Louis III l'Aveugle

Louis III l'Aveugle
Illustration.
Titre
Roi de Basse-Bourgogne
Prédécesseur Boson de Provence
Successeur Rodolphe II de Bourgogne
Roi d'Italie
Prédécesseur Bérenger Ier de Frioul
Successeur Bérenger Ier de Frioul
Empereur d'Occident
Prédécesseur Arnulf de Carinthie
Successeur Bérenger Ier de Frioul
Biographie
Dynastie Bosonides
Date de naissance vers 882
Date de décès
Lieu de décès Arles
Père Boson de Provence
Mère Ermengarde
Conjoint
  1. Anne de Constantinople
  2. Adélaïde
Enfants Charles-Constantin de Vienne (1)

Louis III l'Aveugle[1], dit aussi Louis III de Provence[2], né vers 882[3] et mort le à Arles[3], devient roi de Provence de 890 à 928, et est empereur d'Occident de 901 à 905.

Biographie

Origines

Louis est le fils de Boson V de Provence (v. 844-887), roi de Provence, et d'Ermengarde, fille de l'empereur d'Occident, Louis II le Jeune ; par sa mère il est un des Carolingiens, lesquels se fondent dans les Bosonides.

Roi de Provence

À la mort de son père Boson en janvier 887, sa mère, Ermengarde, est nommée régente du royaume de Provence avec l'aide de Richard le Justicier, frère de Boson. En mai 887, elle conduit son fils auprès de l'empereur Charles III le Gros pour qu'il l'adopte, ce qu'il fait. En mai 889, elle se rend auprès du nouvel empereur Arnulf de Germanie pour faire acte de soumission.

Dans les derniers mois de 890, à Valence[4], le concile des prélats et des grands féodaux, élit Louis, comme roi d'Arles, roi de Provence et roi de Bourgogne[5]. En 894, le roi Louis fait acte de soumission au roi Arnulf de Germanie. En 896, le roi Louis combat les Sarrasins qui continuent de dévaster la Provence. En 898, Engelberge, la sœur du roi Louis, épouse le duc d'Aquitaine Guillaume le Pieux, qui est aussi comte de Lyon et de Mâcon.

Roi d'Italie et empereur d'Occident

En 900, le nord de l'Italie était dévasté par les Hongrois, depuis plusieurs années ; à l'appel des grands féodaux pour qui il est le petit-fils de l'ancien empereur Louis II le Jeune, le roi Louis de Provence prend Pavie, chasse le roi Bérenger de Frioul et se fait élire et couronner roi d'Italie le 5 octobre 900. Le pape Benoît IV le ceint de la couronne impériale le 15 ou le 22 février de l'année suivante[6]. Au cours de l'été 902, l'ancien roi Bérenger de Frioul, lui aussi petit-fils d'un empereur d'Occident (Louis Ier le Pieux), revient avec des forces en nombre, et réussit à chasser d'Italie le nouvel empereur qui est obligé de se réfugier vers la Provence. En 905, il est de retour en Italie à l'appel des grands féodaux, mais Bérenger Ier de Frioul, grâce à l'aide des troupes bavaroises, réussit à faire prisonnier Louis à Vérone et le lui fait crever les yeux (d'où son surnom) le renvoie en Provence et reprend la couronne royale d'Italie[7].

La fin de sa vie

De retour à Vienne, sa capitale, le roi Louis, handicapé par sa cécité, n'est plus en mesure de résister aux demandes de ses féodaux. À partir de 911, il laisse la gestion du royaume à son cousin Hugues d'Arles, comte d'Arles et de Vienne, qui quitte Vienne et s'installe à Arles. Fait marquis de Provence, le régent Hugues d'Arles épouse Willa de Provence, la demi-sœur du roi Louis III l'Aveugle et veuve de Rodolphe Ier de Bourgogne. En juin 926, Hugues d'Arles est élu roi d'Italie[8]. Louis l'Aveugle meurt en 928[9],[10]

Unions et postérité

Le roi Louis épouse fin 900 Anne de Constantinople (fin 887-903), fille de l'empereur Léon VI et de Zoé Tzaoutzina, plus connue sous le nom d'Anne de Macédoine, dont[11] :

En 902/905, Louis III l'Aveugle se serait remarié avec une certaine Adélaïde[12], « parente » de Rodolphe Ier de Bourgogne qui aurait donc peut-être été sa nièce, ce qui semble improbable. Il est plus vraisemblable que cette Adélaïde soit née de Rodolphe Ier de Bourgogne, mais d'une épouse autre que Willa de Provence car il en a un autre fils nommé :

Ascendance

Voir aussi Bosonides

Notes et références

  1. (en) Martin Arbagi, « Louis The Blind, Emperor », dans Christopher Kleinhenz (sous la direction de), Medieval Italy, An Encyclopedia, Routledge, , 2160 p. (lire en ligne), p. 656.
  2. (en) Roger Minshull, Relations Between East and West in the Middle Ages, Routledge, , 167 p. (ISBN 978-1-35149-393-2, lire en ligne), p. 40,.
  3. a et b Généalogie de Louis III roi de Provence et d'Italie sur le site FMG ; et Venance Grumel ou en 933 selon René Poupardin : Persée, p. 715.
  4. Louis Halphen Charlemagne et l'empire carolingien, Albin Michel, Paris, 1947, réédition 1968, p. 403.
  5. Pierre Riché Les Carolingiens, Hachette « Pluriel », Paris, 1983 (ISBN 2010196384), p. 214.
  6. Venance Grumel, Traité d'études byzantines, I. La Chronologie, Presses universitaires de France, Paris 1958, « Empereurs d'Occident (IXe-XIIIe siècle) », p. 414, et « Rois d'Italie après Charlemagne », p. 418.
  7. Pierre Riché, op. cit., p. 217-218.
  8. Venance Grumel, op. cit., p. 418.
  9. Venance Grumel, op. cit., p. 414.
  10. Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Fayard, Paris, 1993 (ISBN 2213031398), p. 794.
  11. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, Paris, de Boccard, , 634 p. [détail des éditions] (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 307.
  12. Adelais, épouse de Louis III d'Italie sur le site FMG.
  13. René Poupardin, Le royaume de Bourgogne sous les Carolingiens (888-1038), Paris, 1907, p. 28.

Voir aussi

Bibliographie

  • Pierre Riché, Les Carolingiens, une famille qui fit l'Europe, Paris, Hachette, coll. « Pluriel », (réimpr. 1997), 490 p. (ISBN 2-01-278851-3, présentation en ligne).
  • Jean-Charles Volkmann, Bien connaître les généalogies des rois de France, Éditions Gisserot, , 127 p. (ISBN 978-2-87747-208-1).
  • Michel Mourre, Le Petit Mourre. Dictionnaire d'Histoire universelle, Éditions Bordas, (ISBN 978-2-04-732194-2).

Articles connexes

Liens externes