Liste des consoles de jeux vidéo Sega

Logo officiel de Sega

Cet article dresse la liste des consoles de jeux vidéo Sega. Sega est un éditeur de jeux vidéo et une société de développement de matériel de jeux vidéo dont le siège est à Tokyo, au Japon, avec de multiples bureaux à travers le monde. La société a produit des consoles de salon et des consoles portables depuis 1983 ; ces systèmes s’inscrivent de la troisième génération de console à la sixième. Sega est issue de la fusion du développeur de machines à sous Service Game et du fabricant de jeux d'arcade Rosen Enterprises en 1964, et produit des jeux d'arcade durant les deux décennies suivantes. Après un ralentissement du marché de l'industrie du jeu d'arcade dans les années 1980, la société se tourne vers le développement et l'édition de jeux vidéo et de consoles[1]. La première console Sega est la SG-1000, sortie uniquement au Japon en 1983. Sega publie plusieurs variantes de cette console au Japon, dont la troisième, la Sega Mark III, est rebaptisée Master System et vendue dans le monde entier en 1985. Devant ce premier succès, la société va produire de nouvelles consoles : la Mega Drive en 1988, la console portable Game Gear en 1990, le Saturn en 1994, et la Dreamcast en 1998.

Sega a été l'un des principaux concurrents de Nintendo dans l'industrie de la console de jeu vidéo. Quelques-unes des premières consoles de Sega ont surpassé en matière de vente leurs concurrents sur des marchés spécifiques, comme la Master System en Europe. Plusieurs consoles ultérieures de l'entreprise ont cependant été des échecs commerciaux, et les pertes financières engendrées par l’échec de la console Dreamcast ont obligé l'entreprise à se restructurer en 2001. En conséquence, Sega a cessé de fabriquer des consoles et est devenue un développeur tiers de jeu vidéo[2]. La seule console que Sega a produite depuis est la console éducative Advanced Pico Beena en 2005. Des variantes tierces de consoles de Sega ont été produites par des fabricants sous licence, même après que la production des consoles originales a fini. Beaucoup de ces variantes ont été produites au Brésil, où les versions de la Master System et de la Mega Drive sont encore vendues et des jeux pour ces dernières sont encore développés.

Consoles

Consoles Dates de sortie Dates d’arrêt Génération Ventes
(en millions d'unités)
Notes Photos
SG-1000 Icons-flag-jp.png 15 juillet 1983[3] Icons-flag-jp.png juillet 1984[4] 3e
  • La première console de salon de Sega, créée dans le but de s'adapter à la transition de l'industrie du jeu d'arcade[5].
  • Également connue comme Sega Game 1000.
  • Fonctionne avec des cartouches de jeu vidéo.
  • Version ordinateur avec un clavier intégré qui utilise des Sega Card et commercialisée sous le nom SC- 3000[6].
  • Ce n'est pas un succès commercial, en raison du grand nombre de consoles déjà sur le marché et à la sortie de la NES de Nintendo le même jour[4].
Sega-SG-1000-Console-Set.jpg
SG-1000 II Icons-flag-jp.png juillet 1984[4] Icons-flag-jp.png octobre 1985[4] 3e
  • Version améliorée de la SG -1000 avec des contrôleurs détachables[7].
  • Fonctionne avec des Sega Card et des cartouches de jeu vidéo[4].
  • Version ordinateur avec un clavier intégré qui ne fonctionne qu'avec des Sega Card. Vendu sous l'appellation SC-3000H[8].
Sega SG-1000 II.JPG
Master System Icons-flag-jp.png octobre 1985[9]
Icons-flag-us.png 1986[10]
Icons-flag-eu.png 1987[10]
Icons-flag-jp.png 1989[11]
Icons-flag-us.png 1992[12]
Icons-flag-eu.png 1996[13]
3e Total monde : 13–14.8[n. 1]
  • Deuxième console de salon majeure de Sega, sortie dans le monde entier.
  • Initialement sorti au Japon en tant que Sega Mark III (troisième version de la SG-1000), avant d'être remaniée et rebaptisée Master System[4].
  • Fonctionne avec des Sega Card et des cartouches[4].
  • Version plus petite et moins cher de la console, nommée Master System II et distribuée en 1990. Elle ne fonctionne qu'avec des cartouches ROM et se vend mal[10].
  • En compétition avec la NES de Nintendo au Japon et en Amérique du Nord, elle se vend moins bien, mais c'est un succès commercial en Europe[10].
  • Toujours en vente au Brésil[19]
Sega-Master-System-Set.jpg
Mega Drive Icons-flag-jp.png 29 octobre 1988[20]
Icons-flag-us.png 14 août 1989[21]
Icons-flag-eu.png 30 novembre 1990[20]
Crystal Clear app package network.png 1997[22],[23] 4e Icons-flag-jp.png 3.58
Icons-flag-us.png 16.98
Icons-flag-eu.png 8.39
Autre pays : 0.59
Total monde : 29.54[24]
  • Nommée Genesis aux États-Unis.
  • Troisième console de salon majeure de Sega, après la SG-1000 et la Master System, sortie dans le monde entier.
  • Fonctionne avec des cartouches.
  • Un ordinateur avec une Mega Drive intégrée est sorti au Japon sous le nom Sega TeraDrive en 1991[20].
  • Une version plus petite et plus légère de la console nommée Genesis II est commercialisée en 1993[25]
  • La Nomad, une version portable de la console qui utilise les mêmes cartouches est sortie en 1995 ; une première version pour une utilisation dans les avions japonais a été nommé Mega Jet[26].
  • Le service internet japonais Sega Meganet qui fonctionnait avec le périphérique Mega Modem fournissait des titres en téléchargement et des services exclusifs, démarre en 1990. Il est remplacé par le service Sega Channel en 1993[27].
  • Bien que le système a officiellement été abandonné en 1997, des variantes fabriquées par d'autres sociétés tierces ont été commercialisées dans le monde par la suite (2009 pour la version la plus récente)[28].
  • Surpassée en termes de vente par ses principales concurrentes, la Super Nintendo et la PC-Engine de NEC au Japon[29], elle a plus de succès dans d'autres régions, comme les États-Unis[30]
Sega-Mega-Drive-JP-Mk1-Console-Set.jpg
Game Gear Icons-flag-jp.png 6 octobre 1990[31]
Icons-flag-us.png 26 avril 1991[32]
Icons-flag-eu.png 26 avril 1991[32]
Icons-flag-jp.png 1996[33]
Icons-flag-us.png 30 avril 1997[33]
Icons-flag-eu.png 30 avril 1997[33]
4e Icons-flag-jp.png 1.78
Icons-flag-us.png 5.40
Icons-flag-eu.png 3.23
Autre pays : 0.21
Total monde : 10.62[24]
  • Première console de jeu portable de Sega, sortie dans le monde entier.
  • Équipée d'un écran couleurs LCD rétroéclairé.
  • Fonctionne avec des cartouches.
  • Similaire à la Master System, mais ne peut pas utiliser les cartouches Master System sans un convertisseur[34].
  • C'est un succès commercial, mais si elle a été moins vendue que sa principale concurrente, la Nintendo Game Boy[34].
Game-Gear-Handheld.jpg
Mega-CD Icons-flag-jp.png 12 décembre 1991[35]
Icons-flag-us.png 15 octobre 1992[36]
Icons-flag-eu.png 1993[37]
Crystal Clear app package network.png 1996[38] 4e Icons-flag-jp.png 0.40
Autre pays : 1.84
Total monde : 2.24[39]
  • Accessoire pour la Mega Drive avec sa propre bibliothèque exclusive
  • Ajoute le support CD-ROM, ainsi que plus de puissance de traitement[37].
  • Une deuxième version nommée le CD Sega 2 est commercialisée en 1993 pour correspondre à la deuxième version de la Mega Drive[40].
  • Une combinaison portable de la Mega Drive et du Mega-CD nommée Sega Genesis CDX aux États-Unis et Sega Multi-Mega partout ailleurs est commercialisée en 1994[41].
  • Les ventes sont faibles comparées à la Mega Drive[42]
Sega-CD-Model2-Set.jpg
Sega Pico Icons-flag-jp.png 26 juin 1993[43]
Icons-flag-us.png novembre 1994[44]
Icons-flag-eu.png 1994[45]
Icons-flag-jp.png 2005[46]
Icons-flag-us.png février 1998[47]
Icons-flag-eu.png 1997[45]
4e Total monde : 3.41[n. 2]
  • Console de jeu vidéo destinée aux jeunes enfants et distribuée dans le monde entier.
  • Nommée Kids Computer Pico au Japon.
  • Utilise des cartouches en forme de livre[51].
  • Contrôlée via un stylet et une tablette graphique[51].
  • Les ventes sont bonnes au Japon, mais faible dans le reste du monde[44],[52].
Kids Computer Pico-01.jpg
Sega 32X Icons-flag-jp.png 3 décembre 1994[53]
Icons-flag-us.png 21 novembre 1994[54]
Icons-flag-eu.png janvier 1995[55]
Crystal Clear app package network.png 1996[56] 4e Total monde : 0.665[57]
  • Accessoire pour la Mega Drive avec sa propre vidéoothèque exclusive.
  • Ajoute plus de puissance de traitement et permet le support des jeux 32 bits sur une console 16 bits[56].
  • Fonctionne avec des cartouches spécifiques[56].
  • Une console combinant le 32X et la Mega Drive nommée Sega Neptune était prévue pour la fin de 1995, mais elle a été retardée puis annulée lorsque la vente du 32X a été interrompue[56].
  • Considérée comme un échec commercial[54].
Sega-Genesis-Model2-32X.jpg
Saturn Icons-flag-jp.png 22 novembre 1994[58]
Icons-flag-us.png 11 mai 1995[59]
Icons-flag-eu.png 8 juillet 1995[60]
Crystal Clear app package network.png 1998[61] 5e Icons-flag-jp.png 5.80
Icons-flag-us.png 1.83
Icons-flag-eu.png 1.12
Autre pays : 0.07
Total monde : 8.87[24]
  • Quatrième console de salon majeure de Sega. Elle fait partie de la génération des consoles 32-bit. Elle est distribuée dans le monde entier.
  • Fonctionne avec des CD-ROM.
  • Sortie simultanément avec le Sega 32X , qui fait aussi fonctionner des jeux 32 bits.
  • L'accessoire Sega NetLink, sorti en 1996, fournit un accès à Internet et la fonction de jeux multijoueurs ; au Japon, il fonctionne avec le SegaNet[60].
  • Une deuxième version de la console baptisée Sega Pluton, avec le NetLink intégré était prévue, mais elle n'est finalement jamais sortie[62]
  • Considérée comme un échec commercial, elle s'est nettement moins vendue que ses concurrentes Sony PlayStation et Nintendo 64[63].
Sega-Saturn-Console-Set-Mk1.jpg
Dreamcast Icons-flag-jp.png 27 novembre 1998[64]
Icons-flag-us.png 9 septembre 1999[65]
Icons-flag-eu.png 14 octobre 1999[65]
Crystal Clear app package network.png 30 mars 2001[66] 6e Icons-flag-jp.png 2.25
Icons-flag-us.png 3.90
Icons-flag-eu.png 1.91
Autre pays : 0.14
Total monde : 8.20[24]
  • Cinquième console de salon majeure de Sega. Elle fait partie des Consoles de jeux vidéo de sixième génération. Elle est distribuée dans le monde entier.
  • Elle fonctionne avec des GD-ROM.
  • Elle comprend un modem intégré qui pouvait se connecter au service internet SegaNet au Japon et en Amérique du Nord et le service Dreamarena en Europe[67].
  • L'accessoire VMU accessoire sert simultanément de carte mémoire, de deuxième écran et de console portable simple[68].
  • Considérée comme un échec commercial, elle s'est bien moins vendue que sa principale concurrente, la Sony PlayStation 2 en raison d'un lancement faible au Japon et car elle ne disposait pas de lecteur de DVD[69].
Dreamcast-Console-Set.jpg
Advanced Pico Beena Icons-flag-jp.png 6 août 2005[46] N/A 6e Total monde : 0.35[70]
  • Console de jeu vidéo destinée aux jeunes enfants et sortie uniquement au Japon.
  • Successeur de la Sega Pico de 1993[46].
  • Fonctionne avec des cartouches en forme de livre[46].
  • une version moins chère nommée Beena Lite est commercialisée en 2008[70].
  • Toujours en production.
Sega a vendu entre 62.14 et 63.94 millions de consoles de salon et 14.02 millions consoles portables, soit une total de plus de 76.16 millions de consoles.

Variantes

Des variantes autorisées et non autorisées de consoles Sega ont été produites par des sociétés tierces. Au Brésil, Tectoy a créé et commercialisé la Master System 3 Compact, qui peut fonctionner sans fil avec un émetteur RF. Une variante de cette console destinée à un public féminin, la Master System Girl, a été moulée dans un plastique rose vif. Une version plus récente, commercialisée en 2006 au Brésil sous l’appellation Master System 3 Collection, contient 120 jeux intégrés[71]. Une autre variante de la Master System, construite comme une console de jeu portable est commercialisée par Coleco en Amérique du Nord en 2006[72].

Le Mega Drive a été la première console Sega à être également construite par des sociétés tierces. Ses premières variantes sont commercialisées avant les variantes de la Master System, même si la Mega Drive a été lancée trois ans après la Master System. Travaillant avec Sega of Japan, JVC a sorti au Japon le 1er avril 1992, le Wondermega, une combinaison de la Mega Drive et du Sega CD avec système audio de haute qualité. Le système a ensuite été redessiné par JVC et commercialisé comme le X'Eye en Amérique du Nord en septembre 1994[73]. Le Pioneer LaserActive add-on pack, développé par Sega, permet au système de faire fonctionner des jeux Mega Drive et Sega CD[74]. Aiwa a publié la CDD-GM1, une combinaison Genesis / Sega CD intégrée dans une radiocassette. Plusieurs entreprises ont également ajouté la Mega Drive à des ordinateurs personnels, imitant la conception du TeraDrive de Sega; ceux-ci comprennent les modèles MSX AX-330 et AX-990 distribués au Koweït et au Yémen, et l'Amstrad Mega PC distribué en Europe et en Australie[4]. Après l’abandon de la Mega Drive, Majesco Entertainment a commercialisé une version économique de la console, la Mega Drive 3 en Amérique du Nord en 1998[75]. Majesco a également sorti en août 1999 une version budget de la Sega Pico en Amérique du Nord[76].

Au Brésil, où la Mega Drive n'a jamais cessé sa production, Tectoy a publié une version portable de la console avec vingt jeux intégrés le 5 décembre 2007[77]. Une autre variante Tectoy de la console appelée Mega Drive Guitar Idol, sortie en 2009 au Brésil, comprend deux joypads de six boutons et un contrôleur guitare avec cinq boutons frettes[78]. Cette même année, AtGames commence à produire deux nouvelles variantes de la Mega Drive en Amérique du Nord et en Europe : la Firecore, qui peut utiliser des cartouches Mega drive ainsi que des jeux préchargés ; et une console portable, la Sega Zone (console) , préchargée avec 20 jeux Mega Drive[79]. Des sociétés telles que Radica Games  ont publié des compilations de jeux Mega Drive dans des packs plug -and-play ressemblant à la manette de jeu et se connectant directement à un écran[80].

Notes et références

Notes

  1. 13 millions selon un article de Levi Buchanan, publié par IGN[14]. Screen Digest écrit dans une publication de 1995 que le nombre de Master System installé chez l'utilisateur en Europe occidentale a culminé à 6.25 millions en 1993. Les plus fortes ventes ont eu lieu en France où elle culmine à 1.6 million d'unité vendues, en Allemagne à 700 000, aux Pays-Bas à 200 000, en Espagne à 550 000, au Royaume-Uni à 1,35 million, et dans les autres pays d'Europe occidentale à 1,4 million. La Belgique a atteint un sommet en 1991 avec 600 000 unités, et l'Italie en 1992 avec 400 000. Ainsi, les ventes sont estimées à environ 6,8 millions d'unités dans cette partie de l'Europe[15]. Un million d'unités ont été vendues au Japon depuis 1986[16]. Deux millions ont été vendues aux États-Unis[17]. Cinq millions d'unités ont été vendues par Tectoy au Brésil depuis 2012[18]
  2. Sega a vendu ce nombre depuis avril 2005[48]. Son successeur a été lancé le 6 août 2005[49]. Majesco a re-fabriqué et distribué la Pico aux États-Unis à partir de la fin de 1999[50].

Références

  1. (en) Travis Fahs, « IGN Presents the History of SEGA », Ziff Davis, (consulté le 14 septembre 2014)
  2. (en) Shahed Ahmed, « Sega announces drastic restructuring », GameSpot, (consulté le 20 septembre 2009)
  3. (ja) « SG-1000 », Sega (consulté le 14 février 2014)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Damien McFerran, « Retroinspection: Master System », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 44,‎ , p. 48–53 (ISSN 1742-3155)
  5. (en) John Battelle, « The Next Level: Sega's Plans for World Domination », Condé Nast,‎ (lire en ligne)
  6. (ja) « SC-3000 », Sega (consulté le 15 février 2013)
  7. (en) Chris Kohler, « Playing the SG-1000, Sega's First Game Machine », Condé Nast, (consulté le 5 octobre 2009)
  8. (ja) « SC-3000H », Sega (consulté le 15 février 2013)
  9. (ja) « Mark III », Sega (consulté le 31 mars 2014)
  10. a, b, c et d (en) David Beuscher, « Sega Master System - Overview », All Media Network (consulté le 31 mars 2014)
  11. (en) Danny Cowen, « Sega Master System Launch Schedule Reveals Unreleased Hot Rod, Phantasy Star II », UBM plc, (consulté le 22 juin 2014)
  12. Sheff 1993, p. 349.
  13. Slaven 2002, p. 225.
  14. (en) Levi Buchanan, « Genesis vs. SNES: By the Numbers », IGN, (consulté le 31 octobre 2013)
  15. (en) « Sega Consoles: Active installed base estimates », Screen Digest,‎ , p. 60
  16. (en) Nihon Kōgyō Shinbunsha, « Amusement », Nihon Kogyo Shimbun, vol. 31, no 7-12,‎ , p. 89 (lire en ligne)
  17. Sheff et Eddy 1999, p. 349: "Atari sold a handful of its 5200s and 7800s, and Sega sold a total of 2 million Master Systems."
  18. (pt) Théo Azevedo, « Vinte anos depois, Master System e Mega Drive vendem 150 mil unidades por ano no Brasil », Universo Online, (consulté le 18 octobre 2012)
  19. (pt) Théo Azevedo, « Vinte anos depois, Master System e Mega Drive vendem 150 mil unidades por ano no Brasil », Grupo Folha, (consulté le 6 août 2012)
  20. a, b et c (en) « Retroinspection: Mega Drive », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 27,‎ , p. 42–47 (ISSN 1742-3155)
  21. Kent 2001, p. 404–405.
  22. (en) « Sega tops holiday, yearly sales projections; Sega Saturn installed base reaches 1.6 million in U.S., 7 million worldwide », Berkshire Hathaway, (consulté le 13 octobre 2013)
  23. (en) « Sega farms out Genesis », Warren Communications News, (consulté le 9 juillet 2012)
  24. a, b, c et d (en) « Platform Totals : Total worldwide sales (in millions of units) per platform », sur VG Chartz, (consulté le 9 avril 2016)
  25. (en) Sega Service Manual (Supplement): Genesis II/Mega Drive II, Sega,
  26. (en) Scott Alan Marriott, « Sega Genesis Nomad - Overview », All Media Network (consulté le 5 octobre 2013)
  27. (en) Adam Redsell, « SEGA: A Soothsayer of the Game Industry », Ziff Davis, (consulté le 5 octobre 2013)
  28. (en) « Cartridge Console With 15 Sega Megadrive Games », Blaze Europe (consulté le 16 juillet 2010)
  29. Kent 2001, p. 447.
  30. (en) Matthew T. Clements et Hiroshi Ohashi, « Indirect Network Effects and the Product Cycle: Video Games in the U.S., 1994–2002 », NET Institute, (consulté le 21 septembre 2011), p. 12, 24
  31. (en) Winnie Forster, The Encyclopedia of Game.Machines: Consoles, Handhelds, and Home Computers 1972-2005, Magdalena Gniatczynska, , p. 139
  32. a et b (en) « Retroinspection: Sega Game Gear », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 41,‎ , p. 78-85 (ISSN 1742-3155)
  33. a, b et c (en) « Sega Game Gear », Live Publishing, no 17,‎ , p. 26-35 (ISSN 1742-3155)
  34. a et b (en) David Beuscher, « Sega Game Gear - Overview », All Media Network (consulté le 8 juillet 2013)
  35. (ja) « Mega-CD », Sega (consulté le 29 mars 2014)
  36. Kent 2001, p. chap. The War.
  37. a et b (en) Aaron Birch, « Next Level Gaming: Sega Mega-CD », Live Publishing, no 17,‎ , p. 36–42 (ISSN 1742-3155)
  38. (en) David Beuscher, « Sega CD - Overview », All Media Network (consulté le 27 juin 2013)
  39. (en) « Weekly Famitsu Express », Famitsu, vol. 11, no 392,‎ , p. 8
  40. (ja) « Mega-CD 2 », Sega (consulté le 29 mars 2014)
  41. (en) Scott Alan Marriott, « Sega Genesis CDX - Overview », All Media Network (consulté le 27 juin 2013)
  42. (de) « Videospiel-Algebra », Cybermedia Verlagsgesellschaft,‎
  43. (ja) « ファミ通エクスプレス "ピコ"といっても紅茶じゃないぞッ! セガが幼児向けコンピューターを発売 », Famicom Tsūshin, ASCII Media Works, vol. 8, no 24,‎ , p. 11
  44. a et b (en) « Sega captures dollar share of videogame market -- again; diverse product strategy yields market growth; Sega charts path for 1996. », Berkshire Hathaway, (consulté le 29 septembre 2011)
  45. a et b (en) « TOSEC: Sega Pico », Internet Archive, (consulté le 22 juin 2014)
  46. a, b, c et d (ja) « 食育、安全などの“五育”を取り入れ、エデュテイメント事業を推進「遊びながら学ぶ」が進化する『Advanced PICO BeenaTM』(アドバンスピコ ビーナTM)8月発売 » [PDF], Sega,‎ (consulté le 3 juin 2014)
  47. (en) « Edison, N.J.-Based Firm Signs Video Game Distribution Deal with Sega. », Home News Tribune,
  48. (en) « Business Strategy: Interactive Education Business » (consulté le 6 janvier 2015)
  49. (ja) « 食育、安全などの"五育"を取り入れ、エデュテイメント事業を推進「遊びながら学ぶ」が進化する『Advanced PICO Beena』(アドバンスピコ ビーナ)8月発売 », sur Sega Toys,‎ (consulté le 6 janvier 2015)
  50. (en) « Majesco Signs Licensing Deal to Distribute Sega Pico Educational Systems: Systems Will Be Available In All Major Toy Retailers By Holiday Season », sur thefreelibrary.com, Business Wire, (consulté le 26 janvier 2016)
  51. a et b (en) David Beuscher, « Sega Pico - Overview », All Media Network (consulté le 3 juin 2014)
  52. (en) « Sega Toys Business Strategy », Sega,
  53. (en) « Super 32X », Sega (consulté le 23 février 2014)
  54. a et b Kent 2001, p. chap. The Next Generation (part 1).
  55. (en) Damien McFerran, « Retroinspection: Sega 32X », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 77,‎ , p. 44–49 (ISSN 1742-3155)
  56. a, b, c et d (en) David Beuscher, « Sega Genesis 32X — Overview », All Media Network (consulté le 7 juin 2013)
  57. (de) Man!ac Magazine staff, « Videospiel-Algebra », Cybermedia Verlagsgesellschaft mbH,‎
  58. (ja) « Sega Saturn », Sega (consulté le 3 mars 2014)
  59. (en) Frank Cifaldi, « This Day in History: Sega Announces Surprise Saturn Launch », Ziff Davis, (consulté le 4 mai 2014)
  60. a et b (en) Damien McFerran, « Retroinspection: Sega Saturn », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 34,‎ , p. 44–49 (ISSN 1742-3155)
  61. Kent 2001, p. 558–559.
  62. (en) Colin Moriarty, « Sega Pluto: The console that never was? », Ziff Davis, (consulté le 3 mars 2014)
  63. (en) Terry Lefton, « Looking for a Sonic Boom », Nielsen Holdings, no 39.9,‎ , p. 26–29 (ISSN 1064-4318)
  64. (en) Patricia Hernandez, « Happy 15th Birthday, Dreamcast! », Gawker Media, (consulté le 13 juin 2014)
  65. a et b (en) « Dreamcast beats Playstation record », BBC News,‎ (lire en ligne)
  66. (en) « Sega Scraps the Dreamcast », BBC News,‎ (lire en ligne)
  67. (en) « Sega Sports NFL 2K1 Outsells the Competition on Its Debut; First Ever Online Console Game NFL 2K1 Becomes Number One Football Game This Fall », Berkshire Hathaway,‎ (lire en ligne)
  68. (en) Tyler Wilde, « A tribute to the Dreamcast VMU », Future plc, (consulté le 13 juin 2014)
  69. (en) « Sega warns of losses », BBC News,‎ (lire en ligne)
  70. a et b (ja) « 『BeenaLite(ビーナライト)』7月17日新発売 », Sega,‎ (consulté le 23 octobre 2014)
  71. (en) John Szczepaniak, « Company Profile: Tec Toy », Retro Gamer, Imagine Publishing, no 30,‎ , p. 50–53 (ISSN 1742-3155)
  72. (en) James Ransom-Wiley, « Sega-filled handheld », AOL, (consulté le 22 avril 2010)
  73. (en) Scott Alan Marriott, « JVC X'Eye - Overview », All Media Network (consulté le 2 juillet 2013)
  74. (en) Scott Alan Marriott, « Pioneer LaserActive - Overview », All Media Network (consulté le 2 juillet 2013)
  75. (en) Brandon Sheffield, « A Casual Rebirth: The Remaking of Majesco », UBM plc, (consulté le 9 octobre 2013)
  76. (en) « Edison, N.J.-Based Firm Signs Video Game Distribution Deal with Sega. »
  77. (en) Donald Melanson, « Brazil's TecToy cranks out Mega Drive portable handheld », AOL, (consulté le 23 janvier 2007)
  78. (pt) « Mega Drive Guitar Idol - 87 jogos », Tectoy (consulté le 16 juillet 2010)
  79. (en) « Innex Launches Products Containing Licensed Sega Genesis Titles In Time For Q4 Holiday Season », Innex, (consulté le 25 avril 2011)
  80. (en) Ken Horowitz, « Hands-On: Arcade Legends (Plug-'n-Play) », Sega-16, (consulté le 17 novembre 2013)

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Steven L. Kent, The ultimate history of video games : from Pong to Pokemon, the story behind the craze that touched our lives and changed the world, Roseville, Californie, Prima, , 624 p. (ISBN 0761536434, OCLC 243501127). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Sheff et Andy Eddy, Game Over : Press Start to Continue - The Maturing of Mario, Cyberactive Media Group/GamePress, , 494 p. (ISBN 9780966961706, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David Sheff, Game Over : How Nintendo Zapped an American Industry, Captured Your Dollars, and Enslaved Your Children, New York, Random House, , 445 p. (ISBN 0679404694, OCLC 233113818). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Andy Slaven, Video Game Bible, 1985-2002, Trafford Publishing, , 383 p. (ISBN 9781553697312 et 1553697316). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Philippe Dubois, « L'histoire de Sega », sur mo5.com, (consulté le 9 avril 2016).
  • « L'histoire de Sega », sur jeuxvideo.com, (consulté le 9 avril 2016).
  • « Sega 8bits story : De la SG-1000 à la Master System II », sur paderetro.com (consulté le 9 avril 2016).