Loft Story (France)

Loft Story
Illustration.
Programme adapté Big Brother
Genre Télé réalité
Présentation Benjamin Castaldi
Participants Loana Petrucciani (saison 1)
Jean-Édouard Lipa (saison 1)
Steevy Boulay (saison 1)
Kenza Braïga (saison 1)
Félicien Taris (saison 2)
Christophe François
Sébastien Guichard
Thème du générique Disconnection (My Only Love) par James Boyle (saison 1)
So Mad par Loony Bin (saison 2)
Slogan « Soyez vous-mêmes »
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 2
Programme similaire Nice People
Les Colocataires
Secret Story
Dilemme
Carré ViiiP
Production
Lieu de tournage La Plaine Saint-Denis Studio 224(Loft) Plateau 217
Durée Quotidienne : 6 jours sur 7
Prime time : 1 par semaine (Jeudi)
Société de production Endemol France (ASP production)
Diffusion
Diffusion M6
Date de première diffusion
Date de dernière diffusion
Statut Arrêté
Public conseillé Tout public

Loft Story est une émission de télévision française de télé réalité, généralement considérée comme la première de ce genre en France, présentée par Benjamin Castaldi et diffusée sur M6 du au pour la première saison et du au pour la seconde saison.

Cette émission de téléréalité fut adaptée de l'émission néerlandaise Big Brother.

Le titre français de l'émission est un jeu de mots sur loft, car les candidats sont « enfermés » dans un loft pendant leur aventure, et Love Story.

Historique

Lancée en France en 2001, l'émission était déjà réservée par John de Mol à Arthur et Stéphane Courbit dès 1997[1].

Principe

Onze célibataires coupés du monde doivent vivre dans un loft où toutes les pièces (à l'exception des toilettes et d'une pièce imposée par le CSA) sont équipées de 26 caméras vidéo (dont 3 infrarouges, la plupart cachées derrière des miroirs sans tain[2]) et de micros. Ils sont ainsi filmés 24 heures sur 24.

Leurs images sont diffusées en léger différé sur un ou plusieurs canaux payants de l'offre TPS tout comme sur Internet lors de la première saison. Une émission quotidienne est diffusée après montage de ces images.

Présentation

L'émission était présentée par Benjamin Castaldi.

Deux animatrices coanimaient l'émission en direct du loft : Marie Guillaumond en 2001 et Séverine Ferrer en 2002.

En 2002, lors de la seconde saison, il existait également une émission présentée par Max et diffusée le samedi soir vers 23 h 55 qui récapitulait les événements de la semaine et accueillait les candidats éliminés.

Phénomène autour de Loft Story

Loft Story est la première émission de téléréalité grand public[3] ayant été diffusée en France, suscitant de nombreux commentaires, critiques et un fort retentissement médiatique[4], allant jusqu'à faire à trois reprises la une du Monde qui analyse son succès par le voyeurisme assumé et la soif de sensationnel des téléspectateurs[5].

La médiatisation du succès de Loft Story (émission d'Endemol) en fait rapidement un phénomène de société. Le PDG de TF1 Patrick Le Lay, qui a déjà mis en route son programme de « real TV » (l'émission Survivor adaptée sous le nom de Koh-Lanta en août 2001) et s'apprête à signer un contrat d'exclusivité avec Endemol, signe une tribune libre dans Le Monde : il s'en prend à « Loft Story et ses sous-produits pornographique », reprochant à M6 de tomber dans la « télé poubelle » et d'avoir rompu un accord oral scellé par les deux chaînes qui garantissait qu'aucune d'elles ne diffuserait un concept d'émission similaire à Big Brother[6]. Au cours d'une réunion dans le bureau de Le Lay au siège de TF1, les responsables des chaînes françaises se sont en effet engagés sur l'honneur de ne jamais mettre le doigt dans l'engrenage de cette télévision qualifiée de « trash TV » mais le dirigeant de M6 Nicolas de Tavernost a passé outre, arguant du fait que TF1 maintient Koh-Lanta[7]. Après le succès phénoménal de la première saison[8], la première chaîne multiplie les programmes de téléréalité tels que Star Academy, Nice People ou bien encore Secret Story.

L'émission existe également au Québec.

L'émission a notamment été popularisée par une séquence où Loana et Jean-Édouard ont un rapport sexuel dans la piscine extérieure du loft.

En , un peu avant la diffusion de Loft Story, une émission locale similaire était diffusée sur l'île de la Réunion, le Guetanou, rassemblant quatre personnes dans un petit studio vitré.

Déroulement des saisons

Saison 1 (2001)

Loft Story Saison 1
Article détaillé : Saison 1 de Loft Story.

La première saison a été diffusée du au .

Elle a été remportée par Loana Petrucciani et Christophe Mercy[9].

Saison 2 (2002)

Loft Story Saison 2
Article détaillé : Saison 2 de Loft Story.

La deuxième saison a été diffusée du au .

Elle a été remportée par Thomas Saillofest et Karine Delgado.

Générique

Le générique My Only Love a été composé et chanté par James Boyle et Mark B. Il est entré dans le top 5 des ventes durant 2 semaines. James Boyle a reçu un disque d'or pour la vente de plus de 250 000 singles.[réf. nécessaire]

À la suite de cette expérience James Boyle a monté un groupe de rock/pop-rock nommé Dandy Brandy et qui tourne dans toute la France.

Audiences

Saison Lancement Finale Moyenne
Date Audience du lancement Parts de marché
sur les 4 ans et plus
Date Audience de la finale Parts de marché
sur les 4 ans et plus
Audience moyenne Parts de marché
sur les 4 ans et plus
1 5 000 000 26,1 % 7 294 680[10] 49,6 % 4 900 000 34,6 %
2 8 200 000 37,5 % 5 724 000 27,9 % 4 300 000 31,8 %

Malgré les critiques, l'audimat est au rendez-vous : Les 2/3 des 15-25 ans et la moitié des ménagères suivent l'émission à son lancement. Dès la première saison, le spot publicitaire sur M6 pendant l'émission est passé de 73 000 francs à 230 000 francs (pour un bénéfice publicitaire en 2001 estimé à 250 millions de francs). Des revenus ont également été dégagés des SMS et appels téléphoniques des téléspectateurs (40 millions de francs). 100 000 abonnements ont également été pris au canal Loft Story sur TPS, pour une recette de 15 millions de francs[11]. D'autres produits dérivés comme le magazine Loft Story et les disques du générique ont généré de substantiels revenus. La production de l'émission a coûté entre 80 et 150 millions, le bénéfice de l'opération a avoisiné les 200 millions de francs[12].

Déclinaisons ultérieures de Loft Story

Les règles de Loft Story ont été reprises de manière plus ou moins directe par les émissions suivantes :

Notes et références

  1. « Arthur », sur lesechos.fr,
  2. Bernard Leconte, Télé, notre bon plaisir : énonciation télévisuelle et pédagogie, L'Harmattan, , p. 182
  3. TF6 fait remonter la naissance de la téléréalité en France à janvier 2001 et sa propre émission Aventure sur le Net (deux équipes filmées 24h/24 sont enfermées dans deux appartements vides — à l'exception d'un ordinateur et d'un accès Internet — qu'elles doivent meubler) produite par KM Production mais l'émission n'est pas grand public. cf. Guillaume Launay, « Télé-réalité, le pire du pire », sur liberation.fr, .
  4. Raphaël Garrigos, «Loft Story», personne n'aime mais tout le monde mate, Libération, 3 mai 2001
  5. L'Etat de l'opinion, Éditions du Seuil, , p. 159
  6. L'état de l'opinion, Éditions du Seuil, , p. 144
  7. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Loft Story : «TF1 perd ses nerfs» », sur liberation.fr, .
  8. « Loft Story », personne n'aime mais tout le monde mate
  9. Loana et Christophe gagnent Loft Story, Nouvel Obs, 16 juillet 2001
  10. Julien Lalande, Télé-réalité: 10 ans de succès et d'échecs, Ozap, 26 avril 2011
  11. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Loft Story : «TF1 perd ses nerfs» », sur liberation.fr,
  12. François Lallemant, Emmanuelle Baillon Smilovici, Loft Story, le jackpot pour M6, AFP/INA, 5 juillet 2001

Voir aussi

Bibliographie

  • David Dufresne, Toute sortie est définitive. Loft Story autopsie, Bayard, 2002.
  • Gabriel Segré, Loft Story ou la télévision de la honte. La téléréalité exposée aux rejets, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2008.
  • Serge Tisseron, L'intimité surexposée, Hachette Littérature, collection Pluriel, 2001.
  • Didier Destal, Les miroirs du Loft, Éditions Plon, 2001.

Vidéographie

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité : Bibliothèque nationale de France (données)
  • « Ce soir (ou jamais !) », France 3, débat sur les dix ans de Loft Story