Luc Dagobert

Luc Dagobert
Luc Siméon Auguste Dagobert de Fontenille
Luc Dagobert
Portrait du général Dagobert de Fontenille

Surnom Dagobert de Fontenille
Nom de naissance Luc Siméon Auguste Dagobert
Naissance
La Chapelle-en-Juger près de Saint-Lô
Décès (à 58 ans)
Puigcerdà (Drapeau de l'Espagne Espagne)
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1755-1794
Commandement Armée des Pyrénées orientales
Conflits Révolution française
Faits d'armes Bataille du Col de la Perche
Bataille d'Olette
Bataille de Peyrestortes
Hommages Nom inscrit sur la colonne élevée au Panthéon
Nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile
Monument à Mont-Louis (Pyrénées-Orientales)
Famille Dagobert

Luc Dagobert, dit « Dagobert de Fontenille[1],[2] », est un général de la Révolution française, né le au château de La Grande Communière à La Chapelle-en-Juger près de Saint-Lô (Manche) et mort le à Puigcerdà (ville d’Espagne, à la frontière franco-espagnole).

Famille

Luc Siméon Auguste Dagobert est un membre de la famille Dagobert, appartenant à la petite noblesse normande[2]. Il est le fils de Jeanne Campain et de Gabriel Dagobert, seigneur de la Bretonnière, officier dans le régiment Colonel-Général dragons.

Luc Dagobert épouse le à Cascastel, Jacquette de Pailhoux de Cascastel, fille de Joseph Gaspard de Pailhoux de Cascastel, conseiller au Conseil souverain du Roussillon et de Jeanne de Caussat de Castelmaure, dont une fille : Jeanne Dagobert, née le et morte le à Saint-Lô, mariée le avec Pierre Yver (1768-1826), député de la Manche.

Carrière militaire

Sous l'Ancien Régime

Dagobert commence sa carrière militaire comme lieutenant au régiment de Tournaisis le et participe aux campagnes d’Allemagne de 1757 à 1762 et de Corse en 1768 et 1769[1].

Le , il devient capitaine commandant la compagnie du lieutenant-colonel. Titulaire d’une compagnie le , il passe par incorporation au régiment Royal-Italien le . Il est ensuite capitaine commandant le , major le , major du bataillon de chasseurs royaux du Dauphiné le [1].

Période révolutionnaire

Rallié à la Révolution française, Dagobert devient lieutenant-colonel le , colonel du 51e d’infanterie le , maréchal de camp provisoire et commandant l’avant-garde de l’armée du Var le . Confirmé dans son grade et employé à l’armée d’Italie le , il est affecté à l’armée des Pyrénées orientales le . Le , il est nommé général de division. Commandant des troupes cantonnées depuis Olette jusqu’à la Garonne le , il devient général en chef provisoire de l’armée des Pyrénées orientales le . Il cesse ces fonctions le du même mois, puis est suspendu par les représentants le . Réintégré et employé à l’armée des Pyrénées orientales le , il est nommé commandant de la division de Cerdagne le [1].

Dagobert meurt peu après à Puigcerdà, bourg espagnol situé à la frontière française, le et est plus tard inhumé au cimetière Saint-Martin de Perpignan sous une pyramide en compagnie du général Dugommier, général en chef de l'armée des Pyrénées orientales au moment de la mort de Dagobert et qui est lui-même tombé sept mois après Dagobert à la bataille de la Sierra Negra.

Hommages

Nom du général Dagobert gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier ouest, 33e et 34e colonnes.
  • La Convention décréta que le nom du général Dagobert serait inscrit sur la colonne élevée au Panthéon[1].
  • Son nom est gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, sur le pilier ouest, colonne 33 (voir l'illustration ci-contre, colonne de gauche entre les noms de Pérignon et Victor).
  • Un monument a été élevé en l'honneur du général Dagobert à Mont-Louis dans les Pyrénées-Orientales, place de la République, devant l'église ; par ailleurs, à quelques mètres derrière l'église, une rue porte son nom : la rue Dagobert[3].
  • Une rue de Perpignan porte également son nom : la rue Luc-Dagobert[4].
  • D'autres villes des Pyrénées-Orientales ont aussi une rue à son nom, comme Thuir[5] ou Collioure[a].

Notes et références

Notes

  1. La rue est au sud-est du fort Miradou[6], près de celui-ci, où est basée une unité rattachée au Centre national d'entraînement commando, dont le quartier général est à Mont-Louis, ville qui a principalement honoré le général Dagobert, voir ci-dessus.

Références

  1. a b c d et e Lazare Carnot, Étienne Charavay, Correspondance générale de Carnot, Imprimerie nationale 1892, page 97.
  2. a et b Revue historique, Volume 99, 1908, page 1.
  3. Géoportail, « Rue Dagobert sur le territoire de la commune de Mont-Louis (échelle 1:1066, consulté le 31 octobre 2018) » .
  4. Géoportail, « Rue Luc-Dagobert sur le territoire de la commune de Perpignan (échelle 1:2132, consulté le 31 octobre 2018) » .
  5. Géoportail, « Rue Dagobert sur le territoire de la commune de Thuir (échelle 1:1066, consulté le 31 octobre 2018) » .
  6. « Emplacement de la rue Dagobert dans le centre-ville de Collioure, Pyrénées-Orientales », sur openstreetmap.org (consulté le 31 octobre 2018).

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes