Louis Bigot

Louis Bigot
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Aron
Nationalité
Activités

Louis Julien Henri Bigot (11 septembre 1805 - Saulges, † 10 septembre 1883 - Aron) était un industriel et un homme politique français du XIXe siècle, député de la Mayenne (1846-1849).

Biographie

Il est maître de forges à Aron[1], et gendre de Vincent Caillard, entrepreneur des messageries. Il fait partie du conseil de son arrondissement sous Louis-Philippe, et devient député de la circonscription de Mayenne, élu de l'opposition[2], le 1er août 1846. Il vote pour l'opposition dynastique jusqu'en février 1848. Il signe la demande de mise en accusation du ministère Guizot. Après la révolution de 1848, il est commissaire de la République dans la Mayenne. Il prend place au comité des Travaux Publics et siège avec la droite modérée lors de l'Assemblée constituante de 1848, à la suite de son élection du 23 avril 1848, et sanctionne l'ensemble de la Constitution républicaine. Après l'élection du 10 décembre 1848, il soutient le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte, appuie la proposition Rateau et soutient l'expédition de Rome. Réélu, membre de l'Assemblée législative de 1848 à 1851, il se sépare de la majorité conservatrice à l'approche du Coup d'État du 2 décembre 1851, sans se prononcer pour aucun des partis, et rentre dans la vie privée, et l'industrie. Candidat d'opposition lors des Élections législatives françaises de 1852, il perd contre Théodore Mercier, Candidat officiel.

Il eut un parent, dont le nom est resté dans les annales de la littérature : Eugène Sue… et qui sera député comme lui, à l'Assemblée constituante de 1848 et à l'Assemblée législative de 1848 à 1851. Eugène Sue est le beau-frère de Marc Caillard, époux de Victorine Sue, sœur de l’écrivain et fils de Vincent Caillard.

Voir aussi

Notes et références

  1. Il doit sa fortune, selon Lesaulnier, à son père, riche bourgeois de Saint-Jean-sur-Mayenne.
  2. Il est un moment en incertitude s'il était ou non de l'opposition. Il se range aux idées de Letourneux et de Charles-Guillaume Sourdille de La Valette.

Sources partielles

  • C. M. Lesaulnier, Biographie des neuf cents députés à l'Assemblée nationale: par ordre alphabétique de départements; tant de ceux qui ont été élus le 23 avril, aux élections générales, que de ceux qui ont été nommés le 4 juin aux élections complémentaires..., Bureaux de la rédaction, 1848, 551 p ;
  • « Louis Bigot », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] ;
  • « Louis Bigot », Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, vol. 2, Paris, Hachette, [détail des éditions] (lire sur Wikisource)