Lionel Guibout

Lionel Guibout
Naissance
Nationalité
Activité

Lionel Guibout est un peintre français, né le 3 mai 1959, à Issy-les-Moulineaux.

Biographie

Après des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, dans l’atelier de Louis Nallard et de Pierre Alechinsky (diplôme obtenu en 1983), Lionel Guibout se tourne un temps vers l’abstraction. Mais la lecture du livre de Robert Graves, Les Mythes grecs, lui fait découvrir la mythologie, et le pousse à développer une expression figurative au cours de deux périodes distinctes[1].

Il explore jusqu’en 1986 le mythe d'Eurynomé et Ophion à travers des pastels de très grand format, des lithographies en noir et blanc, et des sculptures. Il s’agit du mythe préhellènique des Pélasges établissant la création du monde.

Lionel Guibout interprète ensuite la Théogonie de Hésiode, avec la représentation des enfants de la Terre-mère et de Ouranos : Cottos, Gigès et Briarée, trois géants à cent bras. Il la complète dans une seconde version en les dotant aussi de cinquante têtes. Pour envisager leurs trois portraits en pied (2,80 m x 3,10 m), il cherche une morphologie particulière pour chacun, multipliant études, dessins, peintures de tous formats et sur tous supports (papier, toile, bois), et même des petites sculptures[2]. Parmi ces travaux, apparaît la figure du « tétabras » : une tête, deux épaules et deux bras.

Mais à partir de 1993, soucieux d’en « finir avec cette mythologie devenue trop envahissante »[3], Lionel Guibout entame son éparpillement : les dislocations de Gygès[4], Briarée[5] et Cottos[6] sont menées jusqu’en 1996 à partir d’une troisième version de leurs portraits, donnant naissance à de multiples fragments.

Leur dispersion, autant que leur naissance, a toujours été associée au milieu forestier. L’arborescence a été convoquée pour imaginer leurs organismes, l’humus, la frondaison et la lumière l’ont été pour envisager leur disparition et son environnement. Parallèlement à ces représentations mythologiques, il a poursuivi une partie de son œuvre dans ce sens : les bois de Meudon, la forêt canadienne parcourue de lac en lac en canoë sur les traces du peintre Tom Thomson, et plus tard la forêt vosgienne. Les bois, les forêts, les arbres appartiennent à son iconographie de peintre et de dessinateur.

Lors d’un séjour à Berlin, en 1997, il dessine pendant 36 jours le grand autel, conservé au Musée de Pergame. Il en ramène un journal publié dans la NRF[7].

De 1998 à 2003, Lionel Guibout illustre pour un livre le texte de 1816 de Henri Savigny, un rescapé du radeau de la Méduse qui décrit l’errance dramatique des naufragés de la frégate, épisode rendu célèbre par le peintre Géricault. Des peintures monumentales sur toile et des milliers de dessins accompagnent et prolongent la naissance des 35 lithographies du livre Méduse.

Depuis 2010, une nouvelle période s’est ouverte pour le peintre, qu’il a nommée Natura-oscura[8] et qui visite des paysages de tous petits formats, d’abord imaginaires, mais qui ont trouvé un écho bien réel au cours de deux séjours en Islande, en 2012 et 2014. Il en a ramené un paysage sans fin : un rouleau peint de 25 mètres de long.

Bibliographie[9]

  • Lionel Guibout Les têtabras 1992 (ISBN 2-905810-95-5)
  • Lionel Guibout La dislocation de Gygès précédée de Dédicaces de Jean-Michel Michelena. William Blake and co, 1993 (ISBN 2-84103-000-8)
  • Philippe Douville Les bois de Salomé Lithographies de L. Guibout. Aux dépens des 40, 1994
  • Diane de Biéville Forêts Illustrations de L. Guibout. William Blake & co édit, 1994
  • Henri Michaux Rencontre dans la forêt Lithographie de L. Guibout. Aux dépens des 36, 1996
  • Lionel Guibout (entretien avec Michel Braudeau) La dislocation de Cottos Musée d'art et d'histoire de Meudon, 1996 (ISBN 2-9506193-9-8)
  • Jean-Paul Michel Pour nous, la loi Illustrations & lithographies de L. Guibout. L'invention du lecteur, 1999 (ISBN 2-911059-15-8)
  • Lionel Guibout Les trente-six journées de Pergame NRF n°548, 1999
  • Henri Savigny Méduse Lithographies de L. Guibout. Aux dépens des 25, 2000
  • Michel Tournier Le radeau de la Méduse Lithographies de L. Guibout. Venise, Galleria del Leone, 2002
  • Lionel Guibout Fusains faisant Malakoff, Maisons des arts, 2003 (ISBN 2-9515719-6-8)
  • Rouget de Lisle La Marseillaise Illustrations de L. Guibout. Jean-Jacques Sergent éd. 2010

Filmographie

  • 1998. Rencontre entre Lionel Guibout, Michel Braudeau, Michel Déon et Louis Nucéra. "Café littéraire" filmé au festival Étonnants voyageurs, Saint-Malo[10].
  • 2009. Xylophilie. DVD comportant 4 films réalisés par Guillaume Deboisseuil : Rencontre (Guibout en forêt, 13 min), Traces en Alsace (Guibout dans son atelier, 45 min), Les années d’apprentissage (Entretien avec Jean Réal, 35 min), Balade (Les œuvres dans l’atelier, 3 min). Production "Les Petits Médicis".
  • 2012. Les rêveries, spectacle littéraire et musical de Philippe Hersant filmé le 8 février au Théâtre de la Croix-Rousse (Lyon). Performance "live" de Lionel Guibout sur scène. CLC Productions[11].

Catalogues d'exposition

  • Les têtabras Paris, 1992, Galerie de l'Echaudé, et Galerie Darthea Speyer. Textes de Francis Ponge et Lionel Guibout. (ISBN 2-905810-95-5)
  • Giganten in der stadt Berlin, 1998, Künstlerwerkstatt bahnhof westend, Institut français, Antikensammlung im Pergamonmuseum, Museumakademie Berlin. Texte de L. Guibout et Claude Frontisi.
  • Le temps dans les yeux Venise, 2001, Galleria del Leone. Texte de Pascal Bonafoux.
  • Pasiphaé retrouvée Épinal, 2006, La lune en parachute. Texte de L. Guibout.
  • Natura-oscura Paris, 2010, Galerie Linz. Textes de L. Guibout et Jean-Yves Mesguich.
  • Unless landscape, retour d'Islande Paris, 2013, Galerie Linz. Texte de Jean-Yves Mesguich.
  • Endless landscape Bruxelles, 2013, Galerie Lanzenberg. Texte de Marie-Anne Lescourret.

Principales Expositions

  • 1983 Les Anthropocages Centre d'art plastiques Albert Chanot, Clamart, France.
  • 1988 Les géants aux cent bras Galerie Darthea Speyer, Paris, France.
  • 1993 Les têtabras Galerie de l'Échaudé, Paris, France.
  • 1996 Les géants, la dislocation de Cottos Orangerie du Château, Meudon, France.
  • 1998 Le temps solidifié Pergamon Museum, Berlin, Allemagne.
  • 2001 Le temps dans les yeux Galleria del Leone[12], Venise, Italie.
  • 2003 Le radeau de la Méduse Musée Schusev, Moscou, Russie.
  • 2004 Forêts Galerie Michèle Broutta, Paris, France.
  • 2005 Medusa project Galleria del Leone[12], Venise, Italie.
  • 2005 Le radeau de la Méduse Morat Institut[13], Freiburg im Breisgau, Allemagne.
  • 2007 Des géants, des dieux, des hommes et des arbres[14] Grande Finale, Fréland, France[15].
  • 2011 De la nature Galerie Linz[16], Paris, France.
  • 2011 Natura oscura Morat Institut, Freiburg im Breisgau, Allemagne.
  • 2012 Natura oscura Galerie Fred Lanzenberg[17], Bruxelles, Belgique.
  • 2014 From the nature Calic International & Art-Couture, Dubaï, U.A.E[18].

Notes et références

  1. La biographie est établie à partir de l'entretien avec Michel Braudeau paru dans le livre La Dislocation de Cottos et de l'interview du peintre dans le DVD Xylophilie (Réalisation Guillaume Deboisseuil, production Les petits Médicis). Ces informations ont été complétées par celles figurant dans les différents catalogues d'exposition.
  2. La dislocation de Cottos Musée d'art et d'histoire de Meudon, 1996 (ISBN 2-9506193-9-8)
  3. Entretien avec Michel Braudeau dans La dislocation de Cottos Musée d'art et d'histoire de Meudon, 1996 (ISBN 2-9506193-9-8)
  4. La dislocation de Gygès de L. Guibout et J.M. Michelena, 1993, éd. Wiliam Blake & co. (ISBN 2-84103-000-8)
  5. Die Zerlegung des Briareos de L.Guibout et Manfred Flügge. Berlin, Malakoff, 1994
  6. La dislocation de Cottos de L. Guibout et Michel Braudeau. Meudon, Musée d'art et d'histoire, 1996. (ISBN 2-9506193-9-8)
  7. La Nouvelle Revue française (NRF) n°548, janvier 1999, éd. Gallimard
  8. Natura-oscura par L. Guibout et Jean-Yves Mesguich, catalogue d'exposition, Paris, automne 2010.
  9. Établie à partir du site de la BNF, du centre de documentation du Carré d'Art de Nîmes (http://carreartmusee.centredoc.fr/opac/), et du livre co-édité par la Bibliothèque Sainte-Geneviève : Jean-Jacques Sergent, soldat de plomb, catalogue général des impressions du typographe ayant imprimé tous les livres d'artiste de L. Guibout (ISBN 978-2-9163-9042-0).
  10. http://vimeo.com/63560626
  11. http://data.bnf.fr/42791804/les_reveries_spectacle_2012/
  12. a et b http://www.galleriadelleone.com/artistes/guibout/guibout-bio.htm
  13. http://www.morat-institut.de/
  14. Dernières Nouvelles d'Alsace du 25 juin 2007 : http://sitemap.dna.fr/articles/200706/25/une-premiere-pour-la-grande-finale,culture-et-loisirs,000013988.php
  15. http://www.art-fabric-freland.com/artists/lionel-guibout/
  16. http://galerielinz.com/artistes/lionel-guibout
  17. http://www.galeriefredlanzenberg.be/galeriev2/index.php?option=com_content&view=article&id=48:lionel-guibout&catid=13:artistes&Itemid=27
  18. http://www.artcoutureuae.com/exdetail.aspx?pid=85, et http://blogs.thenational.ae/arts-culture/the-art-blog/five-minutes-with-lionel-guibout