Louise-Élisabeth d'Orléans

(Redirigé depuis Louise Élisabeth d'Orléans (1709-1742))
Élisabeth d’Orléans
Portrait de la reine Louise-Élisabeth d’Espagne, peinte par Jean Ranc (1724), musée du Prado.
Portrait de la reine Louise-Élisabeth d’Espagne, peinte par Jean Ranc (1724), musée du Prado.
Titre
Reine consort d'Espagne

(7 mois et 16 jours)
Prédécesseur Élisabeth Farnèse
Successeur Élisabeth Farnèse
Biographie
Dynastie Maison d’Orléans
Date de naissance
Lieu de naissance Versailles (France)
Date de décès (à 32 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Sépulture Église Saint-Sulpice de Paris
Père Philippe II d’Orléans
Mère Françoise-Marie de Bourbon
Conjoint Louis Ier d’Espagne
Religion Catholicisme romain

Louise-Élisabeth d’Orléans, dite Mademoiselle de Montpensier, née le à Versailles (Paroisse Notre-Dame) et morte le à Paris (Paroisse Saint-Sulpice), est reine consort d'Espagne en 1724.

Elle est l'une des nombreuses filles du Régent, Philippe d'Orléans et de Françoise-Marie de Bourbon, fille légitimée de Louis XIV. Elle appartient à la maison capétienne d’Orléans.

Biographie

Jeunesse

Acte de naissance (acte d'ondoiement) de Louise-Élisabeth d'Orléans le 11 décembre 1709 au château de Versailles, fille du Duc et de la Duchesse d'Orléans.

Sixième enfant et cinquième fille du duc d'Orléans, la princesse est par sa mère une petite-fille du roi Louis XIV. Louise-Élisabeth d'Orléans naît le à Versailles pendant la Guerre de succession d'Espagne qui accule le royaume à la ruine. L'hiver de cette année 1709 est particulièrement rigoureux et provoque un grand nombre de victimes. La princesse est ondoyée le jour de sa naissance dans la chambre de la duchesse d'Orléans par l'abbé de Tressan, premier aumônier du Duc d'Orléans, en présence de Claude Huchon, curé de l'église Notre-Dame de Versailles, la paroisse du château de Versailles[1].

Il n'est question à la cour que du mariage du duc de Berry Charles de France (1686-1714), petit-fils du roi. La guerre empêchant une alliance avec une cour étrangère, c'est parmi les princesses de son sang que le roi doit trouver une épouse pour son petit-fils. Les Orléans sont de nouveau les rivaux des Bourbon-Condé mais c'est une Orléans, la sœur aînée de Louise-Élisabeth qui est choisie.

Louise-Élisabeth d'Orléans reçut une éducation peu soignée, le duc et la duchesse d'Orléans s'occupant peu de leurs enfants. Le duc se devait d'être à la guerre ou se consacrait avec ses amis à la débauche et aux arts d'agrément. La duchesse, égocentrique, ne bougeait pas de son canapé. La grand-mère de la princesse, la fameuse Palatine, toujours humiliée par le mariage de son fils, recluse dans ces appartements, se consacrait à sa correspondance et à ses chiens.

Louise-Elisabeth était traditionnellement appelée à épouser un obscur prince allemand ou italien ou à devenir abbesse d'un chapitre de dames nobles. Mais son destin fut tout différent.

Mademoiselle de Montpensier par Gobert.

Depuis 1715, son père exerce la régence durant la minorité de Louis XV. La guerre oppose la France et les puissances de la Quadruple-Alliance à l'Espagne. Mais en 1720, convaincu de la nécessité de faire la paix, Philippe V d'Espagne propose des mariages : sa fille Marie-Anne-Victoire, âgée de trois ans épouserait Louis XV, et son fils aîné Louis, prince des Asturies, épouserait une fille du Régent. Mais à cette date, toutes les filles aînées du duc d'Orléans sont mariées. Il ne reste que Mademoiselle de Montpensier (Louise-Élisabeth), dix ans et ses sœurs, Mademoiselle de Beaujolais, cinq ans et Mademoiselle de Chartres, quatre ans.

Il est décidé que Mademoiselle de Montpensier épouserait l'héritier du trône espagnol et que Mademoiselle de Beaujolais serait fiancée à l'infant Charles, troisième fils du roi d'Espagne, mais issu de son second mariage avec l'ambitieuse princesse de Parme Élisabeth Farnèse.

Reine consort d'Espagne

Le , Louise-Élisabeth d'Orléans est baptisée en la chapelle du Palais-Royal à Paris par Louis de la Vergne de Tressan, devenu entre temps évêque de Nantes : son parrain est son frère le Duc de Chartres Louis d'Orléans (1703-1752), sa marraine est sa grand-mère paternelle Élisabeth-Charlotte de Palatine, veuve de Monsieur[2]. La jeune princesse est échangée contre la princesse Marie Anne Victoire d'Espagne, sur l'île des Faisans en plein milieu de la rivière frontalière de la Bidassoa le 9 janvier 1722, tout comme l'avaient fait soixante ans auparavant Louis XIV et l'infante Marie-Thérèse.

Le mariage est célébré le 20 janvier 1722. Louise-Élisabeth vient d'avoir 12 ans et son mari, 14. On surveille Élisabeth, on l'espionne, on la soupçonne de tous les maux. La princesse des Asturies se renferme sur elle-même. Elle se venge en faisant mille espiègleries et caprices, se moque de ses dames de compagnie et, dit-on, les entraîne à des « jeux contre nature »[3].

Le 15 janvier 1724, Philippe V abdique en faveur de son fils aîné, qui devient le roi Louis Ier (1707-1724). Élisabeth devient donc reine à quatorze ans, mais le couple immature ne s'entend pas. Après sept mois de règne, Louis Ier meurt sans enfant le 31 août 1724 et Philippe V reprend sa couronne. Le régent de France est mort en 1723 et son cousin et rival le duc de Bourbon est aux commandes de l'État. Il n'a que faire d'une reine veuve de la maison d'Orléans.

Retour en France

Église Saint-Sulpice de Paris.

Louise-Élisabeth, veuve à quinze ans, est tenue sous surveillance étroite, dans le plus grand dénuement, d'autant que la France rompt les fiançailles du jeune Louis XV et renvoie l'infante Marie Anne. Le , Louise quitte l'Espagne et regagne discrètement Paris où elle arrive le 23 mai, elle s'installe d'abord au château de Vincennes puis au palais du Luxembourg où elle vit dans la piété.

Louise-Élisabeth d'Orléans meurt dans l'oubli à seulement trente-deux ans le au Palais du Luxembourg : elle est inhumée le [4] en l'église Saint-Sulpice de Paris dans un caveau spécial près du pilier de l'Évangile, qui sera profané et détruit pendant la révolution française[5].

Dans la fiction

Les circonstances entourant le double mariage de Louise-Élisabeth d'Orléans avec le prince héritier espagnol Louis, ainsi que de Louis XV et de Marie Anne Victoire d'Espagne, forment la trame du roman L'Échange des princesses[6] (2013) de Chantal Thomas. Dans l'adaptation au cinéma du roman, réalisée en 2017 par Marc Dugain, le rôle de Louise-Élisabeth est interprété par Anamaria Vartolomei.

Voir aussi

Bibliographie

  • Comte de Pimodan, Louise-Élisabeth d'Orléans, reine d'Espagne, 1709-1742, Plon, 1928, 393 p.
  • Mémoires de Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, tome VIII, édition de la Pléïade : année 1722, page 318 et suivantes notamment. Voir aussi les pages de la même année concernant le mariage.

Article connexe

Liens externes

Notes et références

  1. Registre paroissial de l'église Notre-Dame de Versailles, baptêmes pour l'année 1709, consultable en ligne sur le site des Archives départementales des Yvelines, page 132/141.
  2. Philippe de Montjouvent, Éphéméride de la Maison de France, Charenton, Éditions du Chaney, 1999, p.338.
  3. http://www.histoire-et-secrets.com/articles.php?lng=fr&pg=1415
  4. Supplément au grand dictionnaire historique, généalogique, géographie de Louis Moreri pour servir à la dernière édition de 1732 et aux précédentes, tome second, Paris, 1749, p.220.
  5. Philippe de Montjouvent, Éphéméride de la Maison de France, Charenton, Éditions du Chaney, 1999, p.188.
  6. Chantal Thomas, L'Échange des princesses, Paris, Seuil, .