Liste des comtes de Vexin

Avant 741 : à la division du royaume des Francs en comtés par Charles Martel, l'un des premiers comtes du Vexin fut Witram, un de ses antrustions, il administra aussi les régions du Pincerais et la Madrie.

Comtes carolingiens

Nibelungides

  • 864-ap.879 : Nibelung IV
  • Théodoric, fils du précédent
  • 886 : Adelram III et Theodoric II, défenseurs de Pontoise, neveux du précédent

Maison de Valois-Vexin-Amiens

marié à Hildegarde, probablement fille d'Ermenfroi
  • 926-943 : Raoul II, comte d'Amiens, de Vexin et de Valois, fils du précédent
marié à Lietgearde
  • 943-après992 : Gautier Ier, comte d'Amiens, de Vexin et de Valois, frère du précédent
marié à Adèle, probablement fille de Foulque II d'Anjou
  • avant 998-après 1017 : Gautier II, comte d'Amiens, de Vexin et de Valois, fils du précédent
marié à Adèle
Armoiries (fictives) de Louis de France, comte du Vexin
  • avant 1024-1035 : Dreux, comte d'Amiens et de Vexin, fils du précédent
marié à Godfifu, fille d'Æthelred II de Wessex
marié à Biota du Maine
  • 1063-1074 : Raoul IV, comte de Valois, puis de Vexin et d'Amiens, cousin du précédent, fils de Raoul III (comte de Valois, fils de Gautier II) et d'Alix
marié en premières noces à Adèle de Bar-sur-Aube
marié en secondes noces à Haquenez
marié en troisièmes noces à Anne de Kiev
  • 1074-1077 : Simon († 1080), comte de Valois, de Vexin, de Mantes[2] (en 1074) et d'Amiens, fils du précédent et d'Adèle de Bar-sur-Aube
En 1077, Simon se fait moine et ses possessions sont dispersées. Valois revient à son beau-frère Herbert IV de Vermandois, Amiens est réuni à la Couronne, et le Vexin est partagé entre le duc de Normandie et le roi de France.

Maison de Bourbon

Notes et références

  1. Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France, vol. 1), Villeneuve d'Ascq, éd. Patrick van Kerrebrouck, , 545 p. (ISBN 978-2-95015-093-6), p. 178, note 194.
  2. BRUEL (Alexandre) Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny.(1888), t.4, p. 585 & 586.

Liens externes