Liste des évêques et archevêques de Cambrai

(Redirigé depuis Liste des évêques de Cambrai)
François Fénelon, le plus illustre des archevêques de Cambrai.

Chronologie des évêques et des archevêques

VIe siècle

  • v. 500 - † v. 540 : saint Vaast, aurait été installé évêque à Arras quelques années après le baptême de Clovis par saint Remi.
  • v. 540 : saint Dominique
  • v. 545 - † v. 580 : saint Védulphe
  • 584 - † 623 / 627 : saint Géry, ancien diacre de Trèves, envoyé comme évêque à Cambrai par le roi Childebert II et sacré par Egidius, métropolitain de Reims. Il assista au concile général que Clotaire II réunit à Paris en 614.

À partir de saint Géry, l'évêque de Cambrai administre à la fois les deux Églises, celle de Cambrai et celle d'Arras.

VIIe siècle

  • 627 : saint Berthold
  • v. 633 : saint Ablebert (ne pas à confondre avec le saint Emebert)
  • † avant 679, en 633 : saint Aubert de Cambrai[1]

VIIIe siècle

  • † 21 juin entre 712 et 715 : Hildebert
  • † 717 : Hunald
  • 717 - † 19 mai 728 / 729 : saint Hadulf, abbé de Saint-Vaast
  • 728 / 730 - † v. 752 : Treuvard
  • 750 / 752 - † v. 763 : Gaufrid, ou Gunfrid ou Gaufroy ou Godefrid ou Godefroid (fils d'Arnoul de Cysoing)[2].
  • 763 / 764 - † v. 790 : Albéric, fit rédiger un Recueil de canons
  • v. 790 - † 4 juillet 816 : Hildeguard ou Hildoard ou Hildoward, fit rédiger vers 811 un sacramentaire Hadrianum pour son clergé. Ce manuscrit se trouve actuellement à la bibliothèque de Cambrai, en tant que manuscrit 164[3].

IXe siècle

  • 817 - † 830 ou 831 : Halitgaire ou Halitgarius, ambassadeur de Louis le Débonnaire à Constantinople en 828
  • 831 - † 5 août 862 ou 863 : Thierry ou Théodoric
  • 863 - 866 : Gontbert, Tetbold, Hilduin (imposés par Lothaire II et refusés par Hincmar, archevêque métropolitain de Reims).
  • 866 - † 15 août 877 ou 879 : saint Jean Ier
  • 879 - † 14 octobre 886 ou 887 : saint Rothade ou Rothad
  • 17 mars 888 - † apr. 902 : Dodilon

Xe siècle

  • 909 - † 11 février 934 : Étienne
  • 934 - † 1er juillet 956 : Fulbert[4]

En 948 l'empereur Otton le Grand accorde à l'évêque Fulbert les droits comtaux sur la ville de Cambrai[5].

  • 956 - 958 : Bérenger
  • 958 - † 12 octobre 960 : Engran ou Ingelram ou Enguerrand
  • 960 - 965 : Ansbert ou Autbert
  • 965 - 966 : Wilbold
  • v. 972 - † 28 août 976 : Tetdon ou Theodotus
  • v. 976 - † v. 995 : Rothard
  • 996 - † 1012 : Erluin

En 1007 l'empereur Henri II étend les droits comtaux de l'évêque à tout le Cambrésis[5].

XIe siècle

En 1093 le siège d'Arras est détaché de Cambrai.

  • 1093 - 1103 : Manassès, transféré par Pascal II à Soissons.
  • 1093 - 1106 : Walcher (ou Gautier ou Gaucher[6]), promu à l'évêché par l'empereur Henri IV, il s'y maintint contre Manassès, bien que déposé par le pape au concile de Clermont en novembre 1095.

XIIe siècle

XIIIe siècle

XIVe siècle

L'antipape Clément VII

XVe siècle

Le cardinal Pierre d'Ailly
Henri de Berghes et son frère

XVIe siècle

Le siège épiscopal de Cambrai est érigé en archevêché lors de la grande réorganisation ecclésiastique des Pays-Bas méridionaux: la bulle du pape Paul IV du 12 mai 1559 crée trois archidiocèses et de nombreux nouveaux diocèses.

XVIIe siècle

Joseph de Bergaigne

Cambrai est prise par Louis XIV en 1677 et rattachée à la France par le traité de Nimègue l'année suivante.

En 1682 la chapitre de la métropole cède au roi son droit de choisir l'archevêque de Cambrai[7] .

XVIIIe siècle

Le cardinal Guillaume Dubois par Hyacinthe Rigaud (1723)
Charles de Saint-Albin

Lors de la promulgation de la constitution civile du clergé le 12 juillet 1790 Cambrai redevient évêché, son diocèse correspondant au département du Nord nouvellement créé[7],[8].

Monseigneur de Rohan se retire à l'abbaye de Saint-Ghislain près de Mons. Ayant refusé de prêter serment, il est destitué.

  • 1791 - 1798 : L'oratorien Claude Primat est élu évêque constitutionnel le 20 mars 1791. En novembre 1793 il se déclare « vrai sans-culotte »[9]. Il devient archevêque de Lyon en 1798.

XIXe siècle

Le concordat de 1801 rétablit le siège épiscopal de Cambrai.

À la mort de Louis Belmas le siège épiscopal de Cambrai est à nouveau érigé en archevêché par bulle du pape Grégoire XVI du 1er octobre 1841[7].

XXe siècle

Mgr Delamaire

Le décret du 25 octobre 1913 crée le diocèse de Lille, enlevant au diocèse de Cambrai les arrondissements de Lille, Hazebrouck et Dunkerque. Les diocèses d'Arras et de Lille sont suffragants de Cambrai.

XXIe siècle

Le 29 mars 2008, l'archidiocèse de Cambrai et le diocèse d'Arras deviennent suffragants du diocèse de Lille, élevé au rang d'archevêché métropolitain.

Voir aussi

Article connexe

Lien externe

Notes et références

  1. M. Le Glay - Cameracum christianum ou Histoire ecclésiastique du Diocèse de Cambrai -1849 -Imprimerie L. Lefort à Lille - page xii - archive de l'Université de Gand - numérisé par Google Books
  2. [1].
  3. https://books.google.fr/books?id=zznKSRPkYEkC&pg=PA74
  4. Charles Mériaux, « Fulbert, évêque de Cambrai et d'Arras (933/934 † 956) », Revue du Nord, vol. 356 - 357, no 3,‎ , p. 525-542 (ISSN 0035-2624 et 2271-7005, DOI 10.3917/rdn.356.0525, lire en ligne)
  5. a et b Pierrard, op. cit. p 61
  6. Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul - Petites histoires des pays de Flandre et d'Artois - éditeur : Foucart, 1835 - Archive de l'université de Gand - A lire
  7. a b et c Bouly, op. cit. p 24
  8. Trénard, op. cit. p 187.
  9. Trénard, op. cit. pp 187-188, 195.

Sources

  • Bouly, Eugène: Dictionnaire historique de la ville de Cambrai, des abbayes, des châteaux-forts et des antiquités du Cambrésis, Cambrai 1854
  • De Smedt, Charles, Gesta pontificum cameracensium : Gestes des évêques de Cambrai de 1092 à 1138, Paris : Renouard, 1880 (lire en ligne)
  • Pierrard, Pierre, Histoire du Nord, Hachette 1978
  • Trénard, Louis (sous la direction de): Histoire de Cambrai, Presses Universitaires de Lille 1982