoires pour l'Euro 2008, il inscrit 8 buts en 9 parties, dont un quadruplé face à Saint Marin lors de la plus importante victoire de l'histoire de l'équipe d'Allemagne en match de qualification (13-0). Il reçoit le premier carton rouge de sa carrière le 7 octobre 2006 du match contre la Géorgie. Retenu par Joachim Löw pour disputer l'Euro, ses débuts dans le tournoi sont remarqués. Il marque 2 buts lors du premier match contre la Pologne, ainsi qu'un but contre la Croatie lors du second match de poule. En quarts de finale contre le Portugal puis contre la Turquie en demi-finale, il est passeur décisif pour Bastian Schweinsteiger. Malgré la défaite allemande face aux Espagnols en finale de la compétition, Podolski est choisi dans l'équipe-type et termine comme le joueur le plus efficace de la compétition, avec 3 buts et 2 passes décisives, devant son compatriote Bastian Schweinsteiger (2 buts et 2 passes), l'Espagnol David Villa (4 buts) et le Suisse Hakan Yakin (3 buts). Un rendement d'autant plus positif qu'il est repositionné en milieu gauche pendant toute la durée de la compétition.

Lors des qualifications à la coupe du monde 2010, il joue lors de 9 des 10 matchs. Dans cette période, il inscrit un but tous les deux matchs, matchs amicaux compris. Le 6 septembre, contre le Liechtenstein il inscrit son 30e but pour la sélection allemande. Il devient à 23 ans et 3 mois le joueur allemand le plus jeune à atteindre cette marge. Dans le monde, seuls six joueurs ont réalisé cette prouesse: Pelé, Sven Rydell, Ronaldo, Sándor Kocsis, Stern John et Ferenc Puskás. Le 1er avril 2009, Podolski crée une petite polémique lors d'un match de qualification face au Pays de Galles en giflant le capitaine de sa sélection, Michael Ballack. Cet évènement est vite désamorcé par le sélectionneur allemand, la fédération et les différents acteurs de la polémique[19]. Podolski fait alors un don de 5 000 euros lors d'un évènement de la fédération allemande de football[20].

Joachim Löw sélectionne Podolski pour le Mondial 2010. Celui-ci lui rend cette confiance, en inscrivant le premier but de son équipe (8e minute) lors du premier match contre l'Australie, sur une frappe puissante, bien servi par Thomas Müller. Lors du match suivant qui se solde par une défaite contre la Serbie (1-0), il devient le troisième joueur allemand à rater un penalty lors d'une Coupe du monde, succédant à Uli Hoeness en 1974 et Uli Stielike en 1982[21],[22]. Il se rattrape en huitième de finale contre l'Angleterre, inscrivant le deuxième but de son équipe grâce à un petit pont sur le gardien David James et participant au travail défensif par la suite.

Lors des qualifications pour l'Euro 2012 il participe à 9 matchs mais n'inscrit que trois buts, son plus faible ratio depuis ses débuts en sélection. Le 17 juin 2012, lors du troisième match de poule face au Danemark il fête sa centième sélection] à l'âge de 27 et 13 jours. Il surpasse le record jusque là détenu par Franz Beckenbauer et devient le plus jeune joueur européen à atteindre la centaine de sélection (ce record tient jusqu'au 22 mars 2013, date à laquelle l'espagnol Sergio Ramos prend le flambeau[23],[24].). Il n'est pas titularisé lors du quart de finale, Low préférant utiliser Marco Reus. En demi-finale, face à l'Italie (1-2) il est titularisé et remplacé à la mi-temps.

Le 29 mai 2013 lors de la victoire (4-2) face à l'Équateur à Boca Raton aux États-Unis il ouvre le score après 9 secondes et établit le record du but le plus rapide de l'histoire de l'équipe d'Allemagne (depuis que les mesures existent)[25]. Ce but constitue le 2e but inscrit le plus rapidement au cours d'un match international, le premier demeurant celui inscrit par le Saint-marinais Davide Gualtieri, en 1993 contre l'Angleterre après 8,3 seconde de jeu. Avec ce 48e but, il dépasse également Jürgen Klinsmann et Rudi Völler au classement des meilleurs buteurs de l'histoire de la sélection allemande.

Le 8 mai 2014, il est sélectionné pour la Coupe du monde[26]. Il joue deux matchs de poule et devient le 13 juillet champion du monde sans avoir pris part aux matchs à élimination directe[27]. Avec le retrait de Miroslav Klose à la suite du mondial, il devient le joueur allemand en activité ayant le plus de sélections et de buts au compteur[28].

Sélectionné pour l'Euro 2016 en France[29], il entre en jeu lors du huitième de finale face à la Slovaquie (3-0). Le 15 août, il annonce son retrait de la sélection allemande[30]. Ce retrait est effectif après sa 130e et dernière sélection le 22 mars 2017, en match amical contre l'Angleterre à Dortmund, où il inscrit le but de la victoire (1-0)[31]. Ce but est désigné but de l'année 2017 par les téléspectateurs allemands[32] Seuls Miroslav Klose (137) und Lothar Matthäus (150) ont disputé plus de matchs et seuls Klose (71) et Gerd Müller (68) ont inscrit plus de buts pour l'équipe d'Allemagne de football que Lukas Podolski.

Palmarès

En club

En sélection

Joueurs de football en tenue claire, sous des confettis, fêtant dans la tribune avec le trophée.
Podolski soulevant la Coupe du monde en 2014.

Distinctions personnelles

Statistiques

Carrière

Statistiques de Lukas Podolski au 11 novembre 2017[33]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : Allemagne Allemagne Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
2003-2004 Drapeau de l'Allemagne FC Cologne Bundesliga 19 10 0 1 0 1 - - - - - - - - - - 2 0 0 22 10 1
2004-2005 Drapeau de l'Allemagne FC Cologne 2. Bundesliga 30 24 10 2 5 0 - - - - - - - - - - 13 7 2 45 36 12
2005-2006 Drapeau de l'Allemagne FC Cologne Bundesliga 32 12 6 1 0 0 - - - - - - - - - - 17 8 2 50 20 8
Sous-total 81 46 16 4 5 1 - - - - - - - - - - 32 15 4 117 66 21
2006-2007 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 22 4 2 3 2 0 2 0 0 - - - C1 7 1 1 6 7 0 40 14 3
2007-2008 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 25 5 2 4 0 4 - - - - - - C3 12 5 2 16 6 7 57 16 15
2008-2009 Drapeau de l'Allemagne Bayern Munich Bundesliga 24 6 6 3 1 0 - - - - - - C1 4 2 0 10 5 4 41 14 10
Sous-total 71 15 10 10 3 4 2 0 0 - - - - 23 8 3 32 18 11 138 44 28
2009-2010 Drapeau de l'Allemagne FC Cologne Bundesliga 27 2 4 4 1 1 - - - - - - - - - - 15 7 3 46 10 8
2010-2011 Drapeau de l'Allemagne FC Cologne Bundesliga 32 13 6 2 1 2 - - - - - - - - - - 10 2 3 44 16 11
2011-2012 Drapeau de l'Allemagne FC Cologne Bundesliga 29 18 7 2 0 1 - - - - - - - - - - 12 2 0 43 20 8
Sous-total 88 33 17 8 2 3 - - - - - - - - - - 37 11 6 133 46 26
2012-2013 Drapeau de l'Angleterre Arsenal Premier League 33 11 9 2 1 1 1 0 0 - - - C1 6 4 1 9 2 2 51 18 13
2013-2014 Drapeau de l'Angleterre Arsenal Premier League 20 8 2 4 3 0 - - - - - - C1 3 1 0 6 1 4 33 13 6
2014-2015 Drapeau de l'Angleterre Arsenal Premier League 7 0 0 0 0 0 1 0 0 - - - C1 5 3 0 5 0 1 18 3 1
Sous-total 60 19 11 6 4 1 2 0 0 - - - - 14 8 1 20 3 7 102 34 20
2014-2015 Drapeau de l'Italie Inter Milan (prêt) Serie A 17 1 2 1 0 0 - - - - - - - - - - 4 1 0 22 2 2
Sous-total 17 1 2 1 0 0 - - - - - - - - - - 4 1 0 22 2 2
2015-2016 Drapeau de la Turquie Galatasaray Süper Lig 30 13 8 4 2 1 - - - 1 0 0 C1+C3 6+2 2+0 0 4 0 0 47 17 9
2016-2017 Drapeau de la Turquie Galatasaray Süper Lig 26 7 5 5 10 3 - - - 1 0 0 - - - - 1 1 0 33 18 8
Sous-total 56 20 13 9 12 4 - - - 2 0 0 - 8 2 0 5 1 0 80 35 17
2017 Drapeau du Japon Vissel Kobe J League 12 5 0 2 0 0 - - - - - - - - - - - - - 14 5 0
2018 Drapeau du Japon Vissel Kobe J League - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 0 0 0
Sous-total 12 5 0 2 0 0 - - - - - - - - - - - - - 14 5 0
Total sur la carrière 384 138 69 40 26 13 4 0 0 3 0 0 - 45 18 4 130 49 28 606 231 114

Buts internationaux

Références

  1. (de) Christian Steigels, « Lukas Podolski - Gefährliche Inkonstanz », sur sportschau.de, (consulté le 25 septembre 2014)
  2. (de) Markus Krücken, « Für EXPRESS zeigt Podolski, wo alles begann », sur express.de, (consulté le 25 septembre 2014)
  3. (en) Matt Lawton, « Podolski: I moved to Arsenal to fight for Premier League titles »,
  4. « Bayern de Munich : Podolski a signé », sur footmercato.net, (consulté le 25 septembre 2014)
  5. « Schumi fait un don pour le transfert de Podolski », sur 20min.ch, (consulté le 25 septembre 2014)
  6. « Podolski-Party trotz 0:2 – «Nicht überbewerten» » [archive du ], weltfussball.de, (consulté le 10 août 2015)
  7. « Podolski en mode Mannschaft », sur lequipe.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  8. « Podolski nommé capitaine », sur lequipe.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  9. « Podolski ira bien à Arsenal », sur lequipe.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  10. « Arsenal débloque son compteur », sur lequipe.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  11. Top 10: Die zehn meistverkauften Trikots der Premier League. In: Sport Bild. 14. März 2013.
  12. Lukas Podolski terminera la saison à l'Inter Milan
  13. Lukas Podolski à Galatasaray (officiel)
  14. 54. Ziraat Türkiye Kupası Galatasaray'ın auf der Homepage des türkischen Fußballverbands (türkisch)
  15. « Lucas Podolski confirme son transfert à Kobe, au Japon », sur lequipe.fr,
  16. « Lukas Podolski marque un doublé pour son premier match en J-League », sur goal.com,
  17. Thomas Urban: Schwarze Adler, Weiße Adler. Deutsche und polnische Fußballer im Räderwerk der Politik. Göttingen 2011, S. 166.
  18. Torjäger Podolski: Bester seines Alters. In: Fussball24.de. 3. September 2006
  19. « Podolski gifle Ballack », sur lequipe.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  20. Podolskis Ohrfeige bleibt ohne Folgen. In: stern.de. 3. April 2009
  21. « Podolski rate le second pénalty de l'histoire de l'Allemagne », sur leparisien.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  22. Peter Ahrens: WM-Flop gegen Serbien. Podolski und Klose vermiesen Deutschland das Fußball-Fest. In: Spiegel online. 18. Juni 2010
  23. Stefan Hermanns, Michael Rosentritt: „Ein Traum – und ein gewisser Stolz“. In: Tagesspiegel online. 17. Juni 2012, abgerufen am 17. Juni 2012.
  24. uefa.com: Ramos bestreitet 100. Länderspiel
  25. « Podolski: "Ein Riesenkompliment an die Neuen" », DFB, (consulté le 31 mai 2013)
  26. Erweiterter WM-Kader Deutschland in der Übersicht. In: wm-2014.net, abgerufen am 8. Mai 2014,
  27. SID: DFB-WM-Statistik: Drei Spieler 690 Minuten dabei. In: ran.de. 14. Juli 2014.
  28. dfb.de: „Die Länderspiel-Splitter zum Schottland-Spiel“
  29. Modèle:Webarchiv, dfb.de, abgerufen am 31. Mai 2016
  30. Podolski tritt aus Nationalmannschaft zurück dfb.de, abgerufen am 15. August 2016
  31. « Vainqueurs de l'Angleterre (1-0), Podolski et la Mannschaft se quittent en beauté », sur eurosport.fr, (consulté le 23 mars 2017)
  32. Tor des Jahres Podolskis Treffer gegen England gewinnt auf ksta.de, abgerufen am 28. Januar 2018.
  33. « Fiche de Lukas Podolski », sur footballdatabase.eu

Liens externes