Lucia Popp

Lucia Popp
Description de cette image, également commentée ci-après
Lucia Popp (2e en partant de la droite)
lors d'un concert à Francfort en décembre 1986
Naissance
Záhorská Ves,
Flag of First Slovak Republic 1939-1945.svg République slovaque
Décès (à 54 ans)
Munich, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale Artiste lyrique
Soprano
Style Opéra, lied

Lucia Popp (en slovaque, Lucia Poppová) est une soprano slovaque (naturalisée autrichienne), née le à Záhorská Ves (Slovaquie), décédée le à Munich (Allemagne) à l'âge de cinquante-quatre ans d'une tumeur au cerveau.

Biographie

Elle avait épousé le chef d'orchestre György Fischer , puis en secondes noces Peter Jonas, directeur de l'English National Opera, et enfin le ténor Peter Seiffert en 1986[1].

« Mademoiselle, vous êtes un phénomène ! ». Ainsi s'exclamait la grande Elisabeth Schwarzkopf à l'attention de la jeune soprano Lucia Popp, quand elle eut l'occasion de l'entendre pour la première fois.

Lucia Popp fit ses débuts en 1963 à Bratislava, puis fut engagée à l'Opéra d'État de Vienne auquel elle est restée fidèle jusqu'à son décès. Débutant magnifiquement dans des rôles de soprano colorature, sa carrière continua dans un registre de soprano lyrique léger puis de soprano lyrique.

Répertoire

Lucia Popp a marqué le rôle de la Reine de la Nuit dans la légendaire version de 1963 dirigée par Otto Klemperer. Cette version fait encore aujourd'hui figure de référence pour son incroyable densité de talents dans la distribution des rôles féminins et masculins, à tel point que l'évocation de cet enregistrement renvoie à un âge d'or aujourd'hui disparu.

Son timbre superbe, rond, chaleureux, ses aigus lumineux ainsi qu'une technique exceptionnelle n'ont pas échappé aux connaisseurs. Interprète parmi les plus marquantes et attachantes d’après la Seconde Guerre mondiale, elle se produisit sur les plus grandes scènes du monde, chantant notamment à Salzbourg, Munich et Londres. Ses interprétations des rôles de Mozart et de Richard Strauss sont restées légendaires.

Outre le rôle de la Reine de la nuit et de Pamina dans La Flûte enchantée de Mozart, elle excella dans Susanna et la Comtesse (Les Noces de Figaro). Elle s'illustra également dans les rôles de Despina (Così fan tutte), ou d'Eva (Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Wagner), dans la Sophie du Chevalier à la rose de Richard Strauss et celui de la Maréchale dans lequel elle triompha sur la scène de l'Opéra de Munich sous la direction de Wolfgang Sawallisch en 1987, ou encore dans Les Joyeuses Commères de Windsor d'Otto Nicolai et Carmina Burana de Carl Orff. Elle reste l'une des interprètes de référence des Quatre derniers Lieder de Strauss, notamment dans la version dirigée par Klaus Tennstedt. Enfin, elle ne manqua pas de marquer de son empreinte l'opérette viennoise — très appréciée outre-Rhin — comme pour Adele et Rosalinde de La Chauve-Souris de Johann Strauss fils.

Bibliographie

  • Enrico Stinchelli, Les stars de l'opéra : grands artistes lyriques de l'histoire de l'opéra, Rome, Gremese Editore, (ISBN 978-8-873-01499-7)
  • Ursula Tamussino, Lucia : Erinnerungen an Lucia Popp, Wien, Barylli, (ISBN 978-3-901-23909-0)

Notes et références

  1. (de) Biographie de Lucia Popp dans Neue deutsche Biographie tome 20, page 624, Bayerische Akademie der Wissenschaften. Historische Kommission, éditeur Duncker und Humblot, 2001, (ISBN 9783428002016) consultable en ligne.

Liens externes