Luis Molné

Luis Molné
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Luis Molné (ou Luis Vidal Molné) est un artiste peintre et lithographe né à Barcelone le et qui vécut à Monaco où il est mort en 1970. Avec Antoni Clavé dont il fut l'ami[1], il appartient à l'école catalane du XXe siècle. Andry-Farcy[2] et Gérald Schurr[3] s'accordent à le dire représentatif de l'expressionnisme espagnol.

Biographie

Issu d'une famille d'intellectuels barcelonais, Luis Molné s'initie très jeune au dessin et à l'illustration dans l'atelier d'éditeur de son père. Il suit ensuite les cours de l'école des beaux-arts de Barcelone, mais, d'un esprit indépendant et d'avant-garde, il déserte les leçons académiques pour travailler en autodidacte.

L'historien Francisco Agramunt Lacruz cite le nom de Luis Vidal Molné - avec ceux d'Antoni Clavé, Eduardo Pisano ou José Garcia Tella - dans ce qui constitue l'histoire des artistes d'Espagne liée à celle de l'exil républicain[4]. Venant ainsi en France en 1939[5], Luis séjourne successivement à Toulouse, Paris (sa vision de la capitale française nous est conservée par une suite de lithographies où figurent le Lapin Agile, la Tour Eiffel, l'Arc de triomphe de l'Étoile...) et Nice (où il se lie d'une amitié durable avec le sculpteur Maurice Gambier d'Hurigny). L'intérêt que suscite en 1945 en France la culture catalane exilée, soutenu par des intellectuels tels que Joë Bousquet, Albert Camus, Jean Cassou, Georges Duhamel, Jean-Paul Sartre, Jean Paulhan, Pierre Seghers, Max-Pol Fouchet ou Paul Éluard, favorise la naissance d'une revue intitulée Pour la Catalogne où, restitue Geneviève Dreyfus-Armand[6], une rubrique intitulée Les artistes catalans vus par les critiques français consacre des études entre autres à Luis Molné (parmi d'autres barcelonais comme Antoni Clavé ou Emile Grau Sala). Ce mouvement a aussi ses expositions comme celle, devenue historique, qui se tient en juillet 1945 à la Galerie Altarriba (Voir rubrique Expositions collectives ci-dessous)[7].

Luis Molné se fixe finalement dans la Principauté de Monaco où il est naturalisé monégasque par grâce princière. Dès lors, outre son œuvre de peintre, il réalise pour la Principauté des décors de théâtre, des œuvres en céramique (chemin de croix, panneaux décoratifs architecturaux...) et des lithographies pour les éditions d'art[8].

Dans les années 1960, qui sont déjà le soir de sa vie, Luis Molné s'intéresse au cinéma et réalise des courts-métrages étranges et burlesques[9]. Alors qu'en 1965 la Galerie Anne de Francony expose la part moins connue de son œuvre qu'elle qualifie d'« insolite et surréaliste » (exposition titrée Luis Molné, le rêve et l'insolite), on ne peut manquer de songer, dans le cinéma de Luis Molné, à des liens filiaux avec le film Un chien andalou de Luis Buñuel.

Luis Molné quitte ce monde trop tôt, en 1970, et repose au cimetière de Saint-André-de-la-Roche[10] dans la région niçoise.

Bibliophilie (livres illustrés)

  • Voltaire, Le Blanc et le Noir, Adia, Nice, 1945 (15 lithographies de Luis Molné).
  • Georges Duhamel, Le Prince Jaffar, Editions Les Documents d'Art, Monaco, 1945 (8 lithographies de Luis Molné).
  • Edgar Allan Poe, Contes extraordinaires, Editions Les Documents d'Art, Monaco, 1946 (16 lithographies de Luis Molné).
  • Paul Verlaine, Parallèlement, L'Image littéraire, Nice, 1947 (lithographies de Luis Molné).
  • Albert Ier de Monaco, La carrière d'un navigateur, Imprimerie nationale de Monaco, 1951 (lithographies de Luis Molné).
  • Gabriel Ollivier, Le tourisme à travers les âges, Imprimerie nationale de Monaco, 1955 (lithographies de Luis Molné).
  • Ouvrage collectif en l'honneur du mariage du Prince souverain Rainier III avec Mademoiselle Grace Patricia Kelly, Monaco dans sa splendeur, Raoul Solar éditeur, Monaco, 1956 (15 lithographies de Luis Molné).

Expositions personnelles

Expositions collectives

  • Exposition d'art catalan moderne au profit des prisonniers, déportés et autres œuvres sociales de solidarité catalane, Galerie Altarriba, 43 Rue du Bac à Paris, juillet 1945. Entre autres exposants: Pablo Picasso, Joan Miró, Luis Molné, Antoni Clavé, Emile Grau Sala, Pierre Creixams.
  • Hommage à trois artistes, Luis Molné, Maurice Gambier d'Hurigny et Nicolas Akmen, Maison du Portal, Levens, mai-juin 2009[11].
  • Œuvres de Luis Molné, Jean Carzou, Jordi Bonàs, Jean Commère..., L'Artelier, Drancy, 2013.

Œuvres publiques

Musées et collections publiques

Collections privées

Prix et distinctions

  • Lauréat de la peinture contemporaine, Musée du Louvre, Paris, 1949.
  • Premier prix de l'exposition internationale du Gemmail de France, Galerie Serret-Fauveau, Paris.

Bibliographie

  • Florent Fels, Luis Vidal Molné, peintre catalan, 1960.
  • René-Lucien Rousseau, Luis Molné, Lucien Auclair imprimeur, 1980.
  • Claude et Claudine Fayette, Luis Molné, 1907-1970, Éditions Nice-Acropole, 1990.
  • Cien anos de pintura en Espana y Portugal, Antiquaria, Barcelone, 1991 (Tome VI).
  • Gérald Schurr, Le Guidargus de la peinture, les éditions de l'amateur 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Massol & Philippe Lartigue, commissaires-priseurs à Paris, Calalogue de vente des ateliers Sylvain Vigny, Maria Mavro et Luis Molné, Hôtel Drouot, 29 septembre 2003.
  • Francesco Agramunt Lacruz, Arte y represion en la guerra civile, Conselleria Valenciana de Cultura, Espagne, 2005.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Paris, Gründ, (ISBN 978-2-700-03055-6).
  • Geneviève Dreyfus-Armand, Les cultures de l'exil espagnol en France, 1939-1975: de la sauvegarde de l'identité à l'ouverture, dans l'ouvrage collectif Literatura y cultura del exilio espanol en Francia, Alicia Alted Vigil et Manuel Aznar Soler éditeurs, Espagne.

Références

  1. Sur l'amitié de Molné et de Clavé: Pierre Seghers, Clavé, Bibliothèque d'art hispanique, 1971. Voir en particulier page 58.
  2. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ 1999, tome 9 page 730 Ici extraite du site de la Galerie Mazarini.
  3. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1993. Voir page 728.
  4. Francesco Agramunt Lacruz, Arte y represion en la guera civile, Conselleria Valenciana de Cultura, 2005.
  5. Gérard Chomarat, organisateur de l'exposition Luis Vidal-Molné à Mèze en 2015 (Cf. Rubrique expositions personnelles ci-dessus), estime que des dessins anciens et d'expression douloureuse sont le témoignage de l'internement de Luis au camp de concentration d'Argelès-sur-Mer.
  6. Geneviève Dreyfus-Armand, Les cultures de l'exil espagnol en France, 1939-1975: de la sauvegarde de l'identité à l'ouverture (Cf. Bibliographie ci-dessus).
  7. (es) Literatura y cultura del exilio español de 1939 en Francia, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2002.
  8. Éléments recueillis dans une biographie constituée par la Galerie Anne de Francony à Nice (Cf. Expositions ci-dessus).
  9. Catalogue de l'exposition Molné, Gambier d'Hurigny, Akmen, Levens, 2009.
  10. Ville de Sain-André de-la-Roche, Histoire du cimetière et personnalités inhumées
  11. L'exposition sur le site de la Maison du Portal
  12. La Galerie Anne de Francony indique qu'une collection des Prix Goncourt illustrée de lithographies de Luis Molné a été imprimée à Monaco pour la bibliothèque du Prince.
  13. Jean Chenu, Antoine Bérard et François Péro, commissaires-priseurs à Lyon, Catalogue de la vente de la collection Andry-Farcy, Lyon, lundi 22 novembre 2010.
  14. Hôtel Belvedere, Locarno; Présentation de la collection

Liens externes