Louis-Ernest Barrias

Louis-Ernest Barrias
Petit-Barrias.jpg
Louis-Ernest Barrias, photographié par Pierre Petit.
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Élève
Distinctions
Œuvres principales

Louis-Ernest Barrias, né à Paris le et mort à Paris (dans le 17e arrondissement) le [1], est un sculpteur français.

Biographie

Louis-Ernest Barrias dans son atelier.
La Nature se dévoilant à la Science : 1884-1899, plâtre peint, Paris, musée Carnavalet (à gauche) ; 1903, statue chryséléphantine, Paris, musée des arts décoratifs (au centre) ; 1899, bronze doré, Paris, musée d'Orsay (à droite).

Barrias est issu d'une famille d'artistes. Son père est peintre sur porcelaine et son frère aîné, Félix-Joseph Barrias, est un peintre reconnu. Louis-Ernest Barrias s'oriente vers des études artistiques. Entré à l'École des beaux-arts de Paris en 1858, il délaisse la peinture pour s'orienter vers la sculpture sous la direction de François Jouffroy. En 1864, il obtient le prix de Rome et est engagé sur le chantier de l'Opéra de Paris. Il produit par la suite de nombreuses œuvres sculptées, la plupart en marbre. En 1881, il est récompensé par une médaille d'honneur des beaux-arts et nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1878, puis promu officier en 1881 et commandeur en 1900. L'artiste remplace Auguste Dumont à l'Institut en 1884, puis succède à Jules Cavelier comme professeur à l'École des beaux-arts, où, parmi ses élèves les plus notables, on compte Victor Ségoffin, Charles Despiau et Paul Landowski.

Il aura trois enfants : Paul (1875-1973), deviendra un architecte réputé 2e second grand prix de Rome en 1901[2] ; Daniel (1883-1969), embrassera la carrière militaire[3], et Madeleine (1877-1925).

La majeure partie de son œuvre est visible dans les lieux publics à Paris, au musée d'Orsay ou au cimetière du Père-Lachaise.

Œuvres dans les collections publiques

France

Canada

Danemark

Galerie

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Élèves

Notes et références

  1. Archives de Paris, acte de décès no 414, vue 28 / 31
  2. « Concours de Rome d'Architecture. Les Grands Prix de Rome de 1864 à 1967 », sur grandemasse.org, (consulté le 5 novembre 2016)
  3. « Barrias, père et fils » [PDF], sur erudit.org, (consulté le 5 novembre 2016)
  4. « Haut-relief : Monument à Victor Hugo », notice sur photo.rmn.fr.
  5. « Haut-relief : Monument à Victor Hugo », notice sur photo.rmn.fr.
  6. Les premières Funérailles, notice du Petit Palais.
  7. « Louis-Ernest Barrias | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le 4 juillet 2019)

Annexes

Bibliographie

  • Albert Soubies, L.-E. Barrias (1841-1905) : Notes biographiques, Flammarion, 1905, 12 p.
  • L'œuvre de Ernest Barrias, avec une notice de Georges Lafenestre, Renouard, 1908, 115 p.
  • Stanislas Lami, Dictionnaire des sculpteurs de l'École française au XIXe siècle, tome premier, Librairie ancienne Honoré Champion, 1919 (lire en ligne).
  • Maurice Rheims, La sculpture au XIXe siècle, Arts et métiers graphiques, 1972.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, vol.1, Gründ, 1999.
  • Guillaume Peigné, Dictionnaire des sculpteurs néo-baroques français (1870-1914), Paris, CTHS, coll. « Format no 71 », , 559 p. (ISBN 978-2-7355-0780-1, OCLC 828238758, notice BnF no FRBNF43504839), p. 69-78.

Liens externes